Argumentaire autour du site Perseus Digital Library

Perseus Digital Library

Perseus est un site de traduction des textes latins et grecs. Très utile grâce à son mot à mot, il est cependant en anglais.
On peut accéder au texte soit,en anglais soit en latin/grec. Au-dessus, une barre d’outil permet d’accéder au texte complet chapitre par chapitre. Dès que l’on clique sur un mot latin ou grec, sa traduction et ses différentes formes nous sont proposées. La traduction est pratique et complète.
1

Les sources de ce site sont surtout les œuvres originales des différents auteurs. Les données sont parfois déjà numérisées sur d’autres sites. La plupart des liens présents sur le site renvoient à des sites anglophones ce qui peut poser des difficultés d’accès à l’information.

L’esthétique du site est assez impersonnelle. Le fond du site est blanc, les couleurs sont principalement des couleurs grises, noires ou bleues pour les nombreux liens disponibles. Cela donne un aspect sobre et peu accueillant. L’écran est souvent surchargé d’information : l’organisation centrale du texte se fait en colonne, il y en a deux autours du texte ce qui nécessite un temps adaptation lorsqu’on rentre sur le site et rend l’information moins accessible au premier coup d’œil. D’un autre côté, cette organisation éveille la curiosité de celui qui utilise ce site.
2

Le public visé doit être averti. En effet, un minimum de maîtrise de la langue anglaise est nécessaire puisque le site est anglophone. De plus, ce site qui propose des traductions s’adresse principalement aux élèves de lycée, aux étudiants et antiquisants qui étudient les langues anciennes. Il s’apparente à des sites comme itinera electronica qui propose des traductions en mot à mot des textes anciens.
Pour moi, en tant qu’étudiante en humanités classiques, ce site est utile pour avoir accès à des aides comme la traduction ou les différents formes des mots latins ou grec. Une rubrique « Art and Archaeology » et « exhibits » apportent des connaissances supplémentaires sur la culture antique.

3

Une première introduction au Thesaurus Linguae Graecae

Le service Thesaurus Linguae Graecae (site officiel : TLG)est un travail de recherche de l’Université de Californie, Irvine et il donne d’accès dans un corpus de 12.000 textes grecs par 3.700 auteurs grecs. Les œuvres, qui font partie à TLG, sont à partir de l’époque homérique jusqu’à 1453 de notre ère. Le Thesaurus Linguae Graecae a été fondé en 1972 par Marianne McDonald et il s’adresse aux étudiants, chercheurs ou aux admirateurs des textes grecs anciens, pour la codification des lesquels le TLG utilise le système du Beta Code.TLG
Il s’agit d’un programme avec des plusieurs mécanismes de recherche, des instructions détaillées à l’option de HELP pour sa meilleure usage par les internautes et aussi des services personnalisées, dans lesquels l’inscription est nécessaire (par exemple la sauvegarde des résultats).
En plus, il donne des autres capacités comme des recherches simples ou complexes avec des mots-clés et une combinaison entre la base de données TLG Canon et le corpus des pleins textes. De l’autre côté, c’est préférable que les internautes obtiennent des connaissances en langue anglaise et un clavier Unicode pour le grec polytonique.
En ce qui concerne la projection et la sauvegarde, les résultats de recherche offrent des hyperliens par rapport :
i. les références bibliographiques de l’auteur (par exemple : EUSEBIUS Scr. Eccl.) où on peut trouver ses œuvres et leurs éditions (par exemple : L. Dindorf, Ioannis Malalae chronographia [Corpus scriptorum historiae Byzantinae Bonn: Weber, 1831]: 23-496.).
ii. Les références bibliographiques pour un œuvre particulier
iii. Le transfert dans le passage du plein texte (browser) où il y a la citation des mots-clés.tlg_recherche

Une autre facilité d’usage est que le TLG offre des liens avec d’autres projets, comme oogle, WorldCat, JSTOR, L’Année philologique, Brill Online. C’est très important pour la recherche scientifique, parce que les chercheurs ont d’accès au même temps dans un nombre des sites remarquables pour une recherche sphérique d’un sujet.
Néanmoins, l’usage du TLG ne replace pas le travail personnel du chercheur, parce que dans quelques fois les citations bibliographiques ne correspondent pas aux recherches contemporaines. En tous cas, c’est un outil nécessaire pour les premières étapes d’un projet scientifique dans le domaine des textes grecs anciens.
Pour plusieurs d’informations : Quelques remarques à saut et à gambade sur le TLG

Voyage au bout de la langue grecque thésaurisée.

