Les noms divins dans les traités de magie attribués à Salomon. Edition numérique du Liber Hynotheon (ADIV 5fb 1)

         Dans le cadre de mon master HCHN, j’ai pour objectif d’éditer un manuscrit de magie encore inédit, le Liber Hynothéon, conservé au sein des Archives départementales d’Ille-et-Vilaine sous la côte 5 Fb 1. L’auteur indique que ce livret serait la traduction en latin d’un ouvrage plus ancien écrit en chaldéen et recèlerait la magie du très sage Salomon, mais à en juger par son écriture, il a dû être rédigé au XVII-XVIIIe siècle et saisi par la justice avant la Révolution française. La source principale de ce texte semble être l’Almadel. Ce traité de magie rituelle est fameux : il servait à invoquer et à conjurer les anges. Il tirerait ses origines de l’Iran ancien et de l’Extrême Orient, mais ses versions médiévales ont été tout à fait christianisées. Cependant, tout comme l’Almadel avait fait l’objet d’un profond processus de réécriture et d’acculturation à partir d’un prototype arabe, l’élaboration de ce manuscrit s’apparente par de nombreux côtés à un « bricolage » au sens de C. Levi-Strauss. L’auteur s’est arrangé avec les « moyens du bord » pour construire son texte. Il a eu recours à des éléments recueillis et conservés au cours de ses lectures : des extraits des différents livres de la Bible, – Genèse, Psaumes ou Apocalypse -, des notes prises à partir de textes de magie rituelle, ou bien encore des concepts empruntés à Aristote. À terme, l’édition numérique en ligne de notre manuscrit, devrait permettre de faciliter la comparaison avec d’autres textes similaires, et ainsi déterminer comment les traités de magie se construisent, et d’une certaine manière, préciser les modalités de transmission et d’innovation des connaissances.

         L’élaboration d’une édition diplomatique et interprétative de ce manuscrit a nécessité tout d’abord un travail de toilettage et de préparation minutieux. À l’issu de la transcription du manuscrit, il était tout d’abord nécessaire d’encoder la texte en langage XML, ou « extensible markup language » et suivant les règles de la TEI (Text Encoding Initiative). Dans l’en-tête, représenté par élément <teiHeader>, sont rassemblés les métadonnées qui décrivent le document : taille, origine, lieu de conservation… Le texte lui-même a ensuite été structuré et encodé selon un certain nombre de balises relativement courantes. L’élément <div> nous a notamment permis de diviser le texte selon un certain nombre de « livre » et de « chapitre » qui n’existaient pas à l’origine, mais que nous avons défini afin de faciliter le repérage au sein du Liber. La particularité du texte nous a amené à repérer plus spécifiquement les noms qualifiés dans le texte de « divins ». Sur le modèles des « noms barbares » des formules magiques, du type abracadabra ou hocus pocus, ces noms correspondent en théorie aux noms secrets des anges ou de Dieu. La plupart du temps, ils n’ont aucun sens véritable et leur étymologie est la plus souvent fantaisiste, du moment qu’ils résonnent à l’oreille comme des vocables d’origine hébraïque, grecque, ou arabe. Sur le modèle de la théurgie, leur prononciation permettrait à l’opérant d’entrer en communion avec les puissances divines. La balise <name type= « divin »> les signale tout au long du texte, ce qui permettra à terme l’élaboration d’un lexique, et une comparaison avec les manuscrits magiques qui ont recours à ce même type de vocable.

