La nécessité dans l’Hercule furieux d’Euripide et de Sénèque

Parmi les hypothèses « corpus-based » formulées en début de semestre, l’une d’entre elles était que la tragédie, le destin et la nécessité marquaient significativement ces œuvres avec notamment la récurrence remarquée de l’impersonnel χρή  chez Euripide. J’ai cherché ensuite si cette première approche « corpus-based » était confirmée par une approche « corpus-driven » où les hypothèses sont formulées au vu des résultats fournis . La principale raison de ce changement d’approche est que Voyant Tools, que j’ai choisi pour étudier d’abord le texte grec, est un outil dont les données sont quantitatives et non qualitatives car il ne prévoit pas de lemmatisation.

La récurrence de χρή  mais aussi de δεῖ était observée par Voyant Tools, ce qui semblait confirmer l’hypothèse formulée.


A partir ce résultat, je décidai de formuler l’hypothèse suivante : les mots faisant partie du champ lexical de la nécessité, en particulier les verbes, marquent le caractère tragique, inéluctable de l’épisode dans les deux pièces. J’ai donc poursuivi l’analyse pour tout le corpus cette fois sur Voyant Tools mais aussi sur Hyperbase.


Hercule furieux d’Euripide

J’ai d’abord approfondi ma recherche sur le texte d’Euripide avec Voyant Tools. Les deux images correspondent à la répartition du mot δεῖ et au contexte des occurrences de ce mot dans le texte.

Méthodologie : j’ai, à partir des données du nuage, cherché dans Voyant Tools δει*. Ensuite, j’ai pris les mots qui correspondaient à l’impersonnel δεῖ et n’ai trouvé par ce biais que la forme au présent de l’indicatif; j’ai donc exclu δεῖται, une forme au présent moyen-passif de δέω ainsi que
δείξαι et δειξον (une occurrence chacun) , formes de δείκνυμι.

J’ai trouvé 9 occurrences de δεῖ, surtout au début et à la fin de la pièce :

_ δειλίαν Ηρακλεες συν μαρτυσιν θεοις δεῖ μ’απαλλαξαι σεθεν La première occurrence apparait au vers 175 dans une tirade d’Amphitryon, père humain d’Héraclès qui souhaite le défendre face à des accusations de lâcheté. Le mot renvoie donc au devoir.

_ εὖ δρῶν, οὗ φίλων μάλιστα δεῖ; : apparait au vers 266 dans une tirade du chœur composé de vieillards qui veut s’opposer à Lycos parce qu’Heraclès a besoin d’amis, ils lui sont nécessaires à cet instant.

_ Ἡμᾶς δ’, ἐπειδὴ δεῖ θανεῖν, θνῄσκειν χρεὼν apparait au vers 283 dans la tirade de Mégare qui répond à celle du chœur pour les remercier et décliner leur aide au motif qu’elle considère qu’il faut accepter la fatalité de la mort. Ici, la nécessité apparait plus clairement renforcée par la présence du participe χρεὼν .

_ Καὶ δεῖ μ’ ὑπὲρ τῶνδ’, εἴπερ οἵδ’ ὑπὲρ πατρός,/θνῄσκειν ἀμύνοντ’· apparait au vers 577 quand Heraclès revenu des Enfers dit dans une violente et délirante tirade contre Eurysthée qu’il doit mourir pour ses enfants. Le mot renvoie donc au devoir.

_ ἔμπνους μέν εἰμι καὶ δέδορχ’ ἅπερ με δεῖ apparait au vers 1089 au moment du réveil d’Héraclès qui est content d’avoir recouvré ses esprits après son délire meurtrier. Il a oublié ses meurtres. Le mot δεῖ renvoie au sens de «ce qu’il est normal » puisque le héros se réjouit de sa vue retrouvée.

_ ἦλθον, εἴ τι δεῖ, γέρον, /ἢ χειρὸς ὑμᾶς τῆς ἐμῆς ἢ συμμάχων. Au vers 1170, δεῖ apparait dans une tirade de Thésée qui arrive pour prêter main [lien article de Sandrine] forte à Héraclès contre Lycos avant d’apprendre le malheur qui vient de toucher la maison. Le mot renvoie au besoin, confirmé par la conjonction de subordination conditionnelle εἴ.

_ μόχθους οὓς ἔτλην τί δεῖ λέγειν; au vers 1270 δεῖ apparait dans une tirade d’Héraclès pour résumer en peu de mots ses exploits connus de tous. Le mot renvoie au besoin.

_ Τί δῆτά με ζῆν δεῖ; Dans cette même tirade, au vers 1301, Héraclès songe à mourir, ne voyant pas l’intérêt de vivre avec une telle infamie. Le mot renvoie au besoin.

