Perseus, un site pétrifiant?

Que Nul ne nie : la première accointance que nous eûmes de ce site date de nos débuts de classicistes brillants, quand notre regrettable déficience nous forçait à l’aller consulter pour terminer en temps et en heure nos versions de Sénèque ou Homère. A un niveau légèrement plus élevé –mais une maîtrise toujours des plus médiocres, hélas-, la Perseus Digital Library reste encore pour nous un outil des plus appréciés.

Ce projet, comme son nom l’indique, consiste à mettre à disposition une bibliothèque numérique (pourquoi associée à Persée ? Je n’en sais rien, il semble être un protecteur de prédilection pour la recherche si on se réfère au site français de  Sciences humaines et sociales du même nom : http://www.persee.fr/ ). Il envisage de donner un accès entièrement libre à des textes de culture antique classique, socle majeur de la culture de l’humanité, mais aussi à des textes d’autres époques –notamment une importante ressource en ce qui concerne le XIXeme siècle américain, des textes Renaissance, quelques morceaux d’arabe et d’italien- et à un fonds d’archéologie antique (avec images de vases, lieux, gemmes provenant de collections de divers lieux…). Une ambition à la fois riche, louable et gargantuesque, initiée dès la fin des années 80, c’est-à-dire très innovante quand on sait l’importance de la numérisation de nos jours, un quart de siècle après.

Des statistiques, parce que vous aimez ça.
Des statistiques, parce que vous aimez ça.

On pourra chanter la gloire philanthrope d’un projet qui présente un grand nombre d’avantages. Tout d’abord, la variété des sources, qui ne se confinent non seulement pas à une seule langue ancienne, mais qui ne se limitent même pas à des sources textuelles : c’est un véritable esprit humaniste qui est mis en avant. L’accès est gratuit et intégralement ouvert, au contraire de certaines autres entreprises du genre. Au-delà de la simple mise en ligne de données, le projet Perseus essaie de faire progresser la réflexion sur les digital humanities, avec un blog associé qui propose entre autres des comptes-rendus sur le sujet. De nombreuses autres choses seraient à mentionner sur les avantages et faiblesses, mais je tâcherai de les diffuser au gré de cet article en traitant de points spécifiques.
Parce que l’accès au site est libre, cela signifie que les éléments mis à disposition sont libres de droit. Ce qui est très convenable pour des étudiants de lycée ou de Licence, mais qui peut être problématique lorsqu’il s’agit de faire des travaux de recherches pointus ; les traductions sont parfois dans des styles un peu désuets, mais les considérant indicatives plus qu’absolues, j’aurais tendance à trouver cela bien pour dissuader les élèves de les copier bêtement (ou serais-je devenu aigri ?). Oh, et puisque nulle part je ne fais figurer l’information mais que le nom même du projet le laisse deviner, la Perseus Digital Library est en anglais. C’est dans cette langue qu’il vous faudra attendre vos traductions. Est-ce une limite pour autant ? C’est après tout –au dam de mon cœur- la langue universelle de notre époque. Rajouter d’autres langues ne semble pas être une priorité et c’est compréhensible vu l’ampleur de ce qui reste à accomplir.

Que quelqu'un renvoie le designer de ce site.
Que quelqu’un renvoie le designer de ce site.

Ma sensibilité esthétique me pousserait sans doute à jeter un anathème sur le design du site, cependant. Toute cette présentation sent les années 90. Un peu de glamour et de modernité ne lui ferait pas de mal, rajouterait de l’attrait et de l’interactivité pour le projet. Par ailleurs, hormis ma subjectivité dévergondée pour laquelle je m’excuse, il me semble que l’utilisateur du site est saturé d’informations à cause de cette présentation : j’avoue ne pas avoir eu le loisir en mes années de pratique de m’appesantir sur toutes les petites notes grises ou bleues qui sont sans cesse déployées en petit tourbillon autour du texte élu. Je crois qu’il faudrait les limiter à des rubriques que l’on pourrait masquer. Malgré tout, il est vrai qu’elles sont tout à fait précieuses pour citer, cataloguer les références présentes sur une page, se repérer dans l’œuvre, mais toutes, simultanément, non.
Forcément, le site ayant une prétention universelle, il se doit de présenter des informations qui pourraient servir aussi bien à d’ingénus lycéens, à des badauds curieux (on peut toujours espérer) qu’à des philologues rapaces et critiques qui voudront toutes les sacro-saintes informations nécessaires à un travail universitaire.
Même si le site a beaucoup de fonctionnalités et de projets connexes dans lesquels il serait aisé de se perdre un peu, il me semble que les éléments de recherche basiques ne sont pas trop ardus à maîtriser. Concédons cependant qu’on peut effectivement hésiter sur la forme du nom d’auteur ou d’œuvre à rentrer : Grec ? Latin ? Anglais ? J’avoue avoir déjà peiné pour trouver certains textes, et là ce n’est plus une question de maîtrise de la langue mais simplement de convention qu’on connait ou non.

Un petit exemple de fragment textuel.
Un petit exemple de fragment textuel.

En ce qui concerne l’utilité pratique du site pour étudiant en classiques, c’est une bibliothèque de consultation extrêmement pratique – j’aurais quelque répugnance à l’utiliser pour lire longuement cependant en raison de la présentation-. Un autre point, tout à fait exquis, que j’ai tu jusque-là est la fonction qui permet, en cliquant sur un mot du texte, d’accéder à sa définition et à l’analyse de sa forme (« Latin/Greek Study Tool ») : c’est véritablement un atout de choix pour étudier un mot dans un contexte et sens précis sans avoir à rechercher dans un dictionnaire papier ou en ligne présentant une cinquantaine d’entrées sans même renseigner sur la forme qui vous intéresse. Cela permet de gagner du temps, mais aussi de comprendre concrètement une grammaire ou une conjugaison parfois décontenançante. Aussi, les (parfois nombreuses) autres occurrences possibles pour une même forme sont répertoriées et classées par pertinence en fonction d’un système de vote.