La première caractéristique du TLG, qui peut apparaître comme une limite de cet outil, est extérieure au site lui-même : on ne peut accéder au contenu vraiment intéressant du TLG qu’en entrant via une connexion au serveur de Paris X. Il faut montrer patte blanche, donc, pour avoir droit à l’entièreté de la littérature grecque, ce qui, d’emblée, montre bien que ce site est d’abord et avant tout pensé pour un usage universitaire. J’ignore d’ailleurs quels en sont l’usage et le tarif pour quelqu’un qui, dépourvu d’identifiant universitaire, n’est ni étudiant ni professeur et qui parle mal anglais.

On remarque que le design du site est très épuré, voire simpliste. Un bandeau de présentation, une barre de recherche à gauche, un corps de page simple qui permet de faire les recherches. Celles-ci ne semblent être commencées qu’à partir du nom de l’auteur – ce qui ralentit grandement le processus quand on travaille sur une seule oeuvre d’un auteur prolifique comme Plutarque, sur lequel je fais mon mémoire.

billet2

Les sources textuelles sont notées et souvent relativement récentes, empruntées aux éditions Teubner notamment (c’est le cas pour Bruta ratione uti de Plutarque, dont le texte est pris sur l’édition Teubner de 1954). Le Tlg, par son souci de fiabilité textuelle et de fournir les ressources textuelles les plus nombreuses, s’avère d’une importance capitale au sein des études antiques. On pourra regretter, en revanche, l’impossibilité, à moins que je me trompe, de pouvoir acquérir facilement le texte souhaité de manière procédurale, en le téléchargeant par exemple.

Le site Perseus du point de vue de l’étudiant

J’ai découvert le site Perseus Digital Library, une bibliothèque numérique développée par la Tufts University, lorsque j’ai commencé ma formation en grec et en latin. Mes connaissances de la morphologie étaient alors limitées, et mon utilisation du dictionnaire peu experte. Je trouvais ainsi un outil pour obtenir rapidement l’origine de la forme d’un mot que je ne parvenais pas à analyser. C’était également un bon concurrent au dictionnaire : à ma connaissance, Perseus est le seul site proposant une recherche dans le dictionnaire, par entrée de mot et non par parcours manuel : d’autres dictionnaires existent en ligne, mais il faut en parcourir les pages pour trouver le mot recherché.

Depuis lors, c’est l’utilisation la plus commune que j’en fais. Les outils « Greek Word Study Tool » et « Latin Word Study Tool » sont de véritables exclusivités. Dans ces langues où la morphologie est si variée et parfois si surprenante, les dictionnaires ne suffisent pas toujours aux étudiants débutants, ni même aux étudiants avancés, pour analyser correctement chaque mot d’un texte qui peut comporter des archaïsmes, des particularités de dialectes et des formes alternatives. Des formes qui nous paraissent très simples et que nous rattachons instinctivement à certains mots, sont parfois de faux amis et renvoient en réalité à d’autres mots : je pense, par exemple, à l’infinitif esse qui est certes l’infinitif du verbe sum, mais peut aussi être celui du verbe edo. Or, par une simple entrée de la forme en question dans une barre de recherche, nous avons accès à l’ensemble des possibilités qu’elle recouvre. S’affichent d’abord tous les mots auxquels peut renvoyer une même forme, puis, au sein de chacun des mots, les différentes formes possibles : pour templum par exemple, le nominatif, l’accusatif et le vocatif. Chaque mot est associé à son entrée dans un ou plusieurs dictionnaires, ainsi qu’à l’outil statistique du site. L’interface permet donc une valorisation certaine de toutes les ressources du site : par une recherche unique, on a accès à l’ensemble des informations que met à disposition Perseus au sujet d’un terme.

