La textométrie : pour une autre lecture du latin et du grec

Présentation du cours : objectifs et enjeux

      Le billet qui suit présente notre travail du semestre réalisé dans le cadre du séminaire consacré aux principes et méthodes des humanités numériques. Comme les années précédentes, l’un des versants de ce séminaire consiste en l’étude d’une œuvre grecque et d’une œuvre latine au moyen d’outils numériques. Cette année, les œuvres à l’étude étaient la Vie d’Alexandre de Plutarque, issue des Vies parallèles, et le Querolus, une comédie d’un auteur latin anonyme. Il s’agissait plus précisément de s’initier à la méthodologie de la linguistique de corpus et à sa démarche expérimentale, au logiciel d’analyse textométrique TXM, mais surtout de s’interroger sur les moyens d’appréhender la structure d’un texte par les humanités numériques.

Les textes et leurs traitements

  Nous avons effectué nos investigations avec TXM. Ce logiciel d’exploitation, un des fruits de l’émergence de la textométrie, développé par une équipe du laboratoire IHRIM (UMR 5317) de l’ENS de Lyon, permet l’exploration de textes lemmatisés. Aussi avons-nous utilisé des versions annotées de nos deux œuvres.

      La Vie d’Alexandre a bénéficié, comme 820 autres textes grecs de la collection numérique  « Diorisis Ancient Greek Corpus », d’un vaste travail d’étiquetage de données morpho-syntaxiques. C’est cette version numérique du texte que nous avons utilisée. Pour être compatible et exploitable par le logiciel TXM, le texte a fait l’objet d’un reformatage TEI : nous remercions Serge Heiden, de l’ENS de Lyon, qui en est à l’origine. La lemmatisation, bien que performante et utile en de nombreux endroits, nous a posé problème, notamment pour établir et distinguer ce qui relevait du discours direct et du discours indirect. En effet, l’éditeur a trouvé bon de ne faire figurer que les guillemets fermants, les guillemets ouvrants étant remplacés par des verbes d’énonciation ou n’apparaissant pas dans le cadre d’un dialogue. Par ailleurs, nos analyses morpho-syntaxiques ont, par moment, heurté certaines défaillances de l’outil analysis avec une ambiguïté entre verbes et adjectifs numéraux cardinaux : ainsi « τρεῖς » est considéré comme une deuxième personne du présent ou de l’imparfait de l’indicatif. Enfin, il convient de noter que toute étude sur TXM doit tenir compte des multiples possibilités de flexions pour un lemme donné. Ainsi faut-il adapter ses recherches en formulant des demandes adéquates au moteur de recherche CQP.

    La pièce de théâtre latine a été éditée par Les Belles Lettres, en 1994, et son texte a été établi et traduit par Catherine Jacquemard-Le Sao. Nous avons utilisé une version numérique provenant de cette édition, qui est disponible sur le site de la « Digital library of latin – antique latin texts ». Cette version a été lemmatisée et dotée d’étiquettes morphosyntaxiques par TreeTagger. C’est l’Institut de linguistique computationnelle de l’Université de Stuttgart, dans le cadre du projet « Textual corpora and tools for their exploration », qui a développé l’outil TreeTagger. Intégré dans le logiciel TXM, cet outil permet l’annotation des textes et réalise, pour chaque mot du texte, sa lemmatisation et son étiquetage morpho-syntaxique. Cela signifie que, pour un mot donné, il lui attribue à la fois son lemme, c’est-à-dire la forme qui fonctionne comme entrée de dictionnaire et sous laquelle sont regroupées toutes les formes fléchies correspondantes, et sa partie du discours (avec si nécessaire indication des traits flexionnels). Par exemple, si l’on considère le mot latin « sollicitudinum », TreeTagger nous indique non seulement son lemme, ici « sollicitudo » (le lemme d’un nom en latin est sa forme au nominatif singulier) mais aussi sa partie du discours : ici le logiciel précise la classe grammaticale (nom) et une indication de flexion (génitif). Si TXM nous permet d’apporter une correction à l’annotation automatique, il permet aussi d’ajouter une nouvelle annotation, par exemple une annotation sémantique.

