Voyage au milieu du monde des mots

Cyril Aliotti

Billet sur ce qu’on a voulu faire, comment on l’a fait et problèmes rencontrés

Pour mon projet, j’ai voulu relever les mots les plus présents le De Rerum Natura Livre 1 (De la nature des choses) de Lucrèce  que j’ai comparé avec les mots les plus présents dans d’autres œuvres notamment de tranquilitate animi (de la tranquillité de l’âme) de Sénèque, De Academica (Les Académiques et De Republica (De la République) Livre I de Cicéron.

J’ai pour cela utilisé deux outils principaux : le site internet www.thelatinlibrary.com et https://voyant-tools.org . J’ai également utilisé dans une moindre mesure http://www.perseus.tufts.edu/hopper/ ainsi que http://hyperbase.unice.fr/hyperbase/, ce dernier outil me permettant de relever précisément les mots les plus présents alors que sur voyant tools, je devais rechercher moi-même le mot parmi des mots de même racine ou pouvant lui ressembler.

J’ai eu beaucoup de difficultés au début pour utiliser certaines ressources notamment hyperbase et dans une moindre mesure voyant tools non pas pour révéler le texte mais pour trouver les mots clés en commun avec les autres œuvres philosophiques. J’ai mis beaucoup de temps à me décider pour ce projet car il y avait beaucoup de possibilités de projets et d’outils à maîtriser. Une fois que j’ai choisi quels outils utiliser, il m’a fallu trouver les œuvres en lien avec mon mémoire (La vision de l’homme et de son environnement chez Lucrèce et les épicuriens) et tous les mots en communs entre les œuvres en question.

J’ai fini par trouver comme mots communs : Rerum, vita, res, natura et corpus. Natura et rerum sont beaucoup présents dans les quatre œuvres et corpus n’est très présent  que dans le De Rerum Natura I de Lucrèce. Vita est très peu présent dans les quatre œuvres voir absent chez Lucrèce. Res est très présent chez Lucrèce, assez présent dans le De Republica I de Cicéron et un peu moins présent dans les deux autres œuvres.

 

Martyrs 2.0 : vers l’au-delà numérique.

Pour ce dernier semestre d’Humanités Numériques, chacun a dû se détacher de la rassurante paroi ostréicole commune et prendre le large dans le cadre du projet personnel en lien avec le mémoire. C’est ce fameux projet qu’il s’agit de décrire ici, et surtout sa mise en application grâce aux outils de traitement de données vus en cours.

                Ma recherche n’ayant pas de portée grammaticale ou linguistique et comportant seulement une part mesurée de littérature, avec, somme toute, assez peu de textes à aborder en profondeur, les éléments de traitement systématiques de données, par les statistiques notamment, ne me paraissaient pas pertinents pour mes objectifs.

                En revanche, dans le cadre de mon travail sur l’élaboration, la transmission et les variations d’un récit dans le cadre d’un culte de saints (la Passio et Vita du Ve s. des martyrs de Rome Chrysanthe et Daria), j’ai trouvé pertinent d’établir une base de données codée et balisée pour mettre en évidence le phénomène de variation ou, dans le cadre de sources non narratives, les complément d’informations sur les éléments archéologiques d’alors. Le but était de visualiser nettement quels récits, grâce à la fidélité ou non par rapport aux jalons narratifs et aux détails, avaient eu accès à une « copie » de la Passio Chrysanthi et Dariae. Cela devait permettre de visualiser l’expansion géographique et chronologique de ce récit et par conséquent mettre en valeur une des modalités de transmission du culte de ces martyrs. C’est une forme de dégrossissage de mon enquête, en somme, qui me servira notamment pour la première partie de mon mémoire.

                Mon corpus n’a pas une quantité de composants invraisemblable (dix dans le cadre de cet exercice) et les ressources écrites sont pour la plupart brèves, voire très brèves.

La première étape du travail avant de baliser le texte en XML a donc été de rassembler les différentes ressources, pas toutes numérisées, voire pas en ligne du tout. J’ai retapé certains textes courts, soit qu’ils se fussent trouvés dans des livres, soit dans des éditions accessibles en ligne. Pour d’autres, notamment la Passio d’environ 5000 mots, j’ai eu recours à l’océrisation (néologisme francisé venant d’OCR : Optical Character Recognition) qui permet de convertir une image de texte en format texte. La qualité des éditions numérisées de la Patrologia Latina ou des Monumenta Germaniae Historiae n’étant pas vraiment optimale au vu de nos éditions contemporaines, il m’a fallu corriger de nombreuses fautes de transcription des lettres (confusion des t, h, b, ae et ac…) et il doit encore en rester.

Une fois les principaux textes de mon corpus assemblés, le balisage pouvait commencer. Après quelques déboires parce que je n’avais prévu ni le bon format ni le bon logiciel de traitement de texte, il m’a fallu marquer un par un tous les éléments pertinents à mettre en vis-à-vis, à partir de la Passio pour la plupart des marquages (c’est-à-dire que ce texte a un échantillon de presque toutes les balises) mais pas seulement, notamment en ce qui concernait l’inventio des corps. Le plus gros travail à fournir ici est en fait celui de conceptualisation des catégories, avec en tête la lisibilité finale et la facilité à traiter les informations préalablement marquées. Il m’a fallu pour cela refondre certaines catégories en utilisant plus largement le système d’attributs. Une certaine aide m’a été apportée pour restructurer la syntaxe XML des paragraphes.

L’appétissant texte brut (détail, 2017) 

                A ce stade, tout le corpus ayant été balisé, il fallait donc trouver un moyen de lire les données. Pour faire apparaître les données corrélées aux marqueurs XML, le logiciel BaseX s’est montré approprié. Une fois le fichier chargé, on peut se contenter de rentrer le nom d’une balise ou la sélectionner dans une liste pour la faire apparaître. Mais à ce moment là…

Qui? Quoi? D’où?

Plusieurs soucis de lisibilité. D’abord, la mise en page est plus sommaire que sommaire, mais surtout, aucune donnée des headers n’est disponible pour savoir de quels textes il s’agit : certaines informations essentielles manquent. Même moi qui ai marqué toutes ces balises, j’aurais difficilement pu dire de quels textes venaient les passages sélectionnés. Il fallait donc que les headers apparaissent en plus de chaque contenu à proprement parler ; mais pour cela, il était nécessaire de pactiser plus avant avec la machine en se servant d’une invite de commande. (Si vous avez lu mes précédentes expériences sur ce blog, vous saurez à quoi vous en tenir quand je suis confronté à des invites de commande.)

En fait, je mets fin au suspense, notre gentille professeur de Numériques m’a directement indiqué les commandes et ça a marché. Voilà donc le genre de choses qu’il fallait rentrer dans l’invite.

Le code requis pour cibler les balises de façon plus spécifique.

A ce stade, la question finale était simplement, pour une meilleure exploitation, d’exporter le résultat en html, car autrement il n’est pas fort lisible. La présentation laisse encore beaucoup à désirer mais les mots et les groupes d’information sont séparés et l’on sait de quelle thème il s’agit.

Pas assez de budget pour un design plus recherché hélas.

Il s’agit maintenant de vous convaincre de l’utilité de ces manipulations. Ici, l’exemple est en fait assez médiocre car le peu d’éléments à comparer rend moins éclatant la praticité d’un tel traitement balistique. Pour autant, le chercheur déjà avisé sur le sujet (moi, en l’occurrence) peut tirer déjà un certain nombre de remarques grâce à ce parallèle explicite. Ici, il est clair que la réécriture a été faite, pour ce passage, dans le sens de l’étoffement : le thème de l’éducation classique a paru beaucoup plus important au second auteur pour caractériser le saint. On peut présumer, en mettant ce résultat avec d’autres obtenus facilement grâce au balisage que la dimension didactique et édifiante du récit intervenait dans un contexte (l’Angleterre à la fin du VIe s.) où la question de la continuité avec Rome était un enjeu très concret dans l’appréhension de l’éducation et de l’articulation entre culture chrétienne, culture classique païenne, culture anglo-saxonne. Chrysanthe représente évidemment le puer senex; la Passio source adopte un rapport ambivalent vis-à-vis de l’éducation classique: ici, le thème est réapproprié pour montrer au contraire comment celle-ci n’empêche pas l’âme, parfaitement cultivée, de se tourner vers les choses spirituelles supérieures et réaffirme donc la continuation entre culture païenne et culture chrétienne.

Je pense que ce projet n’est évidemment pas encore tout à fait abouti, car il faut comprendre en profondeur le sujet pour véritablement le mettre à profit. Cela n’empêche pas pour autant le chercheur de s’en servir pour son travail. Opus Continuandum

Les richesses du mythe d’Hippomène et Atalante.

    Les mythes gréco-romains nous sont parvenus, depuis l’Antiquité, tant par la voie littéraire que par la voie artistique. Une des sources qui a beaucoup inspiré les artistes est le poète latin du 1er siècle avant et après J.-C., Ovide. Au livre X de ses Métamorphoses, il reprend et développe notamment la légende d’Hippomène et Atalante.Cette légende raconte comment après un oracle, Atalante prend peur à l’idée de prendre un époux et défie ses concurrents de la battre à la course s’ils veulent l’épouser. Un jeune homme, Hippomène tombé amoureux de la belle jeune femme accepte le défi et demande de l’aide à Vénus. Au cours de la course, Vénus lui offre trois pommes d’or qu’il jette distrayant son adversaire, lui permettant de la devancer et de gagner la course et sa main.

Dans le cadre de l’étude du groupe statuaire Hippomène et Atalante crée par Guillaume Coustou et Pierre Lepautre, exposé dans un des exèdres du jardin des Tuileries et de sa mise en valeur, l’outil informatique permet grâce à divers logiciels, de rendre plus accessible le texte et les œuvres s’y rapportant.                                                                     Ici, la démarche n’était pas tellement une étude statistique des vers 560 à 739 du livre X des Métamorphoses d’Ovide consacré à la légende d’Hippomène et Atalante mais la recherche d’outils numériques permettant de mettre en avant l’héritage de ce mythe, largement représenté dans l’art depuis l’Antiquité.

