Le malheur des bergers

Au nom de Rome, heureux vieillards que nous sommes !
Dépossédés de nos biens, nous n’avons plus rien :
Ni terres, ni brebis, sommes-nous citoyens, 
Si après si longtemps, on expulse les hommes ?

De nos bœufs pourtant, on nous vantent les mérites,
A l’ombre des forêts, notre seule richesse,
Quand dans notre cœur, ne reste que la tristesse,
Ô mon bel enfant, même l’amour nous évite ?

Car même entre nous, les querelles sont constantes :
A la meilleur génisse, au meilleur poète.
Les dieux en sont témoins, on se creuse la tête,
On s’admire, on se loue mais nos lèvres se mentent.

Mais ensemble chantons le bonheur de la terre,
Elle est la sainte mère de tous nos bienfaits.
Mon enfant reconnaît, remercie ses effets,
Pour que l’âge d’or succède à l’âge de fer.

Et quand la mort frappe, toute la vie s’arrête.
Le ruisseau cesse d’être, et plus rien ne s’agite.
De notre malheur, les étoiles sont instruites,
Lorsque de nos cœurs blessés, les vers se transmettent.

Hélas depuis longtemps, les nymphes disparaissent.
Vierges infortunées, mélodies oubliées,
Si pour dresser l’acier, les forêts sont rasées,
Nos chants ne vantent plus Pan et la chasseresse.

Aux frênes des forêts, succèdent les brasiers,
Aux pins de nos jardins, le béton et les briques,
D’Apollon et des Muses que nos vers lyriques,
Ou s’affrontent tous deux : immeubles et beauté.

Car de nos pâtures, l’amour nous est ôté;
Ville, cruelle mère qui ravit, qui détruit
Mais nourrit nos vers d’une douce hérésie.
Retournons en arrière, et chantons, ô bergers :

Chantons un temps béni du noble art de la terre :
Où nous possédions tout, au plus loin de ces villes;
Viens, regarde comme nous étions si habiles,
Près des anciens chemins, la pureté de l’air.

Viens, viens donc avec moi, chanter l’amour d’antan
Chanter l’amour d’avant, celui des frondaisons.
Ni la neige ni le froid, au cœur de la saison
Ne m’enlèverons jamais, mes arbres et leurs chants.

J’ai choisi pour réaliser mon pastiche de m’inspirer de l’oeuvre des Bucoliques de Virgile. La poésie pastorale, ou poésie bucolique, est un genre poétique qui a pour but de représenter la vie champêtre et les mœurs des bergers. Elle se construit à travers la description et la célébration d’un univers rural. Plusieurs choix m’ont conduit à la réalisation de mon pastiche. En effet, en me servant de Voyant Tools pour connaître les mots et les syntagmes les plus utilisés par Virgile, j’ai pu me rendre compte que cela ne témoignait pas vraiment de l’oeuvre dans son entièreté.

L’églogue 8 par exemple fausse les données globales. En effet, un vers notamment est répété à de nombreuses reprises, ce qui modifie les termes et les syntagmes les plus répandus alors qu’ils ne sont présents que dans une églogue en particulier.

Les Bucoliques de Virgile sont composés de 10 églogues différentes, témoignant chacune d’une idée précise et mettant en scène des personnages différents. Ainsi, lors de la réalisation de mon pastiche, je me suis inspirée des mots les plus courants de l’oeuvre entière, mais pas seulement; en effet, mon poème est composé de 10 strophes qui s’identifient chacune à une églogue particulière en en reprenant syntagmes et termes les plus répandus. J’ai donc utilisé Voyant Tools à la fois pour disposer d’une vision globale de l’oeuvre mais aussi pour obtenir une vision distincte des caractéristiques de chaque églogue.

En ce qui concerne l’oeuvre entière, après avoir fait abstraction des noms des différents personnages qui composent le poème, j’ai retenu une liste de 10 termes majeurs : carmina, ducite, incipe, amor, ovis, versus, puer, urbe, venit et montibusque j’ai essayé de disséminer tout au long de mon pastiche.

 

Concernant chaque strophe individuellement, elles s’appuient chacune sur l’églogue correspondante. Ainsi, pour la première strophe, j’ai essayé de reprendre les syntagmes et les mots les plus présents dans la première églogue, et ainsi de suite.

Églogues

Strophes
Églogue 1

longo post tempore
fortunate senex

deus/viridi/fortunate/senex/rupe
Au nom de Rome, heureux vieillards que nous sommes !
Dépossédés de nos biens, nous n’avons plus rien :
Ni terres, ni brebis, sommes-nous citoyens ?
Si après si longtemps, on expulse les hommes.
Églogue 2

o formose puer

umbra/vaccinia/silvis/sequitur
De nos bœufs pourtant, on nous vantent les mérites,
A l’ombre des forêts, notre seule richesse,
Quand dans notre cœur, ne reste que la tristesse,
Ô mon bel enfant, même l’amour nous évite ?
Églogue 3

necdum illis labra admovi sed condita servo
est mihi

pecus/vitulam/pueri
Car même entre nous, les querelles sont constantes :
A la meilleur génisse, au meilleur poète.
Les dieux en sont témoins, on se creuse la tête,
On s’admire, on se loue mais nos lèvres se mentent.
Églogue 4

incipe parue puer
pan etiam arcadia

puer/ultima/vestigia/tellus/parue
Mais ensemble chantons le bonheur de la terre,
Elle est la sainte mère de tous nos bienfaits.
Mon enfant reconnaît, remercie ses effets,
Pour que l’âge d’or succède à l’âge de fer.
Églogue 5

ad astra
ad sidera

puer/flumina/carmina
Et quand la mort frappe, toute la vie s’arrête.
Le ruisseau cesse d’être, et plus rien ne s’agite.
De notre malheur, les étoiles sont instruites,
Lorsque de nos cœurs blessés, les vers se transmettent.
Églogue 6

a uirgo infelix
nec tantum
Hélas depuis longtemps, les nymphes disparaissent.
Vierges infortunées, mélodies oubliées,
Si pour dresser l’acier, les forêts sont rasées,
Nos chants ne vantent plus Pan et la chasseresse.
Églogue 7