_ θεοὶ δ’ ὅταν τιμῶσιν, οὐδὲν δεῖ φίλων· Le mot apparait dans la tirade de Thésée qui répond à celle d’Héraclès et où il lui propose de le suivre à Athènes pour être purifié. Ici, δεῖ renvoie au besoin d’amis. Cette sentence signifie qu’un homme favorisé des dieux n’a pas besoin d’amis, ce qui n’est plus le cas d’Héraclès.


J’ai ensuite fait de même avec la répartition des mots χρή , χρῆν, χρέος et χρεών et leurs contextes d’apparition dans le texte.

Méthodologie : comme précédemment, j’ai cherché χρ* dans Voyant Tools d’après les résultats du nuage. En vérifiant dans le fichier XML de base avec le raccourci Ctrl + F qui permet de rechercher des mots-clés, je me suis rendu compte qu’il y avait deux formes d’imparfait de l’indicatif de
χρή : l’une sans augment χρῆν trouvée par la méthode détaillée ci-dessus et une autre avec augment ἐχρῆν, présente deux fois dans le texte. D’autres formes peuvent par conséquent avoir « échappé » à l’analyse de Voyant Tools.

J’ai trouvé 8 occurrences de χρὴ, 3 de χρῆν, 2 de ἐχρῆν 1 de χρέος et 10 de χρεών :

_ εἰ τι δὴ χρὴ κἄμ’ ἐν ἀνδράσιν λέγειν / γέροντ’ ἀχρει̂ον . Le mot χρή  apparaît au vers 41 dans le monologue d’Amphitryon qui ouvre la pièce et en situe l’action. Le père humain d’Héraclès se dévalorise en tant qu’homme, parce qu’âgé dans une remarque en incise. Le mot a le sens de « si je dois » et renvoie donc au devoir mais au conditionnel.

_ δοκει̂ν δὲ τἀδόκητ’ οὐ χρή, γέρον. Le mot χρή  apparait au vers 92 dans une réplique de Mégare à Amphitryon qui espère que son fils, présumé mort, revienne des Enfers. χρὴ a une valeur de défense puisque l’épouse d’Héraclès dit qu’il ne faut pas croire à l’impossible.

_ Τὸν Ἡράκλειον πατέρα καὶ ξυνάορον, / εἰ χρή μ’, ἐρωτῶ  : le mot χρή  apparait au vers 141 où Lycos qui arrive sur la scène souhaite interroger Mégare et Amphitryon. χρὴ a le sens de « s’il le faut ».

_  χρὴ δ apparait au même vers dans la phrase suivante où Lycos se répond à lui-même pour s’octroyer ce droit qu’il demandait. Le sens est donc : « il le faut » qu’il justifie par son statut de maître.


_ ὅ χρῆν σ᾽ ὑφ᾽ ἡμῶν τῶν ἀμεινόνων παθεῖν le mot χρῆν (imparfait de χρή) apparait au vers 210 où Amphitryon dit à Lycos que c’est ceux qu’il veut lâchement mettre à mort qui devraient le tuer. Il y a une valeur d’éventualité normative (« ce qui devrait être ») et le sens du devoir.

_ ἥν χρῆν νεοσσοῖς τοῖσδε πῦρ λόγχας ὅπλα/ φέρουσαν ἐλθεῖν dans la même tirade au vers 224, Amphitryon juge la Grèce ingrate de ne pas avoir aidé la cité de son fils qui l’ a pourtant sauvée plusieurs fois. Le mot χρῆν a les mêmes sens et valeur que précédemment.

_ ὃ χρὴ γὰρ οὐδεὶς μὴ χρεὼν θήσει ποτέ : au vers 311, le mot χρή apparait dans la tirade de Mégare pour remercier les vieillards de leur aide. Comme nous l’avons vu avec δεῖ, elle explique qu’il faut accepter son destin. Ici, χρή veut dire « ce qui est nécessaire » au sens de la nécessité, contrairede la contingence. Il renvoie donc au destin

_ ἃ σὲ λέγειν πρὸς τόνδ’ ἐχρῆν : au vers 535 le mot ἐχρῆν (imparfait de χρή) apparait dans une réplique de Mégare à Héraclès qui vient d’arriver où elle s’excuse de prendre la parole à la place d’Amphitryon. Il y a une valeur d’éventualité normative. Le mot renvoie au devoir.

_ Τῷ γάρ μ’ ἀμύνειν μᾶλλον ἢ δάμαρτι χρὴ / καὶ παισὶ καὶ γέροντι; : au vers 574, le mot χρὴ apparait dans la tirade violente d’Héraclès, où l’on trouvait déjà le mot δεῖ.  Pour le héros, c’est sa famille qu’il a le devoir de protéger. C’est donc cette signification qu’il faut voir dans cette occurrence.