Vie d’Alexandre de Plutarque

     Plutarque est un auteur grec du Ier-IIe siècle ap. J.C, entre autres philosophe et biographe. Il a écrit les Vies, son œuvre la plus célèbre, au début du IIe siècle ap. J.C. Il s’agit d’un ensemble de portraits de grands hommes ayant la particularité d’être regroupés par paires. Plutarque associe la biographie d’une figure de l’histoire grecque et celle d’une figure de l’histoire romaine afin de souligner leurs similitudes. Le texte que nous avons choisi pour ce projet, la Vie d’Alexandre, fait partie du diptyque Alexandre-César, deux figures de conquérants très importantes dans la culture gréco-latine. Alexandre le Grand est un roi Macédonien, fils de Philippe II, qui règne de 336 à 323. Il est surtout connu pour avoir bâti un grand empire s’étendant jusqu’aux portes de l’Inde et pour avoir diffusé la culture grecque dans ces régions orientales. Naturellement, l’élément le plus intéressant de son histoire est sa conquête de l’”Asie”, dont le récit constitue la majorité de sa biographie. Mais Plutarque se plaît également, en mélangeant le récit de ses aventures à diverses anecdotes, à peindre son caractère et son évolution au fil des ans. À la lecture de la Vie d’Alexandre, la conduite du récit nous a paru assez remarquable : elle imposait par conséquent de s’essayer à une étude approfondie du style d’écriture. Alexandre et ses proches prenant, à vue d’œil, régulièrement la parole, l’analyse du discours direct nous a paru pertinente. Plus encore, la structure générale du récit de Plutarque faisant l’objet de nombreuses analyses, nous avons décidé de réaliser une étude des éléments qui en composent le squelette, c’est-à-dire ici les connecteurs logiques et les adverbes. Cependant, le rythme étant aussi marqué par d’autres groupes de mots, qui déroulent des fils conducteurs parallèles, nous nous sommes également interrogés sur la place des noms propres de lieux et de personnages dans ce récit. Enfin nous nous sommes penchés sur un élément récurrent de la vie d’Alexandre, à savoir son rapport aux oracles dans les différentes étapes de son parcours et de la construction de son caractère.

Querolus

    L’auteur du Querolus, une comédie du Bas-Empire romain, nous est inconnu. Cependant, dans la préface, l’auteur apostrophe un certain Rutilius, qui pourrait bien être Rutilius Namatianus, un homme politique du début du Vème siècle. Il serait alors légitime de penser que l’auteur ait gravité dans l’entourage de ce dernier. La pièce s’ouvre par un prologue et se déroule en quinze scènes, dans lesquelles on voit Mandrogerus essayer de récupérer une partie de l’or qui lui a été promis par Euclion, le père de Querolus, avant sa mort. Il apparaît d’abord au lecteur que le personnage de Querolus se caractérise par sa mauvaise humeur. Mais, d’emblée, c’est surtout le statut paradoxal de ce dernier qui a retenu notre attention. En effet, s’il est le personnage éponyme de la pièce, son statut de protagoniste principal pose question au vu de la place de premier plan qu’occupe le parasite Mandrogerus dans l’intrigue. Outre le statut et les caractéristiques des personnages, le statut même de l’œuvre comme pièce de théâtre a également suscité notre intérêt : même si la pièce semble ne pas avoir été jouée, elle a été écrite pour l’être. Ainsi les études qui suivent permettent de renouveler, au moins de façon modeste, les approches qui ont pu être faites de ce texte dans le passé, tout en permettant de saisir un peu plus son originalité.

Sitographie :
 
– Vie d’Alexandre (texte grec) :
 
– TXM : Heiden Serge, Magué Jean-Philippe, & Pincemin Bénédicte. (2010). TXM : Une plateforme logicielle open-source pour la textométrie – conception et développement. In JADT 2010 : 10th International Conference on the Statistical Analysis of Textual Data (pp. 12 p.). Rome, Italie. 

 

Billet rédigé par Benoît C., Hugo Caveriviere, Chrysa Maria Kofina, Inès Le Guillou, Frédéric Mellet, Léa Morel, Axelle Penture et Evie Roussel.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
fredericmellet (1 mai 2024). La textométrie : pour une autre lecture du latin et du grec. Classiques et numériques. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/10smf


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search