Le Thesaurus Linguae Graecae (TLG®)

Le Thesaurus Linguae Graecae (TLG®) possède un titre doublement “trompeur”. En effet, il est en latin mais le TLG® est constitué d’un corpus de textes en grec ancien. De plus, il s’appelle Thesaurus mais ce n’est pas un trésor au sens de dictionnaire comme le Trésor de la Langue Française informatisé.

Avant d’être un site internet, le TLG® est un programme de recherche de l’Université de Californie à Irvine fondé en 1972 par la chercheuse antiquisante Marianne McDonald dont l’objectif était de produire un vaste corpus numérique de textes littéraires en grec ancien. Son inspiration se trouve dans le Thesaurus Graecae Linguae, un dictionnaire de la langue grecque du philologue et helléniste français du XVI° siècle, Henri II Estienne dit Stephanus (cf Url du site). Le projet a connu deux directeurs : Theodore F. Brunner entre 1972 et 1998 et Maria Pantelia de 1998 à nos jours.

Les supports des textes ont évolué en parallèle de l’informatique. Ainsi, au moment de sa création, les textes se trouvaient sur des bandes magnétiques à lire avec le système Ibycus, créé par David Woodley Packard pour relire et corriger les textes numérisés, puis sur des CD-ROM A, C et D entre 1985 et 1992 avec l’aide technique de l’association à but non lucratif Packard Humanities Institute (PHI) connue pour son site PHI Latin Texts. En 2000, sort le TLG® E, le premier CD-ROM à être produit par l’équipe interne du projet. Il suit le transfert du corpus du système Ibycus à l’environnement Unix. C’est enfin depuis 2001 que le corpus est accessible en ligne.

La navigation dépend de l’autorisation donnée. Ainsi, The Abridged TLG® est une version restreinte du TLG® accessible au public sans abonnement mais avec une inscription (identifiant et mot de passe à fournir). Le corpus est limité aux auteurs classiques comme Homère, Hésiode, Platon, Aristote ou encore des tragédiens et orateurs étudiés habituellement durant le cursus universitaire mais aussi à des textes patristiques, des Pères de l’Église pour un total d’environ 1000 textes de 70 auteurs. Les textes de la période byzantine (330-1453 après J-C) par exemple ne sont donc pas inclus. Ce choix se défend. En effet, seuls les chercheurs ont intérêt à consulter ces textes, moins les étudiants et encore moins les élèves et les non antiquisants. Pour avoir accès au corpus complet, il faut souscrire un abonnement payant d’un ou trois ans pour les personnes et une licence pour les institutions (Universités, bibliothèques, etc.) dont le prix varie en fonction de la demande (taille de l’institution, largeur estimée de l’audience, etc.). Les textes sont consultables en ligne mais pas téléchargeables car ils ne sont pas dans le domaine public, étant des versions numériques d’éditions papier. On ne peut pas les copier en théorie mais rien n’empêche d’utiliser le classique CTRL + C / CTRL + V, contrairement à d’autres sites où sélectionner le texte avec la souris est impossible. On peut cependant modifier la police de caractères des textes

La page d’accueil est une présentation du projet dans sa globalité avec des liens vers des informations d’utilisation, d’extension du corpus, sur l’équipe en fonction, sur l’histoire du TLG®. On peut aussi les contacter. Il mentionne aussi l’existence de pages Facebook et Twitter, qui donnent des informations sur les ajouts récents de textes. Aux couleurs des céramiques grecques, cette page est composée de sept rubriques.

La recherche d’un texte ou d’un corpus se fait dans les rubriques TLG Canon, Full Corpus et Abridged TLG qui renvoie toutes à la même page mais avec des autorisations différentes : Full Corpus et Abridged TLG en accès ouvert et Full Corpus avec un abonnement. On peut faire une recherche par domaine : Author (Auteur), Editor (Éditeur), Work Title (Titre de l’œuvre), Publication Title/Year (Année ou titre de publication) ou Series. En complément, on peut inclure ou exclure des termes vernaculaires et/ou diplomatiques. On peut préciser le(s) siècle(s) voulu(s) (Date) en cochant les propositions du VIII° siècle av. J-C au XX° siècle de notre ère, le genre (Generic Epithet), le lieu (Geographic Epithet) ou encore des expressions particulières (Non-Standard Gen. Epith.).