Capture d’écran 2015-01-31 à 20.33.08

L’outil statistique, auquel on peut accéder via « Word Study Tool » ou par une page indépendante, nous donne à la fois la fréquence d’un mot dans une œuvre et dans l’ensemble de la littérature. Ce sont les deux seuls formes sous lesquelles l’information est délivrée et, de ce point de vue, des paramètres de recherche plus développés manquent. On ne peut pas faire une recherche statistique dans un corpus comportant plusieurs œuvres, par exemple. D’autre part, il se produit, lorsque j’utilise cet outil, un phénomène que je ne comprends toujours pas. J’ai recherché le mot « tortor » dans l’outil statistique. Sur la page où s’affichent toutes les œuvres qui comportent ce mot, je lis 15 occurrences dans les Lettres à Lucilius. Mais lorsque je clique sur ce chiffre, que j’accède à une page où sont affichées toutes les occurrences par sections, seules 10 demeurent. Et cela se produit très fréquemment. Il semble que cet outil de recherche lexical au sein d’un corpus ne soit pas encore parfaitement efficace.

Capture d’écran 2015-01-31 à 20.33.33

Capture d’écran 2015-01-31 à 20.33.43

L’outil de recherche dans le site Perseus me semble donc particulièrement efficace pour la recherche d’une forme lexicale, et pour accéder ensuite rapidement à son entrée dans le dictionnaire. Il n’est pas, d’ailleurs, la seule façon d’accéder à l’outil d’analyse d’un mot : on peut y accéder en un clic lors de la lecture d’un texte ancien proposé par le site. C’est là, semble-t-il, l’autre grand avantage du site Perseus : il fait une utilisation accomplie de l’hypertextualité. Chaque mot de chaque texte est marqué par une balise hypertexte qui renvoie à l’outil « Word Study Tool ». On peut donc lire un texte ancien et cliquer à tout moment sur les termes qui nous restent obscures. Pour un étudiant qui ne maîtrise pas parfaitement le vocabulaire ou la morphologie, la lecture que propose Perseus est à la fois plus simple que celle d’un texte normal, et plus instructive : il n’est pas nécessaire de faire des allers-retours avec la traduction, et se dévoiler ainsi le sens général d’une phrase.

Capture d’écran 2015-01-31 à 20.33.52

La lecture n’est, du reste, peut-être pas aussi agréable que sur le site PHI Latin Texts : les pages de lecture de Perseus sont encombrées de fenêtres-outils qui ne sont pas toujours très pertinentes. L’interface pourrait sur ce point gagner en simplicité : seules les éventuelles fenêtres proposant la traduction et le commentaire, celle permettant le repérage dans l’œuvre, sont véritablement utiles. Puisque nous avons accès à l’outil d’analyse lexicale en cliquant sur un mot, il n’est peut-être pas nécessaire d’en faire une fenêtre, où est analysée chaque forme.

Une fonction en particulier a attiré mon attention, bien qu’elle ne soit pas fondamentale. Lors de la lecture d’un texte, si l’on clique sur un mot, il nous est affiché le cas supposé, selon un système de vote. Très généralement, personne n’a voté. Mais cela évoque toutefois l’idée d’un système participatif. Si la participation est difficile à modérer et demande un certain effectif (ce dont les humanités manquent peut-être), Perseus dispose d’un système d’hypertextualité assez développé pour constituer une base intéressante pour un tel projet. On pourrait imaginer un système de commentaire où chacun viendrait nourrir le texte de ses recherches personnelles.

Ce qui fait enfin défaut au site, mais qui me paraît un défaut répandu, c’est l’absence d’apparat critique. Les textes sont tirés d’éditions d’Oxford du début du siècle qui ne correspondent pas toujours aux éditions contemporaines et gagneraient à présenter les divers conjectures.

Je me suis appliqué à montrer mon point de vue d’étudiant de master. Il peut avoir cela de valable que le site s’adresse particulièrement à ce type de profil. Pour un chercheur plus expérimenté, il me semble que l’utilisation ne pourra ni tenir tête à celle d’éditions critiques, ni fournir beaucoup des informations qu’on pourrait attendre de la machine.

Remarques succinctes à propos du site Perseus

Perseus est un projet très complet, contenant des ressources et matériaux abondants pour les études latine et grecque (entre autres études…), y compris des commentaires pour certaines œuvres. À l’ère du numérique, ce genre de site donne une plus grande visibilité et un meilleur accès aux œuvres classiques y dépérissant.
Cette visibilité demeure pourtant amoindrie à cause de la nature même du site. Bien que des sites partenaires soient affichés dans la marge, ils ne renvoient que vers des sites anglo-saxons et allemands, ce qui rend Perseus quasi-inexistant dans d’autres pays, comme si les sciences de l’Antiquité n’étaient l’apanage que d’un cercle restreint binational.