Espérons que la démocratie aura des relents d'aristocratie... Et vous pouvez également sélectionner une entrée de dictionnaire
Espérons que la démocratie aura des relents d’aristocratie… Et vous pouvez également sélectionner une entrée de dictionnaire

Comme l’avait fait remarquer dans Pablo Zucker dans son billet du 31 janvier 2015 (http://classnum.hypotheses.org/210), ce concept participatif est très réjouissant dans des disciplines qui semblent aussi figées et je crois qu’il est très emblématique de l’esprit des humanités numériques : partager, participer. Cet outil lexical a néanmoins des limites, certaines entrées sont extrêmement allusives ou renvoient pour le grec à du latin, ou ne sont pas pertinentes, mais c’est tout de même plutôt rare.
Parce que Perseus se veut un vecteur de connectivité entre les connaissances de vastes domaines, il renvoie à d’autres sites qui pourraient le compléter :

Perseus_2

Il est vrai que, pour conclure sur cette mignonne présentation, la Digital Library peine à dépasser, dans les faits, le stade de bibliothèque, c’est-à-dire un lieu fort utile de consultations d’ouvrage mais qui stocke la connaissance plutôt qu’il ne la transcende. En revanche, à côté de ces bases de données existent toute une reflexion et organisation qui vise à promouvoir les humanités numériques ; le rêve de ce site, peut-être naïf, serait que des étudiants ou des professeurs, d’eux-mêmes ajoutent notes et commentaires pour compléter les versions désuètes proposées ou simplement pour fournir un angle d’approche à un texte. Cela lui donnerait une dimension critique interactive véritable qui doterait le projet d’un lustre spécial, au-delà de la simple compilation de connaissances qui n’innove pas vraiment dans la recherche sur l’Antiquité.

Considérations sur le TLG

Le Thesaurus Lingua Graecae constitue un inventaire de l’héritage grec, de Homère à la chute de Constantinople. Ce corpus, d’une taille gargantuesque depuis sa création dans les années 70, comptait en 2009 cent millions de mots, mille œuvres, quatre mille auteurs ou corpus. Je ne referai pas l’histoire du TLG qui a déjà été explicité dans un article de l’année passé :

http://classnum.hypotheses.org/163

Je le définirai seulement comme le premier ainsi que le plus grand projet de documentation qui a modifié, dans un sens positif, l’étude savante des textes afin de la rendre plus complexe, experte et créative. Cette base de données qu’est le TLG constitue aujourd’hui un « trésor » irremplaçable, de par sa taille ainsi que de par son utilité, soutenue par l’utilisation de l’anglais et de l’Unicode, comme pour l’ensemble des bases de données, qui illustre bien la vocation universalisant de ce projet.

Je n’ajouterai que quelques remarques aux propos de mon prédécesseur :
La page d’accueil du site est d’une propreté et d’un soin clinique : les couleurs utilisées sont attrayantes, ayant un avantage considérable sur la fadeur du Perseus Project. Le site est clair et pédagogique.Malgré le fait que j’ai toujours favorisé l’utilisation du Perseus Project, je n’ai eu aucun mal à manier ce site. La page d’accueil propose notamment l’utilisation de « quick links » qui relatent l’histoire du TLG et expliquent ses outils comme le Canon. L’une des forces du TLG consiste en l’utilisation de lien permettant de renvoyer au LSJ ( The Online Liddell-Scott-Jones Greek-English Lexicon ) et au LBG ( Lexicon zur byzantinischen Gräzität ), ce qui nécessite tout de même de pouvoir manier l’anglais et peut être l’allemand afin de ne pas être pénalisé par notre francophonie, ce qui restreint le public du TLG. En plus de son côté pratique, la page d’accueil du TLG innove dans la considération du grec ancien en choisissant chaque jour d’y ajouter « le mot du jour » : cela peut paraître guignolesque pour certain mais je trouve que cette petite touche d’originalité ré-humanise le grec en le sortant de son statut de langue poussiéreuse. En ce qui concerne l’ensemble du site, il est très facile de le manier après avoir pris le temps de se perdre dans la multitude des filtres proposés. Le Perseus Project m’a semblé plus simple d’usage mais je me dois d’admettre que la précision des recherches possibles offertes par le TLG en fait un outil précieux et incomparable pour les antiquisants.
TLG_accueil

Le TLG est un « trésor » pour la recherche : nous pouvons constituer un corpus grâce au canon et aux filtres qu’il propose ( auteur, sexe de l’auteur, genre de l’auteur, genre du texte… ), ce qui permet de stimuler l’esprit de recherche et de trouver la pépite d’or dans un texte rare répertorié dans cette base de données. Ce catalogue numérique est ainsi d’une très grande utilité. La grande gamme de texte et d’auteurs nous permet de pouvoir trouver le texte qui nous faut dans l’index intégral du corpus, comme cela est mon cas pour la recherche d’une homélie de Jean Chrysostome, un texte qui ne figure pas dans le Perseus Project – je rejoins cependant mon camarade sur le problème lié à la copie du texte avec la numérotation qui s’insinue. C’est donc un outil indispensable pour avoir accès à des textes qui ne font pas partie des « classiques » tels qu’Euripide et Platon.
tlg_links

Le site, qui n’est pas qu’un simple corpus figé d’une bibliothèque de poche, propose ainsi de nombreux filtres permettant d’affiner sa recherche ainsi que de faciliter la consultation. À ces filtres, que mon camarade a déjà étudié, s’ajoute des extensions vers le Greek-English Lexicon ( avec des milliers de mots liés à ces entrées ) ainsi qu’au lexique du Perseus Project. Ces recherches permettent de préciser l’utilisation de mot « rare », ce qui transforme le champ de la recherche philologique en la rendant plus dynamique.
tlg_canon

L’un des principaux manques de ce projet est l’absence d’apparat critique qui est le socle de la recherche philologique. Ensuite, le TLG ne propose qu’une seule édition par texte (ce qui peut être problématique au vue de substitutions / variations qui peuvent exister entre une version et une autre provenant de manuscrits différents), et celle-ci est dépouillée de toute la tradition de la transmission, c’est-à-dire, sans apparat critique, ni notes, ni présentation. Le TLG nous procure donc une quantité inhumaine de texte, cela en nous mettant dans la peau d’un érudits alexandrins qui travaille sur des texte encore vierge de toute interprétation.
Ensuite, la politique de diffusion du TLG impose une restriction aux seuls membres et institutions abonnés, un nombre qui dépassait à peine les 2000 abonnés au second semestre de 2010. Cette politique de diffusion est foncièrement différente de celle du Perseus Project qui lui est ouvert à tous lecteur qui s’aventurerait dans ces pages et qui rassemble le plus de données possibles ( traditions, commentaires, grammaires, dictionnaires, correspondance des sources…).

Cette entreprise pourrait ainsi être une représentation d’un rêve humaniste du fait de son accumulation de la tradition helléniste. Cette base de données est un lieu de mémoire qui transforme la pratique quotidienne des étudiants et chercheurs. Bien que révolutionnaire à son origine par l’édition numérique d’un corpus gargantuesque, ce modèle doit être mis en comparaison avec des versions imprimées du texte afin de rendre compte de la meilleure façon possible du texte. À mon sens , le principal manque du TLG est donc son absence de positionnement dans l’histoire de son corpus.

À la découverte du PHI – Latin Texts

PHI – Classical Latin Texts

Le PHI Classical Latin Texts, est comme le fait deviner son titre anglophone, un site dédié aux textes latins qui se présentent sous la forme d’une large sélection d’auteurs.

