Pastiche de Lysias : Epitaphios à l’occasion du jour du souvenir transgenre

Devoir d’humanités numériques : pastiche de Lysias.

Discours funéraire à l’occasion de la journée du souvenir transgenre.

Vous qui êtes présent·e·s pour ces funérailles réalisées pour les membres de notre communauté en ce 20 novembre, sachez que nous nous sommes réuni·e·s, en dépit des lois d’une cité qui n’a pas voulu nous reconnaître, pour porter la mémoire de celles et ceux qui sont morts, au sujet de qui je vais prononcer mon discours ; il n’est en effet aujourd’hui pas de terre, pas de mer, qui ne chante nos morts, car il n’est pas de cité, dans l’humanité toute entière, dont nous ne faisions partie. Nous étant rassemblé·e·s ici pour rendre leur souvenir immortel, nous portons non seulement à nos défunts des chandelles, et portons encore dans nos cœurs les vies trop vite abattues par un sort infâme et cruel.

Je vais d’abord rappeler les luttes soutenues par le passés par nos ancêtres, par celles et ceux qui nous ont précédés, en en portant le souvenir dans mes paroles : elles méritent en effet d’être rappelées à tout être humain, que ce soit par le chant ou dans les discours réalisés pour les personnes de bon cœur, dans les hommages que nous rendons en de telles occasions, ou dans les leçons que les vies des morts apportent aux vivants, pour qu’un immonde oubli ne recouvre pas les corps de ceux qui sont morts du fait de la haine d’autrui.

La première journée du souvenir transgenre eu lieu naguère, le 20 novembre 1998, suite au meurtre de Rita Hester l’année d’auparavant ; habitant au Massachusetts, assassinée dans la ville d’Alliston, son meurtre a poussé notre communauté à se révolter contre l’injustice et la haine que nous subissons : réclamant le respect de son nom et de sa personne, ceux qui nous précédèrent se battirent pour que son malheur soit reconnu comme tel, et pour qu’aucun des nôtres n’ait à périr dans l’obscurité, son meurtre effacé par un monde qui ne veut pas nous reconnaître et qui ne se soucie pas des dangers que nous encourons.

Depuis ce jour, nos célébrations se sont maintenues en se répétant année après année, et les assassinats également, et il est évident, ô membres de l’assemblée, à voir les nombreux noms de nos morts, que cette violence n’a aujourd’hui pas pris fin, et qu’il nous faut d’une part, dans notre vie entière, nous souvenir de ces noms, et que d’autre part, les honorant en tant que victimes de l’injustice, nous dénoncions le malheur à cause duquel nous sommes présents. Car c’est pour cette raison que nous sommes tous ici en cette nuit, ei quelqu’un disait que le sort de notre communauté s’est amélioré, je lui dirais d’une part que, parmi les nôtres, deux cents trente-huit personnes ont trouvé une mort visible, et, d’autre part que beaucoup d’autres morts restent pour nous inconnus, parce que la transphobie est invisible en notre époque, et que ce crime n’est pas toujours reconnu par les lois des cités.

En effet, le malheur de ceux qui sont mort n’est pas la seule affaire de ceux qui partagent leur sang, mais est notre malheur commun, et il nous faut, dans notre vie entière, nous souvenir de nos morts et, les honorant en tant que victimes de l’injustice, ne plus permettre de nous faire oublier ; et ce n’est pas avec la seule connaissance privée de ces noms et de ces morts que nous y parviendrons : il est évident, membres de l’Assemblée, qu’il faut, par des chants publics et par des discours immortels, rendre nos vies visibles et montrer leur valeur à ceux qui voudraient les rejeter dans un ignoble oubli, en cachant nos morts, dans l’espoir que leur crime reste encore impuni des lois humaines.

[Suivrait une lecture des noms des victimes que je ne peux rendre ici ; la liste est là :https://tdor.info/].

C’est pour toutes ces raisons, et pour toutes ces vies, que nous joignons nos gémissements comme le veulent l’usage et la vertu, et je vous remercie, adelphes, d’avoir assisté aux funérailles symboliques de ceux de notre communauté qui sont morts en cette année ; en étant présent, vous êtes venus au secours de leur souvenir, parce que vous savez qu’il est important de ne pas accepter l’injustice et de respecter nos disparus.