Les sources sont principalement livresques, tirées des œuvres originelles, qu’elles fussent elles-mêmes déjà numérisées, c’est-à-dire simplement copiées sur ce site à partir d’un autre site, ou du support papier. Les commentaires, récents et ayant connu l’informatique, viennent surtout de d’écrits déjà présents sur la toile.

capture_d_ecran_perseus_2

L’apparat du site est austère, froid, tel l’image qu’ont les lettres classiques actuellement. Si ce stoïcisme humble et simple, tiré sans doute des savoirs en rapport avec l’Antiquité vénérée par de tels projets, peut avoir son charme pour les connaisseurs qui ne s’arrêtent pas à ce genre de futilité, son allure manque cruellement de pédagogie. Sans vouloir y inclure couleurs, farfadets et licornes, le site gagnerait sans doute en esthétique à y inclure banderoles, arrière-plans et autres images et photographies de céramiques, de sculptures, de peintures… en accord, éventuellement, avec les sujets abordés par les textes que l’internaute a choisis.

Le public visé est un public averti, érudit. Connaître l’anglais est nécessaire pour un non-anglophone, et même pour ces derniers l’usage d’un tel site n’est jamais anodin. On ne s’y égare que rarement. Il faut donc avoir l’utilité de Perseus ou un réel intérêt personnel ou scientifique pour les sujets traités.

capture_d_ecran_perseus

Sa grande richesse rend ce site complexe à utiliser pour qui ne maîtrise pas suffisamment l’anglais, même s’il s’agit d’un anglais (volontairement?) simple. Il nécessite un temps d’adaptation, d’usage pour être pris habilement en main. Il est utile dès lors d’explorer tous les liens existants pour en connaître la fonction, ce qui peut s’avérer long voire décourageant. Toutefois, les plus déterminés comprendront toutes les possibilités qu’offre le site (recherche de références, titres, auteurs… choix des préférences pour l’Unicode ou la visibilité textuelle, répertoire découpé en plusieurs sous-répertoires pour des retours plus aisés, etc.).

Tels Itinera electronica et Hodoi elektronikai, j’ai pleinement l’utilité de tels sites qui permettent d’accéder gratuitement aux textes étudiés et à des commentaires relatifs. Toutefois, les sites mentionnés étant en français, offrant sensiblement les mêmes services et étant plus simples d’utilisation, je me porterai plus volontiers vers ceux-ci lorsque cela sera nécessaire. Le supplément que possède Perseus, ce sont des rubriques iconographique et archéologique, ce qui le rend plus complémentaire qu’indispensable…

Ce site n’apporte pas vraiment de nouvelles connaissances sur l’Antiquité mais se contente de compiler celles préexistantes et de les mettre à jour si besoin quand de nouvelles études ont été menées, apport toutefois non-négligeable puisque cela épargne de longues heures de recherche parfois vaines pour trouver une étude en rapport avec un thème donné et permet une diffusion des savoirs plus large et moins fastidieuse.

De l’utilité du PHI

  

Le PHI (Packard Humanities Institute), dès la page d’accueil, se présente comme un site au design épuré : celle-ci comporte peu d’informations, en dehors de l’intitulé du site, d’un avertissement concernant les droits de reproduction des textes mis en ligne :

I agree to use this web site only for personal study and

not to make copies except for my personal use

under “Fair Use” principles of Copyright law.

et d’un lien permettant à l’utilisateur de contacter la société qui régit le site. L’internaute est donc averti : il s’agit d’un domaine privé, dont le contenu est protégé, où chacun doit montrer patte blanche pour entrer ; la première impression passée, il s’aperçoit que cet avertissement est moins prohibitif qu’annonciateur de bonnes nouvelles : le « Fair Use » est une limitation du droit d’auteur destinée à permettre à ceux qui ont à travailler sur des œuvres protégées de le faire gratuitement, dans la mesure où leur usage n’en est pas abusif (pas de plagiat, pas de diffusion commerciale, entre autres). Il est donc l’indice que ce site s’adresse d’abord à des enseignants et étudiants, pour leur offrir un moyen simple et direct d’accéder à la littérature dont ils ont besoin.

