Terra incognita

Billet_2_ZUCKER_image

Je m’appelle Pablo Zucker, j’ai 23 ans, un baccalauréat scientifique et une licence d’Humanités classiques de l’université Paris Ouest. Mon parcours est un peu particulier, puisque je n’ai suivi effectivement que les cours de 3ème année ; les deux premières années de licence, je les ai passées en classe préparatoire au lycée Paul Valéry.

Je ne suis pas certain, à ce stade, d’avoir vocation à être chercheur. Si j’ai choisi de m’inscrire en master d’Humanités classiques, Humanités numériques, c’est avant tout dans la perspective de l’agrégation. L’éducation m’intéresse au premier chef, non la recherche.

Cependant, on ne peut nier que l’un et l’autre soient liés. Une carrière professorale à l’université ne peut se dérouler sans un travail de recherche en parallèle. Or je n’écarte pas la possibilité d’enseigner à l’université, quoique mon regard soit plutôt tourné actuellement vers le collège et le lycée. C’est la raison pour laquelle je me plie volontiers à l’exercice du mémoire : ce sera pour moi l’initiation à une méthode universitaire, l’opportunité de développer mes qualités d’initiative individuelle, d’organisation autonome, et l’occasion d’approfondir ma connaissance d’un auteur et de ses modèles.

J’ai choisi, cette année, de travailler sur le poète-philosophe Lucrèce. Je voulais d’abord m’aventurer en terre inconnue : or, ce qui m’était le plus inconnu c’était le discours scientifique de la nature. Je ne pouvais comprendre l’utilité de le lire aujourd’hui, tout invalidé qu’il était par la science moderne. Mais en parallèle, ce mystère relevait l’intérêt d’un tel champs de la littérature, au statut incertain, dont la réception des contemporains ne pouvait sous aucun aspect être assimilée à la nôtre : c’était pour eux une authentique source de connaissance, c’est pour nous un document historique, une étude sur des objets devenant à son tour objet d’étude, ou tout au mieux une fantaisie, un conte. Du point de vue de son enseignement sur la nature, il était parfaitement inutile. Or, c’est précisément cet inutile, je crois, qui m’importait. Car aujourd’hui, ce qui caractérise la connaissance de la nature, c’est l’utile. Nous ne savons plus déployer une connaissance de la nature autrement qu’asservie à une fonction précise. L’enjeu de l’utilité est à tel point présent dans la connaissance de la nature, que seule une catégorie d’homme ose désormais s’aventurer dans l’expression de la moindre parole : les spécialistes. Pour l’individu i, hors de question de se risquer à produire une parole qui pourrait se révéler inefficace, inapte aux grands systèmes qui règnent en maître sur le domaine. Je croyais donc certainement pouvoir débusquer ce qui rendait alors possible un tel discours, à la fois les instruments de connaissance et l’intérêt qu’il pouvait susciter chez les contemporains, autrement dit l’utilité d’un discours inutile, d’un discours sans fonction pratique immédiate, sans valeur ajoutée. Peut-être qu’en m’y aventurant, j’y trouverais une sorte d’argument contre notre conception contemporaine, une bonne raison pour réhabiliter le débat public sur la nature, ou du moins former un tel souhait. Outre sa qualité de discours sur la nature, c’était un poème. Et c’est probablement sous l’influence de cette bâtardise, de cette singularité très surprenante ( pour des yeux à nous contemporains, bien sûr ), que je me suis définitivement fixé sur Lucrèce. Sans vraiment savoir pourquoi, j’étais très intrigué par les relations qu’entretenaient science et poésie, philosophie et poésie, ou plus largement connaissance et poésie.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.