Quand on cherche un auteur, c’est avec son nom latin. Par exemple, il faut écrire Lucianus pour trouver le rhéteur et satirique du II ap. J-C, Lucien (absent de la version gratuite). Des informations chronologique et géographique sont données avec en rubriques annexes, une carte et une frise qui situent l’auteur. Des liens vers des ressources externes (Wikipédia, Jstor, l’Année philologique, etc), la traduction sur Perseus et des références croisées le concernant sont juxtaposés.  En cliquant sur un petit livre rouge à côté du nom de l’auteur, la liste de ses œuvres apparaît. Une petite icône nous mène vers le texte désiré. Si on ne le sait pas, on risque de ne pas pouvoir trouver tout de suite, surtout si on est habitué à cliquer sur du texte et non sur des icônes comme aux premier jours du Web. L’édition papier d’origine est indiquée, ce qui souligne un travail de numérisation. Les textes sont ainsi disposés par « pages » comme dans l’édition papier d’origine. Ils sont affichables en Unicode mais aussi en Beta Code, son système de représentation des caractères et de la ponctuation développé par David W. Packard.

J’ai décidé de flouter le texte pour être conforme au copyright.

Il existe une large palette d’outils d’analyse des textes qui fonctionnent à la fois à l’intérieur d’un texte donné ou du canon entier du TLG. D’abord le moteur de recherche lexicologique dans la rubrique Lexica où l’on peut taper une chaîne de caractères ou des mots pour trouver leur occurrences dans les passages des textes du Canon. Dans un texte, on peut sélectionner la rubrique Lexica pour faire une recherche lexicale ou trouver la ou les occurrences d’une expression dans le canon du TLG.. Les lemmes rares sont surlignés en vert clair tandis que les plus courants sont en vert foncé.  Ensuite, ce montre un effort de classement. Le modèle de langage probabiliste N.gram est un outil de recherche intertextuelle, c’est-à-dire, qu’il permet comparer les similitudes stylistiques, la présence de citations ou d’hommage entre deux auteurs.  Enfin, il y a une rubrique de statistiques diverses sur un texte donné ou sur tout le canon avec des listes de lemmes les plus utilisés, les moins utilisés, des auteurs les plus productifs, etc.

On peut choisir d’écrire le mot recherché en sélectionnant un mode d’entrée de données (Input) qui est l’Unicode, le Betacode ou la translittération qui est une manière d’écrire le grec ancien avec des lettres latines.

Quatre dictionnaires de langue grecque sont intégrés au projet :

_ Le Cunliffe, un dictionnaire anglo-saxon de du vocabulaire homérique ;

_ Le Powell, spécialisé dans le vocabulaire d’Hérodote ;

_ Le LSJ (Liddell-Scott-Jones) , dictionnaire grec ancien-anglais ;

_ Enfin le LBG (Lexikon zur byzantinischen Gräzität), dictionnaire du vocabulaire grec de l’époque byzantine.

Cette diversité des dictionnaires utilisés qu’ils soient généraux ou spécialisés renforce l’efficacité de l’analyse. Mais ce corpus est majoritairement anglophone ce qui exclut les non-anglophones.

Enfin, il y a une rubrique de statistiques de lemmes sur un texte donné ou sur tout le canon avec des listes de lemmes les plus ou les moins fréquents, etc.

Comme nous l’avons vu, le Thesaurus Linguae Graecae est un outil de recherche précieux pour les chercheurs avec son large corpus et ses diverses fonctionnalités d’analyse. Cependant, on pourrait lui reprocher une certaine forme d’exclusion avec l’anglais comme langue et sa technicité qui peut sembler opaque pour un néophyte. Sans parler de l’accès financier. L’esthétique peut aussi paraître vieillotte mais c’est relatif à l’ancienneté du site et aux habitudes de l’utilisateur.


4 réflexions sur « Le Thesaurus Linguae Graecae (TLG®) »

  1. Juste une petite remarque sur le mot “Thesaurus”, présenté au tout début de l’article : il désigne aussi une liste organisée de descripteurs pour indexer des documents et correspondait, par ailleurs, à l’index dans la version imprimée de l’Encyclopaedia Universalis.

  2. Le TLG se rapproche de Perseus pour son côté un peu opaque. Il est d’ailleurs intéressant que les deux sites soient liés. Malgré tout, le TLG propose des formes de recherches tellement riches et pratiques qu’il est difficile de s’en passer en cas de recherche scientifique, dommage que son accès soit restreint !

    1. Je pense que c’est parce que son accès est restreint et payant qu’il permet justement d’accéder à une palette d’outils pratiques pour la recherche scientifique. Il est vrai que si la littérature latine manque de ces outils, à ma connaissance au contraire celle en grec ancien manque d’accessibilité à un large public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.