1 - Billet 2

Faisons connaissances, voulez-vous?
Au tout début, naquit la Lumière, ou plus précisément parut PHI ou Packard Humanities Institute.
Le Packard Humanities Institue est une fondation à but non lucratif qui se voue au développement d’outils pour la recherche. Cette mise à disposition de documentation liée aux sciences humaines, comme ici la littérature antique, nous amène également à observer des ressources en ligne liées à l’histoire, l’archéologie, la cinématographie et la musicologie. Un beau projet! Ce point m’a paru assez important à éclaircir car… étrangement, sur le site, on n’a point jugé bon de nous en faire la présentation. Mais comme l’internaute (individu comblé que s’il est curieux) peut balayer son ignorance en un seul « click ».

« PHI is independent of the David and Lucile Packard Foundation and is not associated in any way with any Hewlett-Packard Company foundations. »

Tout cela parait bien formel et sans vouloir en faire un commentaire type institutionnel, mes recherches m’ont permis d’apprendre que ces bienfaiteurs qui dédient leur travail à la mise à disposition d’outils de recherches viennent…de Californie. À quelques pas de la Sillicon Valley, cette fondation se trouvant non loin du siège de la multinationale tient à se distinguer de Hewlett-Packard Company (plus connu sous l’abrégé HP). Pas d’amalgame possible donc, il prend son indépendance vis-à-vis des grands noms présents sur le marché de l’informatique et de la technologie liée aux multimédias.

Parce que la transparence est un gage de fiabilité…
Fondé en 1987, ces ressources se présentaient sous la formes de CD-ROMs avant d’arriver sur internet. Celles-ci avaient été financé par une fondation privée crée par qui? La fondation de mécénat du cofondateur de la compagnie HP! Mais PHI ne semble pas déborder de gratitude au point d’en dispenser l’information et de presque se disculper de toute filiation. Pourtant, il en existe une belle de filiation! Le président actuel (depuis 2010) n’est en outre que le fils de David Packard qui se nomme David Woodley Packard… Bon sang ne saurait mentir dirait l’adage.

À l’aube du 2e jour… naquit PHI: Latin Corpus en 1991.
Alors que PHI œuvrait dans le développement de plusieurs bases de données concernant la littérature antique, ils apportèrent également la marque de tout bon patriote américain: la reconnaissance aux premiers pères (The Founding Fathers) de la nation au travers des textes. L’anachronisme pourrait être presque embarrassant… mais l’origine d’une civilisation doit pouvoir se reporter à ses textes fondateurs. Et, à cette même période, apparut ces merveilleuses bases de données en littérature latine. La fondation se tournera même vers l’archéologie et la cinématographie, la restauration de théâtres ou encore la musicologie. On leur donnerait presque le bon dieu sans confession!

PHI Latin Corpus :: PHI #5 :: correspond au cinquième CD-ROM réalisé par le PHI… sa première version a été transformée en Beta code, tout comme Thesaurus Linguae graecae.

L’accès au contenu du site, je le présenterai sous forme de métaphore si je puis me le permettre. Lorsque vous passez les portes d’une bibliothèques, vous avez comme qui dirait accepter les termes d’un pacte : garder le silence, ne pas manger dans les salles de lecture, être aimable avec la gentille bibliothécaire.. Et bien là, c’est un peu pareil: un pacte de confiance ou plus nommément connu dans le domaine du Copyright comme « Fair Use ». Le principe est assez simple: vous aurez tout le loisir de vous plonger dans votre lecture des textes à la condition de ne pas trahir cette confiance – les droits sont ouverts, pas de limites strictes – les textes sont avant tout des outils mis à votre disposition pour vos recherches… du moment que ces sources demeurent dans le stricte cadre de votre étude.
Si vous êtes honnête homme soyez la bienvenue, sinon sachez ce qu’il vous attend ou restez devant la porte, whatever.

Venez plus près, et soyez la bienvenue !
Si vous vous trouvez face à une liste d’auteurs en police bleutée, c’est que vous avez acceptée cette licence qui vous engage dans votre utilisation de ces précieuses ressources.
Sobre, lisible, l’interface se présente à nous tout aussi simplement qu’élégamment. Ordre Alphabétique, caractères gras pour justifier de nomen en cognomen le classement des éminents poètes, politiciens, philosophes etc…

billet 2 12

Authors: quand vous cherchez un auteur ou que vous êtes en panne de lectures intéressantes

2 billet 2
Word Search: c’est pour observer, avec une application intelligente le référence d’un mot dans chaque corpus

3 billet 2

Concordance: pour voir dans tous les textes l’emploi particulier d’un mot qui vous semble essentiel à la compréhension du sens, du contexte, ou tout simplement pour apprécier le style riche et inédit de votre auteur préféré.

4 billet 2

About: PhI – Latin Text définissent la période dans laquelle s’inscrivent ces corpus,  les textes proviennent essentiellement d’une période qui précède le 2e siècle de notre ère, avec également la sélection de quelques textes plus récent datant de l’antiquité tardive. Aussi, on vous informe que tous ces textes proviennent du CD-ROM 5.

5 billet 2

De même, des liens hypertextes vous redirigent avec « the canon latin authors » vers toutes les références et bibliographies liées aux textes latins. Nous savons maintenant que les textes proviennent d’une source concrète. C’est beaucoup plus rassurant.

Aussi, PHI Latin corpus vous offre des notices liées à vos méthodes de recherches:

6 billet 2

Tout comme avec la concordance des mots pour lesquels on vous renseignent quelques méthodes pour vous y retrouver:

7 billet 2

Petite exploration !

8 billet 2

ô joie, je défile la page et voilà qu’apparait le nom d’un illustre empereur! Sans perdre un instant, j’accède à sa page en cliquant avec respect sur Gaius Iulius Caesar. Les oeuvres majeurs apparaissent et sont référencées par une marge (à gauche) numérotée. Une fois le curseur effleurent les premières lettres du titre de l’empereur, l’encadré apparait en vous citant directement la source.

10 billet 2

Une fois l’accès au texte entrepris, nous pouvons balayer l’ensemble de l’œuvre grâce à la barre horizontale qui sert – en rapport avec le référencement inscrit juste au dessus d’elle – de pouvoir retrouver le passage qui vous convient. Pas d’apparat critique, pas de scolie, le texte rien que le texte.

Et d’unicode en betacode… le troisième jour!

11 billet 2

Ce procédé a été développé par David W. Packard en 1970, il nous permet de conserver la ponctuation en la représentant sous forme de divers caractères type ASCII… on perçoit ainsi que cette écriture vise à conserver la mise en page, les caractères rares en permettant de se rester au plus près du texte d’origine.

