À la pêche aux canards dans PHI Latin Texts

Dans leur Histoire illustrée universelle de l’imaginaire (1996), Antonino Anzaldi et Masimo Izzi font remonter le premier témoignage écrit sur l’arbre à canards à la fin du XIIe siècle et à la Topographia Hiberniae de Giraud de Barri. Cet ecclésiastique gallois accompagna  Jean sans Terre dans une expédition en Irlande, lors de laquelle il aurait vu par lui-même de nombreux canards ‘générés par les troncs de sapin rejetés par la mer’. Ce témoignage a connu une grande postérité, y compris dans des ouvrages très sérieux comme l’Herbier du célèbre botaniste anglais John Gerard (1597). Dans le cadre d’une recherche sur les origines et l’évolution de l’arbre à canards, on pourrait vouloir vérifier dans les corpus de textes antiques s’il existe une origine plus ancienne à cette idée.

L’arbre à canards, illustration tirée du célèbre Herbier du botaniste anglais John Gerard (1597).

Un site comme PHI permet d’effectuer une recherche de séquences de lettres ou de mots dans l’essentiel de la littérature latine écrite avant 200 ap. J.-C., ce qui représente un peu plus de 350 auteurs et textes anonymes, auxquels s’ajoutent quelques textes ultérieurs. Le site a été créé par une association californienne, le Packard Humanities Institute, pour remplacer sa base de données qui existait auparavant sur CD-ROM.

Une série d’opérateurs logiques permet de définir la recherche. Il est ainsi possible de rechercher des canards, des arbres, des canards et des arbres. Une fonction permet même de rechercher des canards se trouvant textuellement proches d’arbres, c’est-à-dire dans un rayon de 100 caractères. La recherche peut être restreinte à certains auteurs ou à certaines œuvres. Ses résultats s’affichent sous la forme d’une liste comportant, sous le nom de l’auteur et de l’oeuvre, le passage dans lequel apparaît l’objet de la recherche. Un clic sur ce passage permet d’afficher le texte entier.

Affichage des résultats de la recherche dans leur contexte (à gauche) et dans le texte intégral (à droite).

Il s’avère ainsi que, si certains canards jouissent d’une existence paisible, barbotant tranquillement (Ovide) ou volant dans le ciel (Pline), d’autres ne connaissent que leur élevage (Varron) et finissent mangés (Martial), bien que parfois très savamment cuisinés (Caelius Apicius). Les canards servent également de médicaments puisqu’ils permettent d’apaiser les douleurs intestinales par leur simple vue (Columelle) ou par contact cutané (Scribonius Largus), tandis que leur sang arrête les hémorragies craniennes (Pline) et que leur fiel soigne les contusions des yeux (Pline). Aucun ne paraît en revanche avoir poussé sur un arbre. Ces observations sont confirmées par l’analyse des passages dans Voyant Tool: le nuage de mots obtenu montre sous une autre forme qu’il est beaucoup question de cuisine et de remèdes, mais qu’il n’y a pas l’ombre d’un arbre à l’horizon.

Nuage de mots généré par Voyant Tool à partir de la recherche du mot ‘canard’ dans PHI.

Pour conclure réellement à une origine plus précoce de l’histoire de l’arbre à canards, il faudrait bien sûr vérifier la proximité lexicale d’autres types de végétaux avec celle d’autres types de volatiles. Il est néanmoins probable que l’arbre à canard soit une espèce endémique dont le territoire, situé bien au-delà du limes, n’ait été que trop peu connu par les auteurs latins…

À part explorer davantage le fruit d’une des nombreuses distractions qu’offre Internet pendant les cours à distance, cette recherche a permis d’essayer les fonctionnalités de recherche simple et de recherche combinée proposées par PHI. Ce type de recherche est vraiment l’objectif du site, qui est pour le reste très sobre. Les éditions utilisées datent de la première moitié du XXe siècle, et seul le texte latin, sans aucune note ni commentaire, est disponible.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.