*****

Explication de mon travail :

Attentes avant de commencer à écrire le pastiche :

Lysias est un orateur athénien, qui écrivait en s’adressant à un public. Il s’agit de l’élément constant de ses textes, alors que la situation dontil parle peut changer.

Mon but est de trouver des syntagmes récurrents, qui pourraient me donner une idées de tournures que je pourrai réemployer plus tard quand je voudrai faire du thème grec. Le problème d’un tel but est cependant qu’il focalise toute l’attention sur un élément que l’on pourrait bien considérer comme accessoire, quand l’on veut imiter le style d’un auteur ; l’on connaît davantage Proust pour l’ampleur de ses phrases, Hemingway pour leur simplicité poussée à l’extrême, que pour leur propension à utiliser tel ou tel terme du vocabulaire.

Il pourrait donc être plus pertinent de voir avec Voyant Tools la cadence des phrases et leur ampleur, la fréquence d’utilisation de participes par rapport aux verbes conjugués, les temps et les modes privilégiés. Mes cours de version grecque avec madame Le Meur m’ont cependant montré que Lysias utilisait beaucoup de participes, mais il ne s’agit pas d’une donnée statistique, seulement d’un ressenti personnel fait sur un nombre de texte, qui est malheureusement trop faible.

Pour voir la prévalence de génitifs absolus, on ne dispose sans doute pas vraiment de solution, à moins de regarder les mots qui suivent des τῶν, ce qui en laisserait de côté. Je ne vois pas comment faire pour voir quels sont les temps, les modes utilisés. On peut, au moins, voir le nombre de mots par phrase, mais je ne crois pas qu’il y ait de moyen de voir la ponctuation.

Analyse de Voyant Tool

J’ai mis dans une fenêtre l’Epitaphios de Lysias, qui se rapproche thématiquement le plus de ce que je veux écrire, et dans une autre l’ensemble de son corpus.

Sur l’Epitaphios :
Moyenne des mots par phrase : 1017.8

Les phrases de Lysias apparaissent démesurément amples à ne prendre que cet exemple ; pour faire une comparaison en utilisant les corpus déjà chargés dans Voyant Tools, Love and Friendship de Jane Austen a environ 25,8 mots par phrase ; sans doute faut-il y voir une différence entre les langues (grec ancien/anglais) et le type d’énoncé (discours/roman), mais il semblerait qu’il faille privilégier les phrases amples.

Mots les plus fréquents : αὑτῶν (33); αὐτῶν (18); αὐτοῖς (17); εἶναι (15); τούτων (15); ἀρετὴν (13); αὐτοὺς (13); ἐνθάδε (12); ἑαυτῶν (12); πόλιν (12); αὐτοὶ (11); ἐλευθερίας (11);

L’utilisation de pronoms anaphoriques semble assez constante. S’il n’y avait pas de séparation entre les cas, nous aurions, pour le non réfléchi au pluriel (et sans compter les féminins nominatif, accusatif et datif pluriel, ni les neutres nominatifs accusatifs pluriels), et seulement avec cet échantillon incomplet, 59 occurrences. Αὑτῶν et ἑαυτῶν sont sémantiquement identiques, et il faut compter 45 « ἑαυτῶν » de ce fait. Il aurait pu être intéressant de noter cette prévalence de la forme sans epsilon si nous écrivions en grec ancien, mais ce n’est pas le cas.

Cette prévalence semble écrasante, et je me demande à quel point on peut l’utiliser ; peut-être en utilisant un grand nombre de pronoms personnels plutôt que des synonymes. Il s’agit d’un indice de style, qui nous est peut-être plus utile que l’utilisation de certains termes de vocabulaires que je ne pourrais pas réutiliser du fait d’un changement de thème. (Bon, après, il y a trois types d’αὐτός, qui sont tous mis ensemble : il faudrait les analyser un par un éventuellement).

