Beati pauperes numeris

Bonjour, je commence à suivre les cours numériques, et je ne comprends rien, de rien. Je pique des crises de colère, heureusement je n’ai pas encore détruit, ni même frapper,  l’ordinateur. Il faut dire qu’à mon âge, 58 ans, j’ai vraiment l’impression d’entrer dans un autre monde. Je sens que je vais être pitoyable, lamentable, exécrable, impardonnable, bref une honte.

Jusqu’à ce carnet auquel je n’arrive pas à m’habituer, car je travaille ordinairement avec blogger. 

En tout cas, félicitations et admiration pour tous ceux et toutes celles dont je lis, depuis l’année dernière, les efforts et les travaux sur ce carnet. Félicitations parce qu’ils sont dégourdis, et je n’ai parfois rien compris à ce qu’ils écrivaient, admiration pour le courage qu’il faut avoir pour aborder les études anciennes. Après quelques années de découragement devant l’évolution de  la remise en cause du savoir dans l’enseignement, un  nouveau voyage à Rome m’a fait comprendre que j’étais définitivement un “Lettres Classiques” indécrottable, attaché à la langue latine  (regina linguarum) et à son incroyable aventure intellectuelle.  Pour le reste, je suis loin de Nanterre, je travaille à distance depuis la Bretagne, et je travaille sur un texte latin médiéval : le procès de canonisation d’Yves Hélori. Présenté ainsi, mon travail peut paraître austère : en fait je suis à la recherche d’un homme, et des réactions du peuple breton face à lui. 

Version moderne du célèbre tableau de Poussin

8 réflexions sur « Beati pauperes numeris »

  1. Bonjour Christophe,
    bon courage à toi pour cette nouvelle année d’études! La puissance et la beauté de Rome t’ont rappelé à une voie merveilleuse, l’aventure intellectuelle du latin continue dans notre étude des langues antiques, qui certes connait quelques difficultés du point de vue enseignement dans le secondaire, mais heureusement tous les chemins mènent à Rome: je n’avais par exemple jamais fait de latin ni de grec avant ma première année à l’université!

  2. Bonjour Christophe,
    Il ne faut pas décourager et je pense que ceux que vous avez admiré sont passés par les moments de doute et de frustration face à cette nouveauté. Je ne connaissais pas non plus Yves Hélori et connaître l’homme et sa perception derrière la figure du saint a l’air passionnant. Vous dites être habitué à Blogger : si cela ne vous dérange pas, pourriez-vous me transmettre un lien vers votre blog ?

  3. Bonjour Christophe,
    C’est peut-être effectivement un tout autre monde que l’on découvre ici, monde où tout le monde doit se sentir un peu perdu… Il n’y a, en tout cas, aucune honte à se sentir démuni ; sans doute ce sentiment d’étrangeté diminuera avec le temps. En tout cas, votre passion pour la langue latine est belle à voir !

  4. Bonjour Christophe. Je compatis sincèrement car je sais d’expérience qu’il y a peu de choses aussi frustrantes que la maîtrise de nouveaux outils, en particuliers informatiques (cette année m’a d’ailleurs déjà apporté son lot de frustration de ce côté) et je t’invite à ne pas te décourager. En tant que quelqu’un de relativement malhabile j’ai appris que le meilleur moyen d’apprendre est tout simplement d’essayer, sans avoir peur des ratés (qui sont en général au rendez-vous). Je suis de tout cœur avec toi.

  5. Bonjour,
    Je n’avais jamais entendu parler d’Yves Hélori…
    J’espère que ce Master t’a déjà apporté de nouvelles perspectives pour cette recherche qui te passionne.

  6. Bonjour,
    Courage pour cette nouvelle aventure numérique ! La vraie difficulté, me semble-t-il, est qu’explorer quelque chose de nouveau demande du temps. Il faut s’habituer progressivement.
    Serait-il possible d’en savoir un peu plus sur cet “Yves Hélori” dont j’ignorais jusqu’à l’existence ? C’est juste par curiosité.
    A bientôt

    1. Yves Hélory (ou Haelori, ou Hélori) de Kermartin vivait au XIIème et XIIIème siècles. Il est pour les Catholiques le second patron de la Bretagne après la Vierge Marie ; pour les avocats il est internationalement leur patron et protecteur, et pour les autres Bretons il est un réformateur social, un aristocrate qui donnait à manger aux pauvres, de sa propre main dans sa propre écuelle, et qui leur a légué tous ses biens. C’est accessoirement un des rares saints bretons reconnus par le Vatican (7 en tout, dont 4 entre 2000 et 2009), et son procès de canonisation est une des rares a nous être parvenu complet pour le Moyen-âge. Je voudrais le sortir de l’hagiographie (il est chez nous quasiment aussi aimé qu’Anne de Bretagne) pour découvrir si derrière l’image se cache un homme, si la sainteté n’est pas seulement la projection sur une image des désirs d’un peuple à un moment donné. Avec le corpus sur lequel je travaille, constitué par des témoignages, je voudrais aussi découvrir le peuple de l’époque. Et enfin, je plonge la tête la première dans le latin médiéval, comme si un nouveau monde s’offrait à mes yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search