Alexandre et la conquête de l’Asie

Ce billet est consacré à l’étude des noms propres dans la Vie d’Alexandre de Plutarque. C’est un angle qui nous a semblé intéressant parce qu’un texte historiographique doit recourir à un grand nombre de noms propres pour évoquer des événements, des personnages ou des déplacements. L’axe d’étude que nous avons choisi est celui de la progression géographique d’Alexandre et de sa concordance avec le texte. C’est une figure historique caractérisée par sa conquête de la Perse et de l’Egypte, l’histoire de sa vie implique donc nécessairement de montrer l’itinéraire de ses conquêtes. Cette analyse incluait au départ tous les noms propres. En entrant [pos=”proper”] dans l’onglet Index, Treetagger nous donne 1110 mots et 305 lemmes de noms propres. On peut les distinguer en trois grands groupes: les noms de personnes, les noms de lieux et les adjectifs faisant référence à un lieu (Macédonien, Athénien, etc.) 

Ce sont les noms de personnes qui ont été étudiés en premier parce qu’ils étaient les plus nombreux, notamment le nom d’Alexandre qu’on trouve 194 fois. Les autres noms les plus cités sont ceux des personnages principaux comme Darius et Philippe, ce qui n’est pas étonnant, mais certains sont moins importants dans l’histoire d’Alexandre et leur présence dans le texte est plus localisée. S’intéresser aux noms de personnes peut surtout faire ressortir les épisodes du récit les plus développés par Plutarque, ce qui ne rentre pas vraiment dans le cadre de la question de la progression géographique. 

Les noms de lieux sont bien sûr plus pertinents pour comprendre comment le texte de Plutarque se rapporte à la progression géographique d’Alexandre. Ils comprennent des types de lieux très différents (régions, villes, cours d’eau ou montagnes) mais les plus représentés sont des noms de régions. Ce sont ces noms qui sont les plus intéressants à analyser, surtout parce que ce sont ceux qui ont le plus d’occurrences, alors que la plupart des villes ne dépassent pas les 5 occurrences ce qui rend leur étude difficile. Les noms de région ont eux aussi assez peu d’occurrences, 10 au maximum pour l’Asie, mais cela reste plus exploitable. 

Avant d’essayer de comparer la progression d’Alexandre au texte, il faut évidemment comprendre celle-ci. La carte ci-dessous, tirée de l’Encyclopédie Larousse, permet de se représenter le parcours des Macédoniens et sa chronologie.

 

 

 

Pour plus de lisibilité, voici les événements importants de la conquête d’Alexandre par année: 

334: arrivée en Troade, bataille du granique 

333: siège d’Halicarnasse, bataille d’Issos 

332: sièges de Tyr et de Gaza, arrivée en Egypte et fondation d’Alexandrie

331: bataille de Gaugamèles, prise de Babylone puis de Suse

330: prise et incendie de Persépolis, mort de Darius et de Philotas et Parménion

329: franchissement de l’Hindou-Kouch

328: prise de Maracanda (Samarcande)

327: mariage à Roxane, fille d’un chef de la région de Sogdiane

326: siège d’Aornos (Inde). chemin du retour: tombe de Cyrus à Pasargades 

325: arrivée en Carmanie, mutinerie d’Opis

324: mort de Héphestion à Ecbatane

323: mort d’Alexandre à Babylone



Les noms de lieux les plus fréquents sont Ἀσία (Ἄσιος pour TXM), Ἑλλάς, Μακεδονία,  Αἴγυπτος, Βαβυλών. Ce n’est pas étonnant, il s’agit soit de régions qui englobent un grand espace où de lieux importants dans la vie d’Alexandre. Le graphique ci-dessous montre la progression de ces cinq mots dans le texte et leur rapport entre eux. On distingue à l’œil nu des éléments qui correspondent à la réalité de la conquête: la Grèce et la Macédoine sont plus présentes au début du texte, Babylone se trouve exclusivement à la fin. D’autres sont moins parlants, comme la courbe de l’Asie, étonnamment présente tout au long du texte, et celle de l’Egypte. Il est nécessaire de replacer  ces occurrences dans leur contexte pour savoir si le graphique est représentatif. 

Ἀσία

Les apparitions du nom de l’Asie sont plutôt bien réparties à travers le texte, elles ne sont pas concentrées en un seul “pic”. Il apparaît très tôt, au chapitre 3, et sa dernière occurrence est au chapitre 49. Le plateau au milieu va du chapitre 18 au chapitre 34. L’Asie  désigne ici une région large qui correspond à peu près aux conquêtes d’Alexandre, c’est un concept très large auquel Plutarque préfère souvent des noms de villes ou de régions plus précis. Même si l’Asie est toujours impliquée dans les déplacements d’Alexandre, il n’est donc pas surprenant qu’elle ne soit pas mentionnée jusqu’au bout. Ce qui est plus surprenant est la fréquence avant même que la conquête ne commence. La première occurrence, au chapitre 3, montre bien l’importance de ce nom d’Asie symboliquement. Il s’agit d’un passage où, à cause d’événements étranges ayant eu lieu lors de la naissance d’Alexandre , les mages d’Ephèse déclarent : ἄτην ἅμα καὶ συμφορὰν μεγάλην τῇ Ἀσίᾳ τὴν ἡμέραν ἐκείνην τετοκέναι. (“ce jour a engendré à la fois un fléau et un grand malheur pour l’Asie”). 