Atalante et Hippomène, jardin des Tuileries

Dans le cadre d’une mise en valeur des œuvres reprenant l’Antique au jardin des Tuileries, une des priorités est de rendre l’oeuvre de Guillaume Coustou et de Pierre Lepautre accessible à un public non spécialiste. A cette fin on peut commencer par créer, grâce à l’encodage, une version augmentée du texte latin et surtout de sa traduction, notamment en mettant en valeur le passage qu’Ovide consacre à la course en elle-même (épisode central dans la représentation de Guillaume Coustou et Pierre Lepautre) en changeant sa typographie:

Toujours grâce à l’encodage, il est également possible d’apporter une explication aux personnages, qui ne sont pas toujours connus du grand public en passant la souris sur le nom de ces derniers, comme ici avec Adonis:

Explication de qui est Adonis en passant simplement la souris sur son nom dans le texte.

 

Une autre option qui est celle de l’alignement de texte s’avérait intéressante mais n’a finalement pas été gardée pour le projet final car la typographie rend le résultat assez peu utilisable. Cependant, il permet tout de même d’aligner le texte latin avec sa traduction et de surligner certains termes latins et leurs traductions pour les mettre en valeur:

Le site perseids.org donne la possibilité de créer des alignements de texte permettant de rapprocher le texte original de sa traduction.

 

Ce qui a finalement été retenu avec l’encodage du texte latin et français, est l’utilisation du site omeka permettant de créer des expositions virtuelles afin de montrer d’autres œuvres reprenant la légende d’Atalante et d’Hippomène, à différentes époques et à travers différentes formes d’art allant de la céramique à la sculpture en passant par la peinture.     A travers trois collections différentes correspondant à la céramique grecque, à la statuaire grecque et moderne et à la peinture moderne, l’exposition virtuelle permet à l’internaute de regarder la partie qui l’intéresse et d’avoir accès à de nouvelles ressources lui montrant l’importance de ce mythe dans l’art et les différentes interprétations possibles. Notamment, certaines oeuvres réalisées durant l’Antiquité comme le Lécythe d’Atalante ont été exécutées avant la naissance d’Ovide et montrent donc que le mythe existait déjà et était déjà influent, notamment le personnage d’Atalante qui n’était pas représentée qu’avec Hippomène:

La première collection présentée est celle montrant Atalante représentée sur une céramique grecque antique.

Les deux autres collections donnent accès à des sculptures dont une antique représentant également Atalante et à des peintures modernes.

La page d’accueil de l’exposition donne également la possibilité d’avoir accès directement aux images sans passer par les collections notamment grâce à des rubriques montrant les derniers éléments rajoutés ou mis en avant:

Page d’accueil de l’exposition après avoir rentré toutes les données et images sur omeka.

De manière plus générale, le site d’omeka permet de donner toutes les informations et détails nécessaires à la compréhension d’une oeuvre à la manière d’une notice et d’avoir accès à l’oeuvre en cliquant sur l’image en bas de page:

L’exposition est disponible à travers ce lien: http://hippomeneetatalante.omeka.net/

    Cette étude portant sur la mise en valeur du groupe statuaire Hippomène et Atalante présent au jardin des Tuileries permet de montrer que de nos jours, l’outil numérique est devenu un outil non négligeable dans les études portant sur l’Antiquité. Grâce à de nombreuses bases de données et logiciels, il est possible de créer de nombreuses ressources afin de rendre un texte ou un ensemble d’oeuvre accessible à un large public, lui apportant ou consolidant ses connaissances sur l’Antiquité au travers des mythes et de leurs représentations littéraires et artistiques.

L’arrivée de Cybèle à Rome : analyse d’un trajet mythique

Épisode légendaire entourant le culte de Cybèle, l’arrivée de la déesse à Rome a inspiré de nombreux auteurs, historiens en majorité. Véritable enjeu politique dans le contexte de la seconde guerre punique et fondement d’un nouveau culte oriental s’installant à Rome, cet épisode subit un traitement différent selon les auteurs; quand Ovide relate ce récit, c’est dans un contexte de grandes pompes, célébrant la Mère au cœur d’un récit miraculeux. Au contraire, le récit fait de cet épisode par Diodore de Sicile célèbre un personnage au milieu d’un contexte troublé trouvant son origine et son thème principal dans la lutte entre Rome et Carthage. C’est cette ambivalence qui existe dans ce récit qui sera traité dans ce billet à travers deux points de recherche : les acteurs principaux de cette arrivée et l’utilisation du domaine géographique pour guider le lecteur dans ce voyage.

Dans un souci de clarté, six passages feront l’objet de cette enquête. Ces auteurs, ayant vécu dans leur ensemble entre le Ier siècle av. J.-C. et le Ier siècle ap. J.-C., sont ceux qui nous transmettent les récits les plus détaillés que connaît ce récit, comptant 426 mots en moyenne.

Corpus de référence

La première partie de ce billet s’intéressera à la présence de deux protagonistes majeurs dans ce récit, Scipion Nasica et Claudia Quinta. Le logiciel BaseX, qui est un système de gestion de fichiers XML, permet de d’étudier la place ainsi que le nombre d’occurrences renvoyant à un de ces acteurs.

           Cybèle          Claudia      Scipion                Autre   TOTAL
Appien 6 6 6 5 23
Diodore de Sicile 3 1 13 10 27
Julien 11 10 0 10 31
Ovide 18 13 2 23 56
Silius Italicus 8 5 6 9 28
Tite-Live 6 2 5 11 24

Pour le cas de Claudia Quinta, retrouver sa trace est assez mal-aisé, la raison principale étant que certains auteurs la nomment uniquement Claudia. Or cette recherche, qui permet de trouver 137 mentions d’une Claudia dans le LLT-A, est à prendre avec des pincettes, la plupart des noms se référant au nom Claudia renvoient à la célèbre famille des Claudii. Ce problème issu de la filiation majestueuse de cette intervenante se retrouve avec Diodore de Sicile qui n’utilise pas le nom de Claudia mais celui de Valeria pour nommer la femme meilleure d’entre toutes qui accueillera la déesse. Et le même souci d’ordre sémantique se présente, Valeria pouvant qualifier, et qualifiant dans sa globalité, la famille des Valerii, elle aussi illustre. À ce souci de distinction entre personne précise et nom se rapportant à la gens ou à un autre membre homonyme se rajoute celui de l’identification de cette jeune femme. En effet, Diodore de Sicile est le seul (dans le corpus proposé du moins, une analyse détaillée de chaque occurrence du nom de Valeria qui apparaît à 67 reprises dans le TLG pourrait mettre en avant d’autres auteurs reprenant ou ayant déjà transmis cette version) à qualifier la jeune femme accueillant la déesse autrement que par le nom Claudia. S’agit-il d’une confusion entre deux noms de familles illustres ou existe-t-il une seconde version dans laquelle c’est une certaine Valeria qui accueille la déesse ? Le personnage de Valeria étant seulement nommé dans le récit de Diodore de Sicile, il ne semble pas nécessaire de s’attacher à cette variation, un argument majeur étant qu’aucun autre texte n’a révélé une autre nomination pour Claudia à partir de recherches lemmatisées sur le TLG.

Cette difficulté passée, l’analyse s’opérera par le biais du logiciel BaseX qui permet d’étudier un texte, préalablement balisé, sous diverses formes (statistiques, graphiques). Ce que nous pouvons retenir de l’étude de ces textes est la structure narrative systématique concernant la mention de Claudia Quinta et de Scipion Nasica. Dans la majorité de ces textes, la figure de Claudia Quinta apparaît dans la dernière partie du récit, lors de l’arrivée de la déesse. Cette position n’est pas surprenante, étant donné que le nom de Claudia Quinta est, selon la structure narrative, solidaire du nom de la déesse lors de son arrivée à Rome (bien entendu, la mention de Cybèle est diffuse dans l’ensemble des textes). Pour ce qui est de Scipion Nasica, la position de sa nomination peut éclairer quant au genre du texte. Ainsi, nous ne pouvons que constater sa place dominante dans le récit de Diodore de Sicile, domination qui s’explique par le genre même et le sujet du texte. Principalement intéressé par le conflit romano-carthaginois, Diodore utilise la figure de Scipion Nasica (usant par la même occasion de sa gens dans un souci de créer une harmonisation et de liaison de son récit historique) comme fil conducteur de cet épisode. De ce fait, à l’opposé d’Ovide ou de Julien qui laisse peu voire aucune place à la présence de ce jeune Scipion et qui présentent un récit accès sur la figure de Cybèle et sur la dimension mythico-théologique de son arrivée, Diodore inscrit son exposé dans le cadre historique, dans son appellation la plus pragmatique qu’il soit. Ce souci de réalité historique s’observe notamment par la faible présence de la déesse, mentionnée peu de fois et présente que lors de la première partie du récit, faisant de cet épisode une anecdote dans l’histoire que nous livre Diodore. Pour contrebalancer ce constat, nous pouvons mettre ce récit en parallèle avec deux récits proches l’un de l’autre, tant sur la forme du récit que sur le fond, le récit fait par Silius Italicus et Tite-Live. Ces deux historiens observent la même structure d’apparition narrative, Claudia Quinta apparaissant à la fin et Scipion Nasica au début. Ces récits prennent part dans un ensemble se rapportant au récit fait de la seconde guerre Punique; à la différence de Diodore donc, Silius Italicus et Tite-Live infiltrent au cœur de leurs récits historiques une part de récit mythique. La figure de Cybèle reprenant plus de poids dans le récit, le récit de cet arrivée est davantage développé et laisse plus de place à la figure, inexistante mis à part une unique mention chez Diodore, de Claudia Quinta. Dans ce cadre, la figure de Scipion Nasica n’est plus utilisée dans une optique historique et généalogique vis-à-vis des personnages illustres issus de sa gens mais se confond avec une atmosphère mythique mettant davantage l’accent sur son rôle quant à l’acquisition ou la réception de la déesse, ce qui fluctue selon les récits.

La présence de la déesse Cybèle dans le récit de Silius Italicus

Une seconde analyse concernant l’utilisation de la géographie permet de mettre l’accent sur des thèmes secondaires, voire un thème principal qui traite de l’épisode de l’arrivée de Cybèle comme une anecdote. Toujours à l’aide du logiciel BaseX, nous pouvons étudier l’apparition des points géographiques tout au long de l’extrait afin de pouvoir étudier cet épisode polymorphe. Ainsi, nous pouvons voir deux grandes tendances ressortir.