      Sur les conseils de M. Berra, j’ai commencé à utiliser GitHub, une plate-forme open source qui permettait d’héberger en ligne sur un certain nombre de dépôts ou repositeries, tels que le ‘HN4-Liber-Hynotheon’ qui regroupait les images du manuscrit en format jpeg, la version du texte en format hmtl et xml. Monsieur Berra a ensuite été désigné comme administrateur afin qu’il puisse m’aider à résoudre les principaux problèmes rencontrés. L’utilisation de l’application open-source GitHub Desktop me permettait d’interagir directement avec GitHub : sur mon ordinateur personnel, je pouvais organiser et encoder progressivement le Liber Hynotheon à l’aide du logiciel Visual Studio Code, et ensuite, à l’aide de la fonction Push, envoyer directement les modifications sur le dépôt en ligne. Inversement, grâce à Pull, il m’était possible de mettre à jour mes fichiers en fonction des corrections proposées par Mr Berra. Une fois que le manuscrit a été encodé, j’ai pu poursuivre le même travail sur les versions parallèles de l’Almadel accessibles sur le site de Jospeh H. Peterson, Esoteric archives. De plus, deux versions françaises de l’Almadel sont conservées au sein de de la Cabale Divine ou la Stéganographie. Ces manuscrits sont actuellement à la Bibliothèque Wellcome (Wellcome 4666) à Londres, et à la Bibliotheca Philosophica Hermetica (BHP 277) à Amsterdam. Sur les sites de ces deux bibliothèques, le chercheur a accès à leur reproduction en format jpg ou pdf, ce qui m’a permis de les transcrire et de les encoder ensuite sous le format xml-tei. GitHub m’a donc permis de mettre en œuvre un travail collaboratif particulièrement efficace et de rassembler sur un même espace l’ensemble des données nécessaires.

       Afin de mettre directement en ligne l’édition du Liber Hynotheon en XML-TEI, il a finalement été décidé de recourir à l’outil EVT (Edition Visualization Technology). Ce logiciel en open source est relativement aisé d’utilisation : l’administrateur peut notamment modifier l’apparence de n’importe quel élément portant une certaine balise TEI, et agir sur la présentation de l’apparat critique, les corrections réalisées par le scribe, les annotations marginales, et les propositions de correction. À l’aide d’EVT, GitHub peut ensuite mettre en ligne l’édition du manuscrit rennais. Ceci offre plusieurs avantages. L’Almadel jouit en effet d’une certaine popularité sur Internet : on peut acheter un autel portatif destiné à invoquer les anges sur Amazon, des groupes de rock présentent certains clips sous ce nom sur Youtube, mais le texte français n’est pas directement accessible. Par rapport à une édition classique, de style Belles Lettres, ou par rapport à l’édition en ligne proposée par Jospeh H. Peterson, cette édition numérique a l’avantage de faciliter de l’inclusion des images et de mettre en œuvre un traitement automatisé des index. Les changements de configuration proposés par M. Berra permettent de plus de travailler tout aussi bien sur une édition diplomatique qu’interprétative. J’ai fait le choix de présenter aussi sur le même site la traduction du texte, ainsi qu’un ensemble de notes qui facilitent la compréhension du manuscrit. C’est un travail relativement agréable à réaliser car il donne rapidement  des résultats : afin de se rendre compte des conséquences des modifications et des choix effectués, il est notamment possible de visualiser le site en local sur Google Chrome, en transmettant les commandes adéquates par le biais de l’application  Terminal.

       L’édition numérique du Liber Hynotheon est en voie d’achèvement. Par contre, l’intégration de la traduction en français et des autres manuscrits transcrits est plus complexe que prévue et nécessite encore des aménagements d’EVTViewer. A terme, j’ai encore bon espoir de pouvoir comparer directement le Liber Hynotheon avec les différentes versions de l’Almadel (latines, anglaises et françaises). Mon hypothèse est que cela permettrait, au-delà de la diversité des langues, d’établir des généalogies ou plus exactement d’un manuscrit à l’autre. Sur une base aussi étroite d’un point de vue quantitatif, il ne s’agira pas de prouver scientifiquement quoi que ce soit, ou de mettre en œuvre automatiquement un stemma. Par exemple, la citation de la Donation de Constantin porte uniquement sur deux mots accolés diadema corona. De plus, la comparaison s’effectue sur des textes en langues étrangères. Pour l’instant, quelques analyses telles que l’établissement de lexiques des noms divins et la comparaison entre les différentes représentations de l’autel d’invocation devraient souligner des liens de parenté à travers le temps et l’espace européen. Comme il n’est pas possible de lemmatiser ces « noms divins » et comme chaque scribe les comprend à leur manière, il est encore nécessaire de recourir à l’intuition humaine pour penser par exemple que Hynotheon correspond à l’Honoyteon retrouvé sur un manuscrit italien du XVe, ou à d’autres noms bizarres tels qu’Onoytheon, Onaypheon ou Onayefeon. D’une certaine manière, c’est réconfortant à l’heure où l’IA commence à s’implanter dans tous les domaines de la recherche.