Ἑλλάς

La progression de Ἑλλάς est moins linéaire, on remarque une grande concentration au début, une stagnation et un retour à la fin. La première occurrence, au chapitre 9, se trouve au cours d’une conversation entre Philippe et Démarate qui souligne l’incompétence de Philippe dans les relations entre grecs. Les suivantes, jusqu’au chapitre 15 et au début de la conquête, évoquent les ambitions d’Alexandre de terminer la conquête de la Grèce en la pacifiant. Ce souci passe au second plan quand il se lance dans la conquête de l’Asie, mais à la fin de celle-ci, quand Alexandre décide de prendre le chemin du retour, elle redevient quelque peu importante comme rappel de son statut de “maître de la Grèce” avant sa mort. 

Μακεδονία 

La courbe de Μακεδονία est similaire à celle d’Ἐλλάς. Ses occurrences sont surtout dans les premiers chapitres, qui abordent la jeunesse d’Alexandre, et à la toute fin. La dernière occurrence, au chapitre 68, s’inscrit dans une discussion sur la répartition des terres et donc de la personne qui gouvernera la Macédoine. 

Αἴγυπτος 

Quatre occurrences d’Αἴγυπτος sur 6 se trouve aux chapitres 26-29, précisément ceux qui décrivent le passage d’Alexandre en Egypte en 332. Les deux autres sont anecdotiques. La progression des occurrences suit donc bien en partie la progression d’Alexandre. 

Βαβυλών 

Les occurrences de Βαβυλών sont très concentrées, entre les chapitres 69 et 73. Ceux-ci correspondent au chemin d’Alexandre vers Babylone, puisqu’il est à Pasargades au chapitre 69, à Suse en 70, à Ecbatane en 72, et enfin à Babylone en 73. Le nom de Babylone est donc beaucoup plus mentionné quand Alexandre s’y dirige que quand il s’y trouve, sûrement parce que c’est sa destination mais aussi peut-être parce que ce sera la ville ou il mourra. 


Les “pics” dans chacun de ces graphiques reflètent en effet souvent la présence d’Alexandre dans le lieu en question, mais ce n’est pas du tout systématique. Avec aussi peu d’occurrences par lemmes, celles qui ne font pas référence à une localisation réelle prennent aussi de la place dans le graphique. Dans le cas de l’Egypte par exemple, deux occurrences (soit 40%) se trouvent à des moments du récit qui n’ont rien à voir avec le voyage d’Alexandre en Egypte (il s’agit d’objets ou de personnes venant d’Egypte) ce qui empêche de voir sur un graphique que le récit du voyage en Egypte est en réalité limité à quelques chapitres. Le texte de Plutarque ne se prête donc pas très bien à ce type d’analyse, en grande partie parce qu’il n’a pas seulement  vocation à retracer le voyage d’Alexandre. La biographie d’Alexandre dépasse bien évidemment ses déplacements, et les moments qui les relatent sont donc entrecoupés d’anecdotes qui peuvent inclure des noms de lieux de différentes manières. 

L’étude textométrique des noms propres ne permet pas réellement de comprendre la progression d’Alexandre, mais elle peut souligner les éléments que Plutarque a choisi de mettre en avant. La cas de l’Asie est révélateur de cette fonction symbolique des noms de lieux: elle apparaît davantage quand Alexandre est en Macédoine que pendant ses déplacements en “Asie”. On ne peut tirer pratiquement aucune information sur le déroulé de la conquête de sa progression, mais on peut en revanche bien se rendre compte de la valeur symbolique qu’a l’Asie dans la représentation que Plutarque donne d’Alexandre. Même lorsque les occurrences concordent avec la réalité de la conquête, leur prédominance est davantage révélatrice de leur importance symbolique dans le texte. Babylone n’apparaît en effet pas avant la toute fin du texte, mais elle apparaît souvent et rarement pour signifier qu’Alexandre s’y trouve. En comparaison, la ville de Tyr dont le siège a duré plusieurs mois en 332 n’est citée que deux fois. On ne peut donc pas vraiment lire dans l’analyse de la Vie d’Alexandre un reflet de  l’itinéraire de la conquête, mais plutôt y voir les choix qu’a fait Plutarque dans la représentation de  cette conquête. Il est cependant difficile d’en faire l’analyse systématique en raison du très petit nombre d’occurrences pour chaque lemme. 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
inesleguillou (10 mai 2024). Alexandre et la conquête de l’Asie. Classiques et numériques. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nr9


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search