_ ἃ χρῆν σε μετρίως, κεἰ κρατεῖς, σπουδὴν ἔχειν. : au vers 709, le mot χρῆν (imparfait de χρὴ) apparait dans une réplique d’Amphitryon à Lycos qui est sur le chemin pour tuer la famille d’Héraclès, ignorant son retour providentiel et le piège qui l’attend. Amphitryon lui dit qu’il aurait être plus mesuré. Il y a une valeur d’éventualité normative (« comment il aurait dû agir ») et le sens du devoir.


_ τὸ χρή νιν ἐξέσῳζεν : au vers 828, le mot χρή apparait substantivé dans la tirade d’Iris, la servante et messagère des dieux accompagnée de Lyssa sur le point de rendre Héraclès dément, après sa victoire sur Lycos. Cette expression signifie le destin qui selon la déesse, protégeait le héros le temps de ses travaux. Le destin est donc personnifié au moment même où son action semble se terminer.

_ Τότε θανεῖν σ’ ἐχρῆν : au vers 1078 le mot ἐχρῆν (imparfait de χρὴ) apparait dans une réplique du chœur à Amphitryon après le massacre d’où il réchappé de justesse. Le chœur lui dit qu’il aurait dû mourir avant s’il voulait éviter un sacrilège supplémentaire à son fils dont il craint le réveil. Il y une valeur d’éventualité normative dans cette occurrence. Ce n’est pas au sens de destin, de nécessité absolue ou encore de devoir qu’il faut le comprendre.

_ Ὦ πρέσβυ, τοιόνδ’ ἄνδρα χρὴ κτᾶσθαι φίλον. : au vers 1404, le mot χρή apparait dans une réplique d’Héraclès qui apprécie le soutien de son ami Thésée. Le mot renvoie à la nécessité personnelle d’avoir un tel ami.


_ Le mot χρέος (substantif au nominatif singulier) apparait une fois au vers 530 au sens de malheur.


_ εἴτε τοῦ χρεών μέτα. : au vers 20, le mot χρεών (participe de χρή substantivé en neutre indéclinable, au génitif singulier) apparait dans la tirade introductrice d’Amphitryon qui suppose que le destin pourrait s’être retourné contre Héraclès, le supposant mort. Il renvoie au destin.

_ εἰ θανεῖν ὑμᾶς χρεών : au vers 147, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) apparait dans une tirade de Lycos qui méprise les lamentations d’Amphitryon et de Mégare. Il renvoie à la nécessité, au destin.

_ τῶνδ᾽ ἄρ᾽ οὕνεκα / τούς Ἡρακλείους παῖδας οὐ θνῄσκειν χρεών. : dans cette même tirade, au vers 156, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) renvoie au sens de devoir. Lycos méprise les exploits d’Héraclès comme raison pour épargner ses enfants.

_ ῶν φίλων γὰρ οὕνεκα /ὀργὰς δικαίας τοὺς φίλους ἔχειν χρεών· au vers 276 le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) apparait dans une tirade de Mégare où elle remercie les vieillards. Elle dit que les amis se doivent de s’insurger des injustices faites. Le mot renvoie au devoir.

_ Ἡμᾶς δ’, ἐπειδὴ δεῖ θανεῖν, θνῄσκειν χρεὼν dans cette même tirade apparait au vers 283 le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) au sens de nécessité, de devoir comme nous l’avons vu avec δεῖ.

_ φεύγειν σκαιὸν ἄνδρ’ ἐχθρὸν χρεών au vers 299, Mégare, dans la même tirade, dit qu’il est impossible de changer l‘avis d’un homme mauvais, en l’occurrence Lycos. Le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) renvoie au devoir.

_ ὃ χρὴ γὰρ οὐδεὶς μὴ χρεὼν θήσει ποτέ : au vers 311, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) a le sens de « étant nécessaire » avec la particule de négation subjective μή, pour souligner le caractère irréversible de la situation. Il renvoie donc au destin.

_ Τί δ’ ἐστὶ τῶνδε θᾶσσον ἢ χρεών, πάτερ; : au vers 587, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) apparait dans une réplique d’Héraclès à Amphitryon au sens de devoir. Il interroge son père qui lui enjoint de ne pas agir trop vite.

_ Σὺ δ’ οὖν ἴθ’, ἔρχῃ δ’ οἷ χρεών : au vers 726, le mot χρεών (participe de χρή substantivé en neutre indéclinable) apparait au début d’une tirade d’Amphitryon à Lycos qui entre dans le palais et est sur le point d’être tué par Héraclès. Il a le sens de destin.

