De l’utilité du PHI

  

Le PHI (Packard Humanities Institute), dès la page d’accueil, se présente comme un site au design épuré : celle-ci comporte peu d’informations, en dehors de l’intitulé du site, d’un avertissement concernant les droits de reproduction des textes mis en ligne :

I agree to use this web site only for personal study and

not to make copies except for my personal use

under “Fair Use” principles of Copyright law.

et d’un lien permettant à l’utilisateur de contacter la société qui régit le site. L’internaute est donc averti : il s’agit d’un domaine privé, dont le contenu est protégé, où chacun doit montrer patte blanche pour entrer ; la première impression passée, il s’aperçoit que cet avertissement est moins prohibitif qu’annonciateur de bonnes nouvelles : le « Fair Use » est une limitation du droit d’auteur destinée à permettre à ceux qui ont à travailler sur des œuvres protégées de le faire gratuitement, dans la mesure où leur usage n’en est pas abusif (pas de plagiat, pas de diffusion commerciale, entre autres). Il est donc l’indice que ce site s’adresse d’abord à des enseignants et étudiants, pour leur offrir un moyen simple et direct d’accéder à la littérature dont ils ont besoin.

Après s’être porté responsable pour son usage des données rendues accessibles sur le PHI, l’internaute se retrouve face à une liste alphabétique d’auteurs latins. C’est là, a priori, l’ensemble des textes latins disponibles jusqu’au IInd siècle ap.J.-C, auxquels s’ajoutent quelques textes plus tardifs (sans que soit justifié la raison pour laquelle ces textes ont été ajoutés, ni pourquoi ceux-ci justement l’ont été) :

 Capture d’écran 2014-12-04 à 13.11.50 Le design est toujours aussi agréable, et l’on peut commencer à dérouler la liste pour chercher l’auteur qui nous intéresse. On est donc revenu à l’époque du rouleau : on doit chaque fois repasser toute la liste pour parvenir à l’endroit voulu, sans recours possible à un index, à un sommaire – ou son équivalent – catégorisant les auteurs en fonction du siècle où ils sont vécu, par exemple, ou selon toute autre information pertinente. L’alternative est faire la recherche soi-même, sur la page de texte.

Essayons à présent de cliquer sur le nom d’un auteur :Capture d’écran 2014-12-04 à 13.12.59

Aucun renseignement n’est fourni en dehors d’une liste des œuvres et il n’est toujours pas fait mention de dates. La seule indication est celle des bornes de temps des auteurs du Canon latin, entre lesquels se situent forcément les auteurs présentés. Passer la souris sur le nom d’une œuvre permet d’avoir des informations sur l’édition dont le texte rendu accessible sera issu, informations auxquelles on peut également avoir accès en cliquant sur le nom de l’auteur :

Capture d’écran 2014-12-04 à 13.13.22

Si l’on observe le code source de la page d’un texte quelconque, aucune information supplémentaire n’est non plus fournie, ce qui aurait pu être un compromis, quoique peu pratique, pour conserver le design simple et élégant du site, peut-être sous forme de commentaires afin de permettre à des lecteurs non initiés de ne pas se perdre dans les balises.  

Venons-en au texte lui-même : il est présenté de façon toujours aussi simple, rendant sa lecture agréable ; le manque d’informations rend en contrepartie l’interface plus claire et permet de se concentrer sur le texte. La navigation de page en page se fait également facilement, et on peut simplement, grâce à la barre de défilement présente au-dessus du texte, trouver le passage qui nous importe. On ne peut cependant pas faire une recherche directe concernant un vers, sauf à passer par l’onglet de recherche de mots. La fragmentation du texte ressemble en fait à la fragmentation paginale d’une édition, et imite probablement celle de l’édition d’origine ; les numéros des vers, intégrés au texte (et non informés dans le code, sous forme de balises), donnent également l’impression que l’on a une image du texte original. Mise à part sa lecture, tout autre usage (de copie, par exemple), est par là limité, puisqu’on ne peut pas sélectionner un extrait sans sélectionner la numérotation qui l’entoure ; nettoyer le texte obtenu de toutes ces informations parasites est en soi décourageant, ce qui limite les risques d’infraction du « Fair Use ». Il est aussi probable que ce format, qui paraît assez aberrant, par rapport à nos pratiques actuelles sur les textes présents sur le web, conserve le souvenir du support sur lequel se trouvaient les textes avant leur mise en ligne, à savoir un CD-Rom. L’étrangeté des URL du site en sont sans doute aussi le témoin.  