fraxinus in siluis
pinus in hortis
aut si

umbra/ambo/viridis
Aux frênes des forêts, succèdent les brasiers,
Aux pins de nos jardins, le béton et les briques,
D’Apollon et des Muses que nos vers lyriques,
Ou s’affrontent tous deux : immeubles et beauté.
Églogue 8

crudelis tu quoque mater

urbe/versus/carmina/ducite
Car de nos pâtures, l’amour nous est ôté;
Ville, cruelle mère qui ravit, qui détruit
Mais nourrit nos vers d’une douce hérésie.
Retournons en arrière, et chantons, ô bergers :
Églogue 9

huc ades
in urbem

carmina/via/veteres
Chantons un temps béni du noble art de la terre :
Où nous possédions tout, au plus loin de ces villes;
Viens, regarde comme nous étions si habiles,
Près des anciens chemins, la pureté de l’air.
Églogue 10

mihi phyllis
nam neque/nec si

amor/venit/carmina/nives/frigora
Viens, viens donc avec moi, chanter l’amour d’antan
Chanter l’amour d’avant, celui des frondaisons.
Ni la neige ni le froid, au cœur de la saison
Ne m’enlèverons jamais, mes arbres et leurs chants.
Dans ce tableau j’ai voulu représenter les mots à partir desquels je me suis inspirée lors de la rédaction des strophes. Les mots en italiques dans la colonne de droite correspondent aux mots et/ou syntagmes les plus courants dans l’églogue correspondante. Quant-à ceux encadrés, ce sont les mots les plus répandus au sein des Bucoliques dans leur globalité.

J’ai également utilisé Voyant Tools pour mettre en avant les collocations les plus courantes dans l’oeuvre entière pour tenter de les représenter à travers mon pastiche.

Pour mon pastiche j’ai également fait le choix d’écrire en alexandrins pour reprendre les hexamètres dactyliques présent dans les Bucoliques. De même, à partir de la sixième strophe, soit la moitié du poème, j’ai inclus une notion plus contemporaine qu’est celle de la déforestation et de l’urbanisation. En effet, dans les termes les plus courants, on peut voir le terme urbe de plus en plus présent vers la fin du poème et qui m’a conforté dans ce choix. Ainsi, la fin de mon pastiche met en avant la disparition de la vie rurale au profit des villes toujours plus démesurées et impersonnelles, mais également l’expropriation des petits propriétaires terriens qui se languissent de cette perte à travers leur chants.

J’espère en tout cas que ce pastiche et ces explications vous ont plu !

Tristesse illyrienne

Lorsque je revois en pensée l’extrême tristesse de cette journée
Qui fut le dernier moment de notre existence sans grises nuées,
Lorsque je repense à cette matinée qui a vu notre destin basculer,
De mes yeux maintenant encore coulent des larmes salées.
Le jour venait de se lever, où avec lui le Kanun se réveillait
Et allait sans délai ordonner notre départ précipité.
Du fond des âges revenait une cruelle tradition
Qui demandait une injuste justice par sa loi du talion.
Pour un crime d’amour était exigée une vengeance de mort.
Pour la faute d’un seul, c’était le destin de tous soumis au sort.
Ils sont venus, insultes à la bouche, pour salir ma maison,
Ils sont venus, haine dans les yeux, pour réclamer la rançon,
Ils sont venus, colère sur les joues, pour perdre la raison,
Ils sont venus, armes à la main, pour tuer mon garçon.
Les dieux ont permis que mon fils ne soit que blessé
Et m’ont laissé le temps de le faire soigner.
Désormais nous étions rongés par la peur
De les voir revenir pour acter notre malheur.
Désormais nous ne pensions qu’à fuir notre patrie
Pour aller trouver un refuge sous le ciel de l’Italie.
Mais il fallait tout laisser derrière nous,
Partir sur les routes, sur la mer, sans un sou.
Et après l’Italie, nous rêvions de la France
Qui était le pays de toutes les espérances.
Alors nous avons rassemblé dans la précipitation
Les morceaux de notre vie vouée à la désolation.
Lorsque, la terreur passée, mes membres sidérés reprirent vie,
Lorsque j’eus enfin repris mes esprits après la tragédie,
Je m’adressai pour la dernière fois aux lieux de ma naissance :
« Cité qui a vu s’épanouir les jeux de mon insouciante enfance,
Je te laisse derrière moi avec mille regrets amers.
Hélas ! Bientôt je ne te verrai plus car je serai sur la mer.
Hélas ! Bientôt je ne vivrai plus car j’aurai perdu ma citadine compagne.
Rivières dont j’ai vu l’eau printanière couler des montagnes,
Aujourd’hui ce sont mes yeux qui sont ruisseaux de larmes !
Forêts où le vent automnal a soufflé son vacarme,
Aujourd’hui c’est ma bouche qui expire son alarme !
Murs de pierre que le soleil estival chauffait de ses rayons,
Aujourd’hui c’est la fièvre des adieux qui accable mon front !
Terres chéries que la neige hivernale recouvrait de sa blanche douceur,
Aujourd’hui c’est la douleur du départ qui glace mon triste cœur !
C’est la loi ancestrale qui m’ordonne de quitter le séjour de mes ancêtres.
C’est la dette du sang qui exige du fautif qu’il quitte les siens.
Puisses-tu, Kanun, apaiser ta colère pour un jour à nouveau nous admettre !
Puisses-tu oublier les maux pour qu’un jour nous retrouvions nos biens ! »
Déjà c’était le moment de quitter la maison familiale,
Déjà c’était le moment de fuir pour une fuite infernale.
J’emportai avec moi seulement dans mon cœur
Un sac de souvenirs pour adoucir mon malheur.
Pour protéger mes fils, je laisse mes parents, mes frères, mes sœurs.
Je pars avec femme et enfants sur les chemins du déshonneur.
Sur le bateau où j’embarquais au port de la Dyrrachium antique
Je regardais s’éloigner les côtes illyriennes au paysage idyllique.
J’adressai alors cette dernière prière au moment de l’exil :
« La colère du Kanun t’ordonne de quitter ta chère patrie,
Les querelles des hommes déchaînent les orgueils virils,
Les traditions empêchent les familles de vivre leur vie.
Mais au Pays des Aigles je fais cette solennelle promesse :
Un jour je reviendrai pour que tout cela enfin cesse.  »

Analyse du pastiche

En écrivant ce pastiche, j’ai souhaité donner la parole à ceux qui quittent leur pays et que l’exil condamne souvent à des situations très précaires. J’ai eu l’occasion de recueillir un témoignage dont je me suis très librement inspiré pour écrire cette élégie à la manière d’Ovide. J’ai donné la parole à un père albanais dont la famille est victime du Kanun, qui est un code juridique fixé vers le milieu du XVe siècle et qui admet, en Albanie, l’assassinat pour venger la mort d’un membre de la famille.