Après s’être porté responsable pour son usage des données rendues accessibles sur le PHI, l’internaute se retrouve face à une liste alphabétique d’auteurs latins. C’est là, a priori, l’ensemble des textes latins disponibles jusqu’au IInd siècle ap.J.-C, auxquels s’ajoutent quelques textes plus tardifs (sans que soit justifié la raison pour laquelle ces textes ont été ajoutés, ni pourquoi ceux-ci justement l’ont été) :

 Capture d’écran 2014-12-04 à 13.11.50 Le design est toujours aussi agréable, et l’on peut commencer à dérouler la liste pour chercher l’auteur qui nous intéresse. On est donc revenu à l’époque du rouleau : on doit chaque fois repasser toute la liste pour parvenir à l’endroit voulu, sans recours possible à un index, à un sommaire – ou son équivalent – catégorisant les auteurs en fonction du siècle où ils sont vécu, par exemple, ou selon toute autre information pertinente. L’alternative est faire la recherche soi-même, sur la page de texte.

Essayons à présent de cliquer sur le nom d’un auteur :Capture d’écran 2014-12-04 à 13.12.59

Aucun renseignement n’est fourni en dehors d’une liste des œuvres et il n’est toujours pas fait mention de dates. La seule indication est celle des bornes de temps des auteurs du Canon latin, entre lesquels se situent forcément les auteurs présentés. Passer la souris sur le nom d’une œuvre permet d’avoir des informations sur l’édition dont le texte rendu accessible sera issu, informations auxquelles on peut également avoir accès en cliquant sur le nom de l’auteur :

Capture d’écran 2014-12-04 à 13.13.22

Si l’on observe le code source de la page d’un texte quelconque, aucune information supplémentaire n’est non plus fournie, ce qui aurait pu être un compromis, quoique peu pratique, pour conserver le design simple et élégant du site, peut-être sous forme de commentaires afin de permettre à des lecteurs non initiés de ne pas se perdre dans les balises.  

Venons-en au texte lui-même : il est présenté de façon toujours aussi simple, rendant sa lecture agréable ; le manque d’informations rend en contrepartie l’interface plus claire et permet de se concentrer sur le texte. La navigation de page en page se fait également facilement, et on peut simplement, grâce à la barre de défilement présente au-dessus du texte, trouver le passage qui nous importe. On ne peut cependant pas faire une recherche directe concernant un vers, sauf à passer par l’onglet de recherche de mots. La fragmentation du texte ressemble en fait à la fragmentation paginale d’une édition, et imite probablement celle de l’édition d’origine ; les numéros des vers, intégrés au texte (et non informés dans le code, sous forme de balises), donnent également l’impression que l’on a une image du texte original. Mise à part sa lecture, tout autre usage (de copie, par exemple), est par là limité, puisqu’on ne peut pas sélectionner un extrait sans sélectionner la numérotation qui l’entoure ; nettoyer le texte obtenu de toutes ces informations parasites est en soi décourageant, ce qui limite les risques d’infraction du « Fair Use ». Il est aussi probable que ce format, qui paraît assez aberrant, par rapport à nos pratiques actuelles sur les textes présents sur le web, conserve le souvenir du support sur lequel se trouvaient les textes avant leur mise en ligne, à savoir un CD-Rom. L’étrangeté des URL du site en sont sans doute aussi le témoin.  

Malgré l’avantage de lisibilité que procure une présentation ne conservant que le texte, on ne peut par ailleurs que regretter qu’il n’y ait pas d’apparat critique, d’outils d’analyse, par exemple grammaticaux ou lexicaux (comme sur Perseus), ni de renseignements complémentaires sur l’auteur ou/et l’oeuvre ; l’édition dont est tiré le texte n’est même pas précisée sur la page. Des signes critiques témoignant du travail de l’éditeur sont en effet présents, avec plus ou moins de détail, dans les textes, mais sans justification :