Malgré l’avantage de lisibilité que procure une présentation ne conservant que le texte, on ne peut par ailleurs que regretter qu’il n’y ait pas d’apparat critique, d’outils d’analyse, par exemple grammaticaux ou lexicaux (comme sur Perseus), ni de renseignements complémentaires sur l’auteur ou/et l’oeuvre ; l’édition dont est tiré le texte n’est même pas précisée sur la page. Des signes critiques témoignant du travail de l’éditeur sont en effet présents, avec plus ou moins de détail, dans les textes, mais sans justification :

Capture d’écran 2014-12-04 à 13.14.34

On peut en revanche saluer la possibilité de faire une recherche directe de concordance à partir du texte, à l’aide d’un double-clique dans l’ensemble du corpus présenté sur le site, de shift et du double-clique dans le corpus de l’auteur, ou, si l’on maintient shift, dans le texte où se trouve le mot. Une recherche sur le terme sacraria au chant X des Métamorphoses d’Ovide donne par exemple dix-sept résultats sur l’ensemble du corpus, résultats qui sont accompagnés d’un contexte (la référence de l’oeuvre, la ligne précédente et la ligne suivant celle où se trouve le mot recherché, pour chaque citation). La procédure peut être raffinée grâce à certains signes et conventions indiquées à droite de la barre de recherche, ce qui en fait un outil efficace. Nous venons toutefois de décrire les actions permises dans l’onglet « Word Search », et non l’onglet « Concordance ». Ce dernier donne les mêmes résultats que précédemment, mais présentés d’une autre manière : tous les résultats, dans la mesure du possible, sont présents sur la même page, un résultat équivalent à une ligne, ce qui devrait en donner une meilleure visibilité. Ce n’est pourtant pas le cas : le contexte qui accompagne le terme recherché est plus restreint et il ne correspond ni à des phrases ni à des lignes. La partie concernant la recherche d’un mot ou ensemble de mots est finalement mieux conçue que la mise en ligne des textes eux-mêmes, quoique la limitation des recherches, quant elles donnent plus de 500 réponses, soit limitée et génère de façon apparemment aléatoire une page présentant ceux qui ont été retenus. Bien que l’internaute ait peut de chances de vouloir parcourir plus de 500 occurrences, il voudrait sans doute pouvoir choisir lesquelles consulter, en voyant ne serait-ce que la liste, sans les références, de tous les auteurs chez lesquels le terme cherché a été trouvé.

Le manque de dimension critique sur le texte, mais aussi sur le site, le rendent peu utile pour l’usage d’étudiants ou de chercheurs, lesquels ne peuvent pas se contenter de travailler avec un texte brut, d’autant plus qu’ils ignorent quand le site a été crée, quelle est sa dernière mise à jour, quelle est l’équipe qui s’en est occupée, et quel est leur manière de procéder. Il est mentionné que les textes sont issus d’un CD-ROM, dont la version est indiquée, mais pas la date, non plus que les modifications qui ont pu y être apportées depuis pour sa mise en ligne. Je dis qu’ils l’ignorent, car ces informations ne paraissent à première vue pas disponibles (celles mentionnées dans l’onglet « About » étant trop sommaires) : il faut savoir où chercher pour les découvrir, à savoir télécharger les termes du PHI, lesquels mentionnent la date à laquelle est sorti le CD-ROM  (1991). La seule manière de savoir si le site a évolué est sans doute de poser la question en utilisant le mail de contact fourni sur la page « About ». Et cela reste peu de choses.

Ce site donne ainsi l’impression d’être figé depuis l’éternité et de ne pas devoir changer. Les outils ne manquent pourtant pas pour l’améliorer : les textes peuvent être enrichis, de sorte que l’internaute puisse, en cliquant sur tel nom, ou passant sa souris sur tel nom, avoir des informations sur celui-ci, peut-être une situation géographique, s’il s’agit d’un lieu, ou d’un itinéraire, si cela se révèle intéressant pour le texte en question. Et si cela demande des moyens et un temps trop important, il est toujours possible de renvoyer à des sites qui eux, permettent d’apporter d’autres perspectives. Son intérêt me paraît incertain: il a peu d’atouts à opposer aux sites qui lui sont concurrents, tel Perseus (même s’il s’agissait justement de le dépasser pour proposer un site aussi performant que le TLG, mais pour le latin) ou Itinera Electronica (malgré le faible nombre de textes). Ses avantages sont manifestement la volonté d’exhaustivité du corpus proposé, la disponibilité de ces textes (accessibles gratuitement, librement, du moment où les normes d’utilisation sont respectées – un non-respect de ces normes pouvant entraîner, s’il est révélé, des poursuites judiciaires), la facilité de navigation qui le caractérise, et sa rapidité. Il a bien sûr le mérite de mettre en ligne une bibliothèque latine classique très riche, dans laquelle on peut trouver des raretés, ce que l’on aurait sans doute eu du mal à trouver près de chez soi, surtout si l’on habite pas une grande ville universitaire. Sa restriction aux textes classiques est toutefois un choix qui témoigne d’une certaine vétusté : les époques plus tardives étaient alors à peu près ignorées, ce qui n’est plus le cas dans la recherche, quoique cela le reste souvent dans l’enseignement. The Latin Library a sur le PHI l’avantage de proposer un ensemble de textes chrétiens, médiévaux et néolatins, ouverture salutaire. Des personnes souhaitant seulement un certain confort de lecture, ou justement à récupérer un texte brut pour leur usage personnel (s’ils prennent la peine de le nettoyer, comme mentionné plus haut), peuvent le préférer à d’autres sites du même type, mais son public reste probablement restreint – le texte n’étant présent qu’en latin, il faut au moins que l’internaute soit en mesure de savoir ce qu’il a sous les yeux – et devrait encore se restreindre s’il ne change pas.  