_ λάζυσθαι χρεών / μοχλούς δικέλλας au vers 943, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) dans la longue tirade du message qui décrit l’accès de folie d’Héraclès et le massacre qu’il commet dans le palais. Ici, le messager le cite au style direct au moment où il demande ses armes dans l’intention de tuer Eurysthée. Le mot renvoie au besoin.


On voit donc que les mots δεῖ, χρή, χρῆν χρέος et χρεών, certes bien présents dans le texte, ne renvoient pas systématiquement à une nécessité tragique, c’est-à-dire le destin, mais évoquent aussi le besoin, le devoir, l’éventualité normative (χρή à l’imparfait), ce qui sort du cadre de la nécessité. On ne peut donc affirmer qu’Euripide utilise ce vocabulaire pour souligner seulement la tragédie. On remarque cependant une concentration des occurrences notamment dans une tirade de Mégare (v. 275-311).

En violet se trouvent les passages contenant un ou plusieurs mots du vocabulaire de la nécessité/ Capture d’écran de la table des matières de la page Perseus de la pièce d’Euripide

Après cela, j’ai utilisé l’outil AFC (analyse factorielle) d’Hyperbase pour savoir si ces occurrences étaient significatives par rapport au corpus des tragédies d’Euripide déjà présentes sur cette plateforme.

Les mots δεῖ, χρή, χρῆνet χρέος sont sous-représentés et le mot χρεών n’est pas représenté de façon significative dans le corpus. Ces mots ne sont donc pas utilisés pour souligner la nécessité ou la tragédie dans l’Héraclès en particulier. D’ailleurs, seuls les mots χρεών dans la tragédie Iphigénie en Aulis et χρή dans le Rhésos (peut-être apocryphe) peuvent prétendre être significatifs, puisqu’ils dépassent le seuil de 2,5.


 J’ai cherché enfin les occurrences du mot ἀνάγκη qui signifie « nécessité, contrainte, destin » qui a 4 occurrences.

_ ἐπεί δ᾽ ἀνάγκην προστίθης ἡμῖν θανεῖν / στέργειν ἀνάγκη :  aux vers 710 et 711, les mots ἀνάγκην et ἀνάγκη apparaissent dans une réplique d’Amphitryon qui feint de se soumettre à Lycos pour qu’il tombe dans l’embuscade d’Héraclès. Ils ont le sens de contrainte ou de destin.

_ ὅταν δέ κρηπίς μή καταβληθῇ γένους / ὀρθῶς ἀνάγκη δυστυχεῖν τούς ἐκγόνους : au vers 1262, le mot apparait dans la tirade d’Héraclès qui explique que sa lignée est maudite. Le sens est donc destin.

_ Ἥκω δ’ ἀνάγκης ἐς τόδ’ : dans la même tirade, au vers 1281, le mot ἀνάγκης a le sens de contrainte puisqu’Héraclès estime qu’il est obligé de s’exiler de Thèbes, après son triple forfait.


Hercule furieux de Sénèque

J’ai ensuite cherché à savoir si cette récurrence du vocabulaire de la nécessité, certes à relativiser, se trouvait aussi dans l’Hercule furieux de Sénèque.

D’abord, en cherchant les verbes impersonnels oportet, necesse est, decet sur Hyperbase. Mais les résultats furent peu probants avec une seule occurrence de necesse est, et 2 de decet.


Puis, grâce au conseil de M. Bortolussi, j’ai cherché les occurrences du mot fatum,i qui veut dire « destin ». J’ai trouvé 3 occurrences de fatum et 4 de fata le pluriel. Elles se trouvent en général dans des sentences.

Malgré un faible nombre d’occurrences, j’ai utilisé l’outil AFC d’Hyperbase pour fatum et fata.


Il apparait que le mot fatum n’est pas significatif quand fata est même sous-représenté. Donc, on ne peut pas dire, bien que le lemme fatum signifiant « destin » soit relativement présent, qu’il est placé de sorte à souligner particulièrement la nécessité tragique dans cette pièce.


En conclusion, si le vocabulaire de l’Héraclès d’Euripide m’a fait supposer que la tragédie, le destin et la nécessité marquaient significativement ces pièces tragiques, l’analyse textuelle à l’aide d’outils numériques et statistiques (Voyant Tools, Hyperbase) a permis de comprendre que la nécessité n’était pas forcément tragique dans le contexte des occurrences et que la présence de ces termes n’était pas significative à l’échelle du corpus. Il serait intéressant de se demander si ce vocabulaire ne renvoie pas plutôt à l’idéal de conduite athénienne selon Euripide.

L’emploi de « Manus » dans l’Hercule furieux de Sénèque

Introduction : la démarche d’analyse, les outils et les corpus employés

L’étude a commencé « corpus-driven », par Voyant Tools. Le texte choisi a été celui proposé par PHI Latin texts (« L. Annaei Senecae Tragoediae, Incertorum Auctorum Hercules [Oetaeus], Octavia, ed. O.Zweirlein, 1987 », beaucoup plus récent que celui de Perseus datant de 1921).