La première étape de mon travail a consisté à insérer les cinq livres du recueil des Tristes dans Voyant Tools. Le site propose une profusion d’outils qui sont parfois déroutants. L’outil TERMES est sans doute le plus intéressant car il fait apparaître la fréquence des mots les plus employés par l’auteur.

A partir de la liste des mots latins, j’ai ainsi identifié plusieurs réseaux lexicaux qui définissent les thèmes ou les motifs de l’élégie ovidienne. Il faut prendre en considération la variation morphologique des mots aux différents cas de la déclinaison : tout d’abord l’élégie est le poème de la plainte douloureuse comme en témoigne le lexique des sentiments et des émotions : dolor ; mala ; ira ; poena ; lacrima. Ensuite un autre réseau lexical décrit l’espace géographique dans lequel s’exprime cette douleur : urbs, patria, mare, terra, orbe, tellus, unda, aqua, caelum. Le champ lexical de l’existence qui est soumise à la providence tente de trouver soit une explication, soit un réconfort dans la tourmente : dies, tempus, vita, mors, deus, fortuna, fatum. Enfin Ovide a dû quitter précipitamment Rome à la suite d’un ordre d’Auguste : non seulement il a quitté les lieux qu’il aimait mais aussi les êtres qu’il chérissait. C’est pourquoi le champ lexical des liens familiaux et amicaux sillonne le texte : pater, natus, nata, puer, uxor, frater.

Les Tristes sont des poèmes épistolaires et souvent le poète s’adresse à Auguste directement ou indirectement pour réclamer sa clémence. Le nom Caesar est un des mots les plus employés avec une quarantaine d’occurrences. Grâce à l’outil SYNTAGMES, j’ai constaté que le génitif Caesaris apparaît 14 fois, dont 7 fois en fonction de complément du nom ira. Dans OUTILS de CORPUS puis MICRO SEARCH, on peut voir que la forme Caesar est présente à travers les cinq livres. Pour mon pastiche, j’ai décidé de personnifier le rude Kanun pour en faire en partie le destinataire intraitable du locuteur qui doit s’exiler de sa terre natale.

La deuxième partie de mon travail a consisté à choisir une élégie précise que je souhaitais imiter : j’ai choisi la troisième élégie du livre I dans la très belle traduction de Danièle Robert aux éditions Actes sud. Dans cette élégie, Ovide fait le récit de son départ précipité. J’ai essayé de suivre la structure du récit. Pour donner une couleur poétique à mon pastiche, j’ai non seulement utilisé des rimes mais aussi des structures anaphoriques afin de recréer la musicalité de la plainte. Seuls les vers ne respectent pas un schéma métrique précis.

Pour finir, en insérant une traduction française des Tristes dans Voyant Tools, j’ai identifié l’emploi du subjonctif exprimant un souhait avec les formes Puisse / Puissent . Dans le texte latin, ces souhaits sont exprimés par la forme latine utinam et surtout le verbe precor. En effet, au fil des poèmes, Ovide multiplie les prières pour voir un jour sa peine s’assouplir. C’est ce qui m’a permis de conclure sur une note positive… en espérant que les Albanais n’attendront pas 2000 ans pour revoir leur patrie comme Ovide qui, depuis les Champs-Élysées, a peut-être reçu la nouvelle de sa réhabilitation symbolique par le Conseil municipal de Rome en 2017 !

Néron en garde à vue

I) Le pastiche

Résumé de la déposition de Mr Claude César Auguste Germanicus Néron suite à son interrogatoire par le commissaire C. Suétone.

Fait au commissariat de la ville de …, à 11h37, le 1er Janvier 2025.

Ce 1er Janvier 2025, vers 3h05 du matin, une patrouille de police fut envoyée rue … suite à au signalement d’une passante qui promenait son chien. Elle fut interloquée par l’attitude d’un jeune à la démarche incertaine, au langage grossier et qui, de la tête au pied, ne présentait d’autres vêtements qu’un simple bonnet de Père Noël.

L’individu fut interpelé calmement, mais refusa brusquement qu’un policier lui cache ses parties intimes car je cite (ses propos étant quasi inintelligibles pour les policiers, étant donné son ébriété patente, ils seront ici reconstitués pour le bien de l’enquête) : « Vous ne savez pas qui je suis, bande de …, je suis un empereur et j’agis comme il me plait aux yeux de tous ! ».

Il fut placé en cellule de dégrisement une fois arrivé au commissariat. L’ébriété de monsieur Néron sembla s’être dissipée dans un premier temps, lorsque je l’interrogeais sur son identité. Mais, au moment où je lui rappelai que son attitude d’hier était une infraction à l’article 222-32 du code pénal portant sur l’exhibition sexuelle, il devint furieux et rétorqua comme la veille qu’il était empereur.

Il est à signaler que l’individu présente peut-être des troubles d’ordres psychique et qu’une analyse médicale devrait être prescrite. En effet, l’interrogatoire de monsieur Néron n’a pu aboutir étant donné les propos délirants qu’il m’a tenu par la suite. Ne désirant plus répondre à mes questions il me coupait la parole pour « avouer » tous les crimes qu’il aurait commis, manifestement tous étant plus invraisemblables les uns que les autres. J’en insère ici quelques-uns pour le bien de l’enquête.