Quelques remarques à saut et à gambade sur le TLG

Le Thesaurus Linguae Graecae est un outil d’une utilité considérable pour qui désire travailler sur la littérature grecque. L’histoire du projet est longue, et importante dans l’évolution des humanités numériques. Le projet est né en 1972 à l’Université de Californie. Il s’agissait de créer une base de données informatiques qui rassemblerait l’ensemble de la littérature grecque antique depuis Homère jusqu’à la chute de Constantinople. David Packard a élaboré, autour de ce projet de TLG, le système Ibycus pour travailler avec les textes, ainsi que le code Beta pour afficher et lire les caractères polytoniques du grec ancien. C’est autour de ces technologies que s’est développé le TLG, d’abord disponible sur CD-Rom. Aujourd’hui, toutefois, le TLG est accessible en ligne, et les textes grecs en Unicode, ce qui facilite grandement l’utilisation des données.

Le corpus immense couvert par le TLG n’est cependant disponible qu’à quelques *happy few* ; en effet, l’accès est payant, et par conséquent est d’abord destiné aux chercheurs ou étudiants, grâce aux bibliothèques institutionnelles. Le projet est donc principalement destiné aux recherches savantes sur l’Antiquité, et non à une diffusion globale des savoirs.

L’intérêt du projet est multiple. En effet, il est possible d’effectuer des recherches dans l’ensemble du canon littéraire, que ce soit par auteur, par titre d’oeuvre ou par publication, et ainsi de trouver facilement un texte qui peut être utile au travail en cours. Lorsque l’on travaille sur un texte, il est très facile d’en voir la structure et d’atteindre le passage que l’on cherche.

Capture d'écran 2014-12-07 13.43.26

Une autre possibilité offerte par la base de données, qui est extrêmement utile, est la recherche lexicale à travers le corpus. Je me suis personnellement beaucoup servi de cette fonction, pour mes travaux en mythologie, mais également en linguistique. En effet, il est possible de définir de nombreux paramètres de la recherche : non seulement le mot que l’on recherche, mais également le corpus que nous voulons étudier (un auteur particulier, une oeuvre précise…). On peut également étudier la proximité entre deux ou trois termes.

Capture d'écran 2014-12-07 13.02.54

Les analyses permises par le TLG sur la littérature grecque sont ainsi précises et facilitent la recension des formes. Et s’inscrire sur le site offre en outre la possibilité d’enregistrer les recherches, afin d’y revenir plus tard.

Capture d'écran 2014-12-07 14.25.04

Enfin, la lemmatisation introduite récemment ajoute encore des possibilités d’analyse. Il faut encore ajouter que lorsqu’on consulte un texte, chaque mot contient un lien qui renvoie à une entrée dans le dictionnaire de grec de Liddell-Scott-Jones.

Capture d'écran 2014-12-07 14.13.44

Toutefois, quelques critiques sont à apporter à ce projet. Les textes numérisés proviennent d’éditions en général anciennes, libres de droit, qui ne correspondent pas tout à fait à l’état actuel des recherches. Pour ne prendre qu’un exemple qui me concerne, le texte des *Argonautiques orphiques* est celui de l’édition des Belles Lettres de 1930 ; une autre a été faite en 1987, qui revient à plusieurs reprises sur le texte de l’édition de 1930. Un autre inconvénient du site est l’absence d’apparat critique, puisqu’il ne donne qu’une forme du texte établi. Enfin, si l’on a besoin du texte pour un travail personnel, qu’il faut donc le copier, les références de paragraphes ou de numéros de vers en font partie.

C’est donc un projet absolument fondamental que nous avons avec le Thesaurus Linguae Graecae, mais il pourrait profiter des évolutions de l’édition critique en ligne, avec notamment le langage XML, pour qu’il soit encore plus intéressant de travailler avec cet outil.