C’est cette première enquête qui a permis de déterminer le sujet : en dehors des mots considérés comme « vides » (dont la liste n’est pas sans prêter matière à discussion), « manus » est le mot le plus fréquent de la pièce. Elle a aussi permis d’émettre deux premières hypothèses de lecture.

Pour examiner de façon plus pointue les emplois de « manus », on a eu recours à un outil permettant de travailler sur un corpus lemmatisé : Hyperbase.

Le texte intégré est celui du LASLA (Laboratoire d’Analyse Statistique des Langues Anciennes de l’Université de Liège) qui présente quelques différences avec celui de PHI. C’est la raison pour laquelle on trouve 56 fois « manus » dans un cas et 55 dans l’autre.

1. Premier constat par Voyant Tools : fréquence du mot

La liste des mots les plus fréquents sans « mots vides » permet d’observer une prédominance des noms, parmi lesquels « manus » est le plus employé.

Il figure sous plusieurs formes : « manus (20) » (nominatif, vocatif ou génitif singulier ou bien nominatif, vocatif ou accusatif pluriel), « manu (19) » auquel il faut ajouter une occurrence de « manuque » (ablatif singulier), « manibus (9) » (datif ou ablatif pluriel), « manum (7) » (accusatif singulier) figurent dans la liste des 59 mots les plus présents avec la liste de mots vides la plus large. Ni le datif singulier « manui », ni le génitif pluriel « manuum » ne se trouvent dans le texte. Au total, le mot apparaît donc 56 fois.

Dans ses différentes formes, « manus » est réparti sur l’ensemble de la pièce.


Le texte a été divisé en 12 segments car il compte 12 scènes, du moins selon la traduction française http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/seneque/herculefurieux.htm, même si, ces scènes étant de longueurs différentes, un segment ne peut correspondre à l’une d’elles.

2. Premières hypothèses, par Voyant Tools : corrélation entre la main et la violence et emploi fréquent par Lycus

Dans l’outil de « Corrélation » entre les termes, il est expliqué que, pour la colonne « Corrélation (r) », des « scores voisins de 1 signifient que les fréquences des termes varient d’une façon synchronisée » et que, pour « Signification (p) », « il est courant qu’une signification de 0,05 ou moins soit le signe d’une corrélation forte ». La corrélation répondant le mieux à ces deux critères est : arma – manum, avec l’accusatif de « manus », les corrélations aux autres cas étant moindres.

Les courbes de tendances des deux mots confirment cette corrélation entre l’arme et la main, même si elle n’est pas parfaite.

Le segment 4 est celui où Lycus intervient le plus de fois, comme l’indique le nombre de « Ly », abréviation introduisant ses répliques (après la première intervention où son nom est en entier), par segment.

Or ce personnage incarne le tyran et la violence. Il ne serait pas étonnant qu’il emploie un langage guerrier. On peut émettre l’hypothèse d’une utilisation plus importante de « manus » par ce locuteur.

3. Premières analyses par Hyperbase: dans le corpus des tragédies à sujet grec de Sénèque

L’analyse par « Lemme » de l’ensemble de la tragédie, par rapport au corpus des pièces de Sénèque proposé dans Hyperbase1, fait apparaître ainsi « MANUS 1 » :

2,31 est un écart-réduit (qui mesure la probabilité que la distribution constatée soit le fruit du hasard). Cet écart étant supérieur à 2, il est significatif.

Des 9 pièces du corpus, seule Hercule sur l’Œta a un indice de spécificité supérieur et ce sont les 2 seules à avoir un indice supérieur à 2, donc avec un écart positif significatif : remarquons que ces 2 tragédies portent sur Hercule.
5 pièces, soit une petite majorité, ont un indice négatif.

Si en nombre d’occurrences, notre Hercule furieux est deuxième derrière Hercule sur l’Œta, avec 55 contre 81, il est premier en fréquence relative, avec une très petite différence de 66,6 % contre 66,49.

L’analyse par « Forme » donne le détail ci-contre.

Le datif-ablatif pluriel est particulièrement surreprésenté.
L’écart pour le nominatif singulier n’est même pas significatif.

4. Nombre d’occurrences par scène

La répartition par scène, bien commode mais pas dans le texte latin, a été effectuée à partir de la traduction française http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/seneque/herculefurieux.htm.

Il faudrait pondérer ces chiffres en fonction de la longueur des scènes, très variable.

Ne comportant pourtant qu’une seule scène, l’acte V concentre la majorité d’occurrences du lemme, comme une forme de paroxysme.

