Plutarch, éclaire-moi sur l’antispeciesism!

Dans un parc au Sud de la France, près d’un petit bistrot, un très vielle homme est vraiment en colère….

Pl : Vous me demandez encore un fois, après presque vingt siècles, de répondre aux mêmes questions ? Ce n’est pas encore clair qu’on tous devrait abstenir de manger de la chair des animaux ? Évidemment, vous, les humaines du vingt-première siècle, n’êtes pas très évolués !! Vous êtes vraiment fous !

E : Mais Plutarque, calme-toi. Regarde, tout le monde consomme de la viande, ce garçon-là, il mange son entrecôte et cette jeune fille,  elle goute son pâté de canard ; qu’est-ce que tu feras ? Ce n’est pas ni interdit ni illégal.

Pl : Ça devrait être !

E : Alors, dis-moi, brièvement, tu es un antispeciest ?

Pl : Je ne sais pas les termes contemporaines, le seul que c’est vrai pour moi est que manger les animaux n’est pas un choix alimentaire, c’est un choix moral, un point de vue sur la vie ; c’est entièrement contre à notre nature ! Quel motif ou plutôt quel courage avait lui, qui était le premier pour approcher de sa bouche un cadavre morte, qui a servi sur sa table des corps morts et dévorait les chairs ? Comment peux-tu être si ignorant de ne comprendre pas que nous ne sommes pas carnivores ? Pour les humaines ce n’est pas un régime alimentaire, c’est LE régime alimentaire à éviter !

E : D’autre part, quelqu’un peut dire pour se défendre, que notre position dans la pyramide alimentaire, -nous sommes les superprédateurs,  n’est pas ? – en fait, nous donne la liberté de choisir la source de notre énergie. L’usage de manger de la viande est, dit-on, fondé sur la nature. Vous n’êtes pas d’accord ?

Pl : Ne sommes pas des prédateurs !! C’est incroyable ! L’homme n’a ni des dents pointues ni des ongles acérés; son estomac n’est pas assez fort pour digérer une nourriture aussi pesante que le corps animale! La nature, en nous donnant des dents faibles, une bouche étroite, une langue tendre,  semble avoir interdit à l’homme ces sortes d’aliments, n’est pas ? Chaque fois, à propos d’obtenir le char animale, vous devez inventer des soutiens et des outils  et après choisir des épices et des accompagnements parce que vous ne pouvez pas tolérer le fait qu’en vrai c’est juste un cadavre, un cadavre MORT ! Si nous étions des chasseurs, on mangerait aussi les animaux sauvages après les avoir tués en nous défendant contre eux !

E : Je comprends, mais dans ce moment, notre société est un peu différent que l’un que tu avais envisagé, nous ne tuons pas plus des animaux parce qu’ils constituent un danger pour nous. Au contraire, nous sommes en train de protéger les animaux, et plus précisément les années dernières à fin que les espèces en voie de disparition sont très nombreuses. Cependant, il y a une industrie spécialisée à l’élevage des animaux…

Pl : Comment ? Qu’est-ce que tu viens de me dire ? Une industrie de meurtre, d’horreur, du sang ? Vous essayez de faire quoi ? Légitimer un crime insupportable ? En tout cas, j’admis que si s’était un état d’urgence ce serait plus justifié mais encore, si c’est la nécessité qui vous force de traiter les animaux comme ça, pourquoi ne traiter pas aussi des hommes comme ça ? Nous ne nous lamentons que contre cette injustice, cette cruauté. Avez-vous besoin de nourriture? Tuez-nous. Laissez les animaux vivre!

E :

Pl : Aaaa maintenant tu trouves que c’est trop ? Mais, ce n’est pas « trop » de désigner une industrie autour les morts des pauvres animaux ? J’étais juste exagérais- parfois c’est nécessaire pour vous, les  jeunes, de comprendre ! Mais en  dehors que la consommation de la chair des animaux est contraire à la nature, elle affecte encore notre âme à cause de la saturation qu’elle provoque. Mais en dehors du côté moral, pour moi c’est le plus fort, il y a beaucoup d’arguments. Si la viande donne au corps plus de force et de force, elle affaiblit l’esprit. Tout le monde connaît le discours de Pindare: « L’âme sèche est la meilleure et la plus sage ». Quand quelqu’un frappe un tambour vide, le son est assourdissant. S’il est plein, personne ne peut l’entendre. J’ai donné cet exemple parce que j’ai l’air d’être des créatures égoïstes, alors voyez comme vous vous faites du mal. Il est difficile, dit Caton : « de se faire entendre à des estomacs, qui n’ont point d’oreilles ». En effet, ce n’est pas une nouvelle, la consommation de la viande, il sera difficile ainsi de convaincre tous ceux qui ont le plaisir de la viande. Ce serait merveilleux de pouvoir déraciner le désir pour la chair de notre âme. Parce que ce n’est pas notre estomac, c’est notre moralité et notre esprit infectés quotidiennement.