Terra incognita

Billet_2_ZUCKER_image

Je m’appelle Pablo Zucker, j’ai 23 ans, un baccalauréat scientifique et une licence d’Humanités classiques de l’université Paris Ouest. Mon parcours est un peu particulier, puisque je n’ai suivi effectivement que les cours de 3ème année ; les deux premières années de licence, je les ai passées en classe préparatoire au lycée Paul Valéry.

Je ne suis pas certain, à ce stade, d’avoir vocation à être chercheur. Si j’ai choisi de m’inscrire en master d’Humanités classiques, Humanités numériques, c’est avant tout dans la perspective de l’agrégation. L’éducation m’intéresse au premier chef, non la recherche.

Cependant, on ne peut nier que l’un et l’autre soient liés. Une carrière professorale à l’université ne peut se dérouler sans un travail de recherche en parallèle. Or je n’écarte pas la possibilité d’enseigner à l’université, quoique mon regard soit plutôt tourné actuellement vers le collège et le lycée. C’est la raison pour laquelle je me plie volontiers à l’exercice du mémoire : ce sera pour moi l’initiation à une méthode universitaire, l’opportunité de développer mes qualités d’initiative individuelle, d’organisation autonome, et l’occasion d’approfondir ma connaissance d’un auteur et de ses modèles.

J’ai choisi, cette année, de travailler sur le poète-philosophe Lucrèce. Je voulais d’abord m’aventurer en terre inconnue : or, ce qui m’était le plus inconnu c’était le discours scientifique de la nature. Je ne pouvais comprendre l’utilité de le lire aujourd’hui, tout invalidé qu’il était par la science moderne. Mais en parallèle, ce mystère relevait l’intérêt d’un tel champs de la littérature, au statut incertain, dont la réception des contemporains ne pouvait sous aucun aspect être assimilée à la nôtre : c’était pour eux une authentique source de connaissance, c’est pour nous un document historique, une étude sur des objets devenant à son tour objet d’étude, ou tout au mieux une fantaisie, un conte. Du point de vue de son enseignement sur la nature, il était parfaitement inutile. Or, c’est précisément cet inutile, je crois, qui m’importait. Car aujourd’hui, ce qui caractérise la connaissance de la nature, c’est l’utile. Nous ne savons plus déployer une connaissance de la nature autrement qu’asservie à une fonction précise. L’enjeu de l’utilité est à tel point présent dans la connaissance de la nature, que seule une catégorie d’homme ose désormais s’aventurer dans l’expression de la moindre parole : les spécialistes. Pour l’individu i, hors de question de se risquer à produire une parole qui pourrait se révéler inefficace, inapte aux grands systèmes qui règnent en maître sur le domaine. Je croyais donc certainement pouvoir débusquer ce qui rendait alors possible un tel discours, à la fois les instruments de connaissance et l’intérêt qu’il pouvait susciter chez les contemporains, autrement dit l’utilité d’un discours inutile, d’un discours sans fonction pratique immédiate, sans valeur ajoutée. Peut-être qu’en m’y aventurant, j’y trouverais une sorte d’argument contre notre conception contemporaine, une bonne raison pour réhabiliter le débat public sur la nature, ou du moins former un tel souhait. Outre sa qualité de discours sur la nature, c’était un poème. Et c’est probablement sous l’influence de cette bâtardise, de cette singularité très surprenante ( pour des yeux à nous contemporains, bien sûr ), que je me suis définitivement fixé sur Lucrèce. Sans vraiment savoir pourquoi, j’étais très intrigué par les relations qu’entretenaient science et poésie, philosophie et poésie, ou plus largement connaissance et poésie.