Nicolas CORRE

Le malheur des bergers

Au nom de Rome, heureux vieillards que nous sommes !
Dépossédés de nos biens, nous n’avons plus rien :
Ni terres, ni brebis, sommes-nous citoyens, 
Si après si longtemps, on expulse les hommes ?

De nos bœufs pourtant, on nous vantent les mérites,
A l’ombre des forêts, notre seule richesse,
Quand dans notre cœur, ne reste que la tristesse,
Ô mon bel enfant, même l’amour nous évite ?

Car même entre nous, les querelles sont constantes :
A la meilleur génisse, au meilleur poète.
Les dieux en sont témoins, on se creuse la tête,
On s’admire, on se loue mais nos lèvres se mentent.

Mais ensemble chantons le bonheur de la terre,
Elle est la sainte mère de tous nos bienfaits.
Mon enfant reconnaît, remercie ses effets,
Pour que l’âge d’or succède à l’âge de fer.

Et quand la mort frappe, toute la vie s’arrête.
Le ruisseau cesse d’être, et plus rien ne s’agite.
De notre malheur, les étoiles sont instruites,
Lorsque de nos cœurs blessés, les vers se transmettent.

Hélas depuis longtemps, les nymphes disparaissent.
Vierges infortunées, mélodies oubliées,
Si pour dresser l’acier, les forêts sont rasées,
Nos chants ne vantent plus Pan et la chasseresse.

Aux frênes des forêts, succèdent les brasiers,
Aux pins de nos jardins, le béton et les briques,
D’Apollon et des Muses que nos vers lyriques,
Ou s’affrontent tous deux : immeubles et beauté.

Car de nos pâtures, l’amour nous est ôté;
Ville, cruelle mère qui ravit, qui détruit
Mais nourrit nos vers d’une douce hérésie.
Retournons en arrière, et chantons, ô bergers :

Chantons un temps béni du noble art de la terre :
Où nous possédions tout, au plus loin de ces villes;
Viens, regarde comme nous étions si habiles,
Près des anciens chemins, la pureté de l’air.

Viens, viens donc avec moi, chanter l’amour d’antan
Chanter l’amour d’avant, celui des frondaisons.
Ni la neige ni le froid, au cœur de la saison
Ne m’enlèverons jamais, mes arbres et leurs chants.

J’ai choisi pour réaliser mon pastiche de m’inspirer de l’oeuvre des Bucoliques de Virgile. La poésie pastorale, ou poésie bucolique, est un genre poétique qui a pour but de représenter la vie champêtre et les mœurs des bergers. Elle se construit à travers la description et la célébration d’un univers rural. Plusieurs choix m’ont conduit à la réalisation de mon pastiche. En effet, en me servant de Voyant Tools pour connaître les mots et les syntagmes les plus utilisés par Virgile, j’ai pu me rendre compte que cela ne témoignait pas vraiment de l’oeuvre dans son entièreté.

L’églogue 8 par exemple fausse les données globales. En effet, un vers notamment est répété à de nombreuses reprises, ce qui modifie les termes et les syntagmes les plus répandus alors qu’ils ne sont présents que dans une églogue en particulier.

Les Bucoliques de Virgile sont composés de 10 églogues différentes, témoignant chacune d’une idée précise et mettant en scène des personnages différents. Ainsi, lors de la réalisation de mon pastiche, je me suis inspirée des mots les plus courants de l’oeuvre entière, mais pas seulement; en effet, mon poème est composé de 10 strophes qui s’identifient chacune à une églogue particulière en en reprenant syntagmes et termes les plus répandus. J’ai donc utilisé Voyant Tools à la fois pour disposer d’une vision globale de l’oeuvre mais aussi pour obtenir une vision distincte des caractéristiques de chaque églogue.

En ce qui concerne l’oeuvre entière, après avoir fait abstraction des noms des différents personnages qui composent le poème, j’ai retenu une liste de 10 termes majeurs : carmina, ducite, incipe, amor, ovis, versus, puer, urbe, venit et montibusque j’ai essayé de disséminer tout au long de mon pastiche.

 

Concernant chaque strophe individuellement, elles s’appuient chacune sur l’églogue correspondante. Ainsi, pour la première strophe, j’ai essayé de reprendre les syntagmes et les mots les plus présents dans la première églogue, et ainsi de suite.