L’auteur le plus précis quant à ce voyage est sans aucun doute Ovide. Son récit, jalonné par des références mythologiques, se veut utiliser le trajet mythique de la Mère afin de qualifier des lieux non par leurs noms mais par le mythe et les personnages mythiques qui s’y rapportent. Pédagogique donc, la carte ovidienne est la seule qui attache une importance toute particulière à la progression spatiale de la déesse au cours de son épopée. Ce récit nomme les noms de lieu dans une logique d’évolution géographique, ne se cantonnant pas uniquement à un renvoi à Rome ou entre la Phrygie et Rome afin de relater ce récit. L’étude du texte ovidien, dans une liste exhaustive des noms de lieux (ainsi que des noms mythiques permettant de localiser un lieu grâce à un épisode précis) permet de rendre compte du nombre de lieux cités qui se retrouve aux alentour du milieu de texte. Deux autres parties denses, au début et à la fin du récit, permet de mettre en évidence l’accent mis sur Rome, qui est l’élément géographique majeur selon toute nos attentes, en début et en fin de récit.

Étude géographique du récit ovidien

Carte du récit ovidien obtenue sur le site Recogito

Deux auteurs reprennent cette structure, de manière beaucoup plus synthétique. Appien et l’Empereur Julien (dit l’Apostat) concentrent le récit sur un parallélisme géographique entre Rome et la Phrygie (l’Orient en général). Cet intérêt, pouvant permettre d’associer ces récits comme héritiers à celui d’Ovide, est aussi à mettre en parallèle avec la vie de ces auteurs: Appien, alexandrin, et Julien, César, sont attachés à la tradition orientale de cet Empire, ce qui pourrait expliquer, en partie, ce traitement « complet » dans sa synthèse de la géographie de ce voyage.

Un second ensemble de textes rend compte d’une géographie axée sur Rome et sur l’Afrique, plus précisément sur Carthage. Ce point est central dans le récit de Diodore de Sicile qui traite cette arrivée divine de façon anecdotique comparée à la seconde guerre Punique qui apparaît comme élément central. Cette appréciation des conflits entre Rome et Carthage (ou l' »Afrique » plus généralement) permet de classer ces textes dans une catégorie historisante. Diodore de Sicile en est l’exemple parfait : ne citant la Phrygie qu’une unique fois, une tendance forte se dégage par l’utilisation systématique d’un point de vue mettant en avant le conflit romano-carthaginois. Deux autres auteurs, historiens, traitent de l’Afrique en général et de cette guerre Punique: Silius Italicus et Tite-Live. Ces deux auteurs, à la différence de Diodore de Sicile, élargissent leurs horizons. Rome reste centrale, la côte africaine importante, mais le récit historique de ces deux auteurs laisse ici place à cette arrivée mythique, citant la Phrygie et, dans le cas de Silius Italicus, référant à quelque points précis du passage du navire transportant la déesse. Cet intérêt pour cet épisode est, comme il a été montré précédemment, plus marqué pour ne pas être qu’une anecdote.

Dans le cadre d’une étude de ce genre il reste nécessaire d’étudier le genre même de ces récits. Cette étude, faite à travers l’étude des verbes présents dans ces épisodes, permet de classer ces textes. Les verbes utilisés, afin de raconter ce voyage, sont semblables dans tous ces textes, avec une prédominance des verbes accipio-is-ere-cepi-ceptum et λαμβάνω, toujours dans des temps du « passé »,  ainsi que d’autres verbes mettant en avant le mouvement comme veneo-is-ire-ii. Les textes ne présentent pas de différences très importantes sur ce point, une observation dont il est assez malaisé de tirer une conclusion étant donné qu’ils relatent un même récit, les mêmes mots viennent à être utilisés, dans la même logique narrative commune à tous. Mais des textes se démarquent notamment par la mention de la parole: « dixit » apparaît chez Ovide ou « φασί » chez Julien. Ces auteurs, à l’instar des « historiens », ancrent leurs récits non dans le récit d’un fait historique mais dans le cadre d’un récit raconté, par Erato chez Ovide.

Cette brève étude de ces récits permet de rendre compte de la diversité que présente un épisode unique sous l’œil de différents auteurs. La position « spatiale » des mots permet de mettre l’accent sur des dissonances, certes faibles, mais permettant de supposer une filiation entre ces différents textes. Ainsi, le texte de Julien semble s’inscrire dans la lignée ovidienne alors que le récit de Silius Italicus emprunte les mêmes codes que le texte livien.

Martin(tin) au pays des Suèves

Martin de Braga, évêque du VIe siècle après J-C dans le royaume suève (ancienne province de Galice), s’est illustré au Moyen-Âge par ses écrits destinés pour une grande partie à enseigner la morale chrétienne aux illettrés. Dans le premier paragraphe de son De correctione rusticorum, Martin de Braga annonce, dans cette lettre adressée à son coévêque Polémius, sans en préciser vraiment les caractéristiques, le style qu’il compte adopter dans sa présentation de la théologie chrétienne aux rustici :

Mais comme il faut leur présenter une connaissance même modeste de cette explication depuis le commencement du monde, comme pour qu’ils y goûtent, il fallut que j’effleure l’énorme forêt des temps et des faits passés, à l’aide d’un discours subtil composé en abrégé, et que j’assaisonne la nourriture destinée aux paysans avec un style paysan.

Cet extrait, inclus dans l’introduction de la lettre dont le corps est entièrement constitué d’un sermon-modèle, nous paraît en définir l’enjeu rhétorique principal. Notre hypothèse est en effet que le sermo rusticus innerve tout le De correctione, et en détermine un certain nombre de composantes ; en adoptant le « style paysan », Martin de Braga désire se « mettre au niveau des paysans » ; mais, loin de constituer un rejet total, un mépris envers eux – bien qu’on puisse y voir de façon légitime une forme d’arrogance de classe – il s’agit avant tout d’un mode d’expression, qui s’exprime à travers des figures précises. Martin, dans sa volonté d’achever la conversion des paysans, utilise les ficelles classiques de la rhétorique en mettant en oeuvre, à travers des figures particulières, les principes docere, placere, movere. La tendance globale est au grossissement à la fois des images, des raisonnements et des procédés littéraires. L’un d’eux est sa propension à répéter, comme sur le mode de la litanie, des formules et des expressions plus ou moins figées.

Si donc, les formules de Martin se répètent dans une volonté d’imprimer dans l’esprit de l’auditeur un système d’idées figées, qui se répètent au fil du texte, notre tâche consiste à saisir dans le texte les expressions reflétant ces procédés. Pour identifier cela, nous pouvons nous contenter, pour commencer, d’un outil simple tel que Voyant Tools, qui propose un programme de dénombrement des mots, mais surtout, ce qui nous intéresse ici, des syntagmes, dans un corpus donné.

Terme Total Longueur Tendance
id est 10 2 10
quid est aliud nisi cultura diaboli 5 6 5
sunt et 5 2 5
aut in 4 2 4
carnis resurrectionem et vitam aeternam 3 5 3
diem dominicum 3 2 3
est et 3 2 3
et fidem christi 3 3 3
filius dei 3 2 3
in fide christi 3 3 3
in ipso 3 2 3
in regno dei 3 3 3
mundi istius 3 2 3
non solum 3 2 3
post baptismum 3 2 3
pro deo 3 2 3
pro qua 3 2 3

Tableau des syntagmes les plus récurrents, obtenu à partir du fichier .xml généré par Voyant Tools

Malgré la simplicité de l’opération, nous pouvons tirer de ce tableau, dans lequel nous n’avons gardé que les expressions présentant au moins trois occurrences dans le texte, quelques commentaires sur le style rustique. Le syntagme qui se détache du lot est id est, « c’est-à-dire », qui dénote une volonté d’explication répétée à dix endroits du texte. Ce id est s’inscrit dans une portée didactique (le docere) d’initiation des rustici à la théologie chrétienne dont elle permet d’expliciter les enjeux, les figures, les dynamiques. Vient ensuite la proposition « quid est aliud nisi cultura diaboli », dont les cinq occurrences sont toutes présentes à un moment précis du texte (au paragraphe 16), où Martin de Braga, après avoir décrit le déroulement du baptême (paragraphe 15), met en balancement les pratiques superstitieuses communément observées par les gens et leur inadéquation avec le christianisme ; ce segment récurrent, qui est une proposition interrogative toujours placée à la fin des phrases, constitue une anaphore destinée à frapper l’auditoire et à mettre en lumière le caractère diabolique de ses pratiques culturelles héritées du paganisme. Suivent des expressions qui relèvent au contraire de la volonté d’expliquer les rites et la symbolique chrétiens : « carnis resurrectionem et vitam aeternam », « et fidem christi » et « diem dominicum ». Les trois, étant à l’accusatif, doivent faire l’objet de la conscience et du savoir des chrétiens. La première relève de l’espérance (spes) du chrétien par rapport au royaume de Dieu ; la seconde est objet du credo et a comme syntagme figurant les mêmes mots mais les présentant dans une perspective d’intentionnalité et de finalité « in fide christi » ; la troisième est l’objet d’un développement étiologique dans le corps du discours (au paragraphe 18). En dernier lieu, on peut citer les syntagmes destinés à situer le chrétien d’un point de vue temporel et spatial : « in regno dei » fait pendant à « mundi istius » ; avec « post baptismum », Martin insiste sur le pacte entre Dieu et le chrétien qui par le baptême s’est engagé à suivre la voie du Christ en tant que renoncement au paganisme.

Cet aperçu des expressions les plus récurrentes dans le de correctione rusticorum nous permet d’avoir une vision d’ensemble et très globale de certains thèmes de l’oeuvre, mais ne permet pas de conclure à une volonté de la part de Martin de répéter des formules figées et topiques de manière systématique. Il faudra étudier dans le détail les syntagmes qui se répètent pour arriver à des résultats plus concluants. En outre, les résultats à trois occurrences, s’ils témoignent d’une certaine répétitivité dans le texte, ne sauraient constituer une structure à part entière du texte.

Pour ce faire, nous devons entrer dans le détail de certaines expressions pour voir de quelle manière elles sont traitées. Notre premier exemple concerne tout simplement le mot « Dieu ». On a vu précédemment qu’il était présent dans des syntagmes récurrents (filius dei, pro deo, in regno dei) ; mais cela ne représente pas la majorité des occurrences du lemme deus dans le texte.

Capture d’écran des premiers résultats de la recherche « Deus, deum, dei, deo » sur LLT-A

La recherche globale nous indique que le lemme figure dans le texte 53 fois en tout. Pour ce qui est du détail, les recherches séparées nous signalent que le lemme est présent 15 fois au nominatif, 12 fois à l’accusatif, 19 au génitif, 16 au datif ou à l’ablatif ; si nous ne pouvons donc pas étudier chaque cas dans son contexte – ce qui n’aurait de toute manière pas d’intérêt, puisque Martin emploie le nom de Dieu dans des acceptions fort communes également. Il faut donc choisir encore plus précisément certains contextes où l’usage du nom de Dieu semble être caractéristique du sermo rusticus de Martin de Braga. On peut notamment citer les emplois où Dieu est explicitement présenté comme une instance créatrice. À cet égard, la recherche du terme « creator » peut nous permettre d’identifier les passages où Martin veut insister sur la dimension démiurgique de Dieu.

