Le discours direct dans la “Vie d’Alexandre” de Plutarque

1) Introduction

   À la lecture de la Vie d’Alexandre de Plutarque, il nous a semblé que son récit était plutôt tangible voire saisissant. À la différence de la sobriété d’écriture prônée par Thucydide pour raconter l’histoire, la plume de Plutarque, en revanche, semble s’affranchir de ce cadre au profit d’un réalisme exacerbé, rendant l’immersion dans le récit plus aisée. Ici, il apparaît donc que le style d’écriture, du moins les choix de mise en scène des protagonistes, y soit pour quelque chose.

   Concernant le style, dans un genre similaire, Suétone déjà dans ses Vies des douze Césars employait principalement le style direct de manière à faire ressortir l’ethos des empereurs. Ainsi, il serait intéressant d’étudier cet aspect dans le texte de Plutarque.

   Ces deux thématiques, en somme, se rejoignent. Déterminer les propositions au style direct revient, par déduction, à relever dans le récit les moment où le “je” de Plutarque peut se manifester. Ainsi, dans un premier temps, il convient de commencer par s’occuper du discours direct, puis, par la suite, de poursuivre sur l’étude de l’apparition de la première personne en dehors du style direct, marque de la prise de parole de l’auteur.

2) Recherche du discours direct

   Il est étonnant de voir la distribution extrêmement homogène et généreuse du style direct dans la Vie d’Alexandre. On discerne des endroits où l’ascension de la courbe est plus marquée, ce qui peut représenter une série de dialogues ou une insistance sur le discours direct. Cela le graphe ne nous le dit pas et il nous faut lever le doute au moyen de deux méthodes possibles.

   Le discours direct figure entre guillemets dans nos éditions modernes. Il a donc fallu demander à TXM de rechercher exclusivement des guillemets. L’outil lexique nous en relève 133 On remarquera que les guillemets sont précédés d’un signe de ponctuation (virgule, point-virgule et point de suspension), autrement dit, TXM n’a relevé que les guillemets fermants. Un détour par le texte nous apprend que les guillemets ouvrants sont absents de l’édition. On constate que ce sont des verbes de paroles (la plupart du temps) qui introduisent le discours direct. On repasse par lexique pour repérer les verbes d’énonciation majoritaires : φημί, εἶπον et λέγω (trois mots grecs pour dire “dire”). Cependant, ils ne sont que 91 donc bien moins utilisables sur l’outil progression pour marquer le début du discours direct que le relevé des guillemets. D’autant plus que dans un dialogue un même verbe introducteur peut être en relation avec plusieurs guillemets. 

     

3) La méthode par l’outil progression

   La première consiste à travailler sur progression principalement. En effet, pour déterminer si la forte concentration du style direct est le fait d’échanges entre protagonistes, on peut observer les variations de la distribution de la première et deuxième personne, car si leur présence est concomitante, alors il y a un lien de réciprocité entre les paroles au discours direct.

courbe rouge: discours direct / courbe bleue: 1ere personne / courbe verte: 2eme personne

   Sur cette représentation graphique, TXM a réuni tous les verbes conjugués à la première personne (courbe bleue) et à la deuxième personne (courbe verte), la courbe rouge concerne les guillemets. Globalement, les courbes verte et bleue se suivent et sont presque identiques. Alors, la première et la deuxième personne forment une paire. Mais, leur nombre d’occurrences est trop faible par rapport au nombre d’occurrences des guillemets et cela rend la comparaison difficile. Ainsi, il suffit de combiner les deux petites courbes pour en former une plus grande, dont les pics d’occurrences seront exacerbés, ce qui est plus propice pour révéler les dialogues.

courbe rouge: discours direct / courbe bleue: 1ere et 2eme personne

   Il en résulte que sur plus de la moitié du texte l’emploie d’un verbe à la première ou la deuxième personne correspond à l’emploie du discours direct. Pour le reste, il y a des variations dans ce ratio mais les occurrences apparaissent assez largement en un même endroit. Pour expliquer la disproportion de discours direct par rapport aux verbes à la première et deuxième personne, on peut postuler une absence de dialogue et une présence de la troisième personne dans le style direct. Faisons donc une étude d’un moment d’accroissement significatif de la courbe rouge entre les mots 54000 et 5500.

   Entre les occurrences 54293 et 54425, il y a trois propositions au style indirect sans marque de la première ou deuxième personne. Analysons cela avec l’outil concordance 

   Au sein du discours direct, on retrouve bien trois verbes conjugués à la 3e personne : ἔπεσε(tomber), ἀνατέτραπται (renverser) et ἔχουσιν (habiter).

   Maintenant, nous pouvons tenter de vérifier notre hypothèse sur les dialogues. Je choisis au hasard un motif similaire sur progression que je vais étudier. Je tombe sur le 87e guillemet qui correspond à la mention numéro 105 de la première ou deuxième personne.

   Dans concordance, on voit apparaitre le verbe νομίζεις (penser) conjugué à la deuxième personne, suivi de trois verbes à la première personne. Il semble bien que nous soyons dans un dialogue. Pour en « avoir le cœur net », il nous faut passer par l’outil édition (pour voir dans le texte : Alexandre chap. 51)

   Il s’agit du passage où Alexandre est en Asie et, à l’occasion d’un banquet, Alexandre et Clithus se disputent. Et, en effet, nous sommes bien en présence d’un dialogue. Ainsi, à partir de la représentation de TXM, nous sommes parvenus à repérer efficacement un échange entre plusieurs protagonistes.

