Beati pauperes numeris

Bonjour, je commence à suivre les cours numériques, et je ne comprends rien, de rien. Je pique des crises de colère, heureusement je n’ai pas encore détruit, ni même frapper,  l’ordinateur. Il faut dire qu’à mon âge, 58 ans, j’ai vraiment l’impression d’entrer dans un autre monde. Je sens que je vais être pitoyable, lamentable, exécrable, impardonnable, bref une honte.

Jusqu’à ce carnet auquel je n’arrive pas à m’habituer, car je travaille ordinairement avec blogger. 

En tout cas, félicitations et admiration pour tous ceux et toutes celles dont je lis, depuis l’année dernière, les efforts et les travaux sur ce carnet. Félicitations parce qu’ils sont dégourdis, et je n’ai parfois rien compris à ce qu’ils écrivaient, admiration pour le courage qu’il faut avoir pour aborder les études anciennes. Après quelques années de découragement devant l’évolution de  la remise en cause du savoir dans l’enseignement, un  nouveau voyage à Rome m’a fait comprendre que j’étais définitivement un “Lettres Classiques” indécrottable, attaché à la langue latine  (regina linguarum) et à son incroyable aventure intellectuelle.  Pour le reste, je suis loin de Nanterre, je travaille à distance depuis la Bretagne, et je travaille sur un texte latin médiéval : le procès de canonisation d’Yves Hélori. Présenté ainsi, mon travail peut paraître austère : en fait je suis à la recherche d’un homme, et des réactions du peuple breton face à lui. 

Version moderne du célèbre tableau de Poussin
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search