Au commencement…

...était le Verbe ?
…était le Verbe ?

S’intéresser à la fois à la culture antique et aux nouvelles technologies surprend, intrigue, choque parfois. Parmi les étudiants de lettres classiques, c’est quelque chose qui est loin de faire consensus. Les technologies numériques ont beau faire partie intégrante de notre vie quotidienne, puisque nous utilisons des ordinateurs, des portables, des tablettes pour des activités aussi diverses que nombreuses, et elles ont beau s’implanter de plus en plus dans le travail d’étudiant et de chercheur, j’ai l’impression que c’est souvent avec résignation qu’on les utilise, parce qu’il faut bien vivre dans son temps. Mais la réflexion qu’engagent les humanités numériques est accueillie avec scepticisme : nous serions des littéraires, et non des informaticiens, qu’avons-nous à faire de toutes ces choses-là ?

Sans dire que je suis un adepte des nouvelles technologies depuis le départ – ce qui serait absolument faux –, je dois bien avouer que je suis à l’heure actuelle passionné par les questions que soulève cette notion. M’étant initié lors de mon travail de recherche en M1 au Thesaurus Linguae Graecae, j’ai compris à quel point les nouvelles technologies d’information nous permettait d’effectuer un travail différent de celui qui s’effectuait auparavant : la masse de connaissances recueillies dans les bases de données permet des analyses quantitatives pour lesquelles le seul travail humain n’était pas possible. Il est inutile cependant de chercher à apposer des jugements de valeur sur les travaux qui se font à l’aide de ces nouveaux outils ; ils ne sont ni moins bons, ni meilleurs, ils offrent simplement la possibilité d’une nouvelle approche des mêmes objets, tout aussi intéressante.

Je fais partie d’une génération qui a grandi avec des ordinateurs, avec le développement de l’Internet. Peut-être pour cette raison, j’ai le sentiment de manquer de distance par rapport à ces outils, de m’en servir quotidiennement, sans savoir comment ils fonctionnent, sans savoir ce que je fais. Depuis quelques années, je réfléchis beaucoup à ces questions, et, grand amateur de livres en papier, je me demande souvent ce que change l’écran à notre perception du livre, du texte, de la littérature. Nous sommes sans doute dans une période de transition, et il est probable que nos façons de réfléchir dépendent des moyens que nous donnons à notre esprit. Réfléchir, faire de la science et de la recherche avec les technologies numériques, ce n’est assurément pas la même chose qu’en faire sans. De nouvelles possibilités de travailler, de communiquer, de partager nos travaux s’offrent à nous.

C’est avec un grand enthousiasme que j’aborde ce début d’année et ce séminaire d’Humanités numériques. Dans mes travaux de recherche personnels, je m’intéresse particulièrement aux rapports qu’entretiennent la sphère de l’oralité et celle de l’écrit, en me concentrant autour des pratiques rituelles magiques et de l’importance de la parole performative, à la fois dans l’Antiquité grecque et la culture finnoise. Je me rends bien compte que la valeur du texte n’est pas la même dans une société qui privilégie l’oral que dans une société où la culture est écrite, son sens n’est pas le même. Nous vivons avec l’écran une évolution probablement semblable, et je crois que ce séminaire d’Humanités numériques me permettra de mettre en lien de façon très fructueuse ma propre activité de recherche avec mon sujet de recherche.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search