Plutarch, éclaire-moi sur l’antispeciesism!

Dans un parc au Sud de la France, près d’un petit bistrot, un très vielle homme est vraiment en colère….

Pl : Vous me demandez encore un fois, après presque vingt siècles, de répondre aux mêmes questions ? Ce n’est pas encore clair qu’on tous devrait abstenir de manger de la chair des animaux ? Évidemment, vous, les humaines du vingt-première siècle, n’êtes pas très évolués !! Vous êtes vraiment fous !

E : Mais Plutarque, calme-toi. Regarde, tout le monde consomme de la viande, ce garçon-là, il mange son entrecôte et cette jeune fille,  elle goute son pâté de canard ; qu’est-ce que tu feras ? Ce n’est pas ni interdit ni illégal.

Pl : Ça devrait être !

E : Alors, dis-moi, brièvement, tu es un antispeciest ?

Pl : Je ne sais pas les termes contemporaines, le seul que c’est vrai pour moi est que manger les animaux n’est pas un choix alimentaire, c’est un choix moral, un point de vue sur la vie ; c’est entièrement contre à notre nature ! Quel motif ou plutôt quel courage avait lui, qui était le premier pour approcher de sa bouche un cadavre morte, qui a servi sur sa table des corps morts et dévorait les chairs ? Comment peux-tu être si ignorant de ne comprendre pas que nous ne sommes pas carnivores ? Pour les humaines ce n’est pas un régime alimentaire, c’est LE régime alimentaire à éviter !

E : D’autre part, quelqu’un peut dire pour se défendre, que notre position dans la pyramide alimentaire, -nous sommes les superprédateurs,  n’est pas ? – en fait, nous donne la liberté de choisir la source de notre énergie. L’usage de manger de la viande est, dit-on, fondé sur la nature. Vous n’êtes pas d’accord ?

Pl : Ne sommes pas des prédateurs !! C’est incroyable ! L’homme n’a ni des dents pointues ni des ongles acérés; son estomac n’est pas assez fort pour digérer une nourriture aussi pesante que le corps animale! La nature, en nous donnant des dents faibles, une bouche étroite, une langue tendre,  semble avoir interdit à l’homme ces sortes d’aliments, n’est pas ? Chaque fois, à propos d’obtenir le char animale, vous devez inventer des soutiens et des outils  et après choisir des épices et des accompagnements parce que vous ne pouvez pas tolérer le fait qu’en vrai c’est juste un cadavre, un cadavre MORT ! Si nous étions des chasseurs, on mangerait aussi les animaux sauvages après les avoir tués en nous défendant contre eux !

E : Je comprends, mais dans ce moment, notre société est un peu différent que l’un que tu avais envisagé, nous ne tuons pas plus des animaux parce qu’ils constituent un danger pour nous. Au contraire, nous sommes en train de protéger les animaux, et plus précisément les années dernières à fin que les espèces en voie de disparition sont très nombreuses. Cependant, il y a une industrie spécialisée à l’élevage des animaux…

Pl : Comment ? Qu’est-ce que tu viens de me dire ? Une industrie de meurtre, d’horreur, du sang ? Vous essayez de faire quoi ? Légitimer un crime insupportable ? En tout cas, j’admis que si s’était un état d’urgence ce serait plus justifié mais encore, si c’est la nécessité qui vous force de traiter les animaux comme ça, pourquoi ne traiter pas aussi des hommes comme ça ? Nous ne nous lamentons que contre cette injustice, cette cruauté. Avez-vous besoin de nourriture? Tuez-nous. Laissez les animaux vivre!

E :

Pl : Aaaa maintenant tu trouves que c’est trop ? Mais, ce n’est pas « trop » de désigner une industrie autour les morts des pauvres animaux ? J’étais juste exagérais- parfois c’est nécessaire pour vous, les  jeunes, de comprendre ! Mais en  dehors que la consommation de la chair des animaux est contraire à la nature, elle affecte encore notre âme à cause de la saturation qu’elle provoque. Mais en dehors du côté moral, pour moi c’est le plus fort, il y a beaucoup d’arguments. Si la viande donne au corps plus de force et de force, elle affaiblit l’esprit. Tout le monde connaît le discours de Pindare: « L’âme sèche est la meilleure et la plus sage ». Quand quelqu’un frappe un tambour vide, le son est assourdissant. S’il est plein, personne ne peut l’entendre. J’ai donné cet exemple parce que j’ai l’air d’être des créatures égoïstes, alors voyez comme vous vous faites du mal. Il est difficile, dit Caton : « de se faire entendre à des estomacs, qui n’ont point d’oreilles ». En effet, ce n’est pas une nouvelle, la consommation de la viande, il sera difficile ainsi de convaincre tous ceux qui ont le plaisir de la viande. Ce serait merveilleux de pouvoir déraciner le désir pour la chair de notre âme. Parce que ce n’est pas notre estomac, c’est notre moralité et notre esprit infectés quotidiennement.

E : En revanche, beaucoup de gens peut dire que nous sommes élevés comme ça, que la viande nous est nécessaire et en plus, fait partie à notre existence. Je connais des personnes qui ne peuvent qu’adapter cette habitude alimentaire survivre à cause des problèmes de santé.

Pl : à mon état d’esprit, s’il vous est impossible de renoncer à cet usage,  ou que l’habitude que nous en avons contractée vous fasse rougir de quitter ce régime vicieux, conservez-y du moins la modération que la raison nous prescrit. Mangez la chair des bêtes par besoin et non par sensualité. Lorsque nous privons un animal de la vie, nous devons être compatissants et sensibles. N’offensez pas leur misère! Le non désolé pour ce crime, nous nous engageons, indique que la cause n’est pas la faim et le manque d’autres solutions de rechange, mais un profond désir de saturation à un traitement si cruel et brutal. Mais nous devons toujours nous rappeler que les animaux, ainsi que les humains et tous les êtres vivants, ont tous une seule âme. Nous avons des cœurs, des sentiments, de la conscience! Est-il possible d’envisager un repas qui ressemble à un cimetière parfait? Considérons-nous indifférent à la perte d’une âme? Croyons-nous que la justice ne s’applique pas à tout le monde, seulement à ceux qui ont raison? Regardons-le aussi d’un autre point de vue. N’est-il pas vrai que plus la consommation de viande a été établie, le même besoin de jouissance violente et de souveraineté va-t-il amené l’espèce humaine à déclencher des guerres et à tuer d’autres personnes? Pas trop loin l’un de l’autre …  Mais néanmoins, avant tout, c’est une question de respecte. Si on respecte la vie, nous savons certes ce que nous devons faire.

E : Dans ton époque, les Stoïques n’ont pas la même opinion…

Pl : Je pensais avoir été clair, je ne veux pas parler pour les Stoïques! Mais en tout cas, le point de vue des stoïciens sur ce sujet n’est pas du tout pertinent à la nôtre. Comment osent-ils justifier l’utilisation de la consommation de viande alors qu’ils parlent si fort contre le luxe et le plaisir? Cependant, ils ne sont pas contre les moyens qui conduisent au plaisir. Mais leurs perceptions philosophiques l’ont toujours été. Il vaut donc mieux ne pas chercher de réponses aux philosophes, ni à moi ni à quelqu’un d’autre. Quoi que nous disions, chacun a en lui sa propre vérité et doit se demander.

 

VOYANT TOOLS

 

J’avais utilisé deux textes du Plutarque « De esu carnium », parmi de l’œuvre « Moralia», dans sa forme initial en grec ancien. Le texte, il s’agit d’un discours contre la consumation de la viande. En l’examinant sur la plateforme Voyant Tools, dans la rubrique « Cirrus », une des mots qui sont apparus était le mot « κρεοφαγία », pour cela j’ai décidée d’exploiter cette idée dans un dialogue contemporain, entre Plutarque et un(e) jeune étudiant(e), qui fait son mémoire sur l’origine dé veganisme.

 

Après, dans la rubrique « Contextes », on trouve le syntagme « παρά φύσιν » plusieurs fois, et en examinant son contexte chaque fois, sa servait comme un argument contre le carnisme ; dans l’adaptation en haut, la même idée est aussi réalisée.

 

Dans la même rubrique, en observant l’occurrence du terme « ἐκείνοις », c’est évidente que c’était dans son style d’écriture, l’utilisation des phrases antithétiques ; les antithèses sont toujours entre « nous », et les autres ; dans mon texte cette idée est réfléchie par le contraste avec « nous » et « vous » parce que c’est un dialogue à la deuxième personne.

L’occurrence du terme « *τι » (τίς τίνος τίνι) renforce le style de l’auteur, qui utilise très souvent la forme des questions pour établir la sensibilisation autour la consommation de la viande, sujet rapproché pas points de vue différentes ; l’œuvre dans sa totalité essaye de provoquer la réflexion, de nous rendre volontés de chercher plus profondément dans notre conception. C’est pour cela que le style est parfois plus intense, dur et presqu’agressif !

Pour conclure, tandis que l’adaptation est de genre différent que le texte initial, le texte de Plutarque qui serve comme inspiration de ce pastiche savant, j’espère que l’esprit, au sens stylistique était bien attribué.

L’île intense

 

 

V.  On m’a dit bon nombre de choses justes à propos de cette île. Tout homme de bon sens qui n’en aurai jamais entendu parlé auparavant s’apercevra en la voyant que La Réunion, l’île intense où les Français vont par la mer et par les airs, est cadeau du ciel et de la nature. C’est une terre qui surplombe l’océan et le Piton des Neiges est le point culminant de l’Océan Indien avec ses 3070 m d’altitude. Si vous vous y promenez sur le littoral jusque l’intérieur des terres, de la forêt tropicale aux lagons transparents, vous verrez la diversité de cette île : la preuve d’un environnement exceptionnel.

VI. La superficie de La Réunion, morceau de terre entourée par la mer, est de 2512 km2. Nous pouvons la traverser depuis Saint-Denis, au Nord, jusqu’à Saint-Pierre au sud en passant par la route des Plaines qui passe en son centre mais aussi en faisant le tour de l’île, en longeant le littoral, ce qui prendrait à tout homme voulant tenter l’expérience 4h de voiture.

Les populations les plus modestes mesurent leurs cases créoles en mètre carré, celles de bonne familles  en kilomètres carrés, celles qui font parti des plus fortunés en hectare ; les plus pauvres comptent uniquement les morceaux de taule qui leur servent de maison. Un kilomètre carré vaut cent quarante terrains de football. La Réunion pourrait alors avoir comme superficie trois cent cinquante et un mille neuf cent terrains de football.

VII. De Sainte-Marie jusqu’à Saint-Philippe, la côte Est de l’île de La Réunion est dotée d’un contraste important : elle est verdoyante avec des forêts éclatantes et bien arrosées, elle est grise et noire recouverte des coulées de lave. De Saint-Philippe jusqu’à Saint-Paul en passant par la Salin, l’Ermitage, en traversant les plages de Boucan-Canot, la côte Ouest , « sous le vent », est sèche et ensoleillée. Si on en venait à comparer ces deux chemins, nous constaterions qu’ils ne sont pas égaux par la longueur : en effet pour le premier allant de Sainte-Marie jusque Saint-Philippe équivaudrait à quatre cent trente sept stades romain et le second correspondrait à quatre cent soixante quinze stades au total.

VIII. En allant des Plaines vers l’intérieur de La Réunion, l’île se refroidit. La plaine des Cafres qui se trouve entre le Piton des Neiges et le paysage lunaire du Piton de la Fournaise est l’endroit où se mêlent les vents, descendant des montagnes pour apporter cette fraicheur des hauts. On y voit des sentiers menant au Piton des neiges. Il y a une route forestière du volcan dont j’ai entendu parler et qui mène vers le Piton de la Fournaise, c’est là que la terre dont je parle se trouve si loin de la mer. Au de-là de ces plaines et montagnes se trouve de nouveau la mer. La réunion est bordée par la mer. Il y a une surface pleine de sable et de rochers qui s’étend sur la côte ouest de la même manière que la lave s’avance vers la mer à Sainte-Rose. Ainsi l’île est petite, les cirques et les plaines qui composent le paysage mais aussi les montagnes ne laisse que peu de place à la population. On la voit principalement peupler les littoraux et donc le tour de l’île. Tel est la caractéristique de cette île.

 

Bien que je doute de ma capacité à écrire tel un grand historien et géographe grec, j’ai tout de même tenté d’écrire à la manière d’ Hérodote dans ce billet. Etant nostalgique de ma petite île ensoleillée toute l’année en cette période hivernale pour ne pas dire glaciale, je recherchais un auteur dont les textes pouvaient concorder avec l’idée que j’avais de parler de mon île, histoire de joindre l’utile à l’agréable. C’est pourquoi mon choix s’est porté sur Hérodote car en tant qu’historien et géographe, j’aurai pu parler de la seule chose qui pouvait encore m’inspirer en ce moment toutefois en tentant de l’adapter à son style (même si je doute que ce soit très réussi … bref).

J’ai donc utilisé le Livre II des Histoires d’Hérodote que j’ai trouvé sur le site Itinera Electronica. J’ai  fait un copier/coller des chapitres 5 à 8 dans Voyant Tool afin d’étudier la structure du texte. Grâce au nuage de mots j’ai pu voir les mots les plus utilisés : tout d’abord en laissant les mots vides j’ai pu m’apercevoir de l’utilisation massive des conjonctions de coordination comme « και » utilisé 23 fois et  « δε » utilisé 17 fois. Bien que ce soit des mots vides, je trouve tout de même que leur emploi multiple est interessant dans le sens où cela est révélateur du style de l’auteur : il y a une organisation du discours, des idées.

Dans les mots qui reviennent beaucoup il  a également les prépositions telles que « απο » qui revient 11 fois et  « εσ » 13 fois. Elles montrent le mouvement dans le récit à savoir le début d’un point a pour aller vers un point b. J’ai essayé de garder cette idée tout au long du texte avec des formules telles que « de … jusqu’à … ».

Ensuite j’ai choisi d’enlever les mots vides mais on retrouve toujours le « εσ » (13) qui démontre bien l’importance de terme. On voit aussi la répétition du verbe etre « ειναι » (7) et « εστι »(6) qui pourrait sembler anodin mais que j’ai interprété comme un élément important en ce qu’il montre la volonté de l’auteur de décrire des faits réels et concret ainsi  que ce qu’il voit. En effet les autres mots récurrents sont des termes géographique très précis comme « ηλιου » (6) qui designe la ville de Heliopolis , «  σταδιοι » (6) qui sert d’unité de mesure dans le texte. Il y a egalement des termes géographiques moins précis lorsque Hérodote parle de cités, de la mer ou de la terre. Il parle d’un territoire concret, qu’il voit.