Les 2 seules scènes où le lemme n’apparaît pas sont la première intervention du chœur (passage assez lyrique au sens courant, sur la vie et la mort, la sagesse du peuple) et II, 2 avec Amphitryon et Mégare. On est au début de la pièce (environ dans le premier tiers), avant l’arrivée d’Hercule (personnage qui prononce le plus de mots correspond à « manus », comme l’indiquera le tableau suivant).

Ce tableau est à corréler avec le suivant.

5. Nombre d’occurrences par personnage

Le nombre de mots est calculé à partir du travail d’une autre étudiante, Nadine Rakofsky, qui n’a pas utilisé le même texte, ce qui pourrait légèrement fausser les résultats.

* Des pourcentages d’emploi du lemme chez chaque personnage, c’est Amphitryon qui obtient le plus gros chiffre, le seul à dépasser 1 %. Quant à Hercule, il est à la 4ème position sur 7, soit au centre. Lycus est à la dernière place.

** Ces rangs sont identiques pour les écarts-réduits, même si aucun ne dépasse 2 et n’est donc vraiment significatif.

6. Infirmation de l’hypothèse sur Lycus

Ces résultats indiquent que, contrairement à l’hypothèse émise, le personnage qui emploie le moins le lemme « manus » est Lycus.

L’ensemble de ces résultats, plus précis, notamment quant à la répartition par scène, permet d’affiner ce qui avait été trouvé avec Voyant Tools, où il n’était pas possible de découper le texte par scène mais seulement par segments de longueur égale (on avait choisi 12 segments car le texte est constitué de 12 scènes, mais sans pouvoir faire coïncider un segment avec une scène). Il semble que le segment 4 où l’on avait remarqué la corrélation entre « manus » et « arma » corresponde à la scène II, 3 (7 occurrences du lemme). C’est bien une scène où Lycus est présent et parle (comme constaté dans le segment 4 de Voyant Tools) mais, attention, ce n’est pas lui qui emploie majoritairement des mots correspondant au lemme. Aux vers 341-342, il dit « rapta sed trepida manu / sceptra optinentur », traduit par « un sceptre usurpé tremble toujours dans la main qui le porte » sur http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/seneque/herculefurieux.htm. Il parle donc ici de sa situation à lui. Par contre, aux vers 469-470, il parle d’Hercule, dont il met en question la virilité, défendue par Amphitryon : «  laude qui notas manus / ad non uirilem tympani mouit sonum », traduit de manière peu fidèle par « qui tira de ses mains guerrières les sons efféminés des tambours de Phrygie ». La main sert donc à tenir un sceptre ou à jouer d’un instrument de musique. Dans aucun des deux cas elle n’est liée aux armes et à la guerre.

7. Place de manus dans le vers

Par ailleurs, on peut chercher si le lemme « manus » a tendance à occuper une place particulière dans le vers. La visualisation est la plus nette par l’option « CONCORDANCE », avec « Paragraphe » en « Choix du contexte ». En effet, il semble que l’outil informatique interprète chaque vers comme un paragraphe à cause du retour systématique à la ligne. Il faut toutefois se méfier car le nombre de mots proposés ne correspond pas toujours au vers complet.

Sur l’ensemble des résultats dont le début est présenté ci-dessus, on peut compter que, sur 55 occurrences, le lemme se trouve seulement 3 fois comme premier mot du vers et 40 fois comme dernier mot du vers.

Est-ce spécifique à l’Hercule furieux ou commun à tout le corpus des tragédies à sujet grec de Sénèque ?

Dans HF (Hercule furieux), 72,73 % (arrondi à 2 décimales) et dans le corpus complet, 29,84 % (arrondi) des occurrences du lemme « manus » se trouvent en fin de vers, soit, arrondi, 2,43 fois plus, c’est-à-dire plus du double, près de deux et demi fois plus.
L’écart-réduit est de 5,82 (arrondi à 2 décimales) : la différence ne peut être le fruit du hasard.

8. Corrélats

Hyperbase comporte également un outil appelé « Corrélats ». Voici la position du lemme « manus » parmi les 50 mots les plus fréquents de l’Hercule furieux.

