Premier billet: tentative


Chères lectrices, chers lecteurs,
Je viens d’un monde où ordinateurs et téléphones portables n’exis-
taient -presque- pas, où les photos étaient argentiques, les travaux
scolaires étaient « tapés» à la machine, les fautes effacées avec du
«Tipp-Ex» («Blanco» dans le parler de l'Île-de-France), les disques
vinyles copiés sur des cassettes audio à bande lisse, les recherches
en bibliothèques effectuées sur fiches cartonnées. J'aurais aimé vous
offrir un texte sur un fond blanc mais je n'ai pas trouvé mieux pour
obtenir l'effet «machine à écrire».

…Je poursuis donc dans une écriture plus lisible

J’habite à Bruxelles, dans un pays jeune -il n’a pas deux siècles-, réputé surréaliste, où cohabitent tant bien que mal trois communautés: celle des Flamands, néerlandophones appartenant autrefois au Royaume de France, et celle des Wallons, francophones et germanophones  ayant été partiellement rattachés à l’Empire Germanique.

Je suis conteuse et je m’intéresse particulièrement aux mythes et à l’Antiquité ainsi qu’aux traces qu’ils ont laissées dans les contes traditionnels. Je mêle dans mes spectacles contes populaires et mythes, textes antiques et rebetiko -style de chants grecs du début du XXe siècle, issus de la diaspora grecque de Turquie.

C’est pour cela qu’il y a trois ans, je me suis inscrite aux cours du DUCLA langues anciennes à Nanterre. En juin dernier,  je n’avais pas envie d’arrêter l’étude du latin et du grec; j’ai donc décidé de poursuivre en Humanités Classiques et Numériques à distance.

Je trouve les matières passionnantes, je découvre des domaines tout nouveaux pour moi, des domaines dont j’ignorais l’existence. Toutefois, je me sens un peu “dépassée” par la matière, le travail à fournir, les consignes à comprendre, les délais, c’est pourquoi vous recevez ce billet un peu tard.


J’utilise régulièrement l’ordinateur, non seulement pour des activités basiques comme le traitement de texte et internet, mais aussi dans le cadre de mes activités professionnelles, puisqu’il m’arrive souvent d’effectuer des montages et mixages sonores.

Mon système d’exploitation est Linux; c’est agréable pour moi de ne pas devoir, dans le cadre de ce cours, “patauger” durant des jours pour adapter mon système aux exigences de logiciels fonctionnant avec des systèmes d’exploitation plus courants.

Numériques, Classiques… Deux termes qui sembleraient ne pouvoir se marier?

Dans  quel univers le cours nous plongera-t-il? Je sais que le mariage de techniques et d’univers différents engendre toujours créations et découvertes.


5 réflexions sur « Premier billet: tentative »

  1. Je t’écris ce commentaire en écoutant du rebetiko, un genre que je découvre grâce à toi ! Tu sembles habituée aux mélanges par ton activité de conteuse, mélanges qui, si j’ai bien compris, sont en plus l’une des caractéristiques de cette musique. N’hésite pas à nous prévenir, si ça ne te dérange pas, de tes spectacles qui pourraient avoir lieu pendant l’année. Je serais ravie de pouvoir y assister et je ne suis sûrement pas la seule 🙂

  2. Bonjour Nadine,
    je trouve formidable de voir l’étude de l’antiquité appliqué à un domaine aussi vivant et créatif que le conte. Je pense qu’on est nombreux à se sentir quelque peu “dépassés” car bien que nous soyons habitués à l’informatique force est de constaté que nous l’utilisons de manière bien différente que celle que nous abordons dans ce cours.

  3. Bonjour Nadine,
    Je suis ravie de faire ta connaissance et j’espère que nous auront plus amplement l’occasion de converser et échanger des idées et des connaissances tout au long de l’année.
    Si cela peut te rassurer, je ne pense pas que tu sois la seule à te sentir “dépassée” et j’avoue que j’ai moi aussi un peu de mal à m’y retrouver dans tous ces nouveaux travaux. Mais nous progresserons vite j’en suis sure !

  4. Bonjour, votre expérience est tout à fait intéressante. Il est tout de même malheureux que vous soyez si loin, nous aurions pu profiter de vos connaissances et talents certainement enrichissants !

  5. Bonjour Nadine,
    Ton histoire me fait écho, puisque c’est un peu une conteuse, ma première professeure de latin, qui a fait naître ma passion des mondes antiques en nous racontant, assise sur son bureau, les amours de Zeus ou les aventures d’Heraklès. Ton monde m’a l’air tout particulièrement riche, à la croisée des chemins, et je trouve ça merveilleux que tu aies l’occasion de l’enrichir plus encore en suivant ce Master qui, comme les mythes grecs ont été mêlés à nos contes modernes, vise aussi un peu à réintégrer l’étude des langues anciennes dans un contexte contemporain très axé sur le numérique. Il est normal, je pense, de se sentir un peu dépassé par toutes ces nouveautés, mais tout devrait s’éclairer au fil du temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search