Si le syntagme récurrent « εσ ηλιου απο θαλασσησ » montre le mouvement d’un point à un autre que nous avions vu plus haut en revanche il montre également que la subjectivité n’est pas envisagé par l’auteur. C’est pour cela que l’auteur ne trahit pas sa pensée et que lorsqu’il n’est pas sur de quelque chose il a recours aux autres. En effet il utilise des phrases telles que « on m’a dit » ou bien « j’ai entendu dire » lorsqu’il s’agit de quelque chose qu’il n’a pas vu ou bien qu’il n’a pas vérifié.

Quelques informations intéressantes concernant le style de l'auteur

In Amorem

 

Au nom des dieux immortels, jusqu’à quand encore, Amour, nous soumettras-tu à tes vols et à tes méfaits? En cherchant à nuire à quelques uns, c’est à l’âme elle-même de la République que tu t’attaques, c’est dans les fondements les plus solides de notre communauté que tu envoies tes flèches corruptrices. Je ne parle pas seulement de ton avidité dévorante, mais de ta volonté sans faille de mettre à mal toutes les lois, de ton affreuse obstination à détruire ceux qui te sont le plus dévoués et le plus soumis. Combien de fois as-tu dépouillé les plus pauvres d’entre nous pour ton propre intérêt, les condamnant à offrir des cadeaux hors de prix, réclamant des fleurs sans fin, des tableaux de maîtres, des bijoux en diamant ? Les lois derrière lesquelles tu t’abrites sont celles là même que tu cherches à corrompre insidieusement, jusqu’à la loi la plus importante qui soit, celle du mariage, transmise par nos ancêtres. Les dieux immortels ont fondé cette législation sacrée qui permet des taxes communes et un contrôle de la procréation. Aucun individu portant le nom de citoyen vénitien ne saurait remettre en cause son bien-fondé.

Et pourtant lui, Amour, se joue des lois sacrées, plus encore, cherche à les détruire sciemment. Tout le laisse insensible, rien ne l’émeut : ni les maris trépignant, ni les maîtresses éplorées se mouchant bruyamment, ni même cette digne assemblée des Amants Délaissés réunie pour le juger. Le chaos entre ses mains succède à l’harmonie, les enfants se retournent contre la loi de leurs ancêtres. Et nous, Amants Délaissés, que faisons-nous pour contrer cette maladie infectieuse et terrible qui s’étend et divise la République? Lorsqu’Amour s’en prend aux hommes les plus honnêtes, les plus probes, les plus valeureux, accepterez-vous qu’il s’en tire aussi facilement ? Non, l’heure est venue aujourd’hui de répondre de ta malhonnêteté, de tes méfaits, de ton insolence.

Je me lève aujourd’hui devant vous, messieurs les Amants Délaissés, pour contrer le danger qui se fait de plus en plus pressant pour la République en jugeant l’accusé avec toute la rigueur nécessaire. Je vais vous dire et vous exposer, en pleine lumière, ce que mon enquête m’a permis de découvrir, pour qu’un jour vous me remerciez de vous avoir sauvé de ses machinations malhonnêtes.

Des témoins sûrs m’ont rapporté qu’il y a quelques siècles à peine, ce piètre faux dieu semait la discorde dans la Méditerranée  en obligeant hommes et femmes à céder leur argent par la force ou la persuasion: pendant le règne d’une fameuse souveraine de Carthage, il s’est introduit subrepticement, lors d’un banquet, dans le but mesquin de détourner de façon anti-constitutionnelle plus de dix mille cesterces des coffres de l’Etat afin de réparer un bateau. Il a maquillé les comptes publics, laissé vide et nue la maison de la reine et, suprême attaque injurieuse, son traître complice a ensuite pris la fuite. Personne n’aurait pu tant attrister la ville tout entière, en faisant fi à ce point de toutes les législations sur l’abus de bien social et le détournement de fonds publics.

Il s’est ensuite déplacé dans les cours de France et d’Angleterre, et cherchant à acquérir toujours plus par le crime, il a ordonné et exigé de recevoir de l’argent et des biens pour les fins du plus futile divertissement, empêchant ses victimes récréantes et leurs héritiers de s’adonner aux joutes guerrières les plus sanglantes et sacrées. Quelques trente mille écus ont alors été dépensés pour toi. Pensais-tu réellement, lorsque tu agissais dans l’ombre, que tes petites menées nous resteraient inconnues ?

Mais la liste de tes larcins et de tes vols, je parle bien de vols, ne s’arrête pas la !

Lorsque tu étais accueilli et célébré en Normandie, c’est le pauvre Charles, médecin de profession, homme des plus sérieux et des plus valeureux, grand garant de nos mœurs, qui a été dépouillé par ta faute de plus cinquante Louis et d’un champ de blé de plusieurs hectares que son épouse a dépensés en chapeaux.

Plus récemment encore, tu as eu pour complice un citoyen français, qui tout en briguant le mandat suprême de président de la République, a osé entâcher le nom d’amant en profanant en son nom les lois de la République : il a donné à l’objet de sa flamme un emploi fictif. Diras-tu que tu a agi selon les règles et que tu as bien fait ?

Si je suis ici aujourd’hui, c’est par la volonté du peuple. Tout cela est vrai et je le sais de source sûre, malgré les tentatives d’Amour pour s’en prendre à moi et me faire taire, pas plus tard qu’avant-hier, utilisant parfois des méthodes douteuses et tendancieuses. J’ai résisté à ces épisodes fâcheux d’énamoration et me voilà prêt à témoigner contre lui en m’appuyant sur l’autorité de la loi. Vous savez désormais, Amants Délaissés, à présent que vous avez entendu à découvert la liste de ses crimes qui sont désormais patents, de quoi Amour est réellement capable. Moi, membre éminent de l’assemblée des Amants Délaissés, ayant fréquenté vos rangs à de multiples occasions, je vous le dit aujourd’hui : c’est à nous de nous dresser contre le péril de sa mise en liberté, en faisant appliquer les lois existantes et en en créant de nouvelles. En vertu de toutes les réglementations en vigueur sur la propriété privée, il vous faut aujourd’hui trancher en déclarant l’accusé coupable pour préserver l’autorité des lois et de la religion : il s’agit de rendre aux amants l’estime et la faveur du peuple vénitien.

Pour rédiger ce pastiche, j’ai utilisé plusieurs outils de Voyant Tools, après avoir selectionné le corpus des discours In Catilinam et In Verrem. D’abord, le cirrus et l’outil « liens » m’ont permis de mettre au jour les grands thèmes des discours et leur entrelacement général : l’argent et la cupidité (pecuniam, HS pour sesterce, cupiditate), sont associés au crime (« scelus », « crimen ») et renvoient à l’accusé. Le moment de l’énonciation dans sa dimension juridique est mis en valeur par les termes « nous », « entendre », « lois » (« rupiliam », « voconiam », « hieronicam ») et par les pronoms démonstratifs. Le champ lexical de la religion est présent, avec les « dieux immortels ». J’ai également remarqué l’alternance entre le « tu » et le « iste », entre première et troisième personne.

J’ai ensuite cherché des évolutions de fréquences de termes dans le corpus. Il s’est avéré que le mot « publica » revenait surtout au début et à la fin, de même que la première personne du singulier. « Salutem » est de plus en plus fréquent à la fin du discours. « Sceleris » et « periculis » se retoruvent plutôt au milieu.

Puis j’ai cherché des expressions grâce à l’outil « syntagme » : même dans un corpus relativement grand, les syntagme de plus de trois mots ne revenaient souvent que deux ou trois fois. Malgré tout, ils m’ont semblé assez significatif du style de Cicéron, notamment parce qu’ils étaient relatifs au contexte romain et parce qu’ils reprenaient des procédés de style remarqués par ailleurs, comme par exemple l’usage du rythme binaire. J’ai ainsi relevé :

« cum populo romano et in laude et in gratia »,

« dare coacti sunt »,

« hominis amplissimi » (qui ne fut intéressant qu’en découvrant en contexte que les mots « honestissimi » et « improbissimi » lui sont souvent associés, et une fois en rythme ternaire),

« recte factum esse defendes »,

« per summam injuriam »,

« populi romani nomen »,

« ab maioribus traditam »,

« negare non potes »…

Presqu’à chaque fois, il a été indispensable de remettre le syntagme en contexte pour comprendre sa signification et son usage. Ce sont les recherches en contexte qui m’ont permis à chaque fois de me poser de nouvelles questions.

Je me suis enfin penchée sur les corrélations entre les termes : elles m’ont permis de mettre au jour un certain nombre d’antithèses, notamment entre « omne » et « nihil », sociis » et « hostis », etc. J’ai découvert les différents verbes avec lesquels l’important « pecuniam » pouvait être employé : accipere, quaerere, abstulisse, etc. et j’ai également relevé son association intéressante avec « publicam ». En cherchant le terme « urbe », je l’ai trouvé lié à « patefacta », « inlustrata », « comperta » : si cela a été difficile à interpréter par rapport à « urbe » (trop peu d’occurrences), cela m’a permis d’associer ces mots-là entre eux. L’association d’ « injuria » et « imperavit » m’a également semblé interessante : l’orateur lie sans cesse la situation de pouvoir de l’accusé à la gravité de sa faute.

J’ai utilisé les outils en faisant des recherches par hasard, en allant « à la pêche », ou en vérifiant/infirmant des hypothèses de départ. Souvent, un aller et retour s’instaure entre les deux méthodes. Les hypothèses infirmées laissent souvent place à la découverte, dans le contexte proche, d’un nouvel élément que l’on ne cherchait pas mais qui s’avère interessant.

Un des problèmes auquel j’ai été confrontée est celui de la traduction : les expressions chères à Cicéron sont des expressions marquées contextuellement et propres à la langue latine, qui perdent de leur identité à la traduction alors que le pastiche voudrait garder toute leur expressivité : le pronom « iste » perd son aspect péjoratif en français, la locution « res publicae » perd de sa polysémie.

L’expériencedans son ensemble fut intéressante : passée la déception initiale de n’être pas surprise à première vue par ce que je découvrais, je suis entrée petit à petit dans le détail du texte et les choses deviennent alors plus instructives.

« Séduire et détruire! » L’acte savant.

La nuit est calme et l’atmosphère brillante, c’est presque Noël. L’année 1989 se finit, une nouvelle décennie se lève avec des nouvelles chances pour tous, surtout pour les hommes américains. Nous sommes dans un petit amphithéâtre, des paroles intenses occupent la salle, c’est évident qu’on attend  un personnage extraordinaire. Ross Jeffries se tient derrière les rideaux rouges, il fait ses exercices préférés de méditation pour se concentrer sur son but sacré; aujourd’hui il a apporté « la bible » pour ouvrir les yeux aux hommes hétérosexuels américains, le livre duquel tout procède, le livre qui constate la base pour tous les manières de la Séduction. Il porte dans ses mains l’Ars Amatoria d’Ovide. Saisi d’émotion, il se place lentement au centre de la scène tandis que ses spectateurs l’acclament. Pour aujourd’hui Ιl a préparé une présentation du début d’Ars Amatoria avec quelques conseils généraux, toujours annoncés par le Maître. Même s’il le désirait franchement, il ne lira pas la traduction du texte original parce qu’ il croit que cela en serait « trop » pour les oreilles des jeunes hommes hétérosexuels américains. Il a donc fait un pastiche, une imitation des quelques fragments. Le silence immédiat qui suit son entrée métamorphose la salle. Le temps ainsi que l’espace ont perdu leur normalité. Tout est prêt et Ross commence:

Ross

S’il est quelqu’un dans cette salle à qui l’art d’aimer soit seulement

un rêve, qu’il écoute mes paroles et instruit jusqu’à la fin, qu’il aime.

C’est l’art avec lequel les avions ont été faits,

 qui permet aux voitures de courir rapidement

qui permet aux boxers de se battre fortement :

c’est tout à fait normal,

L’Amour doit être gouverné par l’Art.

Moi, Ovide m’a donné comme le maître de notre siècle

Don Juan est celui qui me nommera !

L’amour n’est pas qu’un enfant imprudent avec des intentions incontrôlables,

Et je m’explique tout de suite afin que tout devienne faisable:

Ça veut dire  que ce n’est pas du tout facile,

 Le savoir précis pour contrôler les filles.

Mais malgré que je crie «  l’amour ce n’est pas juste une maladie ! »

Mais au contraire c’est une bataille pour les garçons qui ont le style

Croyez-moi, il n’était pas toujours comme ça.

Plus violemment l’Amour m’a transpercé,

Plus violemment il m’a embrasé, mieux je saurai me venger des blessures qu’il m’a faites.

Je n’irai pas prétendre faussement que le Dieu m’a inspiré ce traité;

Ce ne sont pas les pasteurs qui m’ont instruit ni les académiciens qui m’ont conduit.

Mais il est logique de demander qu’est la source de ma sagesse ?

L’expérience en effet est ce qui m’a amené ici.

Εcoutez, mes amis, et nul méfait d’amour ne vous arrivera.

Voici les étapes sacrées pour mettre en lumière notre projet:

Au début tu trouves l’objet ;

Ca veut dire « the girl »

La femme destinée à se dédier elle-même à toi qui est le soldat persistant qui pour la première fois

Affrontes des combats où tu es neuf.

Ensuite consacre tes efforts à tenir dans tes bras la jeune fille

Et après fais les durs travaux nécessaires pour conserver ton amour.

Il n’y a pas besoin d’être méfiants

mes chers amis, soyez confiants !

Je vous réassure  que tous les femmes peuvent être prises.

Il vous faut réfléchir  vous -mêmes, ce n’est pas une devinette.

Qu’est-ce qu’il se rend habituellement les femmes heureuses ?

Mais les promesses, ce sont elles qui toujours entraînent les femmes.

Et les dieux de la mythologie grecque sont de cela les témoins !

Jupiter, l’idole de chaque vrai homme au sommet

Ce dieu-modèle possédait vraiment l’Art d’aimer !

Et son comportement en incarne l’exemple meilleur.

C’est qu’il n’était pas honnête avec son épouse. 

Si vous êtes sages, suivez son exemple rassurant et efficace

Dites-vous toujours « au nom du dieu je te promets ma fidélité ! »

Et après jouez avec des jeunes filles qui sont à disponibilité

Amusez-vous ! Lorsque vous posséderez l’art d’aimer

Vous comprendrez qu’il n’y a pas besoin d’être timides

Les femmes, pour la plupart, sont une race perfide,

Allez ! Trompez des trompeuses

Et elles vont tomber dans les pièges qu’elles-mêmes ont dressés.