Il a tenté, selon lui, de tuer sa propre mère plusieurs fois au moyen du poison. Et quand je lui demandais quels auraient pu être ses motifs il répondit qu’il était empereur et avait tous les droits. Il confessa aussi avoir soudoyer des militaires, encore sous contrat, pour en faire sa garde personnelle et, s’il le voulait, tuer pour lui n’importe qui. Pour finir, il dit avec le plus grand des sérieux que, un jour, suite à un pari avec des amis, il devait aller mettre le feu à une ville toute entière et il m’affirma qu’il l’a fait, qu’il s’agissait, selon lui, d’une des plus grandes villes du monde : Rome.

II) Analyse du pastiche avec Voyant Tools

1) Explication de mon pastiche

J’ai choisi de réaliser un pastiche basé sur la ” Vie des douze Césars ” de Suétone (vous pouvez trouver le texte ici) et plus particulièrement sur la “Vie de Néron“, car ce personnage m’intéressait pour son goût du luxe et sa cruauté. J’ai voulu réaliser un décalage entre l’empereur puissant, riche, monstrueux et le côté trivial d’une cellule de dégrisement. Je trouvais assez amusant que l’on puisse s’imaginer un homme qui a fait tuer de nombreuses personnes dans des circonstances affreuses se retrouver arrêté dans un commissariat de banlieue et devant justifier ses actes. J’ai mis en avant trois mots parmi ceux que Suétone a employé le plus souvent dans sa peinture des traits de Néron.

D’abord je me suis inspiré de palam qui signifie en plein jour ou encore aux yeux de tous. Ce terme me parait important car Suétone, selon moi, a cherché à suggérer que Néron avait une moralité basse voire un problème d’ordre psychologique qui ne lui faisait pas ressentir la honte de ses actes, ce qui explique le nombre de ses forfaits et aussi leur cruauté. C’est dans mon pastiche l’explication de la nudité de Néron dans la rue et son refus de la couvrir.

Ensuite j’ai travaillé sur les mots militum et veneno. Le terme militum renvoie aux soldats aux ordres de Néron. Et le mot veneno signifie poison, très utilisé par Néron pour tuer qui bon lui semblait. Ces deux termes sont chez Néron deux moyens pour lui de tuer et ici il m’a semblait assez drôle que le policier y voit une forme de délire alors que ces choses se sont passées en réalité. Par exemple, Néron a tenté par trois fois de tuer sa mère selon Suétone. J’ai tenu à conclure par une référence à l’incendie de Rome que Suétone attribue à la folie de Néron.

Dans n’importe quelle langue, les conjonctions, les prépositions ou encore les pronoms sont quantitativement majoritaires. L’outil Cirrus de Voyant Tools met en évidence cela. Les mots qui reviennent le plus souvent dans la « Vie de Néron » sont : ut, in, et, ad, ac. Je pense que Voyant Tools est plus utile (ou qu’il permet une interprétation plus profonde) lorsqu’on lui demande d’analyser des noms, des verbes ou des adjectifs. La plateforme met à disposition un l’outil Stopwords  supprime les « mots vides » dans le texte qu’on lui soumet. Voici ce que j’obtiens en lui disant que le texte est en latin :

Tout de suite l’analyse semble plus claire et plus facilement interprétable. Cirrus est un schéma qui représente assez bien la tendance des mots les plus employés. Les termes populo et die ressortent le mieux. Mais je pense que cet outil doit être coordonné avec l’outil Termes . Celui-ci établit un classement des termes les plus employés. On obtient ceci (ici ne sont pris en compte que les dix premières occurrences mais il est possible d’avoir accès à tous les mots du texte accompagné de leur décompte) :

2) Association de l’outil Terme à l’outil Tendances

On retrouve les termes die (jour) et primo (avant) dans les premières positions. Et chez Suétone ce n’est pas étonnant qu’il s’agit d’un ouvrage historique. Ils permettent à l’auteur de placer dans le temps les évènements qu’il décrit. D’autant plus que, pour die, son utilisation est fréquente lorsqu’il s’agit de définir une date, car chez les Romains les dates se disaient de la manière suivante : tant de jours avant ou après les Calendes ou les Ides de tel mois. Je trouve qu’il est plus pertinent de coupler Terme avec l’outil Tendance que de l’utiliser seul, Tendance nous permet de visualiser au moyen de Lignes, d’Aires ou de Colonnes l’endroit du texte où certains termes sont le plus employés.

Pour die, on voit que son utilisation est assez constante, car, comme je viens de le dire, Suétone est un historien et il a besoin de replacer dans le cadre temporel certains faits. On constate de plus que die apparait plus souvent au début du texte ce qui n’est pas étonnant étant donné que Suétone commence régulièrement par décrire la naissance, l’enfance puis l’accession au pouvoir des empereurs avant de passer à leurs actes en tant qu’empereur qui nécessitent moins d’indications temporelles. Il est à noter que Voyant Tools ne sait pas prendre en compte les déclinaisons latines puisque le mot dies par exemple est dissocié de die et apparait à la 68e position. Cela peut provoquer des biais dans toute démarche concernant l’étude d’un texte latin, c’est pourquoi il faut prendre certaines précautions avec cette plateforme.

Pour militum (soldats), on observe également une disposition constante. Cela peut s’expliquer par la volonté de Suétone de montrer que le règne de Néron est marqué par un recours constant à ses gardes pour exécuter ses basses besognes.

3) Association de Terme avec Arbre de mots

Le mot populo apparait onze fois. Les empereurs romains et notamment Néron sont connus pour leurs politiques populistes, ce qui leur assurait la stabilité de l’empire. L’outil Termes associé à l’outil Arbre de mots nous en apprend plus sur ce en quoi consistait la politique de Néron.

Divisis (distribués), congiarium (dons de denrées) et missilia (les cadeaux jetés à la foule sur ordre de l’empereur) montrent que Néron « achetait » le peuple Romain par des dons, notamment lors des jeux du cirque. Cependant, il convient d’indiquer que cet outil ne donne pas d’indications quantitatives sur le lien établis entre deux mots. Il indique seulement les mots à proximité d’un terme donné.