12 billet 2
Page wikipédia – Betacode

Le projet semble être porté par le besoin de démocratiser des ressources documentaires. C’est un projet que je découvre tout comme n’importe quel autre internaute. À l’exception près que l’internaute doit pouvoir être concerné par ces corpus antiques en version unilingue sans traduction. Pour cela, PHI Latin Texts s’avère être un très bon outils pour les étudiants en formation dite « classique ». Anglais ou latin, le site trouve son efficacité auprès de l’étudiant, du chercheur, du linguiste, de l’humaniste en quête d’inspiration…
Cela reste épuré, clair, simple. C’est une plateforme qui donne accès au texte et à son contenu. Le travail se fait à partir de ces documents en ligne. Le concept de bibliothèque numérique me parait très présent, elle reste toujours accessible, le texte rangé avec une côte et une fiche correspondant à l’objet auquel il renvoie. Parce que le monde ne s’est pas crée en 3 jours, ce projet pourrait encore évoluer et nous faire espérer des innovations à venir.

Le PHI Latin

Sans titre

Ce site, en anglais uniquement, met à disposition de l’internaute un corpus se voulant exhaustif de textes latins jusqu’au IIe s. et quelques uns de l’Antiquité tardive. Distribués au format html, l’agencement ne semble pas avoir été retravaillé depuis leur exportation du CD Rom du PHI. Le design du site est simple et épuré, l’arrière plan évoque le papyrus. Il n’y a que quatre rubriques. L’ergonomie du site permet un usage assez intuitif.

« This website contains essentially all Latin literary texts written before A.D. 200, as well as some texts selected from later antiquity. These texts were previously available on The Packard Humanities Institute’s CD ROM 5.3. »

Ils sont proposés comme matériaux bruts et non enrichis, c’est-à-dire sans traduction, sans introduction et/ou biographie des auteurs, bibliographie, sans apparat critique, c’est-à-dire exposé de la tradition ou notes de commentaire, outils grammaticaux ou lexicaux.
Les commandes pour la copie, puisque les textes ne sont pas mis à disposition sous format pdf, sont actives sur la pleine page : on peut copier/coller, mais la mise en page sera chaotique en raison des numéros. C’est ce qui explique la précision des droits en préliminaire :

« I agree to use this web site only for personal study and not to make copies except for my personal use under “Fair Use” principles of Copyright law. »

Les outils proposés par le site sont présentés par de longues explications des modalités de recherches dans la rubrique « About ». Un petit abrégé, que l’on affiche en cliquant sur l’icône du petit engrenage à droite de la barre de recherche, renseigne l’utilisateur habitué.

La recherche la plus simple est celle par auteurs, « Authors », sur laquelle l’internaute est redirigé à l’entrée sur le site.

Liste des auteurs
Liste des auteurs

La rubrique « World Search » propose de chercher un mot ou une séquence dans le corpus entier de la littérature latine classique ou de restreindre la recherche à un auteur, à une ou des œuvres d’un auteur, grâce à des opérateurs booléens. Les résultats apparaissent par dix, sous formes de paragraphes de citations de deux phrases hiérarchisés, par ordre alphabétique des noms d’auteurs. Il est possible d’afficher un tableau de fréquence (le nombre d’occurrence et l’importance en pourcentage du mot dans l’œuvre) des mots recherchés en cliquant sur l’icône du petit diagramme à côté de la barre de recherche.

La rubrique « Concordance » propose les mêmes résultats sous la forme de tableaux de cinq cent résultats par page, organisés selon la pertinence de la recherche, en ajoutant les lettres par ordre alphabétique lorsqu’elle s’éloigne du résultat.

amorc

En conclusion, quoique les organisateurs du projet le destinent aux « scholars and institutions », la relative simplicité de l’affichage et de la fonction recherche n’en font pas un outil de travail indispensable pour le chercheur, à la mesure de Perseus ou du TLG.

Le PHI souhaite essentiellement proposer un corpus complet de “resource”, de media (puisqu’ils ont également entamé des projets de répertorisation d’iconographie, de films…) d’accès au passé pour l’étude, mais ne fait pas le travail d’un éditeur scientifique ou critique.

D’autre part, le PHI soutient divers projets archéologiques. Vous pourrez trouver plus d’informations sur leur site officiel : http://www.packhum.org/.

Vous trouverez également un excellent article détaillé de Charlotte Labedan (publié le 9 décembre 2014) : http://classnum.hypotheses.org/148

Argumentaire autour du site Perseus Digital Library

Perseus Digital Library

Perseus est un site de traduction des textes latins et grecs. Très utile grâce à son mot à mot, il est cependant en anglais.
On peut accéder au texte soit,en anglais soit en latin/grec. Au-dessus, une barre d’outil permet d’accéder au texte complet chapitre par chapitre. Dès que l’on clique sur un mot latin ou grec, sa traduction et ses différentes formes nous sont proposées. La traduction est pratique et complète.
1

Les sources de ce site sont surtout les œuvres originales des différents auteurs. Les données sont parfois déjà numérisées sur d’autres sites. La plupart des liens présents sur le site renvoient à des sites anglophones ce qui peut poser des difficultés d’accès à l’information.

L’esthétique du site est assez impersonnelle. Le fond du site est blanc, les couleurs sont principalement des couleurs grises, noires ou bleues pour les nombreux liens disponibles. Cela donne un aspect sobre et peu accueillant. L’écran est souvent surchargé d’information : l’organisation centrale du texte se fait en colonne, il y en a deux autours du texte ce qui nécessite un temps adaptation lorsqu’on rentre sur le site et rend l’information moins accessible au premier coup d’œil. D’un autre côté, cette organisation éveille la curiosité de celui qui utilise ce site.
2

Le public visé doit être averti. En effet, un minimum de maîtrise de la langue anglaise est nécessaire puisque le site est anglophone. De plus, ce site qui propose des traductions s’adresse principalement aux élèves de lycée, aux étudiants et antiquisants qui étudient les langues anciennes. Il s’apparente à des sites comme itinera electronica qui propose des traductions en mot à mot des textes anciens.
Pour moi, en tant qu’étudiante en humanités classiques, ce site est utile pour avoir accès à des aides comme la traduction ou les différents formes des mots latins ou grec. Une rubrique « Art and Archaeology » et « exhibits » apportent des connaissances supplémentaires sur la culture antique.