Il serait intéressant de voir quelle est leur place dans le texte : sont-ils martelés en anaphores à un moment précis, ou sont-ils répartis tout au long du discours ? (Visiblement, il y a un moment de pic vers la fin pour αὑτῶν, mais plutôt bien répartis)

Concernant les syntagmes, il faut faire avec les occurrences de δέ avant un mot, qui faussent en apparence le jeu. On peut sans doute se servir de ces informations en voyant quels sont les mots qui ont tendance à commencer des propositions ; cliquer sur de, voir les mots qui suivent pourrait faire également l’affaire.

Après vérification, les δέ sont souvent suivis d’un article : je ne vois pas trop qu’en faire dans un pastiche français qui ne les utilise pas pour passer d’une phrase à l’autre.

Moyenne des mots par phrase :
Décroissante : 25 – δήμου καταλύσεως… (2025.0); 24 – Πρὸς τὴν εἰσαγγελίαν… (1442.0); 08 – κατηγορία πρὸς τοὺς… (1044.0); Α᾿ρεοπαγιτικὸς περὶ τοῦ… (1018.0); 02 – Ἐπιτάφιος τοῖς Κοριν… (1017.8); περὶ τραύματος ἐκ προνοία… (960.0); 12 – κατὰ Ερατοσθένους… (811.5); 27 – κατὰ Ε᾿πικράτους… (758.0); 26 – περὶ τῆς Εὐάνδρου… (695.0); 18 – περὶ τῆς δημεύσεως… (677.0); 29 – κατὰ Φιλοκράτους… (667.0); 21 – ἀπολογία δωροδοκίας… (650.0); 14 – κατὰ Ἀλκιβιάδου… (607.3); 15 – κατὰ Ἀλκιβιάδου… (605.0); 34 – περὶ τοῦ μὴ καταλῦσα… (563.0); 11 – κατὰ θεομν́ηστου, Β (553.0); πρὸς Σίμωνα ἀπολογία (546.8); 30 – κατὰ Νικομάχουγραμμα… (472.3); 28 – κατὰ Ἐργοκλέους… (457.0); 33 – Ολυμπιακός (433.0); 20 – ὑπὲρ Πολυστράτου (384.2); 22 – κατὰ τῶν σιτοπωλῶν (376.0); κατ᾽ Ἀνδοκίδου ἀσεβείας (374.0); 31 – κατὰ Φίλωνος δοκιμασ… (365.8); 01 – ὑπὲρ τοῦ Ἐρατοσθένου… (345.7) …
Croissante : 23 – κατὰ Παγκλέωνος… (130.5); 17 – περὶ τῶν Ἐράτωνος… (148.8); 10 – κατὰ θεομνήστου, Α (187.5); 19 – ὑπὲρ τῶν Ἀριστοφάνου… (208.5); 13 – κατὰ Ἀγοράτου ἐνδείξ… (212.4); 16 – ἐν βουλῇ Μαντιθέῳ… (231.2); ὑπὲρ Καλλίου ἱεροσυλίας… (282.0); 32 – κατὰ Διογείτονος (284.2); 09 – ὑπὲρ τοῦ στρατιωτοῦ (294.3); 01 – ὑπὲρ τοῦ Ἐρατοσθένου… (345.7); 31 – κατὰ Φίλωνος δοκιμασ… (365.8); κατ᾽ Ἀνδοκίδου ἀσεβείας (374.0); 22 – κατὰ τῶν σιτοπωλῶν (376.0); 20 – ὑπὲρ Πολυστράτου (384.2); 33 – Ολυμπιακός (433.0); 28 – κατὰ Ἐργοκλέους… (457.0); 30 – κατὰ Νικομάχουγραμμα… (472.3)

A voir ces données, il nous faut reconsidérer ce que l’on pensait sur le 1017,8 mots par phrase de l’Epitaphios : il ne s’agit pas d’un hapax, mais Lysias a également produit des discours bien moins amples. Il est nécessaire d’essayer de ne pas faire trop de phrases courtes quand on l’imite, mais je ne pense pas qu’il soit nécessaire que mon discours consiste en seulement cinq phrases de 1000 mots chacune.