Le dernier homme…

voyant_tools

L’on pourrait croire qu’une élite intellectuelle et culturelle en puissance a toujours soin, par ses immenses propensions à embrasser tant de savoirs et d’idées qu’elle passe son temps à confronter pour déboucher inévitablement sur les mêmes conclusions jamais tranchées quels que soient les sujets, d’apprendre à tolérer la doxa pédagogique d’universités ne faisant que peu de cas de l’expression créatrice pour laisser place à un scientisme absolu. Dans une volonté très démocratique de justifier tous les goûts et toutes les disciplines existants (sans doute, dans un esprit égalitariste, pour accorder le statut de « professeur » à quelqu’un qui beuglait que sa passion était aussi légitime et transcendante que des études portées par le poids de la tradition, de l’Histoire et et de l’érudition quasi-érémitique telles les lettres classiques), ainsi en est-on réduit à devoir étudier l’informatique, la communication, le management et autres étrons diarrhéiques d’anciennes disciplines plus aristocratiques à l’élégance et à la saveur d’un vin miellé tout droit venus du monde de l’axe du Bien et du « branché », même quand on a tout fait pour ne devoir pas en arriver là: le monde anglo-saxon.
En tant qu’étudiant en lettres classiques et modernes, je méprise profondément toutes ces fausses nouveautés technologique ou ludique provoquant l’hystérie générale mais qu’on retrouve pourtant dans les recherches d’emploi afin d’espérer avoir, pour le malheureux sur-diplômé, ne serait-ce qu’un entretien d’embauche avec un « jeune cadre dynamique kiffant la life » qui n’a pour seul atout de séduction qu’un porte-monnaie s’ouvrant aussi facilement que les jambes d’une prostituée dans un bordel pour marins. Parce que des compétences dans les domaines mentionnés plus haut sont souvent requises, et parce que l’élite intellectuelle a été malencontreusement supplantée par une élite boutiquière qui ne pense qu’avec lesdites jambes (avec l’heureuse collaboration des universités s’accouplant aux entreprises pour survivre, ce qui établit une hiérarchie institutionnelle…), les littéraires ne sont plus des écrivains futurs, les littéraires ne sont plus des penseurs, des novateurs, des créateurs ou même des rêveurs. Les voilà relégués au rang de simples ressources humaines servant les Léviathans entreprenariaux qui ont toutefois, afin de modérer le propos (merci l’université châtrée!), assez de synapses pour reconnaître que nous savons parler en usant d’une diction supérieure à la moyenne, ce qui est pratique pour leur servir de Bescherelle vivant.
J’ai dû être bien naïf pour penser que j’arriverais à changer les choses, au moins à mon échelle, ou à agir à ma guise et que ce genre de discours remporterait nombre de suffrages puisqu’il propose d’inverser, ou plutôt de remettre au bon endroit dans la hiérarchie la plus naturelle qui soit, celle en laquelle l’intellect, l’érudition et la culture se retrouvent au haut de la chaîne alimentaire, ces boutiquiers arrivistes, parvenus et prodigues dans l’anatomie d’un pays : l’estomac… Oui ! les études des lettres et de tout ce qui réclame un esprit curieux, savant et créatif sont bien supérieurs aux dépotoirs médiocratiques car cela mobilise l’usage d’un cerveau qui ne peut qu’échouer dans ces domaines s’il n’a pas commencé à servir depuis sa plus tendre enfance. En revanche, tout le monde sait utiliser son estomac de la même manière et instinctivement sans avoir besoin de se dire « Je digère donc je suis ». De plus, le résultat est toujours le même… L’estomac n’a pas conscience de lui, c’est un outil, non un chef qui détermine les individualités.
Si selon moi de telles études sont bien plus précieuses à l’humanité que tout ce que l’humanité actuelle pourra pondre d’œufs surprises éphémères (pour divertir les enfants!), et c’est ce qui justifie une telle causticité envers la montée en puissance des relents gastriques et une telle tristesse envers les cerveaux grabataires fiers de cette situation, c’est parce qu’elles se définissent par leur intemporalité. Jamais nous ne pourrons les rattacher à une époque en particulier. Elles persistent et persisteront encore. Elles sont seules capables de défier les siècles sans que jamais leur dorure ne ternisse, même sous les lancers de boue des quelques singes carnavalesques criant à l’inutilité économique, sociétale (pour les rares capables d’user de ce terme)… On parle encore de La Princesse de Clèves, dès demain, eux, on les aura oubliés.
Je ne veux pas être eux, c’est tout ce qui (m’) importe…

Le miroir de Narcisse

Parler n’est pas un acte anodin. Écrire ne l’est pas non plus. Dans le monde d’aujourd’hui, celui de la communication instantanée, où chacun cherche incessamment à inscrire sa parole dans le domaine public, on a peut-être tendance à l’oublier. Chacun parle de soi, mais parler de soi n’est pas chose évidente. C’est pourtant l’exercice auquel je vais me plier.

billet_2_moine_image
“Les mots dans ma bouche fondent, les paroles s’entrechoquent”

 

Ayant été élevé dans un environnement bilingue, je n’ai jamais cessé de me poser des questions sur le langage. Le va-et-vient incessant entre deux langues, deux cultures, deux mondes, m’a toujours intrigué. J’ai toujours voulu comprendre ce que c’était que ce merveilleux outil, qui nous permet de nommer le monde, mais qui ne me semble jamais définitif. C’est sans doute ce qui m’a conduit aux études de philologie classique, et qui a façonné mon intérêt pour les langues vivantes et la littérature.