Je vous révélerai maintenant encore un outil adorable aux femmes

Et Je parle à propos des larmes !

Rassurez-vous alors que vos maîtresses voient vos joues baignées et salées

même si vous avez besoin d’eau et de mouchoirs.

Je suggère que vous vous présentiez surtout sensibles,

Observez l’ennemi et copiez ses méthodes

Écoutez mes paroles suivez-les jusqu’a la fin

Séduisez, détruisez et restez les dominants!

 

Ars Amatoria

Vers: 1-45

Dans le prologue, Ovide présente lui-même, son œuvre didactique et son bût ; il désire d’instruire l’amour aux jeunes parce qu’il constate qu’en effet l’amour est une manière, un artifice. Ayant suivi ses conseils, les hommes seront capables à séduire les filles et les garder pour toujours. Il présente donc le plan du manuel.

Vers : 630-670

Ovide afin de persuader les Romains d’avoir confiance à lui, prend les thèmes de la mythologie grecque ou d’élégie. Les aventures des dieux sont les exemples qui prouvent que les promesses fausses sont un moyen propre pour séduire les filles. Zeus lui-même est le modèle parfait avec son comportement manipulateur.

Ross Jeffries

Ross Jeffries est  l’un des fondateurs de la communauté de séduction Américaine. Ses articles publiés en ligne l’ont progressivement mené à créer un site Internet de référence sur la séduction, le première du genre.

Ars Amatoria, une illustation par Victor Reinganum, 1965

 

Ross Jeffries a servi de modèle au personnage caricatural joué par Tom Cruise dans le film « Magnolia ».

Commentaire sur le choix de traiter Ars Amatoria avec ce contexte particulier

En traitant l’ouvrage ancien de cette façon, je ne voulais pas imposer l’impression qu’il existe en effet une corrélation entre Ars Amatoria et la communauté américaine de Séduction. En apparence, Ovide donne une série des conseils aux amants pour réussir en amour mais il est évident aussi que l’ouvrage n’est pas si sérieux et Ovide reste affectivement détaché du contenu de son texte dans lequel la satire ou l’ironie sont très présents. En plus, il sera d’anachronisme si on traite le texte ancien selon les concepts de sexisme ou de la réification de la femme. N’est-il pas vain de vouloir apprendre à aimer comme si l’amour était une technique à acquérir ? C’est la question cachée sous les distiques élégiaques d’Ovide. Au contraire, il est évident aussi que la communauté de séduction est fondée sur le principe de la supériorité d’homme et elle s’adresse à ceux qu’ils ont l’impression qu’ils vont conserver leur dominance sur les femmes s’ils possèdent la connaissance suffisante. Cet épisode imaginaire décrit comment un manipulateur comme Ross Jeffries, amené par son regard court et sexiste, a utilisé l’ Ars Amatoria comme encore un utile destiné à servir son bût.

Voyant Tools

En utilisant le site Voyant Tools , j’ai choisi à examiner trois œuvres d’Ovide qui constituent la première période de son œuvre, c’est-à-dire la période dans laquelle il vivait à Rome comme un homme jeune et déterminant à imposer son style poétique très personnel et en exprimant  sa morale libre et controversée  pendant le temps d’Auguste. Les Héroïdes, l’Ars Amatoria et les Amores sont les ouvrages les plus « légères » d’Ovide où le thème d’amour joue un rôle essentiel. En exploitant des thèmes par la mythologie grecque et latine, Ovide consacra à une carrière de poète érotique et mondain. Le caractère de son écriture était très contemporain pendant une époque qui semblait en apparence “rafraîchissante”  mais elle était en réalité encore très conservatrice comme il le témoigne l’exile suivant d’Ovide. Le Voyant Tools m’a aidé à trouver de traits communs parmi ces trois œuvres en ce qui concerne le style avec lequel Ovide a choisi d’écrire ses premiers ouvrages. Premièrement, l’outil des « Phrases » m’a montré qu’Ovide a utilisé certaines phrases plusieurs fois dans le même œuvre. Cependant, J’ai choisi à répéter aussi la phrase qu’il écoute mes paroles et instruit jusqu’à la fin en le modifiant à la phrase Ecoutez mes paroles les suiviez à la fin. J’ai remarqué aussi que le poète utilisé beaucoup des phrases avec des pronoms personnels, l’outil « Cirrus » nous montre que deux par les mots les plus fréquents étaient « mea » et « tua ». L’usage des pronoms personnels renforce effectivement le style très directe d’Ovide, les expressions comme pro se/pro nobis/ quae mihi/ quae tibi montrent un désir de créer une intimité davantage entre lui et le lecteur. Il utilise évidemment beaucoup le pronom « mea », plus précisément il l’utilise 192 fois dans les 3 ouvrages, en créant beaucoup des corrélations comme mea est, mea vota ou mea verba. Il est évident donc qu’Ovide prend le personnage d’un “confesseur” dans son œuvre, il prétend qu’il commence à partir ses expériences personnelles pour parler à propos des concepts plutôt catholiques et mondiales-comme l’amour. Il est en plus évident son esprit didactique dans ces ouvrages ; l’outil de « Contexts » m’a indiqué 8 occurrences ou le mot «este » apparaît et les 5 concernent l’œuvre Ars Amatoria. L’usage d’impératif affirme l’attitude incitative du part d’Ovide qui caractérise en général son œuvre primordial. J’ai utilisé donc aussi beaucoup d’impératif et de subjonctif dans mon syntaxe pour souligner le style consultatif. L’outil de « Contexts » m’a indiqué aussi plusieurs syntagmes avec le schéma « opus est » qui se trouve également dans les trois œuvres. Un syntagme qui apparaît 3 fois avec cette phrase est le suivant ; nil + opus est et je l’ai copié dans la phrase Il n’y a pas besoin d’être méfiants. L’usage d’adverbe semper est ainsi apparente, un choix qui indique aussi le caractère mondiale de son œuvre. En examinant cet adverbe avec l’outil « Trends », j’ai vu que semper est plus fréquent dans Ars Amatoria par rapport aux Amores et Héroïdes alors j’ai utilisé beaucoup le mot toujours dans mon pastiche afin que j’imite le style absolu et mondial du poète.

Pastiche de Lysias : Epitaphios à l’occasion du jour du souvenir transgenre

Devoir d’humanités numériques : pastiche de Lysias.

Discours funéraire à l’occasion de la journée du souvenir transgenre.

Vous qui êtes présent·e·s pour ces funérailles réalisées pour les membres de notre communauté en ce 20 novembre, sachez que nous nous sommes réuni·e·s, en dépit des lois d’une cité qui n’a pas voulu nous reconnaître, pour porter la mémoire de celles et ceux qui sont morts, au sujet de qui je vais prononcer mon discours ; il n’est en effet aujourd’hui pas de terre, pas de mer, qui ne chante nos morts, car il n’est pas de cité, dans l’humanité toute entière, dont nous ne faisions partie. Nous étant rassemblé·e·s ici pour rendre leur souvenir immortel, nous portons non seulement à nos défunts des chandelles, et portons encore dans nos cœurs les vies trop vite abattues par un sort infâme et cruel.

Je vais d’abord rappeler les luttes soutenues par le passés par nos ancêtres, par celles et ceux qui nous ont précédés, en en portant le souvenir dans mes paroles : elles méritent en effet d’être rappelées à tout être humain, que ce soit par le chant ou dans les discours réalisés pour les personnes de bon cœur, dans les hommages que nous rendons en de telles occasions, ou dans les leçons que les vies des morts apportent aux vivants, pour qu’un immonde oubli ne recouvre pas les corps de ceux qui sont morts du fait de la haine d’autrui.

La première journée du souvenir transgenre eu lieu naguère, le 20 novembre 1998, suite au meurtre de Rita Hester l’année d’auparavant ; habitant au Massachusetts, assassinée dans la ville d’Alliston, son meurtre a poussé notre communauté à se révolter contre l’injustice et la haine que nous subissons : réclamant le respect de son nom et de sa personne, ceux qui nous précédèrent se battirent pour que son malheur soit reconnu comme tel, et pour qu’aucun des nôtres n’ait à périr dans l’obscurité, son meurtre effacé par un monde qui ne veut pas nous reconnaître et qui ne se soucie pas des dangers que nous encourons.

Depuis ce jour, nos célébrations se sont maintenues en se répétant année après année, et les assassinats également, et il est évident, ô membres de l’assemblée, à voir les nombreux noms de nos morts, que cette violence n’a aujourd’hui pas pris fin, et qu’il nous faut d’une part, dans notre vie entière, nous souvenir de ces noms, et que d’autre part, les honorant en tant que victimes de l’injustice, nous dénoncions le malheur à cause duquel nous sommes présents. Car c’est pour cette raison que nous sommes tous ici en cette nuit, ei quelqu’un disait que le sort de notre communauté s’est amélioré, je lui dirais d’une part que, parmi les nôtres, deux cents trente-huit personnes ont trouvé une mort visible, et, d’autre part que beaucoup d’autres morts restent pour nous inconnus, parce que la transphobie est invisible en notre époque, et que ce crime n’est pas toujours reconnu par les lois des cités.

En effet, le malheur de ceux qui sont mort n’est pas la seule affaire de ceux qui partagent leur sang, mais est notre malheur commun, et il nous faut, dans notre vie entière, nous souvenir de nos morts et, les honorant en tant que victimes de l’injustice, ne plus permettre de nous faire oublier ; et ce n’est pas avec la seule connaissance privée de ces noms et de ces morts que nous y parviendrons : il est évident, membres de l’Assemblée, qu’il faut, par des chants publics et par des discours immortels, rendre nos vies visibles et montrer leur valeur à ceux qui voudraient les rejeter dans un ignoble oubli, en cachant nos morts, dans l’espoir que leur crime reste encore impuni des lois humaines.

[Suivrait une lecture des noms des victimes que je ne peux rendre ici ; la liste est là :https://tdor.info/].

C’est pour toutes ces raisons, et pour toutes ces vies, que nous joignons nos gémissements comme le veulent l’usage et la vertu, et je vous remercie, adelphes, d’avoir assisté aux funérailles symboliques de ceux de notre communauté qui sont morts en cette année ; en étant présent, vous êtes venus au secours de leur souvenir, parce que vous savez qu’il est important de ne pas accepter l’injustice et de respecter nos disparus.

*****

Explication de mon travail :

Attentes avant de commencer à écrire le pastiche :

Lysias est un orateur athénien, qui écrivait en s’adressant à un public. Il s’agit de l’élément constant de ses textes, alors que la situation dontil parle peut changer.

Mon but est de trouver des syntagmes récurrents, qui pourraient me donner une idées de tournures que je pourrai réemployer plus tard quand je voudrai faire du thème grec. Le problème d’un tel but est cependant qu’il focalise toute l’attention sur un élément que l’on pourrait bien considérer comme accessoire, quand l’on veut imiter le style d’un auteur ; l’on connaît davantage Proust pour l’ampleur de ses phrases, Hemingway pour leur simplicité poussée à l’extrême, que pour leur propension à utiliser tel ou tel terme du vocabulaire.

Il pourrait donc être plus pertinent de voir avec Voyant Tools la cadence des phrases et leur ampleur, la fréquence d’utilisation de participes par rapport aux verbes conjugués, les temps et les modes privilégiés. Mes cours de version grecque avec madame Le Meur m’ont cependant montré que Lysias utilisait beaucoup de participes, mais il ne s’agit pas d’une donnée statistique, seulement d’un ressenti personnel fait sur un nombre de texte, qui est malheureusement trop faible.

Pour voir la prévalence de génitifs absolus, on ne dispose sans doute pas vraiment de solution, à moins de regarder les mots qui suivent des τῶν, ce qui en laisserait de côté. Je ne vois pas comment faire pour voir quels sont les temps, les modes utilisés. On peut, au moins, voir le nombre de mots par phrase, mais je ne crois pas qu’il y ait de moyen de voir la ponctuation.

Analyse de Voyant Tool

J’ai mis dans une fenêtre l’Epitaphios de Lysias, qui se rapproche thématiquement le plus de ce que je veux écrire, et dans une autre l’ensemble de son corpus.

Sur l’Epitaphios :
Moyenne des mots par phrase : 1017.8

Les phrases de Lysias apparaissent démesurément amples à ne prendre que cet exemple ; pour faire une comparaison en utilisant les corpus déjà chargés dans Voyant Tools, Love and Friendship de Jane Austen a environ 25,8 mots par phrase ; sans doute faut-il y voir une différence entre les langues (grec ancien/anglais) et le type d’énoncé (discours/roman), mais il semblerait qu’il faille privilégier les phrases amples.

Mots les plus fréquents : αὑτῶν (33); αὐτῶν (18); αὐτοῖς (17); εἶναι (15); τούτων (15); ἀρετὴν (13); αὐτοὺς (13); ἐνθάδε (12); ἑαυτῶν (12); πόλιν (12); αὐτοὶ (11); ἐλευθερίας (11);

L’utilisation de pronoms anaphoriques semble assez constante. S’il n’y avait pas de séparation entre les cas, nous aurions, pour le non réfléchi au pluriel (et sans compter les féminins nominatif, accusatif et datif pluriel, ni les neutres nominatifs accusatifs pluriels), et seulement avec cet échantillon incomplet, 59 occurrences. Αὑτῶν et ἑαυτῶν sont sémantiquement identiques, et il faut compter 45 « ἑαυτῶν » de ce fait. Il aurait pu être intéressant de noter cette prévalence de la forme sans epsilon si nous écrivions en grec ancien, mais ce n’est pas le cas.

Cette prévalence semble écrasante, et je me demande à quel point on peut l’utiliser ; peut-être en utilisant un grand nombre de pronoms personnels plutôt que des synonymes. Il s’agit d’un indice de style, qui nous est peut-être plus utile que l’utilisation de certains termes de vocabulaires que je ne pourrais pas réutiliser du fait d’un changement de thème. (Bon, après, il y a trois types d’αὐτός, qui sont tous mis ensemble : il faudrait les analyser un par un éventuellement).

Il serait intéressant de voir quelle est leur place dans le texte : sont-ils martelés en anaphores à un moment précis, ou sont-ils répartis tout au long du discours ? (Visiblement, il y a un moment de pic vers la fin pour αὑτῶν, mais plutôt bien répartis)

Concernant les syntagmes, il faut faire avec les occurrences de δέ avant un mot, qui faussent en apparence le jeu. On peut sans doute se servir de ces informations en voyant quels sont les mots qui ont tendance à commencer des propositions ; cliquer sur de, voir les mots qui suivent pourrait faire également l’affaire.