Mots les plus fréquents : εἶναι (284); ὑμᾶς (272); τούτων (243); ἄνδρες (238); ὑμῖν (223); μοι (184); αὐτῶν (182); δικασταί (170); ὑμῶν (169); αὐτὸν (160); ταῦτα (159); ὧν (151); ἦν (146); τούτου (138); τοίνυν (132); ἐπειδὴ (131); νῦν (128); αὐτοὺς (127); αὐτῷ (127); ὑμεῖς (125); αὐτοῖς (124); αὐτοῦ (113); πόλιν (111); πόλει (102); πόλεως (98)…

Mots distinctifs (par rapport au reste du corpus) : 02 – Ἐπιτάφιος τοῖς Κοριν…: βαρβάρων (10), ἑλλάδος (10), ἀρετὴν (13), ἀσίας (7), ψυχαῖς (6), ἀρετήν (6), αὑτῶν (33), ἕλληνας (7), γενόμενοι (7), ἑαυτῶν (12), ἐνθάδε (12), ἀρετῆς (7), μόνοι (6), μαχόμενοι (6), ἀνδρῶν (9), τήνδε (5), κειμένων (5), ἀρετῇ (5), μνήμην (4), εὐρυσθέως (4), εὐρυσθέα (4), ἐναντίων (4), δουλείαν (4), ἀλλοτρίαν (4), ἐλευθερίας (11)…

Encore un moyen de relativiser les données obtenues avec l’Epitaphios (d’où la nécessité d’avoir le corpus le plus large possible). On peut se servir du second de deux manières : pour la stylistique, en faisant en sorte de ne pas trop privilégier certains mots (nos 45 αὑτῶν+ ἑαυτῶν), pour la thématique, en faisant en sorte de relever ceux qui restent pertinents ; je ne peux pas trop utiliser les concepts de vertu, de combat, mais μνήμην est un terme important, et ψυχαῖς pourrait éventuellement l’être.

Dans les mots les plus fréquents qui me semblent intéressants, je note εἶναι dont l’infinitif me fait penser à des propositions infinitives, les quatre formes du pronom personnel vous, andres que j’ai vu par ailleurs souvent accompagné de dikastai, des mots à coloration sémantique plutôt vide (reprises anaphoriques sans doute) ; l’implication dans le discours de l’orateur semble possible (184 μοι), et le terme de la cité semble récurrent (ce qui ne m’aide pas). Enfin, Lysias semble affectionner les propositions relatives (151 ὧν) (quelque chose à dire sur epeidh, nun, toinun ? Je devrais les reprendre)

Dans les syntagmes, on retrouve beaucoup d’occurrences de ô andres dikastai, que l’on ne peut pas tout à fait rendre tels quels, mais qu’il faut rendre d’une autre manières. Les nombreux composés de umeis y vont, ainsi que des expressions comme tô plêthei tô umeterô

En apanti tô biô (3), en ekeinh th nukti (2), en ekeinô tô chronô (7) pourraient servir ; structure « en ekein* » à reprendre en tout cas.

On retrouve douze expressions qui commencent par un dia + article ; dia tên sumphoran, tên phusin… si occurrences d’un ean tis (2 ean men tis, 2 ean tis eiph, 2 ean tis phê, 10 ean dis et beaucoup, beaucoup d’autres ean) : on peut utiliser des structures hypothétiques et indéfinies. (+ de ei men tis); il y a également un nombre conséquent d’egô. Egô gar 4, egô de 15, egô men 9, egô oimai 2… 11 moi dokei…6 fois tên autên gnômên, 2 fois talêthê mnêusai kai… 2 fois taut’ estin alêthê… 2 fois umas eidenai oti, mais je pense que cette tournure a son importance d’un point de vu rhétorique… 6 dei au moins (deux dei gar, 2 dei hmas, 2 dei umas), deux dêlon oti, deux dikaion einai, mais on a également pas mal de dikên. 8 (variations comptées) de nun de… peri autôn revient souviens (12 en non réfléchi), peri emou 10 fois mais il doit s’agir de discours judiciaires. Peri tôn : 33 fois.

Les occurrences de polis pourraient être réutilisés dans le mot communauté, au vu du changement de contexte qui fait passer de la communauté athénienne à celle transgenre, qui ne se limite pas à une seule cité.

