Des chiffres pour sauver les Lettres ?

Bonjour,
Je m’appelle Kévin FRAIR et cette année j’ai décidé de faire un Master Humanités classiques et Humanités numériques après trois années de CPGE AL en option Lettres classiques au Lycée Gerville Réache de Basse-Terre, en Guadeloupe.
Je ne suis donc habitué qu’à une seule partie de ce cursus et si j’utilise mon ordinateur portable et mon smartphone quotidiennement, mes connaissances de la culture numérique sont au mieux… superficielles.
Cependant, je ne trouve pas ces deux éléments opposés. Au contraire, je pense que ces deux disciplines s’enrichissent. En effet, les papyri ne seraient-il pas en train de pourrir loin des philologues du monde entier si on ne les avait pas numérisés ? Et comme le dit Properce :

Quantum oculis, animo tum procul ibit amor

(Elégies, III, 21)

Curieusement, c’est donc un amour des Lettres qui pousse les chercheurs vers les moyens de communication contemporains, car, quels que soient l’époque ou le support, ce que nous, les humains, cherchons à faire, c’est communiquer, trouver un moyen de nous lier pour exister. Ainsi, plutôt que de se méfier derrière des volumes poussiéreux, ne vaudrait-il pas mieux s’y intéresser pour permettre la sauvegarde, l’étude de ces textes voire, leur transmission au plus grand nombre ? Je trouve que cet usage des nombres ne déplairait pas aux Pythagoriciens. En tout cas, je suis intéressé de savoir ce que j’apprendrai cette année.

Le Tetrakys, symbole important dans la philosophie pythagoricienne.


10 réflexions sur « Des chiffres pour sauver les Lettres ? »

  1. Bonjour Kevin (ou plutôt re-bonjour, puisque nous nous sommes vus en cours 🙂 )
    On a parfois le cliché d’un tout numérique ou tout papier ou papyrus mais comme tu le dis, l’amour des lettres peut décider à faire changer de support, et dans le cas du papyrus, finalement la numérisation permettra une certaine conservation du support lui-même! Très bel article en tous cas !

    1. Merci de ton commentaire, Sarah. Je pense que les supports se complètent et évoluent, et il ne faut pas vouloir séparer les uns ou les autres par nostalgie ou modernisme excessif.

  2. Bonjour Kévin ! On sent dans ta présentation toute l’importance que tu accordes à ce cursus et aux Lettres en général et ton attitude est très rafraîchissante

  3. Bonjour,

    Des chiffres et des lettres : cette pyramide de chiffres m’a fait penser à un autre cryptogramme sacré, mais en carré et avec des lettres.
    Si lors de vos prochains moments libres vous avez envie de vous détendre sans perdre le contact avec le monde antique, je vous conseille un roman policier passionnant autour d’une mystérieuse inscription, trouvée notamment à Pompéi, appelée le “Carré Sator” : ‘Sator : l’énigme du carré magique’, publié chez Actes Sud, https://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature-francophone/sator.
    Bonne lecture !

    Du point de vue de la mise en forme, comment faire pour mettre de l’italique et un lien dans un billet ? Il n’est pas possible d’accéder au html en rédigeant le billet ?

    Bon courage à tous pour ce master !
    Sandrine

    1. Bonjour Sandrine,
      Merci de votre recommandation, j’adore les énigmes ! La nouvelle interface est en effet très troublante. Mais pour mettre de l’italique il faut cliquer sur l’icône I qui apparaît dès que l’on commence à taper son texte. Concernant les liens, il faut sélectionner ce qu’on veut écrire avec un lien et cliquer sur la chaîne (image malheureuse s’il en est) qui fera enfin apparaître un cadre où l’on pourra insérer le lien choisi.
      En espérant que mon explication alambiquée vous soit utile.
      PS : Le balisage des commentaires est plus “classique” et rappelle l’interface précédente.

      1. Bonsoir Kevin,
        Merci.
        Dans un commentaire de billet, il n’apparaît aucune icône ! Je répond à partir de l’article (“Laisser un commentaire”) : je suppose qu’il faut utiliser une autre méthode pour pouvoir mettre de l’italique ?
        Bonnes lectures de romans !
        Cordialement.

  4. Bonjour Kevin,
    Je suis tout à fait d’accord avec toi, et surtout parce que tu cites ce magnifique vers de Properce. Il concorde parfaitement avec l’amour des Lettres que tu exposes juste après, et qui me parait essentiel pour notre master.

  5. J’aime beaucoup ta réflexion: « ce que nous, les humains, cherchons à faire, c’est communiquer, trouver un moyen de nous lier pour exister»… La communication comme lien et moyen pour exister, c’est précisément, je crois, au cœur du cours d’Humanités Numériques…

  6. Bonjour Kévin,
    Je suis tout à fait d’accord avec toi. Culture classique et numérique ne devraient pas forcément s’opposer car ils peuvent s’entraider et s’enrichir mutuellement. Je pense effectivement que c’est une grande richesse que l’outil numérique et que c’est une chance d’apprendre à le lier à nos études, même si pour l’instant tout ceci peut nous sembler obscur.

    1. Oui, une richesse ! C’est, je pense, le mot approprié pour décrire ce cursus en un mot.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search