4) Association de Termes avec Liens

L’outil Liens s’inscrit dans la même logique de visualisation qualitative que l’outil Arbre de mots. Il place autour d’un terme donné les mots qui lui sont proches dans la phrase. Plus le lien est court et plus les deux mots sont près l’un de l’autre. Or en latin l’ordre des mots peut n’avoir aucune incidence sur le sens de la phrase. Ainsi cet outil permet surtout de savoir dans quel contexte un mot apparait. Voici ce que l’on obtient pour imperii (empire, pouvoir) :

Ici deux contextes se dégagent : le domaine judiciaire (tribuno, susceptos) et le caractère autoritaire de Néron (voluit, voluntate). Ainsi, on peut en déduire que Suétone cherche à suggérer que le règne de Néron se caractérise surtout par son intervention dans le domaine judiciaire et par sa conduite tyrannique qui le conduit à régner selon ses propres désirs.

III) Conclusion

La plateforme Voyant Tools est très intéressante. Elle donne accès, de manière schématique et claire, à de nombreuses données textuelles. Données qu’un être humain ne pourrait relever à lui seul pour l’étude d’une œuvre littéraire. Je trouve que c’est une belle et amusante découverte. J’ai pu explorer la plupart des fonctionnalités – bien que je ne les aie pas toutes exposées ici, car pas assez pertinente selon moi – et il convient de dire qu’elles sont nombreuses et variées. Cependant, dans le cadre d’une étude sérieuse, il est recommandé, selon moi, de prendre des précautions avec les informations que ce site nous apporte. En effet, Voyant Tools ne connait pas les déclinaisons latines et fait se répéter plusieurs fois un même mot mais à des cas différents. La possibilité qu’un biais se crée est grande.

Gallica, une bibliothèque gauloise

Ouverte à tous avec un accès libre depuis 1997, Gallica est la bibliothèque numérique de la BNF et de près de 300 partenaires de l’ensemble du territoire, ce qui en fait une bibliothèque partagée. En 2023, elle offre à ses usagers plus de dix millions de ressources.

Les documents sont nombreux et on trouve aussi bien des manuscrits que des livres, des journaux, des revues, des images ou encore des enregistrements sonores et des vidéos. Les ouvrages sont souvent au format PDF mais certains sont téléchargeables dans d’autres formats comme les formats EPUB, TXT ou JPG.

La plupart des documents sont des reproductions numériques d’œuvres tombées dans le domaine public depuis 70 ans et plus. S’ils sont réutilisés sans but lucratif, ces contenus sont libres et gratuits à condition d’indiquer leur source, par exemple «Source gallica.bnf.fr / BnF». Les chercheurs peuvent utiliser ces ressources gratuitement dans le cadre de leurs publications à caractère scientifique. Quelques contenus sont soumis à des conditions d’utilisation particulières comme les «documents protégés par un droit d’auteur appartenant à un tiers» ou les «documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires de la BNF.»

Lorsque l’usager souhaite faire une recherche, trois modalités s’offrent à lui : soit faire une recherche simple ou une recherche avancée pour obtenir des résultats plus précis, soit consulter des sélections qui proposent des contenus déjà bien classés par types de documents, thématiques ou aires géographiques.

Par exemple, pour rechercher un manuscrit des Tusculanes de Cicéron, on peut multiplier les champs de recherche en précisant l’auteur ou le contributeur ainsi que le titre…

… ou restreindre le champ de recherche en sélectionnant un type de documents parmi sept propositions.

Après avoir lancé la recherche, on obtient une liste de résultats.

Pour les manuscrits, le chargement de la page est parfois long, voire très long. Quand la page s’affiche, une fonction zoom permet au lecteur d’agrandir le texte, ce qui est pratique pour un travail de transcription.

Les documents numérisés en mode TXT offrent un module de recherche plein texte. Dans la barre d’outils à droite du visualiseur de documents, le bouton « loupe » permet de rechercher un mot dans le document et le résultat s’affiche ensuite à gauche.

Gallica souhaite être ouverte à tous. Mais son usage pédagogique me semble très limité non seulement par la densité des informations qui se présentent à l’œil du lecteur mais aussi par la complexité rédactionnelle inadaptée à un jeune public de collégiens et encore moins d’écoliers. Si l’on fait une recherche « par thématiques » et que l’on sélectionne le thème « littérature », puis « littérature jeunesse » et enfin « classiques de la littérature pour la jeunesse », les éditions des romans sont peu attractives pour le public du XXIème siècle, ce qui est logique vu que les éditions ont plus de 70 ans. Cependant elles offrent souvent de nombreuses illustrations comme celles de Gustave Doré ou de Benjamin Rabier pour les Fables de Jean de La Fontaine. C’est cette richesse iconographique qui peut nourrir le cours de littérature au collège.

Gallica | Bibliothèque numérique de la BnF

Créée en 1997, Gallica est la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. lors de sa première année de mise en service, elle proposait 2750 livres numérisés. En 2023, elle atteint le pallier des 10 millions de documents numérisés, et comprend des manuscrits, des images, des journaux, des revues, des cartes mais aussi des enregistrements sonores. 

Gallica propose une classification thématique (histoire, littérature, économie, droit, géographie, philosophie) mais aussi géographique, ainsi que chronologique au sein d’un thème.

interface de recherche en littérature française de Gallica

Le site est très visuel et attire par les images, dont la source est systématiquement indiquée. La plateforme cherche à être intuitive et propose différents classements pour ses documents, afin de suivre le plus possible le cheminement de pensée d’un utilisateur. Un outil de recherche avancée permet de rechercher un document par type, zone géographique, thématique, et lieu de conservation.