Après deux années en classe préparatoire littéraire, j’ai terminé ma licence de lettres classiques à la Sorbonne, avec une spécialité en grammaire comparée des langues indo-européennes, tout en suivant des cours de mythologie et de langues vivantes à l’ENS. L’importance que j’accorde à la pluridisciplinarité m’a conduit à travailler en Master 1, à l’université de Paris X, sur la figure de Thamyris le citharède dans l’Antiquité et ses résonances dans l’œuvre du poète russe Innokentij Annenskij. Mes pas m’ont ensuite mené à l’université de Vienne, où j’ai pu, l’an dernier, me former en archéologie et histoire de la religion grecque, en études scandinaves et fenniques.

Actuellement en Master 2 d’Humanités classiques et numériques, je m’intéresse tout particulièrement à la valeur performative de la langue. Parole magique, parole rituelle. Que fait-on lorsque l’on parle ? L’acte d’énonciation même ne contient-il pas une force intrinsèque, qui nous échappe ? Et quand ces paroles magiques sont mises à l’écrit, sur des plaques d’or qui accompagnent les défunts dans l’au-delà, quel est le pouvoir des mots ?

Ce sont les mêmes questions qui motivent mon travail de recherche sur la poésie orale finnoise et le monde des incantations. Je m’intéresse aux rapports et aux tensions qui existent entre l’oralité et l’écriture, entre le monde d’ici et l’au-delà, que parviennent à relier les mots du connaisseur, celui qui connaît la langue et l’utilise pour se rendre maître des forces naturelles et surnaturelles.

Les mots, la parole, les langues en disent beaucoup sur nous, et sans doute gouvernent-ils l’ensemble de mes activités, tant universitaires qu’artistiques. Mais tout cela n’est qu’une modeste tentative pour donner du sens au monde et espérer le comprendre un peu mieux.

Humanités Ibériques

640px-0_Sénèque_-_Musée_du_Prado_-_Cat._144_-_(2)

Mon cas est un peu particulier : quoique étudiant de ce master, je n’assiste pas effectivement aux cours dont il est composé, étant en Erasmus à Madrid dans un master intitulé « Philologie classique ». Néanmoins il me faut tant bien que mal conserver un lien avec les enseignements que les autres étudiants suivent en France, en particulier ceux que ma formation espagnole ne traite pas, à savoir la partie « numérique ». J’ai en outre accumulé un peu de retard, puisque je n’ai pris contact avec Aurélien Berra que la semaine dernière.

C’est donc d’un point de vue externe, et in medias res, que j’aborde les humanités numériques. Ne sachant pas vraiment par où commencer, je me suis essayé aux différents sites récoltés de-ci de-là dans le dossier partagé sur Dropbox. J’utilisais déjà Perseus que je connais bien, mais j’ai fait la découverte du TLG et d’autres bases de données de textes classiques. J’ai été notamment intrigué par l’outil « Concordance » du site PHI Latin Texts, par lequel j’ai pu observer des morceaux de vers récurrents contenant le mot « ratio » dans le De Natura Rerum de Lucrèce. Dans l’optique d’un travail sur ce dernier, où l’analyse du vocabulaire et du contexte au milieu duquel il apparaît seront particulièrement pertinents, cet outil me sera certainement bien utile.

Cette première entrée en matière me semble du reste assez floue et incertaine. De même qu’un commentaire de texte qui, sans saisir les enjeux spécifiques, demeurerait général et comme applicable aux autres textes d’un même auteur ou d’une même école, ma perception de ces outils, superficielle, me les présente indifférenciés et comme équivalents les uns aux autres. Je ne parviens pas non plus à en faire une utilisation assez experte ni précise pour qu’elle me soit véritablement utile. Il me faut, par exemple, composer une première bibliographie de mon sujet de master. Mais faute de savoir comment affiner ma recherche, le nombre d’ouvrage que me propose le site WorldCat, lorsque j’entre comme mot-clé l’auteur sur lequel porte mon travail, Lucrèce, est bien trop important pour que la recherche me soit instructive.

C’est donc un peu perdu, mais avec enthousiasme, que j’aborde les humanités numériques.

L’étudiante étrangère !

billet_2_grammatikou_image

Je m’appelle Maria et j’ai 22 ans. Je viens de la Grèce. J’ai déjà terminé mes études à l’Université Nationale & Capodistrienne d’Athènes aux Lettres Classiques. L’année dernière j’étais étudiante Erasmus à Paris et j’ai étudié à l’Université Paris Ouest. J’ai tellement les meilleurs souvenirs par mon parcours et de la vie à Paris en général.

En ce moment-là, je suis étudiante au niveau de master 2 sur les Lettres Classiques à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. J’ai choisi cette année de travailler sur la poétesse lyrique Sappho et la réception du mot erôs chez elle et chez Parthénios de Nicée et son œuvre Passions amoureuses (Περὶ Ἐρωτικῶν Παθημάτων / Perì Erôtikỗn Pathêmátôn).Il s’agit d’un recueil de trente-six histoires d’amour malheureuses en prose. Le thème d’amour m’intéresse trop et je vais étudier sur toutes les opinions ont déjà dites dans l’Antiquité et de penser aux récits différentes lesquelles concernent le mot au fil des siècles.