3

Une première introduction au Thesaurus Linguae Graecae

Le service Thesaurus Linguae Graecae (site officiel : TLG)est un travail de recherche de l’Université de Californie, Irvine et il donne d’accès dans un corpus de 12.000 textes grecs par 3.700 auteurs grecs. Les œuvres, qui font partie à TLG, sont à partir de l’époque homérique jusqu’à 1453 de notre ère. Le Thesaurus Linguae Graecae a été fondé en 1972 par Marianne McDonald et il s’adresse aux étudiants, chercheurs ou aux admirateurs des textes grecs anciens, pour la codification des lesquels le TLG utilise le système du Beta Code.TLG
Il s’agit d’un programme avec des plusieurs mécanismes de recherche, des instructions détaillées à l’option de HELP pour sa meilleure usage par les internautes et aussi des services personnalisées, dans lesquels l’inscription est nécessaire (par exemple la sauvegarde des résultats).
En plus, il donne des autres capacités comme des recherches simples ou complexes avec des mots-clés et une combinaison entre la base de données TLG Canon et le corpus des pleins textes. De l’autre côté, c’est préférable que les internautes obtiennent des connaissances en langue anglaise et un clavier Unicode pour le grec polytonique.
En ce qui concerne la projection et la sauvegarde, les résultats de recherche offrent des hyperliens par rapport :
i. les références bibliographiques de l’auteur (par exemple : EUSEBIUS Scr. Eccl.) où on peut trouver ses œuvres et leurs éditions (par exemple : L. Dindorf, Ioannis Malalae chronographia [Corpus scriptorum historiae Byzantinae Bonn: Weber, 1831]: 23-496.).
ii. Les références bibliographiques pour un œuvre particulier
iii. Le transfert dans le passage du plein texte (browser) où il y a la citation des mots-clés.tlg_recherche

Une autre facilité d’usage est que le TLG offre des liens avec d’autres projets, comme oogle, WorldCat, JSTOR, L’Année philologique, Brill Online. C’est très important pour la recherche scientifique, parce que les chercheurs ont d’accès au même temps dans un nombre des sites remarquables pour une recherche sphérique d’un sujet.
Néanmoins, l’usage du TLG ne replace pas le travail personnel du chercheur, parce que dans quelques fois les citations bibliographiques ne correspondent pas aux recherches contemporaines. En tous cas, c’est un outil nécessaire pour les premières étapes d’un projet scientifique dans le domaine des textes grecs anciens.
Pour plusieurs d’informations : Quelques remarques à saut et à gambade sur le TLG

Voyage au bout de la langue grecque thésaurisée.

La première caractéristique du TLG, qui peut apparaître comme une limite de cet outil, est extérieure au site lui-même : on ne peut accéder au contenu vraiment intéressant du TLG qu’en entrant via une connexion au serveur de Paris X. Il faut montrer patte blanche, donc, pour avoir droit à l’entièreté de la littérature grecque, ce qui, d’emblée, montre bien que ce site est d’abord et avant tout pensé pour un usage universitaire. J’ignore d’ailleurs quels en sont l’usage et le tarif pour quelqu’un qui, dépourvu d’identifiant universitaire, n’est ni étudiant ni professeur et qui parle mal anglais.

On remarque que le design du site est très épuré, voire simpliste. Un bandeau de présentation, une barre de recherche à gauche, un corps de page simple qui permet de faire les recherches. Celles-ci ne semblent être commencées qu’à partir du nom de l’auteur – ce qui ralentit grandement le processus quand on travaille sur une seule oeuvre d’un auteur prolifique comme Plutarque, sur lequel je fais mon mémoire.

billet2

Les sources textuelles sont notées et souvent relativement récentes, empruntées aux éditions Teubner notamment (c’est le cas pour Bruta ratione uti de Plutarque, dont le texte est pris sur l’édition Teubner de 1954). Le Tlg, par son souci de fiabilité textuelle et de fournir les ressources textuelles les plus nombreuses, s’avère d’une importance capitale au sein des études antiques. On pourra regretter, en revanche, l’impossibilité, à moins que je me trompe, de pouvoir acquérir facilement le texte souhaité de manière procédurale, en le téléchargeant par exemple.

Le site Perseus du point de vue de l’étudiant

J’ai découvert le site Perseus Digital Library, une bibliothèque numérique développée par la Tufts University, lorsque j’ai commencé ma formation en grec et en latin. Mes connaissances de la morphologie étaient alors limitées, et mon utilisation du dictionnaire peu experte. Je trouvais ainsi un outil pour obtenir rapidement l’origine de la forme d’un mot que je ne parvenais pas à analyser. C’était également un bon concurrent au dictionnaire : à ma connaissance, Perseus est le seul site proposant une recherche dans le dictionnaire, par entrée de mot et non par parcours manuel : d’autres dictionnaires existent en ligne, mais il faut en parcourir les pages pour trouver le mot recherché.

Depuis lors, c’est l’utilisation la plus commune que j’en fais. Les outils « Greek Word Study Tool » et « Latin Word Study Tool » sont de véritables exclusivités. Dans ces langues où la morphologie est si variée et parfois si surprenante, les dictionnaires ne suffisent pas toujours aux étudiants débutants, ni même aux étudiants avancés, pour analyser correctement chaque mot d’un texte qui peut comporter des archaïsmes, des particularités de dialectes et des formes alternatives. Des formes qui nous paraissent très simples et que nous rattachons instinctivement à certains mots, sont parfois de faux amis et renvoient en réalité à d’autres mots : je pense, par exemple, à l’infinitif esse qui est certes l’infinitif du verbe sum, mais peut aussi être celui du verbe edo. Or, par une simple entrée de la forme en question dans une barre de recherche, nous avons accès à l’ensemble des possibilités qu’elle recouvre. S’affichent d’abord tous les mots auxquels peut renvoyer une même forme, puis, au sein de chacun des mots, les différentes formes possibles : pour templum par exemple, le nominatif, l’accusatif et le vocatif. Chaque mot est associé à son entrée dans un ou plusieurs dictionnaires, ainsi qu’à l’outil statistique du site. L’interface permet donc une valorisation certaine de toutes les ressources du site : par une recherche unique, on a accès à l’ensemble des informations que met à disposition Perseus au sujet d’un terme.

Capture d’écran 2015-01-31 à 20.33.08

L’outil statistique, auquel on peut accéder via « Word Study Tool » ou par une page indépendante, nous donne à la fois la fréquence d’un mot dans une œuvre et dans l’ensemble de la littérature. Ce sont les deux seuls formes sous lesquelles l’information est délivrée et, de ce point de vue, des paramètres de recherche plus développés manquent. On ne peut pas faire une recherche statistique dans un corpus comportant plusieurs œuvres, par exemple. D’autre part, il se produit, lorsque j’utilise cet outil, un phénomène que je ne comprends toujours pas. J’ai recherché le mot « tortor » dans l’outil statistique. Sur la page où s’affichent toutes les œuvres qui comportent ce mot, je lis 15 occurrences dans les Lettres à Lucilius. Mais lorsque je clique sur ce chiffre, que j’accède à une page où sont affichées toutes les occurrences par sections, seules 10 demeurent. Et cela se produit très fréquemment. Il semble que cet outil de recherche lexical au sein d’un corpus ne soit pas encore parfaitement efficace.