E : En revanche, beaucoup de gens peut dire que nous sommes élevés comme ça, que la viande nous est nécessaire et en plus, fait partie à notre existence. Je connais des personnes qui ne peuvent qu’adapter cette habitude alimentaire survivre à cause des problèmes de santé.

Pl : à mon état d’esprit, s’il vous est impossible de renoncer à cet usage,  ou que l’habitude que nous en avons contractée vous fasse rougir de quitter ce régime vicieux, conservez-y du moins la modération que la raison nous prescrit. Mangez la chair des bêtes par besoin et non par sensualité. Lorsque nous privons un animal de la vie, nous devons être compatissants et sensibles. N’offensez pas leur misère! Le non désolé pour ce crime, nous nous engageons, indique que la cause n’est pas la faim et le manque d’autres solutions de rechange, mais un profond désir de saturation à un traitement si cruel et brutal. Mais nous devons toujours nous rappeler que les animaux, ainsi que les humains et tous les êtres vivants, ont tous une seule âme. Nous avons des cœurs, des sentiments, de la conscience! Est-il possible d’envisager un repas qui ressemble à un cimetière parfait? Considérons-nous indifférent à la perte d’une âme? Croyons-nous que la justice ne s’applique pas à tout le monde, seulement à ceux qui ont raison? Regardons-le aussi d’un autre point de vue. N’est-il pas vrai que plus la consommation de viande a été établie, le même besoin de jouissance violente et de souveraineté va-t-il amené l’espèce humaine à déclencher des guerres et à tuer d’autres personnes? Pas trop loin l’un de l’autre …  Mais néanmoins, avant tout, c’est une question de respecte. Si on respecte la vie, nous savons certes ce que nous devons faire.

E : Dans ton époque, les Stoïques n’ont pas la même opinion…

Pl : Je pensais avoir été clair, je ne veux pas parler pour les Stoïques! Mais en tout cas, le point de vue des stoïciens sur ce sujet n’est pas du tout pertinent à la nôtre. Comment osent-ils justifier l’utilisation de la consommation de viande alors qu’ils parlent si fort contre le luxe et le plaisir? Cependant, ils ne sont pas contre les moyens qui conduisent au plaisir. Mais leurs perceptions philosophiques l’ont toujours été. Il vaut donc mieux ne pas chercher de réponses aux philosophes, ni à moi ni à quelqu’un d’autre. Quoi que nous disions, chacun a en lui sa propre vérité et doit se demander.

 

VOYANT TOOLS

 

J’avais utilisé deux textes du Plutarque « De esu carnium », parmi de l’œuvre « Moralia», dans sa forme initial en grec ancien. Le texte, il s’agit d’un discours contre la consumation de la viande. En l’examinant sur la plateforme Voyant Tools, dans la rubrique « Cirrus », une des mots qui sont apparus était le mot « κρεοφαγία », pour cela j’ai décidée d’exploiter cette idée dans un dialogue contemporain, entre Plutarque et un(e) jeune étudiant(e), qui fait son mémoire sur l’origine dé veganisme.

 

Après, dans la rubrique « Contextes », on trouve le syntagme « παρά φύσιν » plusieurs fois, et en examinant son contexte chaque fois, sa servait comme un argument contre le carnisme ; dans l’adaptation en haut, la même idée est aussi réalisée.

 

Dans la même rubrique, en observant l’occurrence du terme « ἐκείνοις », c’est évidente que c’était dans son style d’écriture, l’utilisation des phrases antithétiques ; les antithèses sont toujours entre « nous », et les autres ; dans mon texte cette idée est réfléchie par le contraste avec « nous » et « vous » parce que c’est un dialogue à la deuxième personne.

L’occurrence du terme « *τι » (τίς τίνος τίνι) renforce le style de l’auteur, qui utilise très souvent la forme des questions pour établir la sensibilisation autour la consommation de la viande, sujet rapproché pas points de vue différentes ; l’œuvre dans sa totalité essaye de provoquer la réflexion, de nous rendre volontés de chercher plus profondément dans notre conception. C’est pour cela que le style est parfois plus intense, dur et presqu’agressif !

Pour conclure, tandis que l’adaptation est de genre différent que le texte initial, le texte de Plutarque qui serve comme inspiration de ce pastiche savant, j’espère que l’esprit, au sens stylistique était bien attribué.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.