Premier billet

DSC04274

 

Mon état d’esprit en commençant le séminaire d’Humanités Classiques Humanités Numériques
L’idée d’un séminaire d’Humanités Numériques associant avec les Humanités Classiques me donne un grand plaisir. Je trouve très intéressante et passionnante la possibilité d’avoir connaissance des liens auxquels je peux trouver des informations pour mes travaux de recherche seulement avec l’usage de mon ordinateur.
C’est vrai que je ne connais pas assez beaucoup de chose en ce qui concerne l’ordinateur et l’Internet. C’est la raison pour laquelle je préfère aller aux bibliothèques et être en contact direct au texte. Néanmoins il faut connaitre la manière dont les ordinateurs et surtout l’Internet nous aide sur notre métier et nos travaux. Du fait que nous faisons partie d’une génération qui a grandi avec les ordinateurs et l’usage de l’Internet et étant donné que ce développement sera existé dans l’avenir, c’est essentiel de connaitre de plus en plus des façons d’utiliser l’Internet et ses moyens.

Premier billet

labedancharlotte_image_billet_1_un_blogueur_surpris_par_des_internautes
© 1939 – Columbia Pictures
Un universitaire surpris par des internautes

L’expression d’ « humanités numériques » m’a parue dès le premier abord étrange, et le restera sans doute un certain temps. Les disciplines des humanités ont été soigneusement définies et leur pratique méthodiquement bornées dans un arbre des savoirs, jusqu’à l’époque du développement du numérique, justement; malgré les chemins de traverse entre disciplines, de plus en plus nombreux, elles ont l’air de s’être perpétuées selon les mêmes méthodes de transmission et de manipulation des connaissances. On peut se demander si parler d’humanités numériques désigne seulement une transposition mécanique des savoirs, d’un support à un autre; il semble aujourd’hui évident que non, et je crois que l’objet du cours est aussi de nous le faire comprendre. C’est un autre domaine de recherche, qui mène à une pratique différente de ces disciplines, dont on a commencé à faire l’expérience, en tant qu’élève, mais souvent sans distance critique. Pour ma part, prendre ce recul n’est pas évident: je vois le côté pratique des outils qui sont à ma disposition, sans distinguer toujours en quoi cela modifie ma façon de travailler, les questions que je pose et les réponses que j’y apporte. Chose d’autant plus essentielle qu’ils sont incontournables: la recherche est toujours aussi numérique, j’imagine, encore faut-il savoir ce que cela veut dire, et ce que cela change pour ceux qui la font.

Au commencement…

...était le Verbe ?
…était le Verbe ?

S’intéresser à la fois à la culture antique et aux nouvelles technologies surprend, intrigue, choque parfois. Parmi les étudiants de lettres classiques, c’est quelque chose qui est loin de faire consensus. Les technologies numériques ont beau faire partie intégrante de notre vie quotidienne, puisque nous utilisons des ordinateurs, des portables, des tablettes pour des activités aussi diverses que nombreuses, et elles ont beau s’implanter de plus en plus dans le travail d’étudiant et de chercheur, j’ai l’impression que c’est souvent avec résignation qu’on les utilise, parce qu’il faut bien vivre dans son temps. Mais la réflexion qu’engagent les humanités numériques est accueillie avec scepticisme : nous serions des littéraires, et non des informaticiens, qu’avons-nous à faire de toutes ces choses-là ?

Sans dire que je suis un adepte des nouvelles technologies depuis le départ – ce qui serait absolument faux –, je dois bien avouer que je suis à l’heure actuelle passionné par les questions que soulève cette notion. M’étant initié lors de mon travail de recherche en M1 au Thesaurus Linguae Graecae, j’ai compris à quel point les nouvelles technologies d’information nous permettait d’effectuer un travail différent de celui qui s’effectuait auparavant : la masse de connaissances recueillies dans les bases de données permet des analyses quantitatives pour lesquelles le seul travail humain n’était pas possible. Il est inutile cependant de chercher à apposer des jugements de valeur sur les travaux qui se font à l’aide de ces nouveaux outils ; ils ne sont ni moins bons, ni meilleurs, ils offrent simplement la possibilité d’une nouvelle approche des mêmes objets, tout aussi intéressante.