Capture d’écran 2014-12-04 à 13.14.34

On peut en revanche saluer la possibilité de faire une recherche directe de concordance à partir du texte, à l’aide d’un double-clique dans l’ensemble du corpus présenté sur le site, de shift et du double-clique dans le corpus de l’auteur, ou, si l’on maintient shift, dans le texte où se trouve le mot. Une recherche sur le terme sacraria au chant X des Métamorphoses d’Ovide donne par exemple dix-sept résultats sur l’ensemble du corpus, résultats qui sont accompagnés d’un contexte (la référence de l’oeuvre, la ligne précédente et la ligne suivant celle où se trouve le mot recherché, pour chaque citation). La procédure peut être raffinée grâce à certains signes et conventions indiquées à droite de la barre de recherche, ce qui en fait un outil efficace. Nous venons toutefois de décrire les actions permises dans l’onglet « Word Search », et non l’onglet « Concordance ». Ce dernier donne les mêmes résultats que précédemment, mais présentés d’une autre manière : tous les résultats, dans la mesure du possible, sont présents sur la même page, un résultat équivalent à une ligne, ce qui devrait en donner une meilleure visibilité. Ce n’est pourtant pas le cas : le contexte qui accompagne le terme recherché est plus restreint et il ne correspond ni à des phrases ni à des lignes. La partie concernant la recherche d’un mot ou ensemble de mots est finalement mieux conçue que la mise en ligne des textes eux-mêmes, quoique la limitation des recherches, quant elles donnent plus de 500 réponses, soit limitée et génère de façon apparemment aléatoire une page présentant ceux qui ont été retenus. Bien que l’internaute ait peut de chances de vouloir parcourir plus de 500 occurrences, il voudrait sans doute pouvoir choisir lesquelles consulter, en voyant ne serait-ce que la liste, sans les références, de tous les auteurs chez lesquels le terme cherché a été trouvé.

Le manque de dimension critique sur le texte, mais aussi sur le site, le rendent peu utile pour l’usage d’étudiants ou de chercheurs, lesquels ne peuvent pas se contenter de travailler avec un texte brut, d’autant plus qu’ils ignorent quand le site a été crée, quelle est sa dernière mise à jour, quelle est l’équipe qui s’en est occupée, et quel est leur manière de procéder. Il est mentionné que les textes sont issus d’un CD-ROM, dont la version est indiquée, mais pas la date, non plus que les modifications qui ont pu y être apportées depuis pour sa mise en ligne. Je dis qu’ils l’ignorent, car ces informations ne paraissent à première vue pas disponibles (celles mentionnées dans l’onglet « About » étant trop sommaires) : il faut savoir où chercher pour les découvrir, à savoir télécharger les termes du PHI, lesquels mentionnent la date à laquelle est sorti le CD-ROM  (1991). La seule manière de savoir si le site a évolué est sans doute de poser la question en utilisant le mail de contact fourni sur la page « About ». Et cela reste peu de choses.

Ce site donne ainsi l’impression d’être figé depuis l’éternité et de ne pas devoir changer. Les outils ne manquent pourtant pas pour l’améliorer : les textes peuvent être enrichis, de sorte que l’internaute puisse, en cliquant sur tel nom, ou passant sa souris sur tel nom, avoir des informations sur celui-ci, peut-être une situation géographique, s’il s’agit d’un lieu, ou d’un itinéraire, si cela se révèle intéressant pour le texte en question. Et si cela demande des moyens et un temps trop important, il est toujours possible de renvoyer à des sites qui eux, permettent d’apporter d’autres perspectives. Son intérêt me paraît incertain: il a peu d’atouts à opposer aux sites qui lui sont concurrents, tel Perseus (même s’il s’agissait justement de le dépasser pour proposer un site aussi performant que le TLG, mais pour le latin) ou Itinera Electronica (malgré le faible nombre de textes). Ses avantages sont manifestement la volonté d’exhaustivité du corpus proposé, la disponibilité de ces textes (accessibles gratuitement, librement, du moment où les normes d’utilisation sont respectées – un non-respect de ces normes pouvant entraîner, s’il est révélé, des poursuites judiciaires), la facilité de navigation qui le caractérise, et sa rapidité. Il a bien sûr le mérite de mettre en ligne une bibliothèque latine classique très riche, dans laquelle on peut trouver des raretés, ce que l’on aurait sans doute eu du mal à trouver près de chez soi, surtout si l’on habite pas une grande ville universitaire. Sa restriction aux textes classiques est toutefois un choix qui témoigne d’une certaine vétusté : les époques plus tardives étaient alors à peu près ignorées, ce qui n’est plus le cas dans la recherche, quoique cela le reste souvent dans l’enseignement. The Latin Library a sur le PHI l’avantage de proposer un ensemble de textes chrétiens, médiévaux et néolatins, ouverture salutaire. Des personnes souhaitant seulement un certain confort de lecture, ou justement à récupérer un texte brut pour leur usage personnel (s’ils prennent la peine de le nettoyer, comme mentionné plus haut), peuvent le préférer à d’autres sites du même type, mais son public reste probablement restreint – le texte n’étant présent qu’en latin, il faut au moins que l’internaute soit en mesure de savoir ce qu’il a sous les yeux – et devrait encore se restreindre s’il ne change pas.  