Églogues

Strophes
Églogue 1

longo post tempore
fortunate senex

deus/viridi/fortunate/senex/rupe
Au nom de Rome, heureux vieillards que nous sommes !
Dépossédés de nos biens, nous n’avons plus rien :
Ni terres, ni brebis, sommes-nous citoyens ?
Si après si longtemps, on expulse les hommes.
Églogue 2

o formose puer

umbra/vaccinia/silvis/sequitur
De nos bœufs pourtant, on nous vantent les mérites,
A l’ombre des forêts, notre seule richesse,
Quand dans notre cœur, ne reste que la tristesse,
Ô mon bel enfant, même l’amour nous évite ?
Églogue 3

necdum illis labra admovi sed condita servo
est mihi

pecus/vitulam/pueri
Car même entre nous, les querelles sont constantes :
A la meilleur génisse, au meilleur poète.
Les dieux en sont témoins, on se creuse la tête,
On s’admire, on se loue mais nos lèvres se mentent.
Églogue 4

incipe parue puer
pan etiam arcadia

puer/ultima/vestigia/tellus/parue
Mais ensemble chantons le bonheur de la terre,
Elle est la sainte mère de tous nos bienfaits.
Mon enfant reconnaît, remercie ses effets,
Pour que l’âge d’or succède à l’âge de fer.
Églogue 5

ad astra
ad sidera

puer/flumina/carmina
Et quand la mort frappe, toute la vie s’arrête.
Le ruisseau cesse d’être, et plus rien ne s’agite.
De notre malheur, les étoiles sont instruites,
Lorsque de nos cœurs blessés, les vers se transmettent.
Églogue 6

a uirgo infelix
nec tantum
Hélas depuis longtemps, les nymphes disparaissent.
Vierges infortunées, mélodies oubliées,
Si pour dresser l’acier, les forêts sont rasées,
Nos chants ne vantent plus Pan et la chasseresse.
Églogue 7

fraxinus in siluis
pinus in hortis
aut si

umbra/ambo/viridis
Aux frênes des forêts, succèdent les brasiers,
Aux pins de nos jardins, le béton et les briques,
D’Apollon et des Muses que nos vers lyriques,
Ou s’affrontent tous deux : immeubles et beauté.
Églogue 8

crudelis tu quoque mater

urbe/versus/carmina/ducite
Car de nos pâtures, l’amour nous est ôté;
Ville, cruelle mère qui ravit, qui détruit
Mais nourrit nos vers d’une douce hérésie.
Retournons en arrière, et chantons, ô bergers :
Églogue 9

huc ades
in urbem

carmina/via/veteres
Chantons un temps béni du noble art de la terre :
Où nous possédions tout, au plus loin de ces villes;
Viens, regarde comme nous étions si habiles,
Près des anciens chemins, la pureté de l’air.
Églogue 10

mihi phyllis
nam neque/nec si

amor/venit/carmina/nives/frigora
Viens, viens donc avec moi, chanter l’amour d’antan
Chanter l’amour d’avant, celui des frondaisons.
Ni la neige ni le froid, au cœur de la saison
Ne m’enlèverons jamais, mes arbres et leurs chants.
Dans ce tableau j’ai voulu représenter les mots à partir desquels je me suis inspirée lors de la rédaction des strophes. Les mots en italiques dans la colonne de droite correspondent aux mots et/ou syntagmes les plus courants dans l’églogue correspondante. Quant-à ceux encadrés, ce sont les mots les plus répandus au sein des Bucoliques dans leur globalité.

J’ai également utilisé Voyant Tools pour mettre en avant les collocations les plus courantes dans l’oeuvre entière pour tenter de les représenter à travers mon pastiche.

Pour mon pastiche j’ai également fait le choix d’écrire en alexandrins pour reprendre les hexamètres dactyliques présent dans les Bucoliques. De même, à partir de la sixième strophe, soit la moitié du poème, j’ai inclus une notion plus contemporaine qu’est celle de la déforestation et de l’urbanisation. En effet, dans les termes les plus courants, on peut voir le terme urbe de plus en plus présent vers la fin du poème et qui m’a conforté dans ce choix. Ainsi, la fin de mon pastiche met en avant la disparition de la vie rurale au profit des villes toujours plus démesurées et impersonnelles, mais également l’expropriation des petits propriétaires terriens qui se languissent de cette perte à travers leur chants.

J’espère en tout cas que ce pastiche et ces explications vous ont plu !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search