Je fais partie d’une génération qui a grandi avec des ordinateurs, avec le développement de l’Internet. Peut-être pour cette raison, j’ai le sentiment de manquer de distance par rapport à ces outils, de m’en servir quotidiennement, sans savoir comment ils fonctionnent, sans savoir ce que je fais. Depuis quelques années, je réfléchis beaucoup à ces questions, et, grand amateur de livres en papier, je me demande souvent ce que change l’écran à notre perception du livre, du texte, de la littérature. Nous sommes sans doute dans une période de transition, et il est probable que nos façons de réfléchir dépendent des moyens que nous donnons à notre esprit. Réfléchir, faire de la science et de la recherche avec les technologies numériques, ce n’est assurément pas la même chose qu’en faire sans. De nouvelles possibilités de travailler, de communiquer, de partager nos travaux s’offrent à nous.

C’est avec un grand enthousiasme que j’aborde ce début d’année et ce séminaire d’Humanités numériques. Dans mes travaux de recherche personnels, je m’intéresse particulièrement aux rapports qu’entretiennent la sphère de l’oralité et celle de l’écrit, en me concentrant autour des pratiques rituelles magiques et de l’importance de la parole performative, à la fois dans l’Antiquité grecque et la culture finnoise. Je me rends bien compte que la valeur du texte n’est pas la même dans une société qui privilégie l’oral que dans une société où la culture est écrite, son sens n’est pas le même. Nous vivons avec l’écran une évolution probablement semblable, et je crois que ce séminaire d’Humanités numériques me permettra de mettre en lien de façon très fructueuse ma propre activité de recherche avec mon sujet de recherche.

Ecce numericus

image_pour_billet

L’étude des lettres classiques, toute poussiéreuse qu’elle soit, n’en dégage pas moins le charme que possèdent de vieux livres jaunis, odorants et rongés qu’on retrouverait dans un grenier baigné d’un mince mais précis rai de lumière en direction de ceux-ci. Son ancienne bibliothèque, qui ne défatigue pas à les ranger malgré tout harmonieusement après toutes ces années d’abandon voire de mépris par les résidents en-dessous, n’est rien d’autre que le poids noble et difficilement contestable de la tradition érudite, laquelle, à travers d’illustres noms inscrits sur les étagères voluminiques, a érigé cette étude au rang de connétable des lettres.

Cette bibliothèque demeure oubliée parce que les résidents inférieurs lui ont préféré des reliures noires, froides et plus adaptées aux modes “branchouilles” et “cool” de leur époque souvent très demandées quant à leur utilisation et leur maîtrise par les décideurs récents d’avenir un peu parvenus: les ordinateurs. Cette technologie, tel un aspirateur d’âmes, se contente d’emprisonner le contenu d’un corps livresque séculaire derrière son écran simulant la lumière et en adopte ainsi l’apparence qu’il tente de faire passer pour “moderne”. Ce diable vous regarde presque ironiquement tandis que vous le considérez comme facilitateur de tâches mais ne vous dira pas que sa maîtrise requiert des performances annexes et subalternes que le monde qu’il a créé a rendues indispensables en noyautant les milieux universitaires pour les légitimer par l’esprit.

Le voilà régnant sur les identités par l’immensité d’un réseau englobant facilement notre trop petite planète et sur les notions esthétiques de l’écriture manuelle par le bruit monotone de ses boutons où l’encre est factice et ne peut plus caresser le papier en des langueurs quasiment fétichistes. Le numérique s’est fait Monos et son regard a pardonné Babel d’avoir divisé sa langue et Adam et Eve d’avoir voulu goûter à la Connaissance en rendant à l’humanité son innocence décérébrée.

Classiques et numériques

Depuis 2014, le master « Humanités classiques et humanités numériques » de l’université Paris-Ouest intègre des enseignements d’humanités numériques. À travers ces séminaires, les étudiants découvrent l’histoire et la situation actuelle de ce champ, après plus d’un demi-siècle de recherches, et conçoivent des projets articulés avec leurs autres séminaires, leurs sujets de mémoire et les stages qu’ils ont choisis.

L’apprentissage se fait d’une manière essentiellement active, par des comptes rendus de lecture, par l’analyse de projets existants et par l’élaboration de projets aussi bien personnels que collectifs. De nombreuses dimensions des pratiques savantes numériques sont explorées : identité numérique et socialité savante, nouveaux modes de collaboration et de contribution, relations avec les bibliothèques et les institutions patrimoniales, transformations des cadres professionnels, économiques et juridiques, renouvellement épistémologique de l’étude du passé.

Le master propose ainsi une initiation aux compétences mises en œuvre dans le domaine des Digital Classics : création et usage des documents, publication en ligne, maniement des bases de données, encodage des textes, traitement des images, étude et visualisation des corpus. L’objectif est de comprendre l’évolution des sciences de l’Antiquité en se familiarisant avec les méthodes et les outils qui s’inventent aujourd’hui.

Ce carnet de recherche est le lieu numérique de ces travaux : en les rendant possibles, sur un mode collaboratif, il les rend également publics.