Quelques remarques à saut et à gambade sur le TLG

Le Thesaurus Linguae Graecae est un outil d’une utilité considérable pour qui désire travailler sur la littérature grecque. L’histoire du projet est longue, et importante dans l’évolution des humanités numériques. Le projet est né en 1972 à l’Université de Californie. Il s’agissait de créer une base de données informatiques qui rassemblerait l’ensemble de la littérature grecque antique depuis Homère jusqu’à la chute de Constantinople. David Packard a élaboré, autour de ce projet de TLG, le système Ibycus pour travailler avec les textes, ainsi que le code Beta pour afficher et lire les caractères polytoniques du grec ancien. C’est autour de ces technologies que s’est développé le TLG, d’abord disponible sur CD-Rom. Aujourd’hui, toutefois, le TLG est accessible en ligne, et les textes grecs en Unicode, ce qui facilite grandement l’utilisation des données.

Le corpus immense couvert par le TLG n’est cependant disponible qu’à quelques *happy few* ; en effet, l’accès est payant, et par conséquent est d’abord destiné aux chercheurs ou étudiants, grâce aux bibliothèques institutionnelles. Le projet est donc principalement destiné aux recherches savantes sur l’Antiquité, et non à une diffusion globale des savoirs.

L’intérêt du projet est multiple. En effet, il est possible d’effectuer des recherches dans l’ensemble du canon littéraire, que ce soit par auteur, par titre d’oeuvre ou par publication, et ainsi de trouver facilement un texte qui peut être utile au travail en cours. Lorsque l’on travaille sur un texte, il est très facile d’en voir la structure et d’atteindre le passage que l’on cherche.

Capture d'écran 2014-12-07 13.43.26

Une autre possibilité offerte par la base de données, qui est extrêmement utile, est la recherche lexicale à travers le corpus. Je me suis personnellement beaucoup servi de cette fonction, pour mes travaux en mythologie, mais également en linguistique. En effet, il est possible de définir de nombreux paramètres de la recherche : non seulement le mot que l’on recherche, mais également le corpus que nous voulons étudier (un auteur particulier, une oeuvre précise…). On peut également étudier la proximité entre deux ou trois termes.

Capture d'écran 2014-12-07 13.02.54

Les analyses permises par le TLG sur la littérature grecque sont ainsi précises et facilitent la recension des formes. Et s’inscrire sur le site offre en outre la possibilité d’enregistrer les recherches, afin d’y revenir plus tard.

Capture d'écran 2014-12-07 14.25.04

Enfin, la lemmatisation introduite récemment ajoute encore des possibilités d’analyse. Il faut encore ajouter que lorsqu’on consulte un texte, chaque mot contient un lien qui renvoie à une entrée dans le dictionnaire de grec de Liddell-Scott-Jones.

Capture d'écran 2014-12-07 14.13.44

Toutefois, quelques critiques sont à apporter à ce projet. Les textes numérisés proviennent d’éditions en général anciennes, libres de droit, qui ne correspondent pas tout à fait à l’état actuel des recherches. Pour ne prendre qu’un exemple qui me concerne, le texte des *Argonautiques orphiques* est celui de l’édition des Belles Lettres de 1930 ; une autre a été faite en 1987, qui revient à plusieurs reprises sur le texte de l’édition de 1930. Un autre inconvénient du site est l’absence d’apparat critique, puisqu’il ne donne qu’une forme du texte établi. Enfin, si l’on a besoin du texte pour un travail personnel, qu’il faut donc le copier, les références de paragraphes ou de numéros de vers en font partie.

C’est donc un projet absolument fondamental que nous avons avec le Thesaurus Linguae Graecae, mais il pourrait profiter des évolutions de l’édition critique en ligne, avec notamment le langage XML, pour qu’il soit encore plus intéressant de travailler avec cet outil.