Projet personnel : une histoire de temple

Dans le cadre de mon mémoire sur le temple d’Apollon construit par Auguste sur le Palatin, je travaille essentiellement sur les Res Gestae d’Auguste et sur la vie d’Auguste par Suétone. Dans les paragraphes 19 à 21 des Res Gestae, Auguste fait la liste des bâtiments qu’il a fait construire ou restaurer à Rome. La plupart d’entre eux sont des temples. Pour les évoquer, il utilise deux termes (“aedes” et “templum”). En remarquant qu’il évoque le temple d’Apollon qu’il a lui-même fait construire comme “templum Apollinis” et le temple d’Apollon restauré par Sosius comme “aedes Apollinis”, je me suis demandé s’il y avait une différence entre les deux termes.

D’après le dictionnaire étymologique de la langue latine, le sens premier de aedes est « foyer, pièce où l’on fait du feu. Le singulier désigne spécialement la demeure du dieu, le temple, qui n’est à l’origine composé que d’une seule pièce, et a dû d’abord s’appliquer à l’aedes Vestae » tandis que templum est à l’origine un « espace carré délimité par l’augure dans le ciel, et sur la terre, à l’intérieur duquel il recueille et interprète les présages. Par extension, templum désigne un endroit consacré aux dieux et spécialement le « temple » ».

A ce moment de la recherche, je pensais pouvoir justifier une théorie selon laquelle l’aedes est un temple au sens strict de construction quand le templum était un temple qui avait été voué à un endroit choisi par les dieux. Le temple d’Apollon qu’Auguste a fait construire sur le Palatin semblait répondre à cette théorie puisqu’Auguste a décidé d’y construire le temple alors que la foudre venait de frapper le terrain et qu’il y avait fait prendre les augures.

Liste des monuments dans les Res Gestae et équivalent chez Suétone et Dion Cassius

J’ai alors dressé la liste des monuments cités dans les paragraphes 19 à 21 des Res Gestae puis cherché les paragraphes chez Suétone dans lesquels il était fait mention de ces mêmes monuments, à savoir surtout les paragraphes 29 et 30 de la vie d’Auguste. J’avais dressé une liste pour les équivalents chez Cassius Dion mais il n’y a qu’un seul terme en grec. J’ai ensuite utilisé Rstudio afin de comparer les occurrences des mots dans les deux textes. D’abord en important les textes chacun de leurs côtés afin de dresser des tableaux puis graphiques des occurrences de ces mots, puis en comparant les deux textes ensemble. Cependant ce que l’on remarque est qu’Auguste parle plus des monuments que Suétone.

J’ai ensuite importé les deux textes dans Voyant Tools afin de comparer le contexte que j’ai importé dans un nouveau tableur Excel. On remarque que le terme peut changer d’un texte à l’autre. En effet, Auguste parle du temple de Mars Vengeur en utilisant le terme « templum » alors que Suétone utilise « aedes ». Dans les chapitres étudiés de Suétone, templum évoque uniquement le temple d’Apollon Palatin. Cela semblait donc peu probant puisque la différence entre les deux textes si courts ne prouvait pas grand-chose.

 

 

 

 

J’ai alors cherché les occurrences des deux termes dans l’ensemble du texte de Suétone. Dès lors, il m’a fallu me rendre à l’évidence que ma théorie était peu concluante. Suétone parle de « Hercules templi », « aede Martis Ultoris » (“templum Martis Ultoris” chez Auguste)  ou encore de l’ « aede Capitoloni Iovis ». Ce dernier est d’ailleurs, selon la tradition, un temple construit sur un site comportant des lieux consacrés à d’autres divinités.

Cette recherche me montre que ma théorie n’est absolument pas justifiée. Cependant, si on considère que Suétone utilise le terme « templum Apollinis » pour parler du temple construit par Auguste sur le Palatin, terme qu’Auguste utilise justement dans ses Res Gestae, il semble alors que ce soit cela la différence entre le temple construit par le Princeps et le temple d’Apollon restauré par Sosius. Il est en effet, dans le paragraphe 21 des Res Gestae, question d’un temple à Apollon sans qu’Auguste précise s’il parle de celui du Palatin ou de celui du Champs de Mars : “Dona ex manibus in Capitolio et in aede divi Iuli et in aede Apollinis et in aede Vestae et in templo Martis Utoris consacravi, quae mihi constituerunt (sestertium) circiter milliens.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.