Après vérification, les δέ sont souvent suivis d’un article : je ne vois pas trop qu’en faire dans un pastiche français qui ne les utilise pas pour passer d’une phrase à l’autre.

Moyenne des mots par phrase :
Décroissante : 25 – δήμου καταλύσεως… (2025.0); 24 – Πρὸς τὴν εἰσαγγελίαν… (1442.0); 08 – κατηγορία πρὸς τοὺς… (1044.0); Α᾿ρεοπαγιτικὸς περὶ τοῦ… (1018.0); 02 – Ἐπιτάφιος τοῖς Κοριν… (1017.8); περὶ τραύματος ἐκ προνοία… (960.0); 12 – κατὰ Ερατοσθένους… (811.5); 27 – κατὰ Ε᾿πικράτους… (758.0); 26 – περὶ τῆς Εὐάνδρου… (695.0); 18 – περὶ τῆς δημεύσεως… (677.0); 29 – κατὰ Φιλοκράτους… (667.0); 21 – ἀπολογία δωροδοκίας… (650.0); 14 – κατὰ Ἀλκιβιάδου… (607.3); 15 – κατὰ Ἀλκιβιάδου… (605.0); 34 – περὶ τοῦ μὴ καταλῦσα… (563.0); 11 – κατὰ θεομν́ηστου, Β (553.0); πρὸς Σίμωνα ἀπολογία (546.8); 30 – κατὰ Νικομάχουγραμμα… (472.3); 28 – κατὰ Ἐργοκλέους… (457.0); 33 – Ολυμπιακός (433.0); 20 – ὑπὲρ Πολυστράτου (384.2); 22 – κατὰ τῶν σιτοπωλῶν (376.0); κατ᾽ Ἀνδοκίδου ἀσεβείας (374.0); 31 – κατὰ Φίλωνος δοκιμασ… (365.8); 01 – ὑπὲρ τοῦ Ἐρατοσθένου… (345.7) …
Croissante : 23 – κατὰ Παγκλέωνος… (130.5); 17 – περὶ τῶν Ἐράτωνος… (148.8); 10 – κατὰ θεομνήστου, Α (187.5); 19 – ὑπὲρ τῶν Ἀριστοφάνου… (208.5); 13 – κατὰ Ἀγοράτου ἐνδείξ… (212.4); 16 – ἐν βουλῇ Μαντιθέῳ… (231.2); ὑπὲρ Καλλίου ἱεροσυλίας… (282.0); 32 – κατὰ Διογείτονος (284.2); 09 – ὑπὲρ τοῦ στρατιωτοῦ (294.3); 01 – ὑπὲρ τοῦ Ἐρατοσθένου… (345.7); 31 – κατὰ Φίλωνος δοκιμασ… (365.8); κατ᾽ Ἀνδοκίδου ἀσεβείας (374.0); 22 – κατὰ τῶν σιτοπωλῶν (376.0); 20 – ὑπὲρ Πολυστράτου (384.2); 33 – Ολυμπιακός (433.0); 28 – κατὰ Ἐργοκλέους… (457.0); 30 – κατὰ Νικομάχουγραμμα… (472.3)

A voir ces données, il nous faut reconsidérer ce que l’on pensait sur le 1017,8 mots par phrase de l’Epitaphios : il ne s’agit pas d’un hapax, mais Lysias a également produit des discours bien moins amples. Il est nécessaire d’essayer de ne pas faire trop de phrases courtes quand on l’imite, mais je ne pense pas qu’il soit nécessaire que mon discours consiste en seulement cinq phrases de 1000 mots chacune.

Mots les plus fréquents : εἶναι (284); ὑμᾶς (272); τούτων (243); ἄνδρες (238); ὑμῖν (223); μοι (184); αὐτῶν (182); δικασταί (170); ὑμῶν (169); αὐτὸν (160); ταῦτα (159); ὧν (151); ἦν (146); τούτου (138); τοίνυν (132); ἐπειδὴ (131); νῦν (128); αὐτοὺς (127); αὐτῷ (127); ὑμεῖς (125); αὐτοῖς (124); αὐτοῦ (113); πόλιν (111); πόλει (102); πόλεως (98)…

Mots distinctifs (par rapport au reste du corpus) : 02 – Ἐπιτάφιος τοῖς Κοριν…: βαρβάρων (10), ἑλλάδος (10), ἀρετὴν (13), ἀσίας (7), ψυχαῖς (6), ἀρετήν (6), αὑτῶν (33), ἕλληνας (7), γενόμενοι (7), ἑαυτῶν (12), ἐνθάδε (12), ἀρετῆς (7), μόνοι (6), μαχόμενοι (6), ἀνδρῶν (9), τήνδε (5), κειμένων (5), ἀρετῇ (5), μνήμην (4), εὐρυσθέως (4), εὐρυσθέα (4), ἐναντίων (4), δουλείαν (4), ἀλλοτρίαν (4), ἐλευθερίας (11)…

Encore un moyen de relativiser les données obtenues avec l’Epitaphios (d’où la nécessité d’avoir le corpus le plus large possible). On peut se servir du second de deux manières : pour la stylistique, en faisant en sorte de ne pas trop privilégier certains mots (nos 45 αὑτῶν+ ἑαυτῶν), pour la thématique, en faisant en sorte de relever ceux qui restent pertinents ; je ne peux pas trop utiliser les concepts de vertu, de combat, mais μνήμην est un terme important, et ψυχαῖς pourrait éventuellement l’être.

Dans les mots les plus fréquents qui me semblent intéressants, je note εἶναι dont l’infinitif me fait penser à des propositions infinitives, les quatre formes du pronom personnel vous, andres que j’ai vu par ailleurs souvent accompagné de dikastai, des mots à coloration sémantique plutôt vide (reprises anaphoriques sans doute) ; l’implication dans le discours de l’orateur semble possible (184 μοι), et le terme de la cité semble récurrent (ce qui ne m’aide pas). Enfin, Lysias semble affectionner les propositions relatives (151 ὧν) (quelque chose à dire sur epeidh, nun, toinun ? Je devrais les reprendre)

Dans les syntagmes, on retrouve beaucoup d’occurrences de ô andres dikastai, que l’on ne peut pas tout à fait rendre tels quels, mais qu’il faut rendre d’une autre manières. Les nombreux composés de umeis y vont, ainsi que des expressions comme tô plêthei tô umeterô

En apanti tô biô (3), en ekeinh th nukti (2), en ekeinô tô chronô (7) pourraient servir ; structure « en ekein* » à reprendre en tout cas.

On retrouve douze expressions qui commencent par un dia + article ; dia tên sumphoran, tên phusin… si occurrences d’un ean tis (2 ean men tis, 2 ean tis eiph, 2 ean tis phê, 10 ean dis et beaucoup, beaucoup d’autres ean) : on peut utiliser des structures hypothétiques et indéfinies. (+ de ei men tis); il y a également un nombre conséquent d’egô. Egô gar 4, egô de 15, egô men 9, egô oimai 2… 11 moi dokei…6 fois tên autên gnômên, 2 fois talêthê mnêusai kai… 2 fois taut’ estin alêthê… 2 fois umas eidenai oti, mais je pense que cette tournure a son importance d’un point de vu rhétorique… 6 dei au moins (deux dei gar, 2 dei hmas, 2 dei umas), deux dêlon oti, deux dikaion einai, mais on a également pas mal de dikên. 8 (variations comptées) de nun de… peri autôn revient souviens (12 en non réfléchi), peri emou 10 fois mais il doit s’agir de discours judiciaires. Peri tôn : 33 fois.

Les occurrences de polis pourraient être réutilisés dans le mot communauté, au vu du changement de contexte qui fait passer de la communauté athénienne à celle transgenre, qui ne se limite pas à une seule cité.

Ce qui m’étonne, après avoir regardé les termes et les syntagmes, c’est la très forte prévalence du vous sur le nous. Cependant, si l’on se réfère plus particulièrement à l’épitaphios, on trouve six termes basés sur la racine du « nous » et aucun sur celle du « vous » : il faut y voir la différence entre un contexte de discours judiciaire et celle d’un discours visant à unir la cité dans la reconnaissance de ceux qui sont morts pour elle. Le grec étant une langue qui ne requiert pas de pronom personnel sujet avant un verbe, il faut également prendre cela en compte – mais je ne crois pas que Voyant Tools permette de classer les verbes par personne.

Une focalisation sur les mots qui suivent des men et des de successifs aurait sans doute pu être utile, mais je ne sais pas comment faire cela ; une lecture du début de l’épitaphios (ὑμνοῦντας μὲν ἐν ταῖς ᾠδαῖς, λέγοντας δ᾽ ἐν ταῖς τῶν ἀγαθῶν γνώμαις, τιμῶντας δ᾽ ἐν τοῖς καιροῖς τοῖς τοιούτοις,
παιδεύοντας δ᾽ ἐν τοῖς τῶν τεθνεώτων ἔργοις τοὺς ζῶντας. ) a cependant inspiré d’assez près un passage de ce texte. La connaissance de ce balancement a également influencé mon style d’écriture.

Ce qu’il faut dire sur la journée du souvenir transgenre : sensibiliser au fait que la transphobie n’est pas reconnue, porter le souvenir de nos morts, sensibiliser à la transphobie que nous devons subir et qui coûte des vies.

  • Rappeler au début le meurtre de Rita Hester en 1998, le 28 novembre éventuellement, qui a lancé cette tradition (premier TDOR : 20/11/1999). Il faut visiblement lire les noms de chacun des morts, mais cela n’irait malheureusement pas avec le but de l’exercice, d’autant plus que cet us n’est pas athénien.
  • Se souvenir de ce qui est arrivé par le passé (les ancêtres éventuellement), pour ne pas permettre que cela recommence.
  •  Se souvenir de tout·e·s celleux qui sont morts dû à la transphobie, car les médias ont tendance à ne pas en parler (ou à le faire en oubliant de mentionner la transphobie, parfois en utilisant leur morinom (nom assigné à la naissance) et en les mégenrant.
  • Affirmer que les vies transgenres ont de la valeur.
  • La visibilité est ce qui nous permet de faire changer les choses (donc, des δήλον pourraient être une bonne idée)
  •  Remercier celleux qui sont venus à la fin.

Réflexions après la réalisation de ce pastiche.

Ce pastiche a été écrit d’après ce que j’ai vu dans Voyant Tools, d’après une lecture de l’epitaphios et d’après des recommandations lues sur le site du jour du souvenir transgenre https://tdor.info/. Cependant, j’ai l’impression que c’est plutôt une connaissance de la phrase grecque qui m’a guidée dans cet exercice : les phrases sont amples pour du français (84,1 mots par phrases) parce que j’ai vu sur Voyant Tools qu’elles devaient l’être, j’ai pris quelques expressions directement dans l’epitaphios, mais il est difficile de produire un pastiche en suivant de près des données sur le vocabulaire données par Voyant Tools, ou sur des syntagmes, d’autant plus que le contexte change : comment parler de la vertu de personnes tuées pour ce qu’elles sont, et qui ont eu une mort tragique à laquelle elles ne s’attendaient pas ? Comment parler de liberté ? Certaines thématiques, comme l’injustice, la visibilité, les lois et la mémoire devaient en revanche être utilisées, et je les ai restituées du mieux que je le voulais.

J’ai essayé de faire des génitifs absolus, des propositions infinitives, des μήνδέ… et des « δήλον ἔστι » par ce que j’ai vu de nombreux μήν et δέ, que les très nombreux εἶναι m’ont suggéré des propositions infinitives. Lorsque j’écrivais, j’avais un peu peur de trop en faire et de rendre la phrase trop grecque en apparence ; si l’on me donnait un texte de Lysias, je ne le traduirais certes pas de cette manière. Mais comment faire autrement avec un tel exercice ?

Fluctuat nec mergitur

Sénèque, à son cher Lucilius, ses plus sincères salutations.

[1] Combien honnêtes, mon très cher Lucilius, ces pensées que tu me partages ! Comme ton esprit, fruit d’une recherche attentive et minutieuse de la vérité, fait état d’une inconditionnelle constance ! Comme la vertu apparaît dans tous ses éclats, éclairée par les lumières de la raison ! C’est en ces termes que je te louerais, Lucilius, meilleur des hommes, si tu ne te laissais corrompre par les tentations de la gloire et de Fortune.

[2] « Soyez des hommes ! disent-ils. Révoltez-vous !  Cette nouvelle loi agraire ne fait qu’accroître les inégalités entre les citoyens et diminuer le pouvoir du peuple ! En effet, notre Empereur Le Très Grand n’a même pas consulté la droite opinion de nos pères conscrits ! » et guidés par la raison, il leur est bon d’ajouter « Une seule voie s’ouvre pour les justes : la grève ! N’allez pas à l’université ! Occupez-en les marches ! Les péristyles ! Les bancs ! Que les colonnes, recouvertes de peintures, affichent notre message et notre mécontentement ! » Ainsi, c’est en ces mots que fréquemment des étudiants de l’Universitatis Lutetiae Decimae[1], alors que tu viens à peine de descendre de ton char, t’interpellent avec un zèle manifeste en distribuant nombre de tablettes de cire pleines d’âcres paroles. Sinon, si par hasard les temps se montrent plus cléments, se plaisent-ils régulièrement à se réunir pour se préparer à résister à la prochaine conjuration impériale, et ne manquent pas de faire irruption dans les salles de classe pour exhorter les étudiants à les rejoindre.