Les sources de Gallica sont majoritairement issues de la numérisation de documents de la BnF, c’est-à-dire des fonds et documents de personnalités ou d’institutions qui ont été récupérés et conservées sur les différents sites de la BnF. Un tiers des documents provient des bibliothèques partenaires, qui sont mentionnées sur les documents en question, quand Gallica ne renvoie pas directement sur le site de la bibliothèque numérique s’il existe. Elle abrite des document d’autres bibliothèques numériques qui utilisent la plateforme numérique “en page blanche”, comme la bibliothèque universitaire de Strasbourg. Elle est elle-même source d’un projet de bibliothèque numérique à l’échelle  européenne, Europeana

Les documents sont numérisés en tant qu’image, et une version du texte est proposée numériquement pour une lecture en parallèle. Il est possible de télécharger des documents sous divers formats (PDF, JPEG, TXT). Que l’on télécharge une page ou un livre entier, il faut s’engager à respecter les conditions générales d’utilisation. 

interface de visualisation d’un document

Tout utilisateur peut accéder à l’ensemble des ressources qui ne présentent pas de restrictions d’accès, c’est à dire celles libres de droits, ou celles dont les droits ont été négociés. Si une partie des ressources, sous droits, n’est pas accessible sur le site internet de Gallica, ils sont disponibles dans le site intra muros, qui n’est accessible que depuis les différents sites de la BnF. Les ressources accessibles sont facilement téléchargeables et partageables par tout utilisateur, sans inscription préalable ni rattachement à une autorité. Les formats d’accès et la possibilité de partage permet de travailler sans difficultés sur tout type de ressource proposé par le site.

Projet Perseus

Perseus Digital Library est une bibliothèque en ligne hébergeant surtout des textes grecs et latins, accompagnés de leurs traductions et commentaires, mais aussi dans une moindre mesure des collections de littérature arabe, allemande ou italienne. Perseus propose aussi une collection d'”artefacts”, photos ou reconstitutions d’objets antiques. Le projet nait à la fin des années 1980 et sa première version est publiée en 1992 par l’université de Tufts, qui l’administre toujours, avec la collaboration des universités de Yale et Harvard entre autres. Son but est de réunir et de rendre accessible une large collection de matériaux et d’outils de recherche, surtout dans le domaine des humanités classiques. 

 

 

La fonction centrale de Perseus est de proposer un grand nombre de textes latins et grecs (environ 10 millions de mots en latin et 13 millions en grec). Le “Perseus catalog” permet de trouver des auteurs, leurs œuvres et différentes éditons et traductions bien plus facilement. La barre de recherche permet aussi de trouver des textes, mais propose également une recherche textuelle plus avancée, une recherche d’entrées de dictionnaires, ou une recherche de toutes les occurrences d’un lieu ou d’un personnage, entre autres fonctionnalités. Pour chaque œuvre, en plus du texte en langue originale, Perseus propose une traduction en anglais et parfois des éléments d’apparat critique, notes ou commentaires. 

La lecture d’une œuvre se fait à même le site, par portions de texte à travers lesquelles on peut naviguer par une sorte de barre de progression en haut de la page et par une barre de recherche où l’on peut entrer une référence de chapitre ou de vers précis. A droite et à gauche, on trouve divers outils de navigation dans le texte ou d’analyse de celui-ci. On peut superposer au texte original une traduction et des notes, en ayant parfois le choix de l’édition, ainsi que, notamment, un tableau des mots les plus fréquents et un accès à un outil de recherche lexicale plus poussé. La particularité la plus importante de Perseus est de pouvoir, en lisant le texte, accéder à des outils d’analyse morphosyntaxique pour chaque mot, en cliquant directement dessus. On a alors un aperçu d’identification et de traduction du mot, et la compréhension du texte est facilitée par cet outil d’identification rapide, même s’il n’est pas toujours complétement fiable. 

Perseus est fondé sur un principe d’accessibilité et de transparence, le site fonctionne donc en open source. Ce projet est donc non seulement complétement accessible à tous, sans devoir s’inscrire, mais son code source est entièrement disponible aussi, et chaque texte accessible en version XML. 

Le projet continue d’être développé, surtout sur des sortes d’extensions de Perseus, notamment Scaife Viewer et Beyond Translation. Le premier est, comme son nom l’indique, un espace de visualisation du texte plus adapté, avec un catalogue plus large. Beyond Translation est une synthèse de Perseus et Scaife Viewer, avec une présentation plus claire et d’autres outils ( métrique, rappels grammaticaux, identification des formes et des fonctions grammaticales, analyses du texte tirées de New Alexiandria). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Welcome to Project Gutenberg

Le Projet Gutenberg est une initiative lancée par l’informaticien Michael Hart en 1971 dans le but de constituer une bibliothèque de versions électroniques librement reproductibles de livres imprimés, aujourd’hui appelés e-book.
Le projet tire son nom du pionnier allemand de l’impression à caractères mobiles du XVe siècle Johannes Gutenberg. 

La vue initiale du site initial présente certains des livres qui peuvent être téléchargés sous forme de ebook et de livres audio.
Après cet écran d’accueil, le site explique comment télécharger des fichiers si vous rencontrez des problèmes de téléchargement en ajoutant qu’il n’est pas nécessaire de s’inscrire car étant un site gratuit et accessible à tous, aucune inscription n’est requise.
Graphiquement, la barre de recherche en haut est simple et intuitive et est accompagnée par quelques mots-clés à travers lesquels on peut lire en quoi consiste le projet, rechercher des informations sur le site, demander de l’aide ou simplement faire un don via paypal pour soutenir la cause de rendre accessibles des livres sous forme numérique pour tous.
Les sources utilisées sont rendues accessibles par les utilisateurs qui ont volontairement numérisé des livres assez vieux pour avoir des copyrights expirés. Le format des livres est disponible soit en EPUB soit en pdf ou directement en ligne sur le site. Il est possible de copier n’importe quel contenu dans les livres et en plus, en bas de la page, les icônes Facebook, Twitter et Mastodon permettent le partage via d’autres plateformes sociales.
L’ergonomie du site est certainement facile à utiliser car très linéaire et simple, très intuitif et facile à utiliser. Le tout affecte évidemment l’esthétique du site qui semble un peu obsolète, même dans le choix des styles et des couleurs des titres, il pourrait certainement être amélioré mais bien sûr cela ne retombe pas sur l’utilité du site qui a un but noble bien supérieur.

PHI Latin Texts

Le site PHI Latin Texts est une bibliothèque numérique de textes latins créée par la Packard Humanities Institute, une association à but non lucratif spécialisée dans la recherche en sciences humaines. On pouvait retrouver ces ressources auparavant sur CD-ROMs rédigé en Beta Code. Le site ne permet pas d’exporter de ressources comme par exemple au format pdf, mais il est possible de faire un simple copier-coller tant que cela sert à un usage personnel.

