Ecce numericus

image_pour_billet

L’étude des lettres classiques, toute poussiéreuse qu’elle soit, n’en dégage pas moins le charme que possèdent de vieux livres jaunis, odorants et rongés qu’on retrouverait dans un grenier baigné d’un mince mais précis rai de lumière en direction de ceux-ci. Son ancienne bibliothèque, qui ne défatigue pas à les ranger malgré tout harmonieusement après toutes ces années d’abandon voire de mépris par les résidents en-dessous, n’est rien d’autre que le poids noble et difficilement contestable de la tradition érudite, laquelle, à travers d’illustres noms inscrits sur les étagères voluminiques, a érigé cette étude au rang de connétable des lettres.

Cette bibliothèque demeure oubliée parce que les résidents inférieurs lui ont préféré des reliures noires, froides et plus adaptées aux modes “branchouilles” et “cool” de leur époque souvent très demandées quant à leur utilisation et leur maîtrise par les décideurs récents d’avenir un peu parvenus: les ordinateurs. Cette technologie, tel un aspirateur d’âmes, se contente d’emprisonner le contenu d’un corps livresque séculaire derrière son écran simulant la lumière et en adopte ainsi l’apparence qu’il tente de faire passer pour “moderne”. Ce diable vous regarde presque ironiquement tandis que vous le considérez comme facilitateur de tâches mais ne vous dira pas que sa maîtrise requiert des performances annexes et subalternes que le monde qu’il a créé a rendues indispensables en noyautant les milieux universitaires pour les légitimer par l’esprit.

Le voilà régnant sur les identités par l’immensité d’un réseau englobant facilement notre trop petite planète et sur les notions esthétiques de l’écriture manuelle par le bruit monotone de ses boutons où l’encre est factice et ne peut plus caresser le papier en des langueurs quasiment fétichistes. Le numérique s’est fait Monos et son regard a pardonné Babel d’avoir divisé sa langue et Adam et Eve d’avoir voulu goûter à la Connaissance en rendant à l’humanité son innocence décérébrée.


Auteur/autrice : OZAN Florent

Master 1 Humanités classiques et humanités numériques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.