[3] Quant à toi, mon cher Lucilius, toi qui désirais te repaître des litteras ingenuas[2] afin de devenir grand poète, toi qui brûles de mener une vie heureuse dans la droiture et la vertu, tu ne sais plus où donner de la tête. « Tout cela, me dis-tu, sème le doute dans mon esprit. Les temps sont durs ; autant de l’intérieur que de l’extérieur, l’empire est menacé. Quand je fais face à l’ardeur et à la conviction de ces jeunes, je deviens aussitôt conquis. Voici enfin venu l’occasion de me mettre à l’épreuve, de me battre pour la justice ! Pourquoi devrais-je continuer à perdre mon temps avec ces études inutiles, ce culte des lettres, des Muses et de la poésie, propre uniquement à délecter les âmes sensibles et à les détourner des véritables combats ? Tout le monde s’occupe des droits et de son propre patrimoine. N’est-ce pas là ce qui est digne d’être cultivé par l’homme de bien ? Si tout le monde agissait ainsi, la société des hommes ne serait-elle pas meilleure ? »

[4] Par Hercule ! Ce voyage à Lutèce et ce séjour en province ne te réussissent guère. Eh quoi ? Si la plupart des hommes naissaient en connaissant le juste et le bon, ou même, s’ils l’apprenaient par eux-mêmes, alors notre monde serait semblable à celui des dieux, parfait et confondu avec la félicité, et il n’y aurait ici-bas nulle place pour la philosophie ! Mais puisque malheureusement il n’en est pas ainsi, il est nécessaire que la plupart ignore ce qu’est le bien et que, ne sachant comment il faut agir, en agissant, ils agissent mal ! Et si toi, cher Lucilius, tu sais ce qu’est le bien et ce qu’il faut faire, quelle raison y a-t-il pour que tu te laisses convaincre par le nombre ? [5] Il ne convient pas à un soldat pas encore équipé ou équipé seulement d’un couteau d’aller en première ligne, ni à un gladiateur qui ne s’est pas encore entraîné de descendre dans l’arène. Si j’étais dans la région, je te récupérerais tout de suite chez moi. Mais puisque je ne le suis pas, je t’exhorte, moi, à rentrer chez toi, à inviter des précepteurs de confiance ou bien à échanger avec eux par lettres, et à solliciter la compagnie de tes amis.

[6] « Mais Sénèque, répondrais-tu, tu trahis là ta secte ! Ne sont-ce pas les stoïciens qui font de l’action le principe de leur philosophie ? Pourquoi donc me conseilles-tu la retraite ? » Je ne peux que consentir ; l’action est le fondement de nos décrets. Mais il y a pire que de ne pas agir ; il y a mal agir, puisqu’en agissant mal, on ne nuit pas seulement à soi-même, mais aussi à autrui. Ainsi, de même que le soldat et le gladiateur s’équipent des armes adéquates et s’entraînent avant d’aller au combat, de même l’homme de bien doit apprendre ce qu’est le bien avant d’agir. Et tu cherches ce qu’il est ? Vivre selon la nature. Tu demandes ce qu’elle est ? Ce qui nous est propre et est en notre pouvoir, siège de la liberté : notre esprit, et nos pensées. Ainsi, tu voudrais renoncer au culte des belles lettres ? Certes, comme pour tout ce qui est, ce sont la cause et la finalité qui déterminent la conformité à la vertu : il y a – par Hercule ! –  autant de différence entre un avare désirant l’argent pour lui-même et afin de l’utiliser pour baigner dans les plaisirs et un homme préférant les richesses pour les distribuer et faire preuve de générosité qu’entre un ancien khâgneux boutonneux cultivant les lettres pour rester assis toute la journée en bibliothèque universitaire[3] et fuir la société et un honnête citoyen qui s’en sert pour rechercher la vertu à travers ses parties. Crois-tu en effet qu’il est moins utile pour la société que ces étudiants révoltés, celui qui recherche et enseigne ce qu’est la nature, le courage, la bravoure, la paix, la compassion, l’altruisme, l’humanité, les dieux ? Continue donc à étudier sur cette voie qui te sied, pourvu que la vertu soit la torche qui te permette de réviser la nuit avant tes partiels.

[7] « Mais alors, dis-tu, d’où ces étudiants tirent-il cette ferveur ? ». La plupart des hommes, ignorant tout de leur nature, ne peuvent pas s’aimer, puisqu’ils ne savent pas ce qu’ils sont. Ainsi veulent-ils être vus pour fuir cette errance intérieure. Et plus ils attirent le regard des autres, plus ils les voient approuver les invectives, plus ils pensent agir droitement, et plus ils redoublent ainsi d’énergie ; l’orgueil ne fait qu’accroître cette errance, mais l’enfonce encore plus dans l’âme, et s’il la rend moins manifeste, il n’en renforce pas moins son emprise. Crois-tu vraiment, mon cher, que chacun sache, puisque la politique n’est pas l’affaire d’un groupe particulier, mais l’affaire de tous, ce qui convient le mieux et ce qui est juste pour plus de soixante-millions de Gallo-romains ? Et comme les Gallo-romains font partie de l’Empire européen, qu’il sache également ce qui est bon pour celui-ci ? Et comme les décisions de l’Empire européen influencent la vie du monde connu, crois-tu qu’il sache ce qui est bien pour celui-ci ? Heureux serait l’empire, si chacun savait déjà ce qui était bien pour lui-même !

[8] Mais puisque je dois m’acquitter de ma dette quotidienne en te prescrivant à chaque lettre une sentence digne d’être retenue, voici qu’aujourd’hui j’ai entendu maître Yoda dire à Luke dans l’Empire contre-attaque : « Do or do not. There is no try. » Tu veux t’engager pour la société ? Engage-toi pour toi. Réfléchis-y à deux fois, mais quand tu auras décidé, donne-toi corps et âme. Vale.

[1] Universitatis Lutetiae Decimae  GALL. 1968. 05 ; Univ. Lut. X PIGRIT. 123. 4 ; Universitatis In Legatorum Atque Fabrorum Patriae Custodiendae Operam Dantium Castris Nanterriae Collocatis Inque Decimo Ad Occasum Solis Vergente Lutetiae Vico Sitae  STUD. 666, 999.

[2] litteras ingenuas STUD. 666, 999 ; belles-lettres GALL. 1968.05

[3] Bibliothèque universitaire GALL. 1968. 05 ; B.U PIGRIT. 123. 4 

 

 

Malheureusement, l’effet de surprise ne pouvait surgir de mon projet, reposant sur un échange épistolaire : le nom de l’auteur et du destinataire sont déjà éloquents. J’ai donc essayé de lier mon intérêt pour la philosophie morale, politique et éducative avec une expérience que j’ai vécu sur le campus de Nanterre, assistant à la mobilisation d’étudiants militant pour des questions sociales, en me demandant ce que Sénèque aurait-pu en dire. Si je me suis servi, pour la forme et le contenu, des lettres à Lucilius, je me suis également inspiré du De Otio.

Pour la réalisation de ce pastiche, et suivant la consigne, je me suis appuyé sur les analyses de Voyant tool (https://voyant-tools.org/). Après avoir obtenu le corpus intégral des Epistulae Morales ad Lucilium à partir de The Latin Library  (http://www.thelatinlibrary.com/), je l’ai donc inséré dans le programme statistique : avec 121,227 mots, j’étais sûr d’avoir de la matière à interpréter ! J’ai commencé par activer la liste des stopwords et, suite au conseil du Professeur Berra, par l’accroître des mots les plus fréquents que je jugeais inutiles pour mon propos (ex : nihil, alia, ista, quemadmodum, habet, potest …). En effet, c’étaient les concepts philosophiques que je recherchais avant tout. Voici ceux qui apparaissent le plus fréquemment dans le corpus : bonum (x390), animo (x148), animus (x145), vita (x129), natura (x123), virtus (x119). Pour les syntagmes, j’ai commencé par chercher ceux concernant le destinataire : « Lucili virorum optime » (x2) et « Lucili carissime » (x7) ; un abus de ces expressions pouvait peut-être créer un petit effet comique, surtout au premier paragraphe. Ensuite, j’ai également sélectionné ceux se rapportant aux reprises par Sénèque des questions de Lucilius : « quaeris quae sit » (x2), « quaeris quid sit » (x3), « quaeris quod sit » (x3). Pour l’argument du pastiche, je fis une découverte intéressante ; si je savais que le terme « natura » revêt d’une importance capitale dans la philosophie stoïcienne et ne cesse d’apparaître dans le corpus, je ne pensais pas qu’il y aurait autant de syntagmes : « secundum naturam est » (x9), « secundum naturam esse » (x2), « secundum naturam suam (x2), « secundum naturam sunt » (x3). Enfin, grâce à l’outil correlations, j’ai remarqué que veritas et virtus étaient fréquemment corrélés, avec un indice de 0,89 ; cela m’a donné de l’inspiration pour mon premier paragraphe.

Ainsi, si je dois avouer que j’étais plutôt sceptique à l’idée d’utiliser un outil de statistiques comme Voyant tool, j’ai été heureux d’avoir pu finalement en tirer de nombreuses idées tout au long de l’utilisation de ses principaux outils. Un exercice des plus agréables ! Dixi.

Luke et Yoda, dans "Star Wars V : l'Empire contre-attaque"

« Age quod agis. » Luke et Yoda, dans « Star Wars V : l’Empire contre-attaque »

Faut-il brûler l’arbre à canard ?

ou
Comment la république fut (encore une fois) sauvée par Cicéron.
et
Comment Rome résista (encore une fois) à une invasion barbare (de canards).


Un des derniers spécimens connus d’arbre à canard, dessiné par John Gerard (1597) – Des anatifes, organismes actuels de bord de mer apparentés à l’arbre à canard.


PRO ARBORE

M. Tullius Cicero

Première traduction française

Version 1 – 11/12/2017


Il est particulièrement émouvant de publier ici pour la première fois ce texte de Cicéron, totalement inédit au XXIe siècle. En effet, il ne s’agit pas simplement d’un discours de plus: son contenu est essentiel pour ses implications dans le domaine de la littérature classique, de l’histoire, mais aussi de la botanique et de l’agriculture puisqu’il repousse de plus d’un millénaire la première attestation écrite de l’existence de l’arbre à canard, une espèce rare et méconnue car injustement ravalée au rang de fantasme issu de l’imaginaire médiéval. Ce texte intéressera donc tout particulièrement les botanistes, mais également tous les scientifiques travaillant sur la théorie de l’évolution et la sélection naturelle. La grande variété des domaines touchés par cette découverte justifie encore davantage le choix d’une édition ouverte et disponible sur ce blog, et non cantonnée à des canaux très spécifiques et souvent confidentiels.


 

[I] Juges, laissez-moi vous exposer les faits de cette affaire. Dans votre sagesse, vous savez vous-mêmes combien est délicate la tâche de présenter une accusation et les positions des parties adverses sans donner à l’une plus qu’à l’autre trop d’autorité ou de crédit. Je pense néanmoins pouvoir la définir ainsi avec une grande clarté, pour que tous la comprennent: C. Cupidus Cresus, récemment désigné édile par les comices, a fait importer à très grands frais de l’extrême nord des Insulae Britannicae un spécimen rarissime d’arbre à canard qu’il a planté dans la cour de sa luxueuse demeure du mont Palatin1. Cet arbre est sensé, dit-il, produire en place de fruits des canards, phénomène exceptionnel justifiant le traitement de cette affaire devant une si illustre assemblée: en effet, cet arbre, planté depuis plus d’un an, n’a toujours pas produit le moindre canard. Après avoir longtemps subi les moqueries de citoyens dubitatifs, attendant patiemment sa revanche, se réjouissant d’avance en imaginant leurs visages et leurs yeux éblouis, Cresus a fini par douter et par se rallier à leur avis : désormais convaincu d’avoir été trompé sur la marchandise qu’il a payée fort cher et supportant difficilement ce coup terrible porté à sa prétention, il se retourne contre son vendeur, M. Mercatus Merx, empruntant la voie de l’accusation qui nous a conduit à ce procès2.

M’est-il jamais arrivé de défendre plus noble cause ? J’en doute. Voici en apparence la noblesse, le rang, le talent, le mérite d’un citoyen revêtu d’un pouvoir légal, élevé dans la sagesse par un père vertueux puis aux honneurs par le peuple tout entier, floués de manière honteuse par une tromperie ridicule. Est-ce ainsi que le peuple romain traite ses magistrats ? La justice et les lois ne sont-elles plus respectées ? Cependant, défendre devant vous la cause de Cresus reviendrait à oublier la réputation de Mercatus, dont le patron est un de nos citoyens les plus illustres, dont l’oncle a été consul, et dont les intérêts me sont chers. Je sais que vous n’ignorez rien du service que m’a rendu ce dernier, le [lacune de longueur indéterminée]3. Mais vous n’ignorez pas non plus que, si Merx possède une position enviable et de grandes ressources, il est arrivé à sa situation par ses propres efforts, constamment maintenus pendant de longues années d’un dur labeur, ni que sa conduite, toujours conforme à celle attendue d’un citoyen vertueux, lui vaut beaucoup d’amis véritables. Nombre d’entre nous lui sont par ailleurs redevables de ses efforts répétés pour satisfaire nos exigences les plus diverses. Cependant, ce n’est pas sur de simples sollicitations que je choisis mes causes ; ce ne sont pas seulement les prières, les heureux bienfaits et la générosité qui m’ont été accordés qui motivent mes actions : c’est celui dont la douleur me paraît la plus juste qui influence mon cœur et mérite mon intercession. Je n’aurais donc pu suivre Cresus et soutenir son propos que si je n’avais eu des raisons de profondément douter des fondements de la grave accusation qu’il porte contre Mercatus, accusation qu’un homme ayant pour devoir de s’opposer à l’injustice ne peut laisser sans réponse. À cela s’ajoute, comme vous allez bientôt le comprendre, la douloureuse situation dans laquelle je me trouve de devoir une nouvelle fois faire preuve de mon infatigable dévouement envers l’état.

[II] Faisons place au premier accusé. Quel est donc cet arbre dont il est question ? Vous savez l’importance que j’attache à établir clairement les faits. Laissez-moi donc le décrire, pour vous qui ne l’avez jamais vu. C’est un arbre relativement petit, portant des branches très courtes, luisantes, de couleur noire, qui se terminent chacune par un énorme bourgeon blanc, brillant et dur comme un coquillage. C. Cupidus Cresus l’a fait planter dans son jardin, à côté d’un bassin artificiel qu’il a soigneusement aménagé à la même occasion et rempli de poissons multicolores. Au centre de ce bassin se trouve une fontaine à têtes d’éléphants, magnifiquement décorée d’or et d’ivoire, d’où l’eau jailli par toutes les trompes, avec, tout autour du bassin, en accord avec la magnificence de ce lieu, des pierres arrondies empilées et savamment disposées autour d’une débauche d’ornements et de plantes extravagantes qui forment un ensemble d’un goût que je n’oserais qualifier de douteux puisque beaucoup paraissent l’apprécier.