On peut regarder par cadran. Le lemme « manus » se trouve avec les lemmes « possum » (verbe pouvoir), « natus » (né), « vinco » (vaincre), « noster » (notre) et, plus loin, « ipse » (en personne), « ille » (celui-ci) et « rex » (roi) ; ces trois derniers mots peuvent peut-être être rapprochés quant à leur signification si l’on tient compte de la possible valeur laudative de « ille » (propre à désigner un roi). En tout cas, « manus » est assez proche de « possum » et « vinco », qui marquent la puissance. Mais, le lemme n’est pas dans le même cadran que « scelus » (crime), « arma » (arme) ni « telum » (arme de jet), même si ce dernier est sur le trait entre les deux cadrans, donc à la limite. Il semblerait que « manus » soit lié à une forme peut-être de pouvoir mais pas (forcément) guerrier, même si c’est à nuancer à cause de « vinco » qui suppose un combat préalable. Il convient d’être prudent avec cette conclusion car « telum » est sur la ligne entre les deux cadrans et « scelus » et « arma » vraiment proches de celle-ci, donc pas si loin que ça de « manus ».
Les lemmes à gauche ont plutôt à voir avec ce qui est naturel (on peut relever « terra » (terre), « dies » (jour), « tellus » (terre) et « caelum » (ciel) en particulier) et à droite avec le pouvoir, tandis qu’en haut se trouve plutôt ce qui correspond au sentiment, à l’intériorité par différence avec ce qui est en bas.
« manus » n’est pas lié à « labor » (qui se trouve dans le cadran en bas à gauche) correspondant aux travaux d’Hercule, ni à la sauvagerie (on peut noter « saevus » (cruel), à gauche, tout en haut).

Conclusion

Le lemme « manus », contrairement à ce que l’on aurait pu croire, n’est pas lié à la violence.

En particulier, il est peu employé par Lycus, le personnage qui semble le plus violent, le moins respectueux de l’ordre établi et de la moralité (le seul qui est prêt, de sang froid, à tuer des innocents) ; dans les deux seuls occurrences où il prononce un mot correspondant au lemme, la main sert à tenir un sceptre ou à jouer d’un instrument de musique, non à frapper ou à utiliser une arme.

Ce lemme ne semble pas non plus particulièrement lié aux travaux d’Hercule.

Il se trouve plus à la fin de la pièce (même s’il apparaît dès le prologue).

Il est très majoritairement situé en fin de vers (pour plus de 70 % des occurrences et c’est d’autant plus remarquable que ce n’est pas le cas dans l’ensemble des tragédies de Sénèque). Pourquoi ? Comment interpréter ce constat ? Seule une analyse pointue directe du texte, au-delà des outils numériques, pourrait permettre de répondre à ces questions.


1« La base TRAGOEDIAE comprend l’ensemble des tragédies de Sénèque traitées par le LASLA – Laboratoire d’analyse statistique des langues anciennes de l’Université de Liège, disponibles au 1er mars 2017. » Ce corpus comprend les 9 tragédies à sujet grec attribuées traditionnellement à Sénèque  : Hercule furieux (Hercules furens), Thyeste (Thyestes), Les Troyennes (Troades), Agamemnon, Les Phéniciennes (Phoenissae), Hercule sur l’Œta (Hercules Oetaeus), Œdipe (Oedipus), Médée (Medea) et Phèdre(Phaedra). Octavia, tragédie prétexte, à l’authenticité d’ailleurs discutée, n’en fait pas partie.

Projet commun sur Hercule

Contexte : cours de master 1

Tous les billets de ce blog ayant comme étiquettes « projet personnel » et « Hercule » ont été rédigés par les étudiants de première année (du master d’humanités classiques et numériques, comme pour l’ensemble du site) de l’année 2018-2019. Ils constituent l’aboutissement du projet collaboratif d’analyse textuelle outillée du cours d’humanités numériques du second semestre, par Mme Denizot en collaboration avec M. Bortolussi.

Outils

Les étudiants ont pu apprendre à manier des outils, statistiques (moyenne, variance, écart-type, écart-réduit et chi carré) et, dans la continuité du cours d’humanités numériques du premier semestre, numériques. Certains de ces derniers avaient déjà été présentés sur ce blog, au premier semestre (seuls les liens vers les billets de 2018 sont donnés ci-dessous, mais les travaux des années antérieures sont également toujours en ligne).

Pour le latin, PHI Latin Texts (cf. billets des 14.10.18, 16.10.18 et 22.10.18) est une banque en ligne gratuite de textes latins, libres de droits. Le site permet de trouver toutes les occurrences d’un mot ou d’une partie de mot dans un corpus (un auteur ou une œuvre), en le situant dans son contexte, et de visualiser des statistiques sur la fréquence du mot recherché chez les différents auteurs.

Pour le grec, le TLGThesaurus Linguae Graecae : « A Digital Library of Greek Literature » – (cf. billets des 19.10.18 et 21.10.18) est payant (accessible notamment par la B.U. de l’Université de Nanterre) mais offre plus d’outils d’analyse textuelle et, surtout, des textes lemmatisés (avec des lemmes regroupant toutes les formes d’un mot, par exemple, pour un nom, singulier/pluriel et les différents cas).