Gauche Terme Droite
diaboli exire et ad cultum creatoris sui reverti. Postquam docuit, voluit
praefulgentem, non dedit honorem deo creatori suo, sed similem se illi
eius malis inludi ut, obliviscentes creatorem suum, pro deo daemones adorarent
mundum implere, obliviscentes iterum homines creatorem

mundi deum, coeperunt, dimisso creatore

hominum propagatum est. Qui, obliti creatorem suum deum multa scelera facientes
videntes ignaros homines dimisso Deo creatore suo, per creaturas errare, coeperunt
creatorem mundi deum, coeperunt, dimisso creatore , colere creaturas. Alii adorabant solem

L’exemple de creator. Issu d’un .xml tiré de Voyant tools

Le terme « creator » apparaît sept fois dans le texte du De correctione. La présentation contextualisée de Voyant Tools nous permet de dénombrer quatre occurrences où le mot est en apposition à « deus », et deux autres où le mot « deus » est à proximité de « creator ». Mais on remarque surtout la répétition de certaines idées répétées : à trois reprises, le verbe « obliviscor » régit l’accusatif « creatorem », et les ablatifs creatore sont inclus dans des ablatifs absolus avec le verbe dimittere. Par ailleurs, à deux reprises, le terme creator est suivi de « creaturae », ce qui constitue un polyptote. Il faut ici en revenir à la vision de l’histoire telle qu’elle est développée au début du texte par Martin de Braga, qui met l’accent sur la succession des fautes commises par les créatures (le diable, Adam et Eve, puis les hommes à l’exception de Noé, etc.). Ainsi, le graphique ci-dessous montre que les occurrences sont toutes comprises dans la première moitié du De correctione.

Graphique généré par Voyant Tools, indiquant le nombre d’occurrences des formes de « creator » tout au long du texte

Dans le contexte du résumé de l’histoire biblique que se propose de faire Martin, qui constitue la première partie de son discours, la seconde insistant plutôt sur la description des rites chrétiens (découlant naturellement de l’histoire exposée dans la première partie) contre les pratiques païennes encore ancrées dans les mœurs, il met l’accent sur le péché, sans que le mot apparaisse dans ces moments du texte. Ainsi, d’un point de vue sémantique, il s’instille, en sous-entendu, un sens adversatif dans ces occurrences de creator : les créatures ont oublié ou abandonné Dieu, « bien qu’il fût leur créateur ». On remarque de surcroît que creator n’est jamais au nominatif : par les formes infléchies de creator, Martin insiste toujours sur la position de Dieu comme objet de l’adoration des créatures et sur la distance entre la façon dont Dieu le créateur devrait être honoré par ses créatures et la façon dont il est trahi en réalité par elles.

Dans la deuxième partie du texte, Martin insiste sur certaines pratiques rituelles de la religion catholique, dont fait partie le dimanche. Le paragraphe 18 est le lieu d’un développement concernant ses différents aspects : il en explique l’origine avant de souligner l’importance de ne pas travailler ce jour-là et de préciser quel en est l’esprit. On a vu précédemment que le syntagme « diem dominicum » faisait partie des expressions récurrentes du texte. Une recherche plus précise permet de cerner l’ensemble des occurrences de cette expression. La recherche littérale ayant déjà donné le résultat que l’on sait, nous avons été amenés à l’affiner au point d’utiliser sur LLT-A la fonction proximité, grâce à laquelle nous avons pu finir par trouver une recherche pertinente.

Capture d’écran de la recherche : (/5 diem dominicum), (/5 die dominico), dominicus

Les résultats étant peu nombreux, il est de nouveau possible de les analyser dans le détail. Nous retrouvons donc les trois occurrences de « diem dominicum » précédemment citées, ainsi qu’une autre expression : « diem resurrectionis eius, id est dominicum ». Il a déjà été question de « id est », qui est ici inséré à l’intérieur du syntagme, dans le contexte d’un rappel de la résurrection de Jésus, déjà racontée au paragraphe 13, et qui détermine le nom du jour. On peut donc mettre cette expression sur le même plan que les trois autres. La présentation en phrases du LLT-A nous permet également de nous rendre compte que ces accusatifs sont compléments d’objets directs des deux mêmes verbes, « colo » et « venero », qui sont synonymes. Pour ce qui est des deux formes à l’ablatif, elles apparaissent à chaque fois dans le cadre d’une précision relative à la façon dont il faut se comporter le jour du Seigneur. Le dies dominicus est donc tantôt utilisé comme cadre temporel de la morale chrétienne, tantôt comme objet en lui-même du culte chrétien, ce qui relève d’un même mouvement de sacralisation religieuse liée à la figure du Christ.

Pour conclure, nous pouvons ramener toutes ces considérations à la volonté qu’a Martin de Braga d’imprimer dans l’esprit des gens ses idées sur le culte, simplifiées de manière à les rendre plus facilement accessibles aux paysans. Il faut toutefois être prudent sur toute propension à voir là un mouvement univoque et unilatéral de rendre topiques des formules et des expressions et de simplifier totalement le discours, comme nous avons pu le concevoir en hypothèse de départ ; il faut au contraire s’attacher à voir que deux veines président au sermo rusticus martinien, à la fois une volonté d’encaisser, de fondre en de courtes formules frappantes des notions parfois assez complexes, et en même temps de contextualiser l’objet de son discours dans la signification précise du passage. L’exemple de l’emploi de creator nous a bien montré que Dieu est désigné comme tel au moment où il s’agit de souligner que les humains ou les anges déchus ont commis une faute envers Lui (soit un oubli, soit un abandon). De cela vient le fait que les contextes, même si les expressions ne sont pas exactement les mêmes, contiennent peu ou prou les mêmes mots (toujours pour l’exemple de creator, mais aussi de dies dominicus, toujours complément d’un verbe de vénération). Martin de Braga tend à associer les mots selon les mêmes idées relativement figées, mais qui s’expriment différemment à chaque fois selon le contexte du passage, selon la portée argumentative qu’il entend mettre en valeur : il s’emploie tantôt à faire un simple rappel, tantôt à souligner un élément nouveau, mais toujours dans la logique de sa démonstration reposant sur des idées précises. Plus que des formules figées, Martin met en place des associations souples de termes répétés plus ou moins systématiquement et faisant naître des articulations d’idées déterminées.

Le Git et le couvert

« Toute la vie des chercheurs pour lesquels règnent les humanités numériques s’annonce comme une immense accumulation de lignes de commandes. Tout ce qui était directement et manuscriptement étudié s’est éloigné dans une représentation numérique. »
L’usage de la ligne de commande implique de nouvelles panières d’appréhender et d’étudier nos sujets d’études ; non pas que la finalité soit différente, mais le rapport au texte et l’interaction même que nous avons avec celui-ci se déploient dans des modalités d’analyses inouïe ; il n’est évidemment plus question de le toucher dans sa matérialité, qu’elle soit livresque ou même numérique – après tout, un texte sur écran d’ordinateur reste un texte. Les outils utilisés ici permettent d’entretenir un rapport de recherche pure et éloignée sur le texte.


boitenoire

La console de Git Bash

Il s’agit en effet, avec l’aide de Git Bash, d’analyser un texte de Cicéron. Le dossier contenant le fichier texte une fois identifié comme répertoire, le texte en question peut être « lu » par le logiciel. Cette manipulation, ce qui peut paraître inutile d’être noté mais qui en réalité est révélateur de nos pratiques digitales normales, et toutes celles qui s’ensuivent sont faites au clavier – il était question de recherche éloignée.

Une fois donc le texte inséré, nous pouvons l’analyser à l’aide de deux commandes : wc et grep.

La commande wc permet de spécifier les unités linguistiques du texte en les dénombrant : elle affiche le nombre de lignes, mots et caractères qu’il contient (dans cet ordre). Il est possible d’afficher chacune de ces données séparément en utilisant une version adéquate et développée de la commande, comme le précisait déjà Camille Duplaa dans son propre billet.

Les lignes de commande suivantes :

$ wc cicero.txt
$ wc -l cicero.txt (lignes)
$ wc -w cicero.txt (mots)
$ wc -m cicero.txt (caractères)

… permettent ainsi d’afficher ces résultats :

console3

Il est clair que la finalité de cette commande se borne à un rôle purement indicatif et quantitatif.


La commande grep permet quant à elle de trouver un mot. Il s’agit, mutatis mutandis, de la fonction rechercher de l’unix.

Elle s’écrit de cette manière :

$ grep '[insérer le mot recherché]' cicero.txt

En voici un exemple, où la recherche portait sur le mot liberavit :

Libérée, délivrée

Libérée, délivrée

Pour comparer avec le logiciel de prise de note et de lecture qu’on utilise communément pour lire les fichiers .txt standards, voici une recherche sur le bloc-notes de base de Windows faite avec CTRL + F :

texteciecro2

On voit ici deux différences de taille. D’abord, la commande grep de l’unix permet d’afficher tous les résultats de la recherche, c’est-à-dire toutes les phrases où le mot recherché apparaît. Cette exhaustivité contraste avec la spécification du logiciel « par défaut » qui cible chaque occurrence du mot recherché. En revanche, et cela constitue une limite de la console noire, l’affichage par défaut des résultats, qui ciblent donc le mot entré dans la ligne de commande, ne rend pas compte des syntagmes complets dans lesquels le mot est linguistiquement placé (cf. la capture d’écran ci-dessus, avec par exemple les mots coupés). Toute recherche ayant pour but de replacer les mots dans leur contexte serait donc vouée à l’aléatoire de la recherche et de l’affichage des mots par la console : le but de la commande est uniquement de signaler et identifier les occurrences précises d’un mot. L’usage en serait donc réduit à des études fort restreintes portant sur des présences de mots précis dans des textes connus, ou bien, dans un cadre plus ludique et personnel, à des recherches qui permettraient de se rendre compte des obsessions langagière de certains auteurs (« fétichisme », « marchandise » etc.).