Et l’autre accusé ? Cresus avance un argument simple : s’il ne pousse pas de canards sur son arbre à canard, c’est parce qu’il a été trompé. Ce soupçon, désormais partagé par un grand nombre d’entre vous, a grossi avec le temps, se transformant en une conviction profonde avant de devenir la vérité absolue qui nous rassemble aujourd’hui autour de cette simple question : que nous reste-t-il à faire maintenant de cet arbre inutile? Le découper et en faire du bois de chauffage ? Faut-il brûler l’arbre à canard? Est-ce-là sa vraie valeur? En réalité, les raisons pour lesquelles un arbre peut ne pas porter pas de fruits sont si nombreuses que cette réponse pourrait bien tout d’un coup en devenir ridicule. En effet, juges, en homme sage, mû par la réflexion et la sagesse, déployant le sérieux que demandent les circonstances et adoptant la démarche d’une enquête rigoureuse, j’ai envisagé un à un tous les moyens d’expliquer ce fait et j’ai alors pris la mesure des très nombreuses possibilités qu’un homme distingué par son esprit aurait dû examiner et prévoir avant moi et, surtout, avant d’envisager de ternir l’éclat imposant de la vie honorable d’un autre citoyen. Tout d’abord, il est possible que l’arbre ne se soit pas acclimaté, puisqu’il ne pousse pas naturellement en Italie, et cela de la même façon que les oliviers ne paraissent pas supporter les conditions de ces îles lointaines. Merx a entendu dire que les arbres à canard poussent en bord de mer. Mais un bassin orné d’une fontaine n‘a rien à voir avec un plan d’eau naturel. Je vous le demande donc : la mer baigne-t-elle le Palatin ? Et la poussière de la ville, ressemble-t-elle au vent de la côte ? Peut-être les canetons sont–ils trop stressés par le bruit pour se développer ou pour éclore. Peut-être, encore, cet arbre étrange ne donne-t-il pas de fruits tous les ans. Peut-être lui faut-il la présence d’un arbre mâle si c’est une souche femelle. Peut-être est-il trop jeune, puisqu’il est si petit. Met-il de longues années à se développer ? Va-t-il encore grandir ? J’ai demandé : accusateur et accusé n’en savent rien. Ah! Cresus, t’es-tu vraiment renseigné sur la façon de s’occuper de ton arbre ? Il ne me semble pas. Voyez toutes les négligences qu’il a commises ! Je ne vois donc derrière sa plainte aucune prudence, mais seulement des lamentations frivoles et peu dignes d’attention, comme celles des femmes. Ce n’est donc pas l’arbre qu’il faut brûler, mais cette accusation hasardeuse, cette audace effrayante d’un citoyen qui espérait trouver ici, dans cette enceinte où vous siégez, quelques consolations à son infortune méritée4.

[III] Ta méfiance, Crésus, s’est développée, dis-tu, par la façon dont Mercatus se serait enrichi par toute sorte de commerce douteux. Mais peux-tu seulement donner un exemple d’un tel commerce? Avez-vous des témoins qui puissent témoigner contre lui, même par complaisance ou par crainte ?  Aucun ne s’est présenté. Je ne peux donc hésiter à condamner dans les termes les plus sévères cette deuxième affirmation. Rappelons-nous que Mercatus a fourni à de nombreux sénateurs plusieurs objets d’art rarissimes envers lesquels ceux-ci ont toujours exprimé la plus entière satisfaction. Rappelons-nous qu’il a lui-même fourni ton immense fontaine chryséléphantine à têtes d’éléphants, importée spécialement pour toi de Lydie et en tout point conforme à tes attentes. Pourquoi douter maintenant, sans qu’aucune raison ne puisse étayer ce doute ? Mercatus n’a-t-il aucune raison d’espérer encore d’autres commandes et de chercher à s’attacher ta reconnaissance? Pourquoi donc cette accusation ? Voilà en vérité un procédé malhonnête et indigne, contraire à l’esprit de la loi, et derrière lequel ne se cache que le ressentiment mal fondé d’un individu perfide, qui refuse de s’accommoder des circonstances douloureuses dans lesquelles le placent les inconstances de la fortune.

Voudrais-tu plutôt, Cresus, mettre en doute le montant de la transaction ? Un million de sesterces : une somme considérable, certes, mais sans commune mesure avec la valeur d’un arbre unique5. Et le commerce ne consiste-t-il pas à revendre plus cher ce que l’on s’est procuré difficilement? N’as-tu pas, Cresus, élargi toi-même ton patrimoine de la même façon ? Ah ! Qu’une telle accusation est cruelle ! Nul ne voudrait croire qu’il accuse un homme moins coupable que lui, un homme qui, non pas qu’il n’ait pas d’intérêt pécuniaire, mais qui ne fait pas de gain honteux, qui a toujours échappé même aux vains bruits et n’a jamais porté atteinte aux lois de la morale publique. Ne confondons donc pas la bonne cause avec la mauvaise.

Cresus ajoute qu’il a dû faire face à des dépenses supplémentaires imprévues, puisqu’il a dû faire garder son arbre nuit et jour à cause de la curiosité que celui-ci suscitait. Il réclame donc également à Mercatus le remboursement de cet argent. Mais pourquoi faire porter sur un autre la responsabilité de ses propres décisions ? Pourquoi avoir fait surveiller cet arbre aussi longtemps ? Et par autant d’esclaves ? Rendez-vous compte ! Faire garder un arbre sur lequel il ne pousse aucun fruit comme s’il y poussait des pommes d’or ! Grands dieux ! Quelle absurdité ! Quelle absence de réflexion! Et il veut être remboursé de ses dépenses! Ô temps ! Ô mœurs6! Ô homme impie ! N’ai-je donc tant plaidé que pour ces inepties ? Ce n’est pas une erreur, comme le diraient certains, mais de l’entêtement, la conséquence de l’ambition aveugle qui poursuit celui qui tombe dans la démesure. C’est le pitoyable résultat de certaines influences qui fragilisent la république en troublant les âmes de magistrats en réalité peu dignes de représenter le peuple romain. Leurs vaines espérances trompées, ils ne se soumettent pas à la fatalité mais se précipitent auprès des juges, certains de les convaincre de l’injustice de leur sort. Et ainsi, au lieu, dans cette épreuve, de garder sa dignité, faisant face avec honneur à la douleur de son échec, affrontant ses erreurs et le triste résultat qui en découle, voici qu’il préfère affronter les moqueries de tous en amenant l’affaire sur la place publique par ce procès. Il est persuadé de pouvoir gagner sa cause, au risque d’ébruiter l’affaire dans la ville toute entière et de récolter davantage encore de sarcasmes. Il est, en somme, en somme prêt à perdre tout reste d’honneur dans le seul but de récupérer de l’argent.

[IV] Cependant, Romains, pour vraiment comprendre cette affaire, il faut revenir à ses origines. En effet, demandez-vous un instant quelles sont les raisons qui se cachent derrière les actions de Cresus. Tout se réduit, je pense, à cette question : pourquoi dépenser autant d’argent pour acheter un arbre à canard ? Un arbre sans fleur, sans feuille ? Un arbre extraordinaire, certes, mais une entreprise complexe à tous les points de vue. Voulait-il seulement décorer son jardin? Quant à moi, je n’en doute pas, il voulait s’attirer la faveur du peuple en vue des prochaines élections. Ce peuple romain n’a-t-il pas l’oreille dure, mais l’œil vif et perçant7? L’éblouir, détourner les suffrages de la raison vers la versatilité des émotions, susciter l’adhésion sans directement corrompre, ramassant ainsi à la pelle les fruits d’un arbre dont tout Rome parlerait. Une foule d’admirateurs se presserait à son domicile pour y admirer ce prodige, et parmi eux les sénateurs et les magistrats les plus importants, dont il pourrait s’assurer les faveurs. Devant l’affluence, on refuserait du monde, on trierait selon des critères inavouables les heureux élus qui l’accompagneraient ensuite au forum et qui reviendraient ensuite régulièrement pour suivre le développement de l’arbre. Peut-être Cresus a-t-il imaginé offrir une dégustation spéciale des premiers canards ? Peut-être y aurait-il convié les consuls? Du canard en terrine ? Ou une soupe, peut-être? Dans son argenterie ? Avec un vin de Chios ? Ou un grand repas public ? Peut-être encore voulait-il en offrir quelques spécimens vivants, pour obtenir en retour un service encore plus grand ? Ou reproduire cet arbre et en planter sur toutes les collines de la ville ? Le peuple, avide de nouveauté, fasciné par l’étrange, manipulé par cette vision, n’aurait que le nom de Cresus sur les lèvres. Rome toute entière célèbrerait son bienfaiteur ! Et, moi-même je crains de le dire, peut-être sa renommée s’étendrait-elle au-delà de la capitale du monde et ferait-elle de lui un homme important sur toute la terre8. Laissez-moi soulever tout de suite, Romains, les dangers d’une pareille ambition,9 cette ambition que vous voyez ici à l’œuvre, brûlant le cœur de cet homme, sa vertu et son honneur plus rapidement que le feu ne pourrait brûler l’arbre à canard et le consumer entièrement jusqu’au dernier bourgeon.

Car ce n’est pas ainsi que s’acquiert la gloire. Ignore-t-il que seule la vertu ouvre la voie de la carrière des honneurs ? Les magistratures, honneurs suprêmes conférés par le peuple, sont hélas convoitées par tous les ambitieux. Mais la célébrité n’est pas l’élévation. L’emporter par le mérite seul, voilà une ambition digne d’un homme! Défendre sa patrie, voilà ce qui caractérise un grand homme! C’est en assurant le salut de la république que l’on reste dans la mémoire des hommes. Cresus, es-tu digne de parvenir à ces honneurs ? Que pourrais-tu faire mieux qu’un autre ? Par quel exploit t’es-tu signalé ? Quelle grande cause as-tu défendue ? De quelle expérience militaire peux-tu t’enorgueillir ? Quel talent as-tu que la république puisse convoiter ?

[V] Vous le savez, cet arbre n’a pas produit l’effet escompté. Il paraît même se porter plus mal qu’à son arrivée : ses branches, autrefois bien dressées, pendent désormais lamentablement, touchant presque le sol, comme s’il ressentait le poids de sa culpabilité. Cet arbre, sur lequel ont été répandus des mensonges injurieux, qui a subi des déclarations violentes contre sa personne, pourquoi devrait-il aussi porter le deuil des espérances déçues ? Pourquoi devrait-il crouler sous le poids des inquiétudes cruelles et des regrets de son indigne propriétaire, alors que nul reproche ne peut lui être adressé ? Crouler sous le poids des railleries qui, après avoir commencé, se sont amplifiées jusqu’à porter atteinte à ta crédibilité, Cresus, compromettant tes chances d’accéder à la préture ? Comment te sortir la tête haute d’une pareille situation ? Tout simplement en faisant de tes manquements le délit d’autrui, et de ce délit un crime. Que pourrait-il faire d’autre, je vous le demande ? Faire renvoyer son arbre jusque-là d’où il vient ? Continuer à l’admirer comme si de rien n’était? Faire comme s’il y poussait des canards ? Emmailloter les pierres de son bassin pour nous les faire avaler à la place? Quel bienfait pourrait bien produire un arbre acquis par une nécessité qui n’a rien d’honorable ? Mais non, préfère-t-il penser, je ne suis coupable en aucune mesure, j’ai été trompé ! Quel doux soulagement pour une conscience troublée ! Et si personne n’a jamais entendu parler d’arbre à canard, se dit-il soudain, peut-être est-ce simplement que cet arbre n’existe pas. Cette pensée n’est-elle pas réconfortante ? Mais maintenant, je vous le demande, n’est-il pas un peu tard pour se poser cette question ?

Laissez-moi par ailleurs immédiatement lever ce doute. Rien ne peut contredire l’évidence qu’un arbre de cette forme, tel que je vous l’ai décrit, qu’aucun de nous n’a jamais vu, est un arbre de grande valeur dont le prix payé est justifié. Quelle raison pourrait-il y avoir de mettre en doute les dires de Merx, en absence de témoignage contradictoire ? Nous savons bien qu’il existe des choses et des êtres dont nous n’avions jamais entendu parler avant que la connaissance de leur existence parvienne jusqu’à nous : les éléphants des Carthaginois que nos ancêtres ont vu arriver et dont les têtes ornent aujourd’hui la fontaine de l’accusateur, les animaux étranges qui peuplent l’Égypte, les plantes extraordinaires que les armées d’Alexandre ont découvertes en Inde. Comment donc oser contester la volonté toute-puissante des dieux, source créatrice sans égale? J’abandonnerai cependant ce moyen de défense, car il y a plus grave : le cas traité ici dépasse la simple exécution rigoureuse de la loi.

[VI] Cresus, voulais-tu t’acheter Rome en lui offrant un arbre à canard ? Espérais-tu remporter l’élection de la même façon qu’Athéna a remporté la sienne, en offrant à Athènes l’olivier? Voulais-tu imiter les dieux ? Homme insensé ! Dans ta folle prétention, peut-être les as-tu offensés ! Peut-être menaces-tu la pax deorum et la cité tout entière ! Ha ! C’est là ma vraie crainte ! Peut-être les dieux ont-ils voulu que cet arbre ne porte pas de fruits ! Allez-vous faire un procès aux dieux ? Ne faudrait-il pas, au contraire, se réjouir que cet arbre ne donne pas de fruits ? Se réjouir que la vindicte des dieux ne nous ait pas frappé plus durement, pour punir l’avidité et l’arrogance de ce personnage ? Ne faudrait-il pas plutôt remercier la providence de nous avoir livré cet avertissement ? Alors, me demandez-vous à nouveau : faut-il donc brûler cet arbre à canard ? Mais c’est Rome toute entière qui brûle ! Sur elle s’abattront calamités publiques et privées en punition de son impiété ! Au contraire, Romains, que cet arbre soit préservé et devienne le symbole vivant de notre soumission aux lois divines. Que la république ne brûle pas, mais qu’elle produise comme fruits des magistrats de la plus intègre équité, de la plus grande franchise, courageux, et distingués par leurs services.

Juges, les dieux se sont prononcés. Je vois tournés vers moi des visages inquiets qui m’implorent. Rendez un service à votre patrie en rendant leur dignité aux accusés. Au nom des dieux, je vous en supplie, préservez d’une ruine totale cette ville dont l’accusateur compromet l’existence. Assurez le salut commun face à cet homme qui marche contre sa patrie. Préservez l’Italie des ravages et de la dévastation auxquels elle est destinée. Aujourd’hui, la république vous implore de respecter le droit, la vérité, l’équité, mais avant tout la religion. Plaise aux dieux que votre jugement les apaise : que les accusés soient, sous leurs yeux et devant toute cette assemblée, acquittés de l’injuste accusation qui a été portée contre eux. Que la gloire et la majesté de notre empire soient préservées, que Mercatus puisse redresser la tête avec fierté, et l’arbre redresser ses branches vers le ciel.10


  • (1) Rappelons que l’existence de l’arbre à canard est attestée au XIIe siècle par le témoignage de l’ecclésiastique gallois Giraud de Barri, qui s’inquiète d’ailleurs de la consommation par le clergé irlandais de ces canards végétaux pendant le carême. D’après les témoignages, il s’agit d’une population d’arbres insulaire très fragile, localisée le long de quelques rares côtes dans le nord des Îles britanniques (Irlande et Écosse). L’espèce n’est plus attestée après le XVIIe siècle.