Capture d’écran 2015-01-31 à 20.33.33

Capture d’écran 2015-01-31 à 20.33.43

L’outil de recherche dans le site Perseus me semble donc particulièrement efficace pour la recherche d’une forme lexicale, et pour accéder ensuite rapidement à son entrée dans le dictionnaire. Il n’est pas, d’ailleurs, la seule façon d’accéder à l’outil d’analyse d’un mot : on peut y accéder en un clic lors de la lecture d’un texte ancien proposé par le site. C’est là, semble-t-il, l’autre grand avantage du site Perseus : il fait une utilisation accomplie de l’hypertextualité. Chaque mot de chaque texte est marqué par une balise hypertexte qui renvoie à l’outil « Word Study Tool ». On peut donc lire un texte ancien et cliquer à tout moment sur les termes qui nous restent obscures. Pour un étudiant qui ne maîtrise pas parfaitement le vocabulaire ou la morphologie, la lecture que propose Perseus est à la fois plus simple que celle d’un texte normal, et plus instructive : il n’est pas nécessaire de faire des allers-retours avec la traduction, et se dévoiler ainsi le sens général d’une phrase.

Capture d’écran 2015-01-31 à 20.33.52

La lecture n’est, du reste, peut-être pas aussi agréable que sur le site PHI Latin Texts : les pages de lecture de Perseus sont encombrées de fenêtres-outils qui ne sont pas toujours très pertinentes. L’interface pourrait sur ce point gagner en simplicité : seules les éventuelles fenêtres proposant la traduction et le commentaire, celle permettant le repérage dans l’œuvre, sont véritablement utiles. Puisque nous avons accès à l’outil d’analyse lexicale en cliquant sur un mot, il n’est peut-être pas nécessaire d’en faire une fenêtre, où est analysée chaque forme.

Une fonction en particulier a attiré mon attention, bien qu’elle ne soit pas fondamentale. Lors de la lecture d’un texte, si l’on clique sur un mot, il nous est affiché le cas supposé, selon un système de vote. Très généralement, personne n’a voté. Mais cela évoque toutefois l’idée d’un système participatif. Si la participation est difficile à modérer et demande un certain effectif (ce dont les humanités manquent peut-être), Perseus dispose d’un système d’hypertextualité assez développé pour constituer une base intéressante pour un tel projet. On pourrait imaginer un système de commentaire où chacun viendrait nourrir le texte de ses recherches personnelles.

Ce qui fait enfin défaut au site, mais qui me paraît un défaut répandu, c’est l’absence d’apparat critique. Les textes sont tirés d’éditions d’Oxford du début du siècle qui ne correspondent pas toujours aux éditions contemporaines et gagneraient à présenter les divers conjectures.

Je me suis appliqué à montrer mon point de vue d’étudiant de master. Il peut avoir cela de valable que le site s’adresse particulièrement à ce type de profil. Pour un chercheur plus expérimenté, il me semble que l’utilisation ne pourra ni tenir tête à celle d’éditions critiques, ni fournir beaucoup des informations qu’on pourrait attendre de la machine.

Remarques succinctes à propos du site Perseus

Perseus est un projet très complet, contenant des ressources et matériaux abondants pour les études latine et grecque (entre autres études…), y compris des commentaires pour certaines œuvres. À l’ère du numérique, ce genre de site donne une plus grande visibilité et un meilleur accès aux œuvres classiques y dépérissant.
Cette visibilité demeure pourtant amoindrie à cause de la nature même du site. Bien que des sites partenaires soient affichés dans la marge, ils ne renvoient que vers des sites anglo-saxons et allemands, ce qui rend Perseus quasi-inexistant dans d’autres pays, comme si les sciences de l’Antiquité n’étaient l’apanage que d’un cercle restreint binational.

Les sources sont principalement livresques, tirées des œuvres originelles, qu’elles fussent elles-mêmes déjà numérisées, c’est-à-dire simplement copiées sur ce site à partir d’un autre site, ou du support papier. Les commentaires, récents et ayant connu l’informatique, viennent surtout de d’écrits déjà présents sur la toile.

capture_d_ecran_perseus_2

L’apparat du site est austère, froid, tel l’image qu’ont les lettres classiques actuellement. Si ce stoïcisme humble et simple, tiré sans doute des savoirs en rapport avec l’Antiquité vénérée par de tels projets, peut avoir son charme pour les connaisseurs qui ne s’arrêtent pas à ce genre de futilité, son allure manque cruellement de pédagogie. Sans vouloir y inclure couleurs, farfadets et licornes, le site gagnerait sans doute en esthétique à y inclure banderoles, arrière-plans et autres images et photographies de céramiques, de sculptures, de peintures… en accord, éventuellement, avec les sujets abordés par les textes que l’internaute a choisis.

Le public visé est un public averti, érudit. Connaître l’anglais est nécessaire pour un non-anglophone, et même pour ces derniers l’usage d’un tel site n’est jamais anodin. On ne s’y égare que rarement. Il faut donc avoir l’utilité de Perseus ou un réel intérêt personnel ou scientifique pour les sujets traités.

capture_d_ecran_perseus

Sa grande richesse rend ce site complexe à utiliser pour qui ne maîtrise pas suffisamment l’anglais, même s’il s’agit d’un anglais (volontairement?) simple. Il nécessite un temps d’adaptation, d’usage pour être pris habilement en main. Il est utile dès lors d’explorer tous les liens existants pour en connaître la fonction, ce qui peut s’avérer long voire décourageant. Toutefois, les plus déterminés comprendront toutes les possibilités qu’offre le site (recherche de références, titres, auteurs… choix des préférences pour l’Unicode ou la visibilité textuelle, répertoire découpé en plusieurs sous-répertoires pour des retours plus aisés, etc.).

Tels Itinera electronica et Hodoi elektronikai, j’ai pleinement l’utilité de tels sites qui permettent d’accéder gratuitement aux textes étudiés et à des commentaires relatifs. Toutefois, les sites mentionnés étant en français, offrant sensiblement les mêmes services et étant plus simples d’utilisation, je me porterai plus volontiers vers ceux-ci lorsque cela sera nécessaire. Le supplément que possède Perseus, ce sont des rubriques iconographique et archéologique, ce qui le rend plus complémentaire qu’indispensable…

Ce site n’apporte pas vraiment de nouvelles connaissances sur l’Antiquité mais se contente de compiler celles préexistantes et de les mettre à jour si besoin quand de nouvelles études ont été menées, apport toutefois non-négligeable puisque cela épargne de longues heures de recherche parfois vaines pour trouver une étude en rapport avec un thème donné et permet une diffusion des savoirs plus large et moins fastidieuse.