« L’analyse textuelle: à la croisée des mondes »

Le logiciel Rstudio paraissait d’abord s’appliquer aux mordus d’informatique et de programmation mais il a dérivé jusqu’à nous, antiquisants, qui jusqu’à l’année dernière se tenaient bien loin du langage « barbare » informatique.                                                             En réalité, même si nous ne maîtrisons pas tous les tenants et les aboutissants de ce logiciel de programmation utilisé pour le traitement des données et pour l’analyse textuelle, sa compréhension et sa mise en pratique permettent déjà de faire avancer la recherche sur les textes anciens.

Après avoir essayé plusieurs modules proposés pour ce corpus et celui de Démosthène, mon choix s’est orienté vers les textes de Cicéron et vers la distribution des mots dans l’ensemble du corpus.

La maîtrise des codes de programmation de Rstudio se révèle être un grand gagne temps pour un chercheur travaillant sur un texte précis ou sur un ensemble de texte, qu’il soit ancien ou moderne. Le logiciel donne avec assez de simplicité le type de document, le nombre de texte, de caractères et propose diverses analyses textuelles …                       C’est en voyant ces résultats et l’exemple de la représentation par une courbe des dix mots les plus utilisés, que j’ai eu l’envie (soudaine) de me rendre compte avec plus d’efficacité de la répartition de certains mots dans l’ensemble du corpus.                         Ces résultats sont d’abord obtenus en précisant dans la programmation les mots dont l’on souhaite étudier la répartition. Un des termes que j’ai choisi est « plebs »:

code-plebs

Une fois le code appliqué, le logiciel montre le résultat sous forme d’un graphique:

plebs

L’intérêt de ce travail sur Rstudio est que les graphiques diffèrent selon les résultats mais ces derniers peuvent vite devenir assez illisibles quand il y’a beaucoup de récurrence des mots étudiés:

homines

Ce module est donc intéressant et très utile mais les résultats sont assez aléatoires. Certains graphiques sont très chargés alors que d’autres ne donnent pas de résultats (erreur de codage?) et demandent certainement de se pencher plus sérieusement sur le codage et sa complexité.                                                                                                         Heureusement pour nous, s’il peut s’avérer assez frustrant de travailler sur un graphique tel que celui qui représente la distribution de « homines » dans le corpus, d’autres logiciels de programmation comme la ligne de commande complètent utilement cette première approche de l’analyse textuelle et s’avèrent être plus claire au premier coup d’oeil:

grep-ciceron-homines Utilisation de la commande grep -c appliquée au corpus de Cicéron.                                                                                             La ligne de commande nous donne directement le nombre d’occurrence de « homines » dans chaque texte sous forme de liste.

Cet outil moderne qu’est l’ordinateur, même s’il demande beaucoup de patience avant de le maîtriser, est donc très prometteur tant pour les mordus d’informatiques que pour nous, antiquisants étudiants ou chercheurs. L’analyse des textes anciens grâce à ces logiciels va pouvoir être toujours plus poussée.

Ah!Les difficultés de l’éloquence…..à la fois utile et nuisible.

zaph-1J’ai souvent examiné dans de longues médiations,si le talent de la parole et l’étude approfondie de l’éloquence ont été plus avantageux que nuisibles à l’homme et à la société. En effet,si je considère les maux qui ont déchiré notre patrie,si je me rappelle les catastrophes qui ont bouleversée autrefois les cités les plus florissantes,partout je vois la plus grande partie de ces malheurs causée par des hommes éloquents. Mais lorsque je veux,avec le secours de l’histoire,remonter à des époques plus reculées,je vois,et plus encore l’éloquence,fonder des villes,éteindre les guerres,établir des alliances durables,et serrer les nœuds  d’une sainte amitié. Ainsi,après un mur examen,la raison elle même me porte à croire que la sagesse sans l’éloquence est peu utile aux Etats,mais l’éloquence sans la sagesse n’est souvent que trop funeste,et ne peut jamais être utile.Aussi l’homme qui,oubliant la sagesse et le devoir,s’écartera des sentiers de l’honneur et de la vertu,pour donner tous ses soins à l’étude de l’éloquence pour défendre,et non attaquer les intérêts de l’Etat,c’est se rendre aussi utile à soi même qu’a son pays,et mériter l’amour de ses concitoyens.

Cicéron accorde une place particulière à l’étude de éloquence. Même s’il reconnait ces avantages dans un Etat,il n’en doute point les méfaits que ce mot peut engendrer de détestable. L’éloquence comporte aussi des règles que doivent observer ceux qui s’apprêtent à s’adonner à l’étude de l’éloquence.Il ne s’agit pas de savoir bien s’exprimer comme les sophistes pour se dire qu’on est un très grand orateur,sans pour autant en savoir les lois qu’exige ce métier. Les règles de l’éloquence doivent être enseigner à l’instar de tous les autres disciplines.Le mot peut bien résoudre des conflits entre des Etats ou tout simplement entre deux personnes,mais il faut souligner que ce mot peut engendrer d’innombrables catastrophes pour celui qui n’en fait pas un très bon usage. L’éloquence a contribué à la prospérité de la République romaine.zaph

 

L’administration des affaires d’un Etat ne doivent point être abandonnée à des hommes sans sagesse et sans aucune éloquence.Les affaires d’un Etat doivent être occupées par des hommes supérieurs,c’est-a-dire  ceux qui sont imbu à la fois par la sagesse et l’éloquence.Ils sont à l’exemple de Caton,à Lelius,à Scipion l’Africain qui en l’éloquence,qu’ils ont consacrés à la défense de la patrie ,rehaussait les plus brillantes qualité. L’éloquence est le principal ressort des affaires publiques et privées,puisqu’elle seule nous conduit avec honneur et sans danger dans les sentiers de la gloire et du bonheur. La science du gouvernement se compose d’une foule de connaissance.L’homme éloquent est le plus utile dans un tel gouvernement,puisque la science du gouvernement est renfermée tout entière dans l’art du rhéteur. Le talent oratoire fait aussi partie de la science du gouvernement,puisque l’orateur vise a convaincre au moyen de la parole.

Ce corpus sur  l’Oratoire du livre 1 de Cicéron,compte 386 mots et 290 formes verbales uniques.Les mots les plus fréquents sont in (10 );vel (7 );ne que (5);ad (5);mihi(5).Le mot orateur ne revient que deux fois.Ce qui est impressionnant est l’emploie fréquent du vel (aussi ) qu’il utilise très fréquemment,est-ce-pour dire que l’ éloquence est un mot à double tranchant,autant qu’il peut avoir des avantages que des inconvénients dans une société,dans un Etat ou bien encore entre des peuples.

 

Le code corrompu…

Après avoir vu en classe les packages « tm » et « mallet » sous R, je me suis lancée pour tenter de produire une analyse à mon tour: allons-y gaiement, me voilà à la recherche des ambassades corrompues dans le corpus de Démosthène. Ça paraît simple en lisant le code qui nous sert de point de départ. Ça l’est moins quand il faut réussir à l’appliquer soi-même. L’idée était de partir d’abord des outils de topic modelling et de corrélation pour trouver un champ de mots associés à l’ambassade, pour ensuite chercher la répartition des mots en question dans le corpus.

L’idée paraissait bonne. Dans la réalisation, il s’est avéré assez frustrant de constater que je n’avais pas toujours les moyens de chercher exactement ce que je voulais, ou alors que mon code ne fonctionnait pas, sans erreur apparente.
Par exemple, le topic modelling qui réduit le corpus à 43 topics est intéressant, mais je ne peux pas, avec les outils que j’ai pour l’instant, lui demander de me créer un topic en particulier autour d’un mot de mon choix. Je ne peux pas non plus, pour l’instant, effectuer de recherche au sein de mes topics pour voir où apparaissent les mots que je recherche. Le manque de temps pour rechercher dans la documentation R les fonctionnalités qui me manquent ne me permet pas de terminer l’exercice aussi proprement que je l’espérais. Mais je compte bien creuser la question pour mon mémoire de recherche, qui nécessitera probablement que je trouve des solutions aux problèmes qui se sont posés à moi lors de cet exercice.

En attendant, voilà ce que j’ai pu tirer de mes expérimentations laborieuses:
– Grâce au topic modelling, j’ai pu trouver que les mots les plus associés à l’ambassade et aux ambassadeurs sont Eschine, Philippe, la paix et les Phocéens.
screen-shot-2016-12-16-at-10-14-42
screen-shot-2016-12-16-at-10-14-20
– La recherche de corrélation n’a rien donné, dans la mesure où le résultat est systématiquement 0. Il doit y avoir une erreur dans code, que je n’ai pas su résoudre.
– La recherche ensuite de la répartition des mots dans le corpus est assez mitigée. Parfois ça fonctionne, et parfois non, sans raison apparente. Même après relecture dans le détail du code, rien ne m’a permis de résoudre le problème. La plupart des graphiques sont donc vides, seuls un ou deux donnent des résultats quelque peu significatifs.
screen-shot-2016-12-12-at-16-43-00screen-shot-2016-12-16-at-10-12-24screen-shot-2016-12-16-at-10-12-34screen-shot-2016-12-16-at-10-12-46

En conclusion: cette analyse n’est clairement pas utilisable en l’état, mais R ouvre de belles possibilités. Il m’a vraiment manqué, pour cet exercice, le temps d’aller au bout de ce que je voulais faire, le temps d’aller chercher les moyens qui me manquent, et, en partie, la patience d’aller minutieusement pinailler chacune des possibles erreurs que contient mon code.

Cogito, [R]go sum

Une formule anachronique pour un domaine d’étude intemporel. La question de recherche que j’ai tenté de mener avec RStudio consiste en une étude autour de la racine -cog- dans le cadre du corpus cicéronien qu’était le notre.

RStudio, quèsaco?

RStudio est un logiciel qui fonctionne avec le langage de programmation R, utilisé pour le traitement de données et l’analyse statistique. Ma question de recherche, à savoir la fréquence d’utilisation de la racine -cog- et les corrélations autour de ces mots, nécessite l’utilisation d’outils de racinisation – la commande stem a été l’outil le plus fiable pour cette recherche. Cette commande de stemming permet de trouver une version tronqué du mot qui est commune à toutes les variantes morphologiques de la racine. Les stemmers sont notamment très utilisés dans le cadre de l’internet car ceux-ci permettent un traitement plus rapide de l’information. Cette commande a été utilisée dans une première analyse de traitement des données du corpus; ainsi, « stopwords », espace, majuscules, ponctuation ont été retirés afin de pouvoir traiter les données avec plus de précision. Le stemming a ainsi permis d’enlever les « terminaisons » au sens large ainsi que les préfixes.