Perseus (cf. billets du 19.10.18 et, pour la nouvelle plateforme, Scaife Viewer, du 08.12.18) permet d’accéder à une édition scientifique des textes grecs ou latins en version originale mais aussi en traduction anglaise, avec une analyse du vocabulaire, notamment statistique, des références et des notes. Il est possible de chercher par mot. Comme PHI Latin Texts, le site est en anglais.

Voyant Tools, open source, est un outil d’analyse de texte qui ne contient pas de corpus, mais permet notamment d’obtenir facilement des graphiques. Il est présenté comme « a web-based text reading and analysis environment ». Il n’est pas possible de travailler sur un lemme.

Hyperbase, autre outil d’analyse, propose, lui, des corpus et permet d’utiliser des lemmes. Selon sa présentation en page d’accueil, il « combine deux types de fonctions, documentaires et statistiques, qui permettent à l’analyste de décrire, caractériser, classer et interpréter les textes ».

Méthodes

Il existe deux logiques d’analyse d’un corpus avec ces outils numériques. En « corpus-based », on teste une hypothèse, formulée préalablement par une lecture non outillée du texte. Au contraire, en « corpus-driven », on commence par une analyse numérique des données du texte, afin de formuler une hypothèse à tester ensuite.

Corpus

Le corpus était constitué de deux œuvres similaires à comparer, l’une en grec et l’autre en latin : les tragédies Héraclès d’Euripide et Hercule furieux de Sénèque, qui s’en inspire.

Une étudiante du groupe, Nadine Rakofsky, a été chargée de faire le plan des deux pièces. Son travail est disponible en ligne sur ce blog, dans les billets « Plan: l’Hercule Furieux de Sénèque » et « Plan: l’Hercule Furieux d’Euripide ».

Les éditions imprimées ou numériques des deux textes sont assez nombreuses mais présentent des variantes. En particulier, chez Sénèque, certaines répliques sont attribuées à des personnages différents. Comme la difficulté n’a pas été repérée immédiatement, les étudiants ont travaillé sur des textes différents, ce qui fausse légèrement certains résultats.

Billets réalisés

Voici les liens vers les différents billets publiés à l’issu du projet.

L’emploi de « Manus » dans l’Hercule furieux de Sénèque
par Sandrine Rieu

Une première analyse du texte par Voyant Tools a permis de repérer la surreprésentation de « manus » (main) et d’émettre les hypothèses d’une corrélation entre la main et la violence et d’un emploi fréquent du lemme par l’un des personnages (Lycus). Une analyse plus poussée par hyperbase a cherché à valider ou infirmer ces pistes et a permis de compléter les observations (notamment sur la place du lemme dans le vers).

Le personnage de Mégare chez Euripide et chez Sénèque

Ce travail thématique met en lien l’Hercule furieux de Sénèque et l’Hercule furieux d’Euripide. Il a été mené en collaboration entre Nadine Rakofsky (pour la partie grecque) et Constance Détroyat (pour la partie latine). C’est suite à une première analyse du texte de Sénèque via Perseus qu’il est apparu qu’il semblait y avoir une grande concentration de négations dans la scène qui opposait Lycus et Mégare, scène qui n’existe pas chez Euripide (étude corpus-driven, donc). Cet élément nous a poussées à faire une étude de l’usage des négations pour le personnage de Mégare, à la fois chez Sénèque et chez Euripide. Nous avons ensuite tenté de voir par le recensement des lemmes les plus courants s’il était possible de dégager des thématiques  propres à Mégare chez Euripide et chez Sénèque. Ce travail a permis d’aboutir à une intéressante caractérisation du personnage de Mégare, à la fois chez Euripide et chez Sénèque. 

Le vocabulaire de la maison dans l’Héraclès d’Euripide
par Sarah Muller

Une première approche corpus-driven de l’Héraclès d’Euripide ayant révélé la fréquence des lemmes δόμος et δῶμα, leurs occurrences et cooccurrences ont été étudiées afin de repérer un emploi du vocabulaire de la maison spécifique à Héraclès ou à la tragédie classique, notamment en rapport avec la représentation théâtrale et la désignation de la skênê.

La nécessité dans l’Hercule furieux d’Euripide et de Sénèque
par Kévin FRAIR

Une première approche « corpus-based » a permis de soulever l’hypothèse selon laquelle la tragédie, le destin et la nécessité marquaient significativement le corpus, avec notamment la récurrence remarquée de l’impersonnel χρή  chez Euripide.  Une approche « corpus-driven »  a cherché à confirmer cette hypothèse.

L’analyse de l’ombre et la lumière dans l’Hercule furieux de Sénèque
par Paul Beaumarchais et Julien Matteï

À travers l’alternance jour/nuit qui traverse la pièce, il est possible de s’interroger sur la place et le rôle de l’ombre et de la lumière.  L’étude a notamment été menée avec le logiciel TXM.