De l’utilité du PHI

  

Le PHI (Packard Humanities Institute), dès la page d’accueil, se présente comme un site au design épuré : celle-ci comporte peu d’informations, en dehors de l’intitulé du site, d’un avertissement concernant les droits de reproduction des textes mis en ligne :

I agree to use this web site only for personal study and

not to make copies except for my personal use

under “Fair Use” principles of Copyright law.

et d’un lien permettant à l’utilisateur de contacter la société qui régit le site. L’internaute est donc averti : il s’agit d’un domaine privé, dont le contenu est protégé, où chacun doit montrer patte blanche pour entrer ; la première impression passée, il s’aperçoit que cet avertissement est moins prohibitif qu’annonciateur de bonnes nouvelles : le « Fair Use » est une limitation du droit d’auteur destinée à permettre à ceux qui ont à travailler sur des œuvres protégées de le faire gratuitement, dans la mesure où leur usage n’en est pas abusif (pas de plagiat, pas de diffusion commerciale, entre autres). Il est donc l’indice que ce site s’adresse d’abord à des enseignants et étudiants, pour leur offrir un moyen simple et direct d’accéder à la littérature dont ils ont besoin.

Après s’être porté responsable pour son usage des données rendues accessibles sur le PHI, l’internaute se retrouve face à une liste alphabétique d’auteurs latins. C’est là, a priori, l’ensemble des textes latins disponibles jusqu’au IInd siècle ap.J.-C, auxquels s’ajoutent quelques textes plus tardifs (sans que soit justifié la raison pour laquelle ces textes ont été ajoutés, ni pourquoi ceux-ci justement l’ont été) :

 Capture d’écran 2014-12-04 à 13.11.50 Le design est toujours aussi agréable, et l’on peut commencer à dérouler la liste pour chercher l’auteur qui nous intéresse. On est donc revenu à l’époque du rouleau : on doit chaque fois repasser toute la liste pour parvenir à l’endroit voulu, sans recours possible à un index, à un sommaire – ou son équivalent – catégorisant les auteurs en fonction du siècle où ils sont vécu, par exemple, ou selon toute autre information pertinente. L’alternative est faire la recherche soi-même, sur la page de texte.

Essayons à présent de cliquer sur le nom d’un auteur :Capture d’écran 2014-12-04 à 13.12.59

Aucun renseignement n’est fourni en dehors d’une liste des œuvres et il n’est toujours pas fait mention de dates. La seule indication est celle des bornes de temps des auteurs du Canon latin, entre lesquels se situent forcément les auteurs présentés. Passer la souris sur le nom d’une œuvre permet d’avoir des informations sur l’édition dont le texte rendu accessible sera issu, informations auxquelles on peut également avoir accès en cliquant sur le nom de l’auteur :

Capture d’écran 2014-12-04 à 13.13.22

Si l’on observe le code source de la page d’un texte quelconque, aucune information supplémentaire n’est non plus fournie, ce qui aurait pu être un compromis, quoique peu pratique, pour conserver le design simple et élégant du site, peut-être sous forme de commentaires afin de permettre à des lecteurs non initiés de ne pas se perdre dans les balises.  

Venons-en au texte lui-même : il est présenté de façon toujours aussi simple, rendant sa lecture agréable ; le manque d’informations rend en contrepartie l’interface plus claire et permet de se concentrer sur le texte. La navigation de page en page se fait également facilement, et on peut simplement, grâce à la barre de défilement présente au-dessus du texte, trouver le passage qui nous importe. On ne peut cependant pas faire une recherche directe concernant un vers, sauf à passer par l’onglet de recherche de mots. La fragmentation du texte ressemble en fait à la fragmentation paginale d’une édition, et imite probablement celle de l’édition d’origine ; les numéros des vers, intégrés au texte (et non informés dans le code, sous forme de balises), donnent également l’impression que l’on a une image du texte original. Mise à part sa lecture, tout autre usage (de copie, par exemple), est par là limité, puisqu’on ne peut pas sélectionner un extrait sans sélectionner la numérotation qui l’entoure ; nettoyer le texte obtenu de toutes ces informations parasites est en soi décourageant, ce qui limite les risques d’infraction du « Fair Use ». Il est aussi probable que ce format, qui paraît assez aberrant, par rapport à nos pratiques actuelles sur les textes présents sur le web, conserve le souvenir du support sur lequel se trouvaient les textes avant leur mise en ligne, à savoir un CD-Rom. L’étrangeté des URL du site en sont sans doute aussi le témoin.  

Malgré l’avantage de lisibilité que procure une présentation ne conservant que le texte, on ne peut par ailleurs que regretter qu’il n’y ait pas d’apparat critique, d’outils d’analyse, par exemple grammaticaux ou lexicaux (comme sur Perseus), ni de renseignements complémentaires sur l’auteur ou/et l’oeuvre ; l’édition dont est tiré le texte n’est même pas précisée sur la page. Des signes critiques témoignant du travail de l’éditeur sont en effet présents, avec plus ou moins de détail, dans les textes, mais sans justification :

Capture d’écran 2014-12-04 à 13.14.34

On peut en revanche saluer la possibilité de faire une recherche directe de concordance à partir du texte, à l’aide d’un double-clique dans l’ensemble du corpus présenté sur le site, de shift et du double-clique dans le corpus de l’auteur, ou, si l’on maintient shift, dans le texte où se trouve le mot. Une recherche sur le terme sacraria au chant X des Métamorphoses d’Ovide donne par exemple dix-sept résultats sur l’ensemble du corpus, résultats qui sont accompagnés d’un contexte (la référence de l’oeuvre, la ligne précédente et la ligne suivant celle où se trouve le mot recherché, pour chaque citation). La procédure peut être raffinée grâce à certains signes et conventions indiquées à droite de la barre de recherche, ce qui en fait un outil efficace. Nous venons toutefois de décrire les actions permises dans l’onglet « Word Search », et non l’onglet « Concordance ». Ce dernier donne les mêmes résultats que précédemment, mais présentés d’une autre manière : tous les résultats, dans la mesure du possible, sont présents sur la même page, un résultat équivalent à une ligne, ce qui devrait en donner une meilleure visibilité. Ce n’est pourtant pas le cas : le contexte qui accompagne le terme recherché est plus restreint et il ne correspond ni à des phrases ni à des lignes. La partie concernant la recherche d’un mot ou ensemble de mots est finalement mieux conçue que la mise en ligne des textes eux-mêmes, quoique la limitation des recherches, quant elles donnent plus de 500 réponses, soit limitée et génère de façon apparemment aléatoire une page présentant ceux qui ont été retenus. Bien que l’internaute ait peut de chances de vouloir parcourir plus de 500 occurrences, il voudrait sans doute pouvoir choisir lesquelles consulter, en voyant ne serait-ce que la liste, sans les références, de tous les auteurs chez lesquels le terme cherché a été trouvé.