Quelques résultats plus ou moins satisfaisants.

En ce qui concerne la recherche d’occurrences liées à la racine étudiée, les commandes (dont la commande grep pour la recherche d’occurrences faute de mieux) donnent dix-sept résultats. Et à côté des formes attendues du verbe latin cognoscere, cogitat, excogitare…. apparaît cogar, forme futur passif de cogo, is,ere. Des résultats hétérogènes pouvant donc être facilement traités à l’unité mais qui ne permettent pas de tirer de grandes réflexions générales dans ce corpus un peu trop léger peut-être pour ce type de recherche.

La seconde étape permet de rechercher les occurrences reliées à cette racine dans un périmètre plus ou moins restreint, ajuster ici pour trouver une vingtaine d’occurrences.

capture-du-2016-12-14-17-38-56

Ces résultats sont davantage intéressants car ils permettent de pouvoir analyser la structure de la pensée cicéronienne par la corrélation qu’il fait des mots de cette racine avec d’autres mots : ainsi pouvons nous constater l’apparition de corporibus et pulmones, ou de caeleti et terra, pulchriorem et sapiensque… ces outils, utilisés à partir de corpus plus importants, permettent ainsi une recherche moins hasardeuse et plus rapide des termes qu’une recherche par mot dans Word, offrant un certain recul autour du texte (même si le retour au texte reste essentiel pour ce type d’étude).

Mais quelques petites frustrations.

Ces résultats sont certes assez satisfaisants à mon niveau de connaissance du logiciel mais restent malheureusement assez flous. Un problème majeur est celui du traitement de la langue latine; en effet, des bibliothèques comme wordnet s’avèrent être des outils intéressants, pour la lemmatisation notamment, mais n’incorporent pas de dictionnaire latin permettant de traiter ces données (il faut donc créer des variables afin de traiter cette information, ce qui est assez fastidieux). Le logiciel RStudio, ainsi que le TXM (ou projet textométrie) qui possède une extension pour l’analyse en langue latine, a développé des outils puissants pour l’analyse de corpus importants, notamment par la bibliothèque koRpus qui offre des outils d’analyses textuelles poussées. Malheureusement, la machine a elle aussi ses humeurs et ne m’a pas permis, pour le moment, d’exploiter ces outils qui promettent des résultats très significatifs.

La machine philologique ou la naissance du super-chercheur 2.0

Un terminal de commande? Pourquoi faire?

Un cadre noir, une suite de caractères aux coloris criards et une série de commande plus ou moins maniable : bienvenue dans votre terminal de commande, lieu magique qui vous permettra de découvrir les tréfonds de votre machine – du moins si vous avez pris la bonne habitude d’organiser votre espace personnel sans donner noms fantaisistes et non normés à vos fichiers. Un lieu des plus impersonnels donc pour rentrer au cœur de l’intimité de nos machines et de nos fichiers…

N’étant encore qu’au stade de l’initiation, certaines commandes paraissent plus simples d’accès que d’autres. Mais cela n’est qu’illusion ! Car en soi, le terminal de commande, si le temps de la découverte des commandes et de leurs utilisations diverses et variées, est un outil accessible à tous et qui peut faciliter la vie – ou du moins qui peut faciliter la vie virtuelle. Il peut même s’avérer être une source de joie intense si les opérations commandées se révèlent être un succès – ou à l’opposé être source d’un désespoir et d’une incompréhension profonde quand la mauvaise saisie du nom d’un fichier / la syntaxe hasardeuse / l’utilisation d’une commande fantôme empêche l’accès au sain Graal de la connaissance absolue de nos textes. Quiconque veut s’attaquer à la ligne de commande doit remettre en question les plus infirmes parties de sa demande, au risque de tempester contre la machine qui tente de nous aider malgré tout (la commande help peut devenir une alliée fidèle dans cette quête initiatique).

Explorons donc notre corpus cicéronien à l’aide de deux commandes : wc et grep.

Deux commandes qui étaient alors injustement anonymes dans mes études. La première, wc, permet de compter les mots – comme son acronyme de word count le montre si bien. Ainsi, pour connaître le nombre de mots, de lignes et d’octets que contient notre corpus, il ne faut taper que cette simple commande:

$ wc cicero.txt

Cette commande seule n’est intéressante que d’un point de vue quantitatif pour l’étude du corpus car elle permet de donner une vue d’ensemble du contenu quantitatif de chaque texte du corpus. Mais celle-ci peut se coupler de différentes fonctions:

  • wc -l qui permet de compter le nombre de lignes,
  • wc -c qui permet de compter le nombre de bytes,
  • wc -w permet elle de compter le nombre de mots et
  • wc -m de compter le nombre de caractères

Cette énumération assez indigeste de commandes permet tout simplement de se rendre compte de l’utilité statistique de celles-ci qui permettent de comparer des corpus en quelques secondes à peine. Cela reste néanmoins une entrée basique dans l’étude du corpus car cette commande et ses dérivées ne permettent pas d’étudier le texte en lui-même et nécessitent donc d’être couplées à d’autres outils.

billet_1_1

Petite étude de la commande wc qui décortique quantitativement notre corpus.

La seconde commande est la commande grep qui permet de faire une recherche de caractères dans un fichier ou corpus donné:

$ grep '***' cicero.txt

Cette commande permet donc de faire un début de lemmatisation et de stemming, mais tout cela reste sommaire et sert davantage de vue d’ensemble que d’outils permettant de traiter un texte d’un point de vue philologique. En tapant cette commande, il nous est possible d’accéder aux lignes où se trouvent les occurrences de notre mot, ce qui peut être un gain de temps considérable dans l’étude d’un tel corpus. Pour des recherches plus précises, des variantes de grep existent (mais cela ne rentre pas dans notre propos).

billet_1_3

La commande grep qui nous rend un grand service en nous disant où trouver notre mot.

Une aide précieuse pour le chercheur 2.0.

Ces commandes, encore trop imprécises, donnent néanmoins une idée des recherches que l’on peut effectuer avec des commandes plus précises, notamment dans le cadre de la lemmatisation, ce qui permettrait de rendre vraiment possible l’étude philologique par le biais de commandes telles que celles-ci dans des corpus aussi important, pour une autopsie de plus en plus sensible et rapide.

« R, pardonne-moi, je ne sais pas ce que je fais »

Cet exercice de fin de semestre se sera avéré être quelque chose de … Aucun mot juste ne me vient à l’esprit. Voyons-en plutôt  les fruits dans la suite de ce compte-rendu.

Consigne simple s’il en est: trouver, à partir du corpus cicéronien ou démosthénien fourni, une petite problématique analytique pour se familiariser avec des commandes de traitement de données diverses. En raison de ma méfiance envers les problèmes typographiques liés aux caractères grecs, j’ai sans trop tergiverser choisi de me limiter à Cicéron. Après quelques plus longues réflexions en revanche, j’ai trouvé bon de m’intéresser aux thèmes d’amitié et d’hostilité dans l’oeuvre de l’orateur romain.

Avant de me jeter sur mon clavier et d’entreprendre la chose, il fallait concevoir ce que l’on comptait obtenir. A partir de trois racines latines (ou deux, si l’on veut) : amic-, inimic-, et host-, je devais trouver le moyen d’obtenir le nombre d’occurrences de chacune, c’est-à-dire de toutes les formes construites sur cette racine en prenant en compte les flexions : jusque là, Word pouvait être tout aussi utile. Evidemment, la sélection des termes mêmes nécessiterait un développement qui n’a pas sa place ici.

Après cela, observer la répartition de ces termes dans le corpus cicéronien, par œuvres et dans l’ensemble du corpus mis bout à bout. Cela peut en effet servir pour comprendre les intérêts rhétoriques de la distribution lexicale (dans un discours précis ou une suite de discours) ou l’importance d’un thème à un moment donné de l’histoire romaine.

En dernier lieu et à un niveau de précision plus intéressant, les corrélations de termes entre eux. Interagissent-ils directement dans les discours?

Ce stade passé il s’agissait de coder.

Les préliminaires accomplis (installation et chargement des outils de travail, préparation du matériau en supprimant les chiffres et la ponctuation), les choses sérieuses devaient vraiment commencer. Ce qui commence ici en revanche, c’est l’anti-tutoriel qu’est cet article.

"La base" (sic)

« La base » (sic)

A partir du fichier « Text_mining » que nous avions étudié en classe et qui comprend des exemples de plusieurs manipulations dans le domaine qui nous intéresse, j’ai copié certains tronçons de codes en prenant ce qui m’intéressait. Il n’y avait en somme que deux ou trois chunks (ce terme est plus appétissant que tronçon) : un pour générer une matrice à partir du corpus, d’autres pour observer la répartition de mes termes dans la base, et enfin un dernier pour voir les corrélations entre les mots.

Après une première analyse rapide, il apparaissait que :
– amic* : avec 1595 occurrences équivalait à environ 0,0089 du corpus total
inimic* : avec 693 occurrences équivalait à  environ 0,0038 du corpus total
host* : avec 629 occurrences équivalait à 0,0035 du corpus total

Certaines manipulations étaient destinées à supprimer les données les moins abondantes (une fois les Stop Words enlevés en prime) pour alléger les graphiques. Ici, vu la quantité des termes qui nous intéressent, inutile de s’y livrer. Pourtant, je me suis aperçu assez tardivement que j’avais intégré à mon code cette fonction. Et que j’avais donc effacé mes résultats qui correspondaient à des occurrences inférieures au seuil fixé.

Pour la suite, c’est-à-dire la distribution de chacun des termes dans le corpus, le résultat est mitigé en faveur du négatif. Une erreur glissée quelque part et que je n’ai pas le temps de régler dans les délais m’a adressé une fin de non recevoir. Voici néanmoins les bêtes.

erreur

Enfin, mes résultats de corrélation qui sont nuls, et j’ignore à peu près pourquoi puisque la commande fonctionne (#celebratesmallsuccesses)

Je dois être fautif évidemment, mais en attendant...

Je dois être fautif évidemment, mais en attendant…

En conclusion de cet anti-tutoriel, il me resterait, hormis à corriger tout ce qui est défectueux, à trouver des commandes précises pour analyser toutes les déclinaisons et les mots qui leur sont le plus souvent associés. En l’état des choses en tout cas… Mes pensées vont à mon professeur à qui j’adresse les plus aimables excuses pour mon échec et souhaite mes meilleurs vœux ! Pax hominibus bonae voluntatis.

