Des canards dans la caverne

Je suis étudiante à Nanterre depuis déjà quelques années et actuellement inscrite en première année de Master Humanités classiques et humanités numériques à distance. Je suis une rescapée d’une autre époque puisque j’ai connu à Nanterre les cours à distance sous forme de polycopiés. Désormais, les humanités se sont mises au numérique et je regarde les cours en vidéo.

Dans mon écran, je vois un écran dans lequel il y a un autre écran. Il se passe là-dedans un cours d’Humanités numériques. J’ai l’impression d’être au fond d’un amphi. Loin devant, il y a des gens tout petits que je ne connais pas et que je vois tout le temps de dos. Tout cela me rappelle l’allégorie de la caverne, qui nous a été transmise par Platon. Comble de la chose, une voix provenant d’une silhouette noire explique que ce que je vois n’est qu’une sorte de réalité virtuelle conçue uniquement à partir de 0 et de 1! Le numérique rapproche, certes, mais tout de même… l’Antiquité ne nous paraît-elle pas encore plus lointaine? Combien d’écrans y a-t-il entre elle et nous?

Quand l’ordinateur de l’enseignant se met en veille, d’autres silhouettes défilent pendant de longues minutes. Je vois alors passer de très belles planches représentant des plantes très variées, des insectes, différentes espèces de trilobites, des méduses de toutes les couleurs, des oursins, des coraux, des poulpes et de nombreux autres organismes dont la nature m’échappe. Comme dans la République, j’entends l’écho d’une voix, mais je sais qu’elle n’appartient pas aux ombres qui passent devant moi puisqu’elle parle des formats de fichier, du problème des boîtes noires et du HTML. Partant à la recherche de l’identité des organismes inconnus, je ne l’écoute plus qu’à moitié.

Il s’avère que les planches sont tirées des Formes artistiques de la Nature, ouvrage publié par le biologiste allemand Ernst Haeckel au tournant des XIXe et XXe siècles, et que mes organismes inconnus sont des cirripèdes (on en apprend des choses dans ce cours…). Ce sont des animaux marins appartenant aux crustacés, et auxquels est associée, entre la fin du Moyen Âge et le début de l’époque moderne, une histoire abracadabrante d’arbre à canards. Cette théorie – très surprenante pour nous – trouve son origine dans la forme particulière de certains cirripèdes (les anatifes par exemple), qui sont munis de coquilles à double valve (faisant penser à un bec), qui s’accrochent aux rochers à l’aide d’un long pédoncule (faisant penser à la branche d’un arbuste) et desquels sortent de longs poils (pouvant faire penser à un plumage). Une confusion autour de ces observations a fait croire pendant plusieurs siècles à l’origine végétale de certaines espèces de canards. Dans une version de cette théorie, les canards éclosent des fruits de l’arbre lorsqu’ils sont mûrs. Dans une autre, les feuilles de l’arbre s’en détachent et se transforment en poissons ou en canards selon qu’elles tombent dans la mer ou sur la terre. Ces arbres ont été représentés par Claude Duret dans son Histoire admirable des plantes et herbes en 1605 (source : gallica.bnf.fr /BnF).

Hypothèse intéressante. Pourquoi pas, après tout? Je plaisante, en fait je n’arrête pas d’en rire. C’est bien d’une caverne qu’est sorti un pareil mythe !


9 réflexions sur « Des canards dans la caverne »

  1. Bien le bonjour de la deuxième fille en partant de la droite ! J’aime beaucoup la référence à Platon et l’histoire d’arbre à canards était très amusante.

  2. Voilà une merveilleuse histoire d’arbre à canards… J’irai un de ces jours cueillir un fruit sur le campus de Nanterre et essayer de le faire nager dans une fontaine en le nourrissant de miettes. Peut-être le merveilleux ancien n’a-t-il pas tout-à-fait disparu de l’Université… En tous cas, que de choses magiques nous parviendrons bientôt à faire avec nos machines! A bientôt à distance

    1. Je te remercie, mais j’ai bien peur que tu sois déçue des résultats de ton expérimentation. En effet, il semble que l’arbre à canards ne pousse qu’en bord de mer, et plutôt dans le nord de la Grande-Bretagne. Lors d’un prochain voyage peut-être? Passe voir le monstre du Loch Ness en même temps, ce n’est pas très loin.

  3. Βonjour, rescapée d’ une autre époque, accepte mes félicitations pour ton article. J’ai l’impression que ta première présentation a réussi- entre autres-à nous encourager à commencer de fonctionner plutôt comme une groupe, nous qui faisons le master au présentiel aussi bien que vous ceux qui êtes inscrites à distance.
    J’ ai très hâte de lire tes prochaines approches sur les numériques!
    la fille tout à droite qui a échoué à suivre le master 1 à distance l’an dernier,
    Melina

  4. Une merveilleuse présentation! Je trouve la référence à l’allégorie de la caverne une manière très exacte pour expliquer le processus d’apprentissage, en espérant qu’à la fin nous pourrons tous, voir le monde dans sa réalité, comme Platon décrit.

  5. Salutations de la part du jeune homme frisé, le deuxième en partant de la gauche ! L’imagination et la curiosité dont tu fais preuve sont pour moi une belle invitation à observer ce qui nous entoure et à le questionner. Je viens tout juste de finir ” le Nom de la Rose ” d’Umberto Eco, et tu sembles te positionner en digne disciple de Guillaume de Baskerville !

    1. Formidable! Je commence à pouvoir mettre un nom sur vos visages – euh, vos coupes de cheveux je veux dire.

  6. Merci pour cette histoire passionnante d’arbre à canards qui permet d’apporter un peu d’humour à ce séminaire qui parfois se révèle être très compliqué.

  7. Bonjour de la part de la fille en bleu tout à gauche, je te rassure sur le fait que nous existons ailleurs que sur l’écran x). Je ne connaissais pas ce mythe en tout cas. Très étrange. Merci d’en avoir fait part ici… ça pourrait sans doute faire la base d’une fable ou d’une histoire intéressante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search