  • La page d’accueil

La bibliothèque est assez bien fournie, elle est représentée par une liste de plus d’une centaine d’écrivains latins et encore plus de textes (des débuts de Rome à l’Antiquité Tardive). Les auteurs sont écrits la plus part du temps avec leur nomen, praenomen et cognomen. La présentation du site est épurée et le visuel agréable grâce à un jeu de couleurs assez doux. Il est possible en cliquant sur un bouton de faire apparaître des textes un peu moins connus, ce sont souvent de courts épigrammes. On peut noter que la liste n’est pas facile à lire, étant donné qu’elle donne pêle-mêle les noms d’auteur sans ordre remarquable. De plus, il n’est pas fait mention de dates, d’époques, de styles littéraires qui pourraient permettre de se repérer plus facilement dans la page d’accueil.

  • La recherche par mot

Exemple d’une recherche avec le mot “Achille”

PHI donne accès à de nombreux textes et cela sans avoir d’auteur particulier en tête. Une simple recherche par mot-clé et ce sont toutes les phrases des œuvres présentant ce dernier qui apparaissent à l’écran.

  • Les filtres

Des filtres à base de connecteurs logiques sont donnés afin de garantir une recherche plus fine.

  • La concordance

Exemple d’une recherche avec les mots “Achille” et “Armes”

L’outil concordance est très intéressant et pourrait se révéler très utile lorsqu’on veut savoir savoir si un auteur fait le rapprochement entre deux termes que l’on étudie.

  • Les sources

Exemple de la “Guerre des Gaules” de Julius César

Les sources sont accessibles, cependant les textes choisis semblent avoir été empruntés à des éditions anciennes (on ne peut trouver quelque chose de plus récent que 1990). Pour chaque auteur, il n’est question que d’une seule édition.


Le Projet Gutenberg : du Bénévolat au Lectorat

 

Le Projet Gutenberg est né au début des années 1970 grâce à Michael Hart , un informaticien américain. Il s’agit d’une immense bibliothèque informatique en ligne, à travers laquelle on peut accéder à un grand nombre de textes, dans un grand nombre de langues.

Le projet est entièrement gratuit , les ouvrages partagés ne sont de fait plus soumis à des droits d’auteur (vous n’y trouverez donc pas les dernières nouveautés ;)) et se développent grâce au bénévolat de certaines personnes qui relisent, corrigent et ajoutent de nouveaux ouvrages à la base de données.

Le Projet Gutenberg est également facile d’utilisation , les modes de recherches sont multiples et assez intuitifs : le lecteur au choix entre une recherche rapide, à partir d’un mot clé, ou encore une recherche avancée visant à trouver l’ouvrage se rapprochant le plus des critères.

 

Les livres peuvent être obtenus dans plusieurs formats différents , ce qui laisse la possibilité au lecteur de trouver celui qui lui convient le plus par rapport à ses besoins et aux outils qu’il utilise. On note ainsi la possibilité de télécharger au format TXT mais aussi en HTML, en EPUB ou encore en format adapté aux tablettes Kindle.

Pour ce qui est du site en lui-même, son interface reste assez sobre et ne témoigne pas de quelque chose de très moderne, son esthétique est assez rudimentaire.

Concernant son utilisation au sein d’études en lettres classiques , je pense qu’elle reste assez limitée, dans le sens où le site dispose de peu de textes antiques malgré la quantité importante d’ouvrage disponible. Il ne s’agit pas d’un site à vocation savante, mais vraiment d’ouverture à un grand lectorat. 

The National Library of Korea

 In South Korea, institutionalized efforts to collect and organize archives began in the 1960s. The Japanese occupation and Korean war, as well as the rapid progress of industrialization and modernization in less than 50 years, had left traditional archival materials neglected or damaged. The National Library of Korea and libraries in universities, led by scholars who began to take an interest in traditional cultural heritage began to collect and organize archives in earnest. As the materials began to accumulate, they struggled to establish a standardized classification system. In the early days, archives were donated by the individuals. In processing of collecting and organizing the archives, securing the uniqueness and connectivity of the original materials, and diversity and specificity of their contents, were prioritized.

 The National Library of Korea is a state-operated library and has a policy goal of becoming a representative institution for knowledge information services. It collects not only ancient texts but also domestic, foreign, and non-books through delivery, purchase, donation, exchange, and self-production. The National Library of Korea’s manuscripts are acquired through purchases and donations, mostly from individuals who were the owners of the materials. Domestic books account for 72% of the collection, and ancient texts account for only 2.2% of the collection, with 294,534 items. Although this is a fairly low percentage of the total collection, it is symbolic because it was the first institution in Korea to collect ancient texts.

 The National Library of Korea digitizes old materials such as precious and one-of-a-kind manuscripts, as well as materials that have been published for more than five years. While using the digitized resources, resources which their copyrights have expired or their use has been approved can be used by anyone free of charge. However, fees apply for the use of all other copyrighted materials under the Copyright Act. Types of digitized resources are old books and manuscripts, old maps, text books, newspapers, and more. Databases are available inside the library, and the users can only check the availability of DBs outside the library. However, if the user has a National Library of Korea subscription card, he can use some DBs externally after logging in. And they also restrict commercial use for non-research purposes.

朝英通商條約 = Treaty of Friendship and Commerce between Great Britain and Corea(1883)
National Library Media Integrated Web Viewer Service

One of the most interesting documents in library was Treaty of Friendship and Commerce between Great Britain and Corea. This is the original text of the Treaty of Friendship, Commerce, and Trade signed between Korea and Great Britain on November 26, 1883, which documents the early diplomatic and commercial relations between Korea and Great Britain in the 20th year of King Gojong(Joseon Dynasty often used the combined years of the king’s name and reign). This resource is available through the National Library Media Integrated Web Viewer Service and is available in both Korean and English. The web viewer allows you to view the original documents in image format and download them as well. You can check the information and table of contents of the document, and you can also use bookmarks and automated page turning. The web viewer has its own domain and can only be accessed through the designated site root for security purposes.