La Comté, ou Pourquoi en faire tout un fromage ?

I. La Comté, située dans la grande région d’Eriador au nord-ouest de la Terre du Milieu, recouvre une large surface de forme plus ou moins circulaire qui correspondrait environ à 18.000 milles carrés. Le pays se répartit de part et d’autre de la Grande Route de l’Est, entre le fleuve Brandevin qui forme sa frontière orientale, et les collines des Hauts Reculés qui composent sa bordure occidentale. Ses frontières australe et septentrionale ne sont guère connues, mais des landes, des marais ou de basses collines forestières formeraient les limites des terres cultivées et exploitées. La Comté est un pays fertile, couvert de champs, de forêts, de fermes et de petits villages, et parcouru de nombreux cours d’eau. La région est composée de quatre quartiers principaux, mais aussi à l’est du Pays de Bouc et à l’ouest, comme son nom l’indique, de la Marche de l’Ouest. Le Pays de Bree, situé à quarante milles à l’est, abrite une communauté originale d’hommes et de hobbits regroupés au sein de quelques villages.

II. Quant aux habitants de la Comté, tout me porte à croire qu’ils ne reçoivent pas beaucoup d’étrangers chez eux, préférant la quiétude de leur foyer et l’opulence de leur garde-manger. Plus petits qu’un nain et le dessus des pieds recouvert d’un poil soyeux, les hobbits sont presque inconnus au-delà de leurs frontières. J’ose me ranger à l’avis de ceux qui pensent que jamais le sang des hobbits ne fut altéré par des alliances entre races, soit qu’ils ne s’en soucièrent guère, soit qu’ils fussent trop petits pour les Grandes Gens. Si l’on veut trouver trace du dernier exploit hobbit recensé par les hommes, il nous faut remonter au célèbre Bandobras « Fiertaureau » Touc qui a combattu les gobelins lors de la bataille des Champs Verts et qui était l’un des rares hobbits de taille à monter un cheval. Qui cherche trace des hobbits dans les chroniques des Grandes Gens doit s’armer de patience : les mentions des semi hommes sont en effet très peu nombreuses et tardives, bien que les hobbits soient une branche dérivée des hommes. Il est probable qu’à l’instar des elfes et des Grandes Gens, les hobbits sont apparus au début du Premier Age, loin à l’est, et qu’ils ont autrefois progressivement migré vers l’ouest.

III. Avant l’exode vers l’ouest, les hobbits sont déjà divisés en trois branches aux caractéristiques bien distinctes. Bruns de peau et de petite stature (80 cm maximum), les Pieds Velus sont de loin les plus nombreux parmi les hobbits. Ils préfèrent arpenter les hautes terres et les collines, et privilégient les smials comme habitations. Dans les temps anciens, ils ont eu des contacts avec les nains et sont les premiers de leur race à arriver en Eriador, région de la Comté. Les Forts sont plus grands et plus massifs que les premiers. Ils peuvent généralement mesurer jusqu’à un mètre de hauteur. Leurs mains et leurs pieds sont plus larges que la moyenne et il leur arrive même d’avoir un duvet de barbe sur le menton. Ils préfèrent habiter des terrains plats près des rivières et savent très souvent nager, à la différence des autres hobbits qui manifestent une certaine peur de l’eau. Les Pâles représentent la branche la moins peuplée. Ce sont les plus grands, leur taille pouvant régulièrement atteindre les un mètre vingt, mais ils sont de constitution plus fragile que les Forts. Ils apprécient de vivre dans les forêts et pratiquent volontiers la chasse. De nature aventureuse, ils ont bien souvent occupé le poste de chef, bien qu’étant généralement minoritaires. La création de la Comté, qui regroupe sur une même terre les trois ethnies, a tendance à atténuer ces différences en facilitant les mariages entre les trois branches.

IV. Chez les hobbits, les coutumes revêtent une importance particulière, à tel point qu’elles sont ce qui se rapproche le plus d’une religion. Ils sont paresseux, n’aiment pas travailler et leurs passe-temps favoris sont la nourriture et la fête. Pourtant, l’ordonnancement de leur territoire est soumis à des institutions dignes du Gondor. En premier lieu, on distingue le Thain, première figure d’autorité qui apparaît à la suite de la disparition des rois. La fonction finit par passer entre les mains du chef de la famille des Touc, famille hobbit au prestige sans égal. A la fois autorité politique, en tant que maître de l’Assemblée des hobbits, et militaire, en tant que capitaine de la Hobbiterie sous les armes, la Thanerie n’est cependant réellement utile qu’en cas de conflit. La figure la plus officielle de la Comté est le Maire, qui demeure à Grand’ Cave. Elu pour un mandat de sept ans lors de la Foire Libre des Hauts Blancs, son rôle principal est de présider aux événements officiels, c’est-à-dire essentiellement aux banquets organisés lors des innombrables et interminables fêtes hobbites.

V. La société est exclusivement agraire et en quasi-autarcie, même si le pays est traversé par la Grande Route de l’Est fréquentée par les elfes et les nains. L’économie de la Comté est majoritairement tournée vers l’agriculture et la nourriture en général. Pour garnir les tables des six repas quotidiens, le pays dispose de nombreux hectares de champs de blé et de meuniers qui alimentent les boulangeries. Le seul artisanat sous-représenté est la cordonnerie puisque les hobbits ne portent pas de chaussures au quotidien.

VI. Mais la plus grande découverte des hobbits reste probablement l’herbe à pipe, cultivé pour la première fois dans le Quartier Sud durant le Troisième Age. C’est assurément grâce à la position de carrefour qu’occupe la ville de Bree que l’habitude de fumer s’est propagée chez les nains, les rôdeurs et même les magiciens. L’art des ronds de fumée est très prisé chez les hobbits, qui apprécient tout particulièrement de fumer après un bon repas. Il existe pour ce faire de nombreux types de pipes en Terre du Milieu, allant des grandes pipes à long tuyau aux petites pipes en bois de voyage.

VII. Le hobbit paraît à première vue bien inoffensif, mais il ne faut pas s’y tromper car il est capable de grandes prouesses et peut faire preuve d’un courage insoupçonné. Si un voyageur égaré s’en vient frapper à leur porte la nuit, le hobbit se fera une joie de lui venir en aide. Mais tout acte malveillant à son égard se verrait sévèrement réprimé. Il est donc tout indiqué pour quiconque veut faire affaire avec eux de s’armer de bonté et de patience.

lee-hobbit_01   Illustration d’Alan Lee

Ce texte est une tentative (j’insiste bien sur ce mot…) de pastiche du traité de l’historien Tacite De Origine et Situ Germanorum, aussi connu sous le nom de La Germanie en français. Composé d’un peu plus de 5500 mots, ce court traité n’en est pas moins très structuré avec 46 chapitres communément répartis en deux temps principaux : une description générale du pays et du peuple germain, et une partie plus spécifique sur les différentes tribus germaniques. Avec l’aide de Voyant Tools, j’ai pu tant bien que mal analyser les termes et expressions utilisées dans l’ensemble du texte, et il s’avère que le ratio est très faible. Le premier terme intéressant ayant le plus d’occurrences n’apparaît en tout et pour tout que seize fois. Autrement dit, le vocabulaire utilisé ici par Tacite n’est pas spécifique, et aucune expression ne revient régulièrement. Tacite se définit alors, tout du moins dans ce texte, plus sur la forme que sur le fond.

Le traité étant assez court, j’ai décidé non pas de pasticher une ou deux parties spécifiques, mais d’adopter une vue d’ensemble afin de brosser un portrait des idées principales développées par Tacite. Du reste, c’est bien la structure du traité dans son ensemble qui est, comme je l’ai dit, intéressante. Les grandes parties du texte original se suivent comme tel : dans une première partie la description du pays et l’origine des Germains, et les coutumes et institutions ; dans une seconde plusieurs sous-parties sur les différentes tribus germaniques. Au regard de mon sujet, j’ai décidé d’inverser la sous-partie sur les coutumes et les institutions avec la partie sur les différentes tribus, la première étant plus riche.

Néanmoins, si Tacite n’adopte pas dans son traité de tournures de phrases qui lui soient propres, j’ai repris le style de certaines expressions de début de paragraphe ou de début de phrase qui me paraissaient notables et qui permettent de mettre en valeur la structure de chaque paragraphe. Pourtant, la raison de ce manque d’identité propre semble de l’auteur dans ce traité me semble normale et la raison évidente. La moyenne de mots par chapitre est de 120, autant dire très peu. De plus, les chapitres de la première partie sont indépendants et traités comme des questions séparées, ne laissant pas beaucoup de place pour des connecteurs ou même la présence d’expressions récurrentes. Par conséquent, vous ne retrouverez pas ici le style à proprement parler de Tacite, mais bien la structure du traité, tant par ses thèmes avec une reprise des idées internes aux parties et aux paragraphes développées dans La Germanie, que par sa forme avec de courts paragraphes sur une question en particulier.

De l’invasion des Droits et l’errance des Classiques

 En ce premier semestre de l’année 2016-2017, sous la présidence de Jean-François Balaudé , les Hellénistes et les Latinistes, peuples classiques, fuirent la Bibliothèque Universitaire en grand nombre, non loin de l’endroit où se trouve le bâtiment L.

La cause de cette émigration était que les Droits depuis plusieurs mois les parasitaient, leur volaient leur place en salle de Langues et Littérature, et les empêchaient d’étudier tranquillement.

La nation des Droits est de beaucoup la plus puissante et la plus belliqueuse de tout le campus de Nanterre.

On dit qu’ils forment cent promotions, de chacune desquelles ils font sortir chaque année mille diplômés qui portent la guerre au dehors. Ceux qui restent dans la fac continuent les cours pour eux-mêmes et pour les absents, et, à leur tour, ils sont diplômés l’année suivante, tandis qu’une nouvelle génération fait sa rentrée.

Ainsi,ni les places de la salle de Droit et Science politique ni celle de Langues et Littérature ne sont disponibles.

Ils n’ont que peu d’heure de cours, passent le plus clair de leur temps à lire le Code pénal, et se sont inscrits dans cette filière faute d’idée au sujet des études à entreprendre.

Ce genre de vie et d’étude, leur emploi du temps et la liberté dont ils jouissent (car n’étant dès leur première année de licence habitués à aucune version, à aucun exercice de linguistique, ils ignorent tout de l’humilité que requiert un tel travail ), en font des individus hautains, incapables de comprendre l’importance des études classiques et se croyant détenteurs de la vérité universelle par leur connaissance de la loi.