   Par ailleurs, si on revient à la courbe de TXM, il est tout à fait étonnant de voir qu’il y a des occurrences de première ou deuxième personne dans le récit, en dehors du discours direct. Cela pourrait s’expliquer, pour la première personne, peut-être, par l’intervention de l’auteur dans le récit. La présence de la deuxième personne est, elle, assez inexplicable (pourquoi Plutarque tutoierait qui que ce soit ?).

   L’outil concordance nous apprend que quatre des cinq mots sont des verbes à la 1ere personne du pluriel. Les contextes gauche et droit nous expliquent que le « nous » correspond à l’ensemble auteur et lecteur. En effet, au début de la Vie d’Alexandre, Plutarque fait un court préambule et implique son lecteur dans l’histoire dès le commencement. On relève également le mot κρείττονι (maître de) qui n’est pas un verbe. Si on bascule du côté du lexique, on se rend compte que le problème vient d’une erreur de lemmatisation. En effet, TXM affiche comme analyse (analysis) « datif comp sg » alors qu’il appartient à la catégorie grammaticale (pos) des verbes.

   Pour les autres zones, on constate des erreurs dans la lemmatisation. On rencontre plusieurs types de problèmes :

·        Confusion verbe-adjectif numéral cardinal : sont considérés comme des verbes τρεῖς (trois), ἐννέα (neuf), δέκα (dix), εἴκοσι (vingt) et πεντήκοντα (cinquante).

·        Confusion verbe-adjectif qualificatif : πλείονας (plus grand), ἐσχάτης (extrême) et ἐσχάτην (idem).

·        Confusion verbe-substantif : διαίτας (mode de vie) et φιλαναγνώστης (qui aime la lecture).

·        Confusion verbe-verbe : ἔπεσον (πίπτω, tomber) et non ἐφέζομαι (s’asseoir) ; ἥλω (ἅλλομαι, s’élancer) et non ἁλίσκομαι (être pris).

·        Confusion dans la flexion : ἀνιᾶσαι (inf. aoriste, importuner) et non deuxième personne du présent de l’indicatif.

   Remarque: La démarche précédente est plutôt efficace pour repérer rapidement des éléments donnés. Cependant, la lemmatisation employée ici présente des limites. Un retour vers le texte a donc été d’une grande aide pour pouvoir conclure sur quelque chose de sérieux.

4) La méthode par cooccurrence

   Pour ce qui est de la deuxième méthode, permettant de nous renseigner sur la présence ou non de dialogue dans le texte, elle consiste à s’appuyer sur l’indice de spécificité de l’outil cooccurrence. En effet, cet outil permet de déterminer spécifiquement l’environnement « pré-guillemets ». Donc, on peut avoir accès aux mots, natures et fonctions les plus typiques du discours direct.

   De manière significative, les pronoms et les interjections se remarquent plus dans le discours direct que dans le récit. Leurs indices sont très élevés et leurs distances moyennes assez faibles, ce qui montre que leur spécificité est grande. Néanmoins, ces indications ne sont pas suffisamment précises pour conclure sur les dialogues. Alors, il faut qu’apparaissent les natures des mots les plus spécifiques.

Remarque : Il y a un réglage à 20 mots avant les guillemets de manière à la fois arbitraire et calculée. Il n’est pas possible concrètement de connaître le nombre de mot moyen dans une proposition au style direct. Mais, ce nombre semble être un bon compromis entre les propos les plus longs et les plus courts.

   Le tableau met en évidence la surreprésentation des pronoms de la première et deuxième personne dans le discours direct avec des indices allant de 2 à 9 et des distances moyennes presque toutes en dessous de 10. Ainsi, on peut conjecturer que de nombreux dialogues se succèdent dans la Vie d’Alexandre. Mais, il serait judicieux de confirmer cela par un détour par le texte.

   En passant par progression pour déterminer les endroits de fortes croissances, on observe des pics d’occurrences entre 69000 et 70000 qui paraissent propices pour nos recherches.

   On peut aussi citer la spécificité des interjections qui, comme on l’a vu plus haut, ont un indice de 9 et un score de 15 co-fréquences. Aussi, elles contribuent à caractériser un peu plus les périodes de dialogues dans le texte.

   Pour finir, il me semble judicieux de remarquer que le mode de l’indicatif n’a pas le monopole du discours indirect. En effet, on constate que la spécificité de l’aoriste subjonctif est de 3 et, comme on peut le voir sur le tableau ci-après, la particule ἄν a un indice de 5 avec une co-fréquence de 19.

   De plus, si on cherche dans concordance, on se rend compte qu’il y a aussi des verbes à l’optatif comme βούλοιτο (vouloir), βουλοίμην (idem), χρησαίμην (user de). Mais aussi au subjonctif comme λάϐωμεν (prendre) ou κατασϐεσθῇ (éteindre).

5) Conclusion

   Ainsi, Plutarque ne livre pas seulement des faits énoncés de la bouche des protagonistes, il donne aussi accès aux lecteurs à ce qu’ils envisagent potentiellement ou éventuellement. Cela traduit, chez Plutarque, une recherche d’un plus grand réalisme dans la description avec un côté plaisant apporté par la variation entre indicatif et optatif/subjonctif, entre réel et fictif. En plus de l’homogénéité de la répartition du discours direct et de la succession de dialogues que l’on a constaté au fil de notre étude, on sent bien que Plutarque s’efface derrière les personnages qu’il met en scène et à qui il confie, en quelque sorte, la liberté de raconter eux-mêmes l’histoire d’Alexandre.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
hugocaveriviere (6 mai 2024). Le discours direct dans la “Vie d’Alexandre” de Plutarque. Classiques et numériques. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/x2hk


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search