  • (2) Il est malaisé de donne une date à cette plaidoirie, puisque Cicéron ne mentionne aucun événement de nature politique ou personnelle qui permette de la situer dans le temps. Le seul élément dont nous disposons est la mention de la qualité d’édile de Cresus, dont le nom est par ailleurs inconnu des Fastes (certes incomplets) et du reste de la littérature. Peut-être s’agit-il d’un proche parent du riche évergète C. C[- – -] qui dédie à Cérès une statue de canard incrustée d’or dans le sanctuaire d’Éleusis entre le IIe siècle av. J.-C. et le IIe siècle ap. J.-C. (CIL XXL 1111f).

  • (3) Sans doute faut-il restituer ici « le fils de l’oncle du cousin du frère de ma femme, homme intègre et irréprochable, issu d’une famille noble et ancienne, rempli de mérites, digne d’éloges, homme sage, citoyen qui l’emporte sur tous, tellement digne de l’estime publique, auquel me lie une profonde, sincère et indéfectible amitié depuis très très longtemps».

  • (4) On peut s’étonner que Pline l’Ancien n’ait pas au moins mentionné l’existence de l’arbre à canard dans sa monumentale Histoire Naturelle. Cette absence est d’ailleurs un des arguments avancés par les tenants d’un pastiche tardif, qui mettent en avant les nombreuses descriptions d’animaux fantastiques ou légendaires qui émaillent le récit de Pline et rendent l’absence de l’arbre à canard encore plus frappante. Rappelons cependant que, si Pline a servi en Germanie et séjourné en Gaule, il ne possède aucune connaissance directe ou indirecte de la faune et de la flore de l’extrême nord de la Grande-Bretagne. Cette absence suggère évidemment que l’arbre dont il est question dans le texte de Cicéron fut à Rome un spécimen unique qui n’a pas vécu suffisamment longtemps pour laisser une trace dans les écrits contemporains. On peut dès lors supporter l’hypothèse de Cicéron d’une inadaptation de l’arbre à son nouveau terroir.

  • (5) Somme effectivement très importante. On estime par exemple la fortune de Cicéron à 13 millions de sesterces, mais celle de Crassus, l’homme le plus riche de son temps, à 200 millions. D’un point de vue historique, ce document apporte des informations essentielles sur la structure des réseaux commerciaux à la fin de la République. Il atteste ainsi du dynamisme des échanges à grande distance entre le nord de l’Europe et la Méditerranée. Il témoigne également une fois de plus de l’attrait de la classe dominante pour les biens exotiques, ainsi que de la capacité d’achat que tirent les plus riches sénateurs des revenus de leurs terres et – et peut-être même surtout – des activités commerciales conduites par divers membres de leur maisonnée en dépit de la législation en vigueur.

  • (6) Cette expression est déjà connue dans plusieurs autres textes de Cicéron (In Verrem 2.4.55, In Catilinam 1.2.1, De Domo Sua 137.3 et Pro Rege Deiotaro 31.1). D’autres expressions de ce texte sont régulièrement employées par Cicéron dans ses discours, parmi elles enim judices, huic imperio, (pr)o di immortales!, orbis terrae, dies noctesque, salus rei publicae, post hominem memoriam, quod ad me attinet, ut omnes intellegant, in iudicum venire, fortissimum virum.

  • (7) Cf. Pro Plancio 66.2.

  • (8) Voilà une nouvelle hypothèse à prendre en compte parmi les raisons qui ont pu pousser Jules César à tenter de débarquer en Bretagne.

  • (9) Faut-il voir ici une référence à la conjuration de Catilina, pendant le consulat de Cicéron (63 av. J.-C.)? Il s’agirait alors d’une information cruciale pour la datation et l’interprétation historique de ce document. Par ailleurs, on opère souvent une distinction entre les plaidoiries prononcées par Cicéron avant et après son consulat. Cette distinction vient-elle seulement de la nature des causes défendues ? Ou peut-on en trouver la trace dans le lexique ou dans la structure du texte ? Des analyses numériques plus poussées permettront peut-être de répondre un jour à cette question et de proposer une date pour le Pro arbore.

  • (10) Bien que certains experts penchent pour un pastiche tardif, l’attribution de ce nouveau manuscrit à Cicéron ne fait que peu de doute. Les méthodes d’analyses scientifiques les plus rigoureuses montrent en effet une très bonne concordance entre ce texte et celui des nombreux discours déjà connus de Cicéron. Ainsi, l’analyse de ce texte dans Voyant tool montre que le vocabulaire employé dans ce discours correspond bien à celui des textes déjà connus: apparaissent le plus souvent les noms des personnes impliquées dans l’affaire (ici Cresus et Mercatus), les termes qui sont liés à l’affaire (ici arbre, canard, fruits), des mots se rapportant au domaine judiciaire (habituellement causa, judicium, ius, consilium, testis, sententia, lex), d’autres termes usuels (pecunia, homo, fama, injuria, vis, tempus, vita), des termes se rapportant au contexte romain (roma, praetor, civitas, familia, gens, possessio, populus) et à la plaidoirie (inquit, dicere, facere, defendere, ratio).

    Nuage de mots produit par Voyant Tool à partir du texte du Pro arbore.

    On y retrouve dans ce texte des thèmes importants pour Cicéron, tels que la défense de la loi, de la patrie, l’honneur et la vertu, ainsi qu’une certaine conscience de son importance. Cependant, ces éléments lexicaux ne suffisent pas seuls à définir les discours de Cicéron, qui se distinguent aussi bien par la tournure de leurs phrases que par leur organisation générale. Il est dommage que Voyant Tool ne permette pas d’étudier précisément l’alternance des différentes parties du discours. En effet, Cicéron s’adresse à un auditoire qui est présent, employant le style direct et interpellant les parties et l’auditoire. Il s’adapte à la cause qu’il défend, travaille son argumentation, et le plaidoyer se tourne finalement vers la défense de principes ou de valeurs fondamentales (ici l’honneur et la religion).

Commentaires sur la bibliothèque  » PHI latin classical texts « 

J’ai choisi de commenter cette bibliothèque car, étant encore fort peu familiarisé à l’usage de tels outils qui peuvent parfois se montrer encore bien complexes, c’est justement la simplicité de celle-ci qui m’a intéressé.

Tout d’abord, il est nécessaire de remarquer que l’on trouve uniquement des textes latins écrits avant le IIIe siècle av. J-C, en plus de quelques textes datés de l’antiquité tardive. Ceci constitue, à mon avis, la différence principale avec la bibliothèque  » Projet Gutenberg « , qui propose des ouvrages de la littérature mondiale parmi lesquels on trouve peu de textes en latin et grec, mais surtout des traductions, et  » Perseus « , qui se concentre sur les textes écrits en langue latine, grecque, et arabe.

La page d’accueil est on ne peut plus simple, et très explicite : voici qu’est proposée la liste de tous les auteurs latins dont on propose les œuvres, un ouvrage, un simple fragment. Après un rapide « ctrl f » pour trouver l’auteur que l’on souhaite lire et un petit clic sur son nom, voilà que le texte se présente en colonne, dans sa lettre latine originelle, sans traduction, noir sur une fenêtre bleu-claire elle-même au centre d’un arrière fond rose. Cette esthétique crée une atmosphère chaleureuse, avec tout ce que ces couleurs peuvent nous évoquer, comme si elle cherchait à créer un espace de familiarité entre l’auteur, la lettre, et son lecteur.

En effet, l’absence de traduction ainsi que l’impossibilité de cliquer sur un mot-lien qui nous renverrait à une traduction (comme sur la bibliothèque  » Perseus « ) obligent le lecteur à être patient, à questionner le texte. Néanmoins, pour profiter pleinement de cette expérience intellectuelle, il est nécessaire de déjà bien maîtriser la grammaire latine et d’avoir assimilé un nombre conséquent de mots afin de pouvoir lire le texte sans grandes entraves.

Pour un travail de recherche ou de statistique portant sur un terme spécifique, les rubriques  » Word search  » et  » Concordance  » permettent facilement et rapidement de trouver les occurrences dudit terme. Exemple : en inscrivant  » [SenPhil] officium  » dans la barre de recherche, je vais trouver un grand nombre de passages extraits des œuvres de Sénèque le philosophe au sein desquels apparaît le terme  » officium « .

Project Gutenberg- la charme(?) discret des ebooks

http://www.gutenberg.org/

Comme le projet il-même le souligne dans la première phrase de sa présentation « Gutenberg: about« , il s’agit du premier fournisseur des livres libres électroniques, les ebooks. Son but n’est pas si ambitieux ou compliqué, le projet était créé pour « encourager la création et la distribution des ebooks ».
En explorant le site, je pourrais dis que son but est achevé au premier niveau. Le projet n’adresse pas aux personnes individuelles ni aux institutions académiques, comme le Thesaurus Linguae Graecae, il n’a pas en générale un « public visé ». Je dirais que son destinateur est quelqu’un qui cherche à enrichir son bibliothèque en Kindle, et, complètement par hasard parce que les dernières semaines j’essaie à utiliser le Kindle- moyen à lire, ça marche pour moi.
à propos l’ergonomie du site dont je pense c’est la première chose qu’on observe, elle me semblait premièrement satisfaire, parce que le site est très facile a l’utiliser. Le moteur de recherche est haut et à gauche et tous les informations autour le projet sont regroupés dans la page d’accueil. Le design est simple et classique avec des couleurs basiques (rouge, noir et leurs nuances). Il s’agit pas d’un site qui semble intéressant en fait, même si qu’il mentionne instantanément ses offres,  c’est a dire les 55.000 eBooks. La cause est qu’ il manque la capacité d’ attirer les passants en ligne.

La chose la plus décevante s’arrive quand on commence notre recherche. Les livres ne sont pas organisés d’une manière spécifique et t’ as de plus en plus l’impression que tu es entrée dans une librairie qui d’un part te donne l’accès aux milliards des livres mais, d’autre part il ne possède pas des étagères proprement mets. Quand tu cliques par instance l’option search, tu trouves seulement trois prochains options;

En suivant, les sous-catégories sont organisés dans l’ordre alphabétique et leur contenu n’est si clair. Un exemple qui s’adresse à nous plus spécifiquement est la catégorie des « Classics » qu’ inclut seulement de la littérature latin tandis qu’ au même temps il y a une autre catégorie disponible sous le nom « Classical Antiquity » dont il y a des ebooks grecs anciens et latins. C’est évident la fait qu’on ne puisse pas à dépendre notre recherche académique ou philologique sur le Projet Gutenberg qui manque l’abilité à nous orienter efficacement.

Mais quand on trouve enfin le livre souhaitable, nous sommes satisfaires par les formats avec lesquels on puisse telecharger ou lire les ebooks. Οutre le HTML qui permet la lecture en ligne et le très utile texte brut qui permet sa modification potentielle, on trouve les formats nécessaires pour lire les ebooks,  l’extension .epub avec laquelle on lit les ebooks (quelques programmes qui permettent la lecture sont le B&N nook et le Cobo e-reader ) et l’extension .mobi pour la lecture en Kindle.

le site nous permet aussi d’envoyer immédiatement le texte à notre compte au Dropbox, GoogleDrive et onedrive

Ma conclusion sur le projet Gutenberg est ce que le titre suggère; la conception et le design du site est si simple et négligé et du coup n’ entraîne pas l’exploration du monde des ebooks, mais définitivement il aide les utilisateurs de Kindle à améliorer leur collection.

 

Le PHI projet

Le PHI latin

Ce site, avec le suffixe « org », est un site d’’accès ouvert, gratuite et libre pour tous, sans aucune restriction; PHI est un des projets d’une institution (The Packard Humanities Institution) orienté vers l’archéologie, la musique, la préservation filmique et l’archivage. Il contient, comme un canon,(Canon of Latin Authors) tous les textes latin qui ont dates vers 200 av. J.-C. ;ce sont de textes latins, chrétiens, médiévaux, néolatin, tous ensemble; tous en texte brute, ça veut dire, sans introduction, traduction, bibliographie ni apparat critique. C’est la différence la plus majeure du PHI à des autres bibliothèques numériques (i.e. Perseus). Autrement dit, c’est un site électronique qui soutient notre recherche mais ne peut pas fournir des références bibliographiques, donc pour élaborer une recherche academique on doit travailler dans plusieurs sites en même temps; c’est pas une application tout autonome.

Homepage

Le homepage est représenté sous une forme décorative simplifiée; le nom de l’institution apparait au premier vu. Juste dessous, le utilisateur doit, afin d’accéder le site, cliquer sur  » Click here if you agree to this License  » , pour accepter la seul restriction à propos de traitement de données, ne les pas exploiter; leur utilisation doit être strictement vers l’amélioration de la recherche scientifique, par étudiantes ou académiques. Il n’y a pas l’option de changement du langage de la préface, la langue principale et unique, ce sont les anglais. Au bas de la page, la, c’est lieu un lien hypertexte, qui nous destine à notre mail-box pour faire des questions/ remarques et après les envoyer à la mail-box d’insitute.

Homepage de PHI

Formats

Il y a une liste à dérouler:

chaque titre correspond à une rubrique.

Author

La recherche par auteurs, est la première possibilité que ce cite nous donne. Les noms des auteurs sont rédigés par l’ordre alphabétique.
Recherche par Auteur
En cliquant sur chaque nom, l’internaute est redirigé à l’œuvre en question.
Oeuvre d'auteur
Le texte peut être prévue dans Unicode soit Betacode et le rechercher peut copier/coller/exporter n’ importe quelle partie il veut, vu que les textes n’ont pas une forme restrictive (PDF, docx) ; ils sont formés dans texte brut. Εn tout cas, on doit toujours se rappeler que sur la page d’accueil, nous avons dèja accepté d’ utiliser le matériel offert par le site dans une maniére très certaine, du coup on devrait pas l’exploiter.

La recherche par mots, le « Word Search », ou par séquence des mots, donne dix résultats par page, en forme de trois lignes, parmi du texte ; la ligne précédente, la ligne qui contient le mot qu’on train de chercher en gras, en la ligne après.Il apparait aussi une icône d’un petit diagramme à côté de la barre de recherche, qui montre la fréquence (par pourcentage) d’occurrencede ce mot dans l’œuvre d’auteur.