Ce qui m’étonne, après avoir regardé les termes et les syntagmes, c’est la très forte prévalence du vous sur le nous. Cependant, si l’on se réfère plus particulièrement à l’épitaphios, on trouve six termes basés sur la racine du « nous » et aucun sur celle du « vous » : il faut y voir la différence entre un contexte de discours judiciaire et celle d’un discours visant à unir la cité dans la reconnaissance de ceux qui sont morts pour elle. Le grec étant une langue qui ne requiert pas de pronom personnel sujet avant un verbe, il faut également prendre cela en compte – mais je ne crois pas que Voyant Tools permette de classer les verbes par personne.

Une focalisation sur les mots qui suivent des men et des de successifs aurait sans doute pu être utile, mais je ne sais pas comment faire cela ; une lecture du début de l’épitaphios (ὑμνοῦντας μὲν ἐν ταῖς ᾠδαῖς, λέγοντας δ᾽ ἐν ταῖς τῶν ἀγαθῶν γνώμαις, τιμῶντας δ᾽ ἐν τοῖς καιροῖς τοῖς τοιούτοις,
παιδεύοντας δ᾽ ἐν τοῖς τῶν τεθνεώτων ἔργοις τοὺς ζῶντας. ) a cependant inspiré d’assez près un passage de ce texte. La connaissance de ce balancement a également influencé mon style d’écriture.

Ce qu’il faut dire sur la journée du souvenir transgenre : sensibiliser au fait que la transphobie n’est pas reconnue, porter le souvenir de nos morts, sensibiliser à la transphobie que nous devons subir et qui coûte des vies.

  • Rappeler au début le meurtre de Rita Hester en 1998, le 28 novembre éventuellement, qui a lancé cette tradition (premier TDOR : 20/11/1999). Il faut visiblement lire les noms de chacun des morts, mais cela n’irait malheureusement pas avec le but de l’exercice, d’autant plus que cet us n’est pas athénien.
  • Se souvenir de ce qui est arrivé par le passé (les ancêtres éventuellement), pour ne pas permettre que cela recommence.
  •  Se souvenir de tout·e·s celleux qui sont morts dû à la transphobie, car les médias ont tendance à ne pas en parler (ou à le faire en oubliant de mentionner la transphobie, parfois en utilisant leur morinom (nom assigné à la naissance) et en les mégenrant.
  • Affirmer que les vies transgenres ont de la valeur.
  • La visibilité est ce qui nous permet de faire changer les choses (donc, des δήλον pourraient être une bonne idée)
  •  Remercier celleux qui sont venus à la fin.

Réflexions après la réalisation de ce pastiche.

Ce pastiche a été écrit d’après ce que j’ai vu dans Voyant Tools, d’après une lecture de l’epitaphios et d’après des recommandations lues sur le site du jour du souvenir transgenre https://tdor.info/. Cependant, j’ai l’impression que c’est plutôt une connaissance de la phrase grecque qui m’a guidée dans cet exercice : les phrases sont amples pour du français (84,1 mots par phrases) parce que j’ai vu sur Voyant Tools qu’elles devaient l’être, j’ai pris quelques expressions directement dans l’epitaphios, mais il est difficile de produire un pastiche en suivant de près des données sur le vocabulaire données par Voyant Tools, ou sur des syntagmes, d’autant plus que le contexte change : comment parler de la vertu de personnes tuées pour ce qu’elles sont, et qui ont eu une mort tragique à laquelle elles ne s’attendaient pas ? Comment parler de liberté ? Certaines thématiques, comme l’injustice, la visibilité, les lois et la mémoire devaient en revanche être utilisées, et je les ai restituées du mieux que je le voulais.

J’ai essayé de faire des génitifs absolus, des propositions infinitives, des μήνδέ… et des « δήλον ἔστι » par ce que j’ai vu de nombreux μήν et δέ, que les très nombreux εἶναι m’ont suggéré des propositions infinitives. Lorsque j’écrivais, j’avais un peu peur de trop en faire et de rendre la phrase trop grecque en apparence ; si l’on me donnait un texte de Lysias, je ne le traduirais certes pas de cette manière. Mais comment faire autrement avec un tel exercice ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.