Le manque de dimension critique sur le texte, mais aussi sur le site, le rendent peu utile pour l’usage d’étudiants ou de chercheurs, lesquels ne peuvent pas se contenter de travailler avec un texte brut, d’autant plus qu’ils ignorent quand le site a été crée, quelle est sa dernière mise à jour, quelle est l’équipe qui s’en est occupée, et quel est leur manière de procéder. Il est mentionné que les textes sont issus d’un CD-ROM, dont la version est indiquée, mais pas la date, non plus que les modifications qui ont pu y être apportées depuis pour sa mise en ligne. Je dis qu’ils l’ignorent, car ces informations ne paraissent à première vue pas disponibles (celles mentionnées dans l’onglet « About » étant trop sommaires) : il faut savoir où chercher pour les découvrir, à savoir télécharger les termes du PHI, lesquels mentionnent la date à laquelle est sorti le CD-ROM  (1991). La seule manière de savoir si le site a évolué est sans doute de poser la question en utilisant le mail de contact fourni sur la page « About ». Et cela reste peu de choses.

Ce site donne ainsi l’impression d’être figé depuis l’éternité et de ne pas devoir changer. Les outils ne manquent pourtant pas pour l’améliorer : les textes peuvent être enrichis, de sorte que l’internaute puisse, en cliquant sur tel nom, ou passant sa souris sur tel nom, avoir des informations sur celui-ci, peut-être une situation géographique, s’il s’agit d’un lieu, ou d’un itinéraire, si cela se révèle intéressant pour le texte en question. Et si cela demande des moyens et un temps trop important, il est toujours possible de renvoyer à des sites qui eux, permettent d’apporter d’autres perspectives. Son intérêt me paraît incertain: il a peu d’atouts à opposer aux sites qui lui sont concurrents, tel Perseus (même s’il s’agissait justement de le dépasser pour proposer un site aussi performant que le TLG, mais pour le latin) ou Itinera Electronica (malgré le faible nombre de textes). Ses avantages sont manifestement la volonté d’exhaustivité du corpus proposé, la disponibilité de ces textes (accessibles gratuitement, librement, du moment où les normes d’utilisation sont respectées – un non-respect de ces normes pouvant entraîner, s’il est révélé, des poursuites judiciaires), la facilité de navigation qui le caractérise, et sa rapidité. Il a bien sûr le mérite de mettre en ligne une bibliothèque latine classique très riche, dans laquelle on peut trouver des raretés, ce que l’on aurait sans doute eu du mal à trouver près de chez soi, surtout si l’on habite pas une grande ville universitaire. Sa restriction aux textes classiques est toutefois un choix qui témoigne d’une certaine vétusté : les époques plus tardives étaient alors à peu près ignorées, ce qui n’est plus le cas dans la recherche, quoique cela le reste souvent dans l’enseignement. The Latin Library a sur le PHI l’avantage de proposer un ensemble de textes chrétiens, médiévaux et néolatins, ouverture salutaire. Des personnes souhaitant seulement un certain confort de lecture, ou justement à récupérer un texte brut pour leur usage personnel (s’ils prennent la peine de le nettoyer, comme mentionné plus haut), peuvent le préférer à d’autres sites du même type, mais son public reste probablement restreint – le texte n’étant présent qu’en latin, il faut au moins que l’internaute soit en mesure de savoir ce qu’il a sous les yeux – et devrait encore se restreindre s’il ne change pas.  

Quelques remarques à saut et à gambade sur le TLG

Le Thesaurus Linguae Graecae est un outil d’une utilité considérable pour qui désire travailler sur la littérature grecque. L’histoire du projet est longue, et importante dans l’évolution des humanités numériques. Le projet est né en 1972 à l’Université de Californie. Il s’agissait de créer une base de données informatiques qui rassemblerait l’ensemble de la littérature grecque antique depuis Homère jusqu’à la chute de Constantinople. David Packard a élaboré, autour de ce projet de TLG, le système Ibycus pour travailler avec les textes, ainsi que le code Beta pour afficher et lire les caractères polytoniques du grec ancien. C’est autour de ces technologies que s’est développé le TLG, d’abord disponible sur CD-Rom. Aujourd’hui, toutefois, le TLG est accessible en ligne, et les textes grecs en Unicode, ce qui facilite grandement l’utilisation des données.

Le corpus immense couvert par le TLG n’est cependant disponible qu’à quelques *happy few* ; en effet, l’accès est payant, et par conséquent est d’abord destiné aux chercheurs ou étudiants, grâce aux bibliothèques institutionnelles. Le projet est donc principalement destiné aux recherches savantes sur l’Antiquité, et non à une diffusion globale des savoirs.

L’intérêt du projet est multiple. En effet, il est possible d’effectuer des recherches dans l’ensemble du canon littéraire, que ce soit par auteur, par titre d’oeuvre ou par publication, et ainsi de trouver facilement un texte qui peut être utile au travail en cours. Lorsque l’on travaille sur un texte, il est très facile d’en voir la structure et d’atteindre le passage que l’on cherche.

Capture d'écran 2014-12-07 13.43.26

Une autre possibilité offerte par la base de données, qui est extrêmement utile, est la recherche lexicale à travers le corpus. Je me suis personnellement beaucoup servi de cette fonction, pour mes travaux en mythologie, mais également en linguistique. En effet, il est possible de définir de nombreux paramètres de la recherche : non seulement le mot que l’on recherche, mais également le corpus que nous voulons étudier (un auteur particulier, une oeuvre précise…). On peut également étudier la proximité entre deux ou trois termes.

Capture d'écran 2014-12-07 13.02.54

Les analyses permises par le TLG sur la littérature grecque sont ainsi précises et facilitent la recension des formes. Et s’inscrire sur le site offre en outre la possibilité d’enregistrer les recherches, afin d’y revenir plus tard.

Capture d'écran 2014-12-07 14.25.04

Enfin, la lemmatisation introduite récemment ajoute encore des possibilités d’analyse. Il faut encore ajouter que lorsqu’on consulte un texte, chaque mot contient un lien qui renvoie à une entrée dans le dictionnaire de grec de Liddell-Scott-Jones.

Capture d'écran 2014-12-07 14.13.44

Toutefois, quelques critiques sont à apporter à ce projet. Les textes numérisés proviennent d’éditions en général anciennes, libres de droit, qui ne correspondent pas tout à fait à l’état actuel des recherches. Pour ne prendre qu’un exemple qui me concerne, le texte des *Argonautiques orphiques* est celui de l’édition des Belles Lettres de 1930 ; une autre a été faite en 1987, qui revient à plusieurs reprises sur le texte de l’édition de 1930. Un autre inconvénient du site est l’absence d’apparat critique, puisqu’il ne donne qu’une forme du texte établi. Enfin, si l’on a besoin du texte pour un travail personnel, qu’il faut donc le copier, les références de paragraphes ou de numéros de vers en font partie.

C’est donc un projet absolument fondamental que nous avons avec le Thesaurus Linguae Graecae, mais il pourrait profiter des évolutions de l’édition critique en ligne, avec notamment le langage XML, pour qu’il soit encore plus intéressant de travailler avec cet outil.