Projet numérique : le Contre Julien de Cyrille d’Alexandrie

S’intéresser à des auteurs non-classiques équivaut souvent à s’aventurer là où la main des spécialistes a rarement mis le pied. Cela peut s’avérer très fructueux dans le cadre d’études de texte traditionnelles, mais dans le cas de traitement numérique des œuvres, cela signifie avancer à tâtons dans un monde peu balisé et où, en particulier, les textes en condition d’être traités sont rares. Ce fut mon cas durant ce semestre, ce n’est qu’à la toute fin d’avril que l’entièreté du Contre Julien de Cyrille d’Alexandrie, dont nous avons conservé dix livres complets et les fragments de dix autres, a été rendu disponible sur le TLG en ligne. N’ayant avant cette date accès qu’aux deux premiers tomes, mon travail numérique était limité.

J’avais pu bien sûr utiliser les fonctions de statistiques de TLG sur l’ouvrage de Julien, le Contre les Galiléens, que Cyrille réfutait, mais ce n’est qu’en ayant accès à tout l’ouvrage de Cyrille que j’ai pu réellement faire travailler ensemble ces deux textes. Ainsi, si je pouvais déjà constater chez Julien un e surreprésentation des lemmes « θεός » « φημι » ou « Μωυσῆς » ce n’est que récemment que j’ai pu remarqué que ce sont les mêmes qui le sont chez Cyrille.


Cela peut s’expliquer par les sujets traités qui sont semblables (en l’occurrence, l’Ancien Testament dans les 10 premiers livres du Contre Julien d’où la prépondérance de Moïse) et peuvent indiquer que Julien, comme Cyrille le réfutait lui-même, réfutait peut-être un auteur qui lui était antérieur (d’où l’emploi abondant de φημι), comme il a été suggéré par M.-O. Boulnois (« Le “Contre les Galiléens” de l’empereur Julien répond-il au “Contre Celse” d’Origène ? »).

J’avais également tenté d’observer un ensemble de co-occurrences de passages ou d’expressions parallèles entre Julien et ses prédécesseurs païens dans la polémique anti-chrétienne, mais les résultats demeuraient peu pertinents, comme il s’agissait dans la plupart des cas de citations bibliques courantes :

Enfin, le récent ajout des 10 volumes du Contre Julien sur le TLG m’a permis de faire des recherches de lemmes et de termes dans l’ensemble de l’œuvre, ce qui est toujours plus pertinent que de le faire sur deux livres seulement. Ainsi, j’ai pu constater statistiquement ce que déjà je présentais à la lecture, soit un emploi par Cyrille très restreint du nom même de son adversaire.

Grâce à l’interface du TLG, je peux retirer du compte les occurrences du nom de Julien présentes dans les titres (en majuscule) et ne considérer que celles dans le corps du texte, qui représentent à peine plus de 3 occurrences par livre, et qui justifient un commentaire particulier de ma part de celles-ci dans les passages où elles se trouvent.

Ainsi, si mon mémoire ne se centre pas autour de l’analyse numérique des textes que j’étudie, la possibilité de rechercher des termes ou des expressions précises dans l’ensemble du Contre Julien me permet de proposer un commentaire plus riche et surtout plus exact.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search