Recherche par Mots

Concordance

La recherche par concordance, le « Concordance », donne les mêmes résultats que la recherche par mots, mais ici les résultats sont cent cinq par page et en forme de tableau. L’organisation est faite par pertinence par rapport à notre recherche. Chaque mot-recherché, est placé au milieu de la page, en couleur rouge. On peut cliquer sur le nom d’auteur et afficher tout l’extrait,et en utilisant la barre, juste au-dessous du nom, on peut naviguer entre des autres livres du même œuvre.

Recherche par Concordance

Usages/ About

La rubrique « About » est, en pratique, les outils proposés, aussi que plusieurs informations sur la construction de ce web-page.Là, on trouve la différence, méthologique, qui joue un rôle initiale sur la recherche ; le programme ne cherche pas pour chaque mot individuellement, il essaie de trouver la même séquence de lettres !
En plus, il y a une liste qu’indique l’utilisation propre des symboles à propos de la recherche par « Word » (#, &, ~,|), pour éliminer la recherche sur des mots qui contient la séquence de lettres qu’on a tapé, comme suffixe, préfixe, ou en seul, comme un mot entière.C’est aussi efficace, d’utiliser des abréviations pour définir dans quel œuvre, quel auteur ou quelle collection on veut s’explorer.En ce qui concerne la recherche par
« Concordance », dans la rubrique « About », on trouve aussi des conseils sur l’utilisation de clic dans la barre de la recherche à propos de éliminer et préciser notre recherche.

Rubrique About

Outils proposés pour la recherche par Mots

Outils proposés pour la recherche par Concordance

Remarques diverses sur Project Gutenberg

L’utilisation de ce site est assez basique et on s’y repère facilement. Lorsque nous arrivons sur la page, elle est automatiquement chargée en anglais mais nous avons cependant la possibilité de choisir différentes langues dans un menu à gauche. Dans celui-ci se trouve une barre de recherche qui permet de chercher un livre en particulier, ce qui peut s’avérer pratique. Il est possible à la fois de télécharger les livres disponibles dans la bibliothèque, de les lire en ligne mais également d’écouter des documents audio ou de voir des illustrations lorsque cela est possible. Ces deux dernières fonctionnalités sont intéressantes dans le sens où elles égayent la lecture de celui qui consulte ou télécharge les livres. 

On peut également remarquer la diversité des formats pour ces livres qui permet ainsi de s’adapter à plusieurs supports tel qu’un téléphone ou bien des systèmes d’exploitation différents mais également donner le choix de lire instantanément ou bien de télécharger. D’ailleurs selon les condition d’utilisation, certains des téléchargements sont gratuits et libres de droit car anciens aux Etats-Unis. Cependant ces mêmes livres ne sont pas forcément libres de droit dans un autre pays. Pour utiliser un livre en ligne il faut alors se renseigner sur les droits d’auteur dans son pays . 

Le site est simple et bien organisé, on peut trouver les informations qui nous intéressent facilement et rapidement. De même les téléchargements sont simples et accessibles à tous.

 

À la pêche aux canards dans PHI Latin Texts

Dans leur Histoire illustrée universelle de l’imaginaire (1996), Antonino Anzaldi et Masimo Izzi font remonter le premier témoignage écrit sur l’arbre à canards à la fin du XIIe siècle et à la Topographia Hiberniae de Giraud de Barri. Cet ecclésiastique gallois accompagna  Jean sans Terre dans une expédition en Irlande, lors de laquelle il aurait vu par lui-même de nombreux canards ‘générés par les troncs de sapin rejetés par la mer’. Ce témoignage a connu une grande postérité, y compris dans des ouvrages très sérieux comme l’Herbier du célèbre botaniste anglais John Gerard (1597). Dans le cadre d’une recherche sur les origines et l’évolution de l’arbre à canards, on pourrait vouloir vérifier dans les corpus de textes antiques s’il existe une origine plus ancienne à cette idée.

L’arbre à canards, illustration tirée du célèbre Herbier du botaniste anglais John Gerard (1597).

Un site comme PHI permet d’effectuer une recherche de séquences de lettres ou de mots dans l’essentiel de la littérature latine écrite avant 200 ap. J.-C., ce qui représente un peu plus de 350 auteurs et textes anonymes, auxquels s’ajoutent quelques textes ultérieurs. Le site a été créé par une association californienne, le Packard Humanities Institute, pour remplacer sa base de données qui existait auparavant sur CD-ROM.

Une série d’opérateurs logiques permet de définir la recherche. Il est ainsi possible de rechercher des canards, des arbres, des canards et des arbres. Une fonction permet même de rechercher des canards se trouvant textuellement proches d’arbres, c’est-à-dire dans un rayon de 100 caractères. La recherche peut être restreinte à certains auteurs ou à certaines œuvres. Ses résultats s’affichent sous la forme d’une liste comportant, sous le nom de l’auteur et de l’oeuvre, le passage dans lequel apparaît l’objet de la recherche. Un clic sur ce passage permet d’afficher le texte entier.

Affichage des résultats de la recherche dans leur contexte (à gauche) et dans le texte intégral (à droite).

Il s’avère ainsi que, si certains canards jouissent d’une existence paisible, barbotant tranquillement (Ovide) ou volant dans le ciel (Pline), d’autres ne connaissent que leur élevage (Varron) et finissent mangés (Martial), bien que parfois très savamment cuisinés (Caelius Apicius). Les canards servent également de médicaments puisqu’ils permettent d’apaiser les douleurs intestinales par leur simple vue (Columelle) ou par contact cutané (Scribonius Largus), tandis que leur sang arrête les hémorragies craniennes (Pline) et que leur fiel soigne les contusions des yeux (Pline). Aucun ne paraît en revanche avoir poussé sur un arbre. Ces observations sont confirmées par l’analyse des passages dans Voyant Tool: le nuage de mots obtenu montre sous une autre forme qu’il est beaucoup question de cuisine et de remèdes, mais qu’il n’y a pas l’ombre d’un arbre à l’horizon.

Nuage de mots généré par Voyant Tool à partir de la recherche du mot ‘canard’ dans PHI.

Pour conclure réellement à une origine plus précoce de l’histoire de l’arbre à canards, il faudrait bien sûr vérifier la proximité lexicale d’autres types de végétaux avec celle d’autres types de volatiles. Il est néanmoins probable que l’arbre à canard soit une espèce endémique dont le territoire, situé bien au-delà du limes, n’ait été que trop peu connu par les auteurs latins…

À part explorer davantage le fruit d’une des nombreuses distractions qu’offre Internet pendant les cours à distance, cette recherche a permis d’essayer les fonctionnalités de recherche simple et de recherche combinée proposées par PHI. Ce type de recherche est vraiment l’objectif du site, qui est pour le reste très sobre. Les éditions utilisées datent de la première moitié du XXe siècle, et seul le texte latin, sans aucune note ni commentaire, est disponible.

Etude du fonctionnement du projet Gutenberg.

J’ai choisi d’étudier la façon de faire du projet Gutenberg.

Sur les livres en eux-même

(informations obtenues à partir de La Légende des Siècles et d’un livre sur l’art de faire du papier)
* Il s’agit d’éditions d’éditions, et non de textes seuls, comme nous pouvons le voir grâce
1. Aux préfaces
2. Aux notes – a) et b) ne seraient pas présents avec le texte seul.
3. Aux pages indiquées sur le côté dans certaines éditions.
Sur les pages, je peux dire d’un côté qu’il ne parait pas si logique de conserver cette notation quand on se sépare du support papier.
Après tout, nous ne sommes plus limités par la donnée technique de la longueur de page.
Cependant, il s’agit d’un excellent point de repère, que ne saurait pas battre une option « marque page », pour trouver un point précis d’un texte.
(Notons qu’il y a une option marque-page expérimentale, ce qui devrait être fort utile pour retrouver un passage précis)
(Après, on aura tous fait en classe l’expérience de la difficulté de trouver le même passage dans des éditions différentes)
* Toutes les éditions ne sont pas égales devant le numérique.
En effet, alors que le livre sur l’art de faire du papier avait des pages sur le côté,
des liens internes pour aller à un chapitre, et des liens vers les notes…
…la Légende des Siècles n’avait rien de tout ça. Et pas même de notations pour le nombre de vers.
J’ai vu un troisième livre à l’instant, qui a le bon goût de mettre un index avec des liens vers les occurrences de certains mots !
* La présentation du site me semble assez bien pour ce qui est de la lecture des livres :
1. On peut les lire en ligne, utiliser alors un lien http…
2. On peut également les télécharger, et ce en plusieurs formats. (epub, kindle, avec ou sans image, texte brut)
=> Utilisation prévue visiblement pour utilisation sur liseuse.
3. On peut également les mettre sur google drive, le nuage et la dropbox. Très pratique pour partager.
4. Les données bibliographiques dans Bibrec à côté de Télécharger me semblent très utiles également.
* Enfin, la numérisation est très propre. Le texte est retapé, les images bien insérées.
=> C’est très satisfaisant de ce côté-là, et ça m’a donné une meilleure idée de ce que peut être une bonne édition numérisée.

Sur la façon de chercher les livres :

Il y a quatre moyens de chercher un livre :
1. Les livres les plus populaires
2. Les dernières publications sur le site
3. Des livres choisis au hasards
4. La barre de recherche.
Parlons rapidement des trois premières fonctions, qui ne nous intéressent pas trop en tant que chercheurs.
Il s’agit d’options assez normales, pour trouver des livres si on n’a pas d’idée précise.
Sans doute une fonction récréative plus qu’autre chose en somme.
Notons qu’on peut alors trier dans l’ordre alphabétique également et que les résultats s’affichent par 25. Permet de ne pas être débordé.
La barre de recherche est plus intéressante.
Il y a une petite aide à droite, qui nous indique les commandes à rentrer ;
a.’nom de l’auteur’ classe les livres par auteur par exemple. On peut trier par :
1. auteur (donner le nom typique en anglais : Homer, pas Homerus, Homère, Ὅμηρος)
2. titre
3. sujet (nous n’avons pas de liste des sujets, et entrer « .s didactic m’a donné… *Anna Karenina* en finnois en troisième suggestion. Je ne crois pas qu’on puisse s’y fier)
4. langue (ce qui est déjà plus utilisable)
5. numéro d’ebook ?
6. catégorie (une liste des catégories est disponible sur <http://www.gutenberg.org/wiki/Category:Bookshelf>, mais je ne vois pas exactement de tags sur les livres en eux-mêmes)
Cette barre de recherche me semble insuffisante.
Certes, elle permet d’accéder plus vite à ce qu’on veut quand on connaît les commandes, mais pourquoi ne pas rajouter une option « recherche avancée » avec des catégories à remplir ?
Enfin, où trouver une liste de sujets ? Pourquoi ne trouvé-je pas de « tags » visibles sur les livres correspondant au sujet, à la catégorie ?
Notons cependant qu’il est possible de trier par ordre alphabétique, date de publication, et popularité une fois la recherche effectuée. Pratique.

Conclusion

J’ai l’impression que cette bibliothèque n’a pas exactement été créée pour la recherche,
surtout à voir des options comme « popularité, aléatoire » et l’absence d’un système de recherche avancé.
Après, je me réjouis de l’existence d’un endroit où trouver autant de livres.
Désolée en tout cas, il doit y avoir un peu plus de cinq remarques.

commentaires sur PHI Classical Latin Texts

Le site de la bibliothèque virtuelle phi latin texts me semble particulièrement clair et simple à utiliser.
C’est probablement dû au fait qu’il propose moins de possibilités que d’autres bibliothèques: il n’y a pas d’accès à des oeuvres autre que textuelles (contrairement à Perseus project qui propose des accès à des sculptures, etc). Il n’y a pas non plus de traductions des textes ou de liens vers des éditions multiples. L’édition utilisée est indiquée.

On peut utiliser les textes dans le cadre de recherches personnelles uniquement, ce que précise le site à son entrée: la législation du « fair use » y est adoptée (seuls de courts extraits peuvent être cités). On ne peut pas télécharger les textes mais seulement les lire.

La bibliothèque permet d’accéder à des textes grâce à une liste alphabétique d’auteurs. Elle permet également de faire une recherche par mots. Celle-ci peut être restreinte à un ou plusieurs auteurs et à une ou plusieurs oeuvres de l’auteur (grâce à un filtre mis entre crochets). Contrairement au Thesaurus Linguae Grecae, il n’y a pas de lexique associé. Il est également possible de faire une recherche par concordance: dans ce cas, les contextes d’apparition du mot (mots précédents et suivants) sont indiqués.

La recherche dans les textes latins s’effectue par groupe de lettres, ce qui permet de trouver toutes les occurrences du mot même décliné. On peut ainsi également rechercher des répétitions sonores ou des familles de mots.

Les textes indiquent l’édition de référence lorsque l’on passe la souris sur le lien. Les textes sont accessibles en unicode et en betacode.

 

Remarques sur PHI Latin Texts

Ce site offre une interface d’utilisation très épurée de par la sobriété de la mise en page et le nombre réduit des onglets proposés (4 en tout). Après avoir accepté le fait d’utiliser les ressources pour son propre travail, on accède à la page d’accueil.Elle contient une liste des auteurs accessibles ou de textes d’anonymes principalement de l’antiquité classique et quelques uns tardifs. En sélectionnant une entrée, on accède au texte avec toujours sa provenance: le nom de la personne qui a établi le texte, l’année de parution etc. Les éditions sont en général anciennes car libres de droit.

capture d’écran du site

L’accès à ces textes s’accompagnent de deux fonctionnalités de recherche très intéressantes pour la constitution d’un corpus. La première, Word search, permet de lister touts les occurrences d’un groupe de lettres, très utiles quand il s’agit de chercher un mot dans sous ses formes différentes de la déclinaison ou encore dans une dérivation. Un outil à côté de la barre de recherche précise les signes à insérer pour circonscrire sa recherche à un auteur précis et/ou une oeuvre. Les résultats obtenus sont dans leur contexte ce qui permet à l’accès direct à la source. L’onglet Concordance reprend le principe de Word search en s’attachant cette fois-ci à une forme de mot précise inaltérable. La simplicité d’accès est aussi matérialisée par la présence d’une adresse mail à laquelle sont joignables les administrateurs du site qui

appreciate your comments, suggestions, and inquiries

Pour ce qui est du partage du texte, les administrateurs n’ont pas fait le choix d’utiliser un format qui permet son appropriation car on peut pas avoir accès au texte source et ainsi le modifier. Cette façon d’éditer est donc plus pour la consultation que pour la recherche et on le voit aussi à l’absence d’une vrai interaction avec le texte.

On y cherche certes des syntagmes mais les mots n’appellent pas de références ou citations d’auteurs. L’apparat critique y est absent.