Ils se sont aussi accoutumés à l’importance de leur nombre et à ne fréquenter que leur congénères, aussi lorsqu’ils rencontrent un Helléniste ou un Latiniste en salle de travail ce dernier fait l’objet de regards interloqués et moqueurs.

 Les Hellénistes et les Latinistes résistèrent pendant nombre de semaines aux attaques des Droits: à la fin cependant, chassés de leur espace de travail, et après avoir erré des jours entiers à travers plusieurs bâtiments de l’université, ils arrivèrent près de la MAE, dans une contrée habitées par les Doctorants, lesquels possédaient, dans un bâtiment excentré du campus ,des tables, des chaises et des livres.

Effrayés à l’arrivée d’une telle multitude, les Doctorants s’opposèrent à l’installation des Classiques en promulguant la loi suivante: nul individu de ce peuple ne possédant le grade de master n’aurait accès à l’espace de travail.

Le reste des Classiques , après avoir tout essayé, ne pouvant passer ni de vive force, ni à la dérobée, à cause des gardes posés par les Doctorants qui vérifiaient le contenu des sacs ainsi que la carte étudiante durent repartir errer à la recherche d’une place libre pour finir de traduire leur texte d’Homère ou de Cicéron…

J’ai choisi ce thème afin d’évoquer une situation à laquelle plusieurs d’entre nous , et quand je dis nous je parle des classiques ( licence et master confondus), sont confrontés depuis septembre 2016 à savoir: l’occupation de notre lieu de travail à la BU , l’espace Langue et Littératures, par les étudiants en droit.

Il n’est en effet actuellement plus possible de trouver une place disponible ,sauf en de rares occasions, pour travailler, les étudiants en droit occupant 90% de cette salle ,l’espace lettres classiques y compris !

Et quand bien même les plus bornés d’entre nous se résoudraient à poser leur Bailly ou leur Gaffiot dans un autre endroit de la BU ils seraient toujours confrontés au manque de place du fait de l’occupation des salles par les étudiants des autres filières .

Et si , par un suprême besoin d’étudier , ils se résoudraient à s’installer dans un autre lieu du campus, le Millénium constituant le lieu idéal du fait de sa localisation peut éloignée du bâtiment L, ils se rendraient vite compte que la plupart des tables sont occupées par des étudiants en droit.

Constatant ainsi la persistance du problème au cours des mois j’ai jugé intéressant de rapprocher cette situation avec celle des invasions germaniques telles que décrites dans la Guerre des Gaules de César.

Il intéressant en effet d’étudier les conséquences engendrées par le déplacement et l’ installation d’un groupe A sur le territoire d’un groupe B.

J’ai donc sélectionné et travaillé à partir de deux passages du livre IV de la Guerre des Gaules ayant pour sujet la fuite des Usipètes et les Tencthères de leur territoire , conséquence de l’invasions des Suèves, et leur installation en territoire Ménape.

Pour certains passages j’ai simplement remplacé quelques mots afin de créer une rupture de style tandis que pour d’autres j’ai réécris des segments de phrase afin d’enrichir mon texte.

Quand Flavius-Josèphe rencontre une grande Dame…

Flavius-Josèphe arrive en vue d’une ville inconnue qui l’émerveille par sa grandeur. Son regard est particulièrement attiré par un monument à l’aspect singulier…

La cité tout autour était aussi étendue et profonde que le monument en son centre était haut et pointu. Le roi qui avait érigé cette grande merveille avait sûrement été le plus riche et le plus ambitieux des monarques. Autant la cité que son monument étaient disproportionnés, on ne voyait la fin ni de l’une ni de l’autre. Il eût été aisé de se perdre si ce grand édifice en plein cœur de la cité ne servait de phare aux voyageurs égarés. Il suffisait de le suivre des yeux pour se retrouver en face de lui, comme attiré par quelque force divine.

Ce grand et haut monument que l’on pourrait nommer tour n’était entouré d’aucun bâtiment mais d’un vaste champ d’herbe verte et de sentiers blancs aux lignes géométriques. Le monarque de cette cité avait dû exigé un écrin de verdure digne de cette tour singulière. Afin de donner toute sa prestance à cet édifice, la vaste place verdoyante portait le nom du dieu romain de la guerre, équivalent du Arès grec, et semblait vouloir se mesurer au champ du même nom que l’on trouvait dans la magnifique cité de Rome. Les dimensions de cet espace étaient aussi disproportionnées que la tour et la cité. Sa largeur était certainement de quatre cent coudées et sa longueur, de trois fois plus. Tous les sentiers blancs de cet immense champ menaient tous au nord-ouest, au pied de la grandiose tour.

Ce monument semblait encore plus gigantesque de près. Il tenait sur quatre pieds carrés de cinquante coudées de largeur et de longueur et de cent coudées de hauteur. Ceux-ci soutenaient une base ouverte en son centre qui permettait d’admirer l’allure profilée du reste de la tour qui s’affinait au fur et à mesure qu’elle montait vers le ciel. L’architecte de cet incroyable édifice avait certainement dû faire preuve de vanité en pensant qu’il eût pu ainsi atteindre le royaume de Dieu tant il était impossible d’apercevoir la flèche de cette tour. Sa hauteur était certainement de plus de six cent coudées. Le plus singulier n’était pas tant les dimensions extraordinaires de cette tour que son aspect. Elle n’était pas construite en pierre mais en fer. Elle n’était certainement pas destinée à être habitée puisqu’il était possible de voir à travers elle. En effet, la charpente de ce monument était si fine qu’elle ne pouvait tenir debout que par la grâce divine.

Son aspect intérieur ne différait en rien de son apparence extérieure. Toute la tour était habilement ouvragée par un entrelacs de fer droit ou courbé qui servait à la fois de décoration et de support. Les escaliers, les murs et les sols étaient du même ouvrage. La construction de cette tour avait dû nécessiter cent ans pour parvenir à un telle magnificence.

Une salle en son sommet, difficile à atteindre pour un simple mortel, rendait hommage à l’architecte et au mécène de ce splendide monument. On y trouvait leurs statues dans des postures peu héroïques mais avec des finesses de trait et de couleur si parfaites qu’on eût dit faire face aux hommes eux-mêmes. Afin de laisser sa trace dans l’histoire et dans le temps, le grand architecte avait donné son nom à sa superbe création. La renommée de cet homme et de sa tour dépassait même les limites de la cité et s’était étendue au-delà des frontières du pays. Des pèlerins du monde entier venaient admirer cette grande Dame de Fer aussi haute qu’une montagne.

J’ai choisi de décrire la Tour Eiffel à la manière de Flavius-Josèphe dans le livre V du Bellum Judaicum (la Guerre des Juifs) lorsqu’il décrit les tours de Jérusalem.

Tout d’abord, j’ai importé l’ensemble du livre V dans l’outil Voyant Tools pour pouvoir observer les mouvements du texte. Ce corpus contient pas moins de 17353 mots, ce qui est énorme. Les mots les plus fréquents sont : καὶ (845); δὲ (423); τῶν (376); τὸ (336); τοῦ (264), c’est-à-dire rien de pertinent à part de me dire que mon texte est un récit, ce que je savais déjà. J’utilise alors le cirrus, c’est-à-dire le nuage de mots, où j’insère des stopwords grecs pour éviter de retrouver les mots de la liste ci-dessus. Seule la vue à 500 mots me permet d’observer quelque chose d’intéressant : je trouve les mots « remparts », « romains », « cité », « juifs », ce qui correspond vaguement au sujet du livre mais sans plus. Je fais ensuite une recherche par syntagmes (groupes de mots) : je trouve toujours les mêmes expressions avec le même vocabulaire (ville, remparts, juifs).

Il est clair que le corpus que j’ai choisi est beaucoup trop grand et me donne des données beaucoup trops vagues pour être exploitées. Je prends alors un extrait plus petit qui correspond à ce que je veux faire, c’est-à-dire une description : les paragraphes 136 à 227 comprennent la description de la ville de Jérusalem, ses enceintes, ses tours, le palais d’Hérode et le Temple à l’extérieur et à l’intérieur. Ce corpus est beaucoup plus abordable car Voyant Tools ne voit plus que 2881 mots. Les mots les plus fréquents sont toujours les mêmes : καὶ (140); δὲ (92); τὸ (86); μὲν (53); τοῦ (48). Je mets à nouveau des stopwords dans le cirrus et là, miracle ! Je trouve enfin du vocabulaire pertinent pour mon travail : tous les verbes sont à l’imparfait et les plus fréquents sont les auxiliaires être et avoir, ce qui est logique pour une description ; on trouve l’expression « être nommé », « être appelé » ; beaucoup de nombres souvent par dizaine (30, 40, 20, etc.) ; beaucoup d’adverbes et de prépositions de lieu ; des termes de comparaison (comme, semblable à) ; des mots très récurrents comme roi, coudées (38 occurrences), hauteur (27 occurrences). La recherche par syntagme corroborent ces faits : « toute la hauteur », « d’argent et d’or », « vingt-cinq coudées », « largeur et longueur », « la même longueur », « quarante coudées », « la grandeur était de », « le roi », etc.

J’essaie une nouvelle fois avec un corpus encore plus petit : les paragraphes 136 à 175 qui correspondent seulement à la description des tours de Jérusalem. Il n’y a plus que 618 mots, ce qui n’est vraiment pas beaucoup. Je trouve exactement les mêmes syntagmes et les mêmes mots que précédemment. Seule particularité : le terme de « tour » ressort énormément, ce qui est évident, mais également les jugements de valeur (beau, ancien, etc.).

Tout cela est bien beau mais reste très superficiel à mon goût. Le vocabulaire et les expressions que j’ai trouvé me parlent et sont pertinentes parce que j’ai déjà lu ce corpus et sais où trouver les informations qui m’intéressent. Je reviens donc au texte grec et à sa traduction en français des paragraphes 136 à 175 pour m’imprégner davantage du style de Flavius-Josèphe et observer une sorte de schéma. Ses descriptions sont souvent binaires : il commence par décrire factuellement les tours puis donne un jugement de valeur, parle de l’esthétique, fait une remarque sur sa dénomination, propose une anecdote ou fait référence au roi qui les a construites. On remarque l’utilisation prononcée des superlatifs lorsque Flavius-Josèphe profère un jugement. Sa description évolue, passant du général au particulier, du macro au micro, de l’extérieur à l’intérieur. Il fait également quelques fois référence aux points cardinaux (est, ouest, nord, sud) pour situer ce qu’il décrit.