The National Library of Korea has been working on building a data base since 1980, when it started developing the Korean Literature Automated Cataloging Format (KORMARC). Currently, the National Library of Korea has 60,341 items in its database, which is 20.5% of the total number of items. And searching is more specialized for general materials, not ancient texts, and there are voices that the categories for the ancient materials need to be subdivided.

Découvertes

Bonjour, je m’appelle Inès, j’ai 21 ans et je viens d’intégrer le master humanités classiques et numériques. Passionnée de littérature, je me suis toujours sentie particulièrement attirée par l’antiquité et surtout par la langue et la culture grecque. J’ai donc finalement décidé de me plonger dans cet univers après un cursus plutôt lettres modernes, et il me tarde de le découvrir pleinement! Je vous joins ce tableau de Sappho et d’Alcée qui m’a beaucoup marquée. 

Lawrence Alma-Tadema, Sappho and Alcaeus, 1881, huile sur panneau de bois, 66×122, Walters Art Museum, Baltimore. 

 

 

Le bonjour de Carcassonne

 

Salut à tous, moi c’est Hugo, 24 ans, étudiant en distanciel en master 1 d’Humanités classique Humanités numériques. Nous ne nous verrons pas beaucoup de l’année car j’étudie à distance à Carcassonne (selon google maps nous sommes éloignés d’exactement à 776 kilomètres de distance !).

Les éternels remparts qui surplombent la ville au crépuscule

    Voilà maintenant deux ans que je ne suis plus en présentiel et c’est moins par goût que par pragmatisme. En effet, je travaille à côté comme Assistant d’Education dans un petit lycée où j’ai la chance d’être au contact d’un milieu qui me plait beaucoup: c’est à dire l’éducation, la pédagogie. Et de plus, mon salaire me permet de couvrir assez bien mes frais de scolarité ainsi que mes dépenses courantes (et oui à Paris comme à Carcassonne la vie est chère, c’est ainsi). 

   En tout cas j’ai hâte de pouvoir valider mon master et de prétendre au métier d’enseignant, ainsi que de poursuivre mon étude des lettres classiques avec ce master HCHN, qui comprend l’étude la plus complète du grec et du latin parmi tous les autres master de France en distanciel. Je suis également enthousiaste à l’idée de réaliser, sous la direction de monsieur Wolff, un mémoire qui repose sur une traduction de texte, car c’est de loin ce que je préfère faire dans mes études.

Reproduction modernisée d’un moine copiste, bougie allumée et plume à la main, œuvrant sur son manuscrit

Coup de théâtre !

Je m’appelle Laura, j’ai 25 ans et je viens d’Italie, plus precisément de la ville de Milan. Je suis étudiante erasmus à Paris alors qu’à Milan je fréquente l’Université des sciences humaines pour la communication.
Mon intérêt principal est lié au monde du théâtre, le but de cette expérience est d’élargir mes connaissances grâce à des cours qui peuvent m’aider à élargir mon bagage culturel artistique-historique et social, mais aussi informatique et pour cette raison là le cours d’Humanités Numériques semblait faire l’affaire. Goffman disait que la vie quotidienne n’est rien d’autre qu’une représentation théâtrale et en m’appuyant sur sa vision du monde, j’attends impatiemment les prochains actes et rebondissements !

Mosaïque représentant des masques grecs
Mosaïque représentant des masques grecs

Look closer to find a new story

 I am Harin from South Korea. In Korea, I am majoring Korean Language and Literature. As the name it is, what I am majoring is about how Koreans are using and had used their language in the present and the past. While studying my major, I was not sure if it is the right path for me. In the meantime, I wanted to learn a marketable technology, which led me to double major in computer science. By starting double major, I found digital technology combined with the humanities to be a fascinating field, and I’ve been studying it ever since.

 Digital technology seemed to open the new possibilities for leveraging the humanities. I came to Nanterre University because I wanted to study digital humanities in earnest. Until last year, I had been studying humanities and computer science separately in Korea, but during this placement, I hope to return Korea with a good understanding of digital humanities, which combines humanities and computing technology. I think it will be a very great learning experience for me.

  And to explain the painting I choose, I saw it a month ago when I was at the National Gallery in London. The movement is so beautiful that I didn’t realize that the two people in the painting were having a combat until I saw the title. But if you look closely at the way they move, you can see that they are using tools: a bow and a shield. The bow, which can be used to attack someone, represents the struggle for love, and the shield, which can be used to protect oneself, represents the protection of purity. Even the clothes they’re wearing reveal two contrasting people. This painting stuck with me because when I looked closer, I saw the story in a new light.

Gherardo di Giovanni del Fora; The Combat of Love and Chastity; The National Gallery, London; http://www.artuk.org/artworks/the-combat-of-love-and-chastity-115497

 

 

Du rêve à la réalité

Originaire de « la petite Rome des Gaules », j’ai eu la chance d’être élève dans un collège qui était situé entre l’amphithéâtre et le théâtre antiques arlésiens. Tous les jours, les vestiges romains étaient sous mes yeux et me fascinaient tout en rendant plus concrets les cours de latin.

Plus tard, pendant mes études universitaires de lettres modernes, je n’ai cessé d’être attiré par les lettres classiques, validant des UV (UE d’une autre époque) de littérature latine et grecque dès que j’en avais la possibilité. Après l’obtention du CAPES à la session toute ronde de l’année 2000, je suis devenu professeur de français et j’ai été muté en ligne droite à la frontière entre la Savoie et l’Italie. Un voyage scolaire m’a permis de découvrir avec enchantement l’Urbs et la ville de Pompéi.

Et ce n’est qu’en août 2022 que j’ai osé faire le premier pas vers mon rêve : reprendre des études de langue et littérature ancienne. Le DUCLA – option latin a été la première marche. Avec ce master, j’ai envie de gravir quatre à quatre les marches qui conduisent aux « humanités classiques et numériques ». J’ai choisi ce master car il permettait de faire des études classiques sans être helléniste. La charge de travail est lourde en travaillant à plein temps au centre de la Gaule. Mais je suis heureux de faire partie de cette communauté apprenante et humaniste pour cette année universitaire 2023 – 2024 !

Frédéric

Les Cryptoportiques de la ville d’Arles, avril 2022
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search