Thesaurus Linguae Grecae

Le site Thesaureus Linguae Grecae fait partie de ces outils qui sont si complets qu’on a toujours l’impression de pouvoir en découvrir d’autres aspects.
Son corpus ne cesse d’être enrichi; on peut avoir un aperçu du rythme de numérisation en cliquant sur “News and Updates” à partir de la page d’accueil du site. Le projet, mené par l’Université de Californie à Irvine, vise à numériser toute oeuvre en grec ancien, depuis Homère jusqu’à la chute de Constantinople.
Mais le site n’est pas uniquement une compilation de texte auxquels on nous donnerait accès (par exemple par une liste alphabétique des auteur). Il permet d’accéder aux textes par différents moyens.

L’onglet Canon:
On peut choisir d’écrire le nom de l’auteur, de l’oeuvre, de l’éditeur, de la date de publication… ou délimiter par siècle, genre, géographie etc. Le résultat s’affiche sous forme de liste alphabétique, de carte ou de graphique chronologique. Dans la colonne de droite, à côté des résultats, on nous offre même des références croisées à d’autres auteurs et oeuvres.

L’onglet Browse:
C’est l’accès au texte le plus naturel pour nous: on entre dans la barre de recherche le nom de l’auteur-ice, puis on clique sur une de ces oeuvres dans la liste qui s’affiche. On a alors accès au texte, mais pas seulement! Chaque mot du texte est un lien sur lequel on peut cliquer et qui renvoie dans la colonne de droite à une analyse morphologique du mot, avec des liens vers de très nombreux dictionnaires numérisés (LSJ, Cunlife, Powell…).
À noter aussi, la possibilité d’accéder à la structure du texte, de citer la source… 

L’onglet Text search:
On peut très bien aussi vouloir faire une recherche par le texte lui-même. Cet onglet permet de trouver dans le corpus les textes contenant un mot donné, un groupe de mot donné ou même un lemme. On peut choisir également l’option proximity, pour chercher un ou plusieurs mots à proximité dans le texte.
Il existe de multiples options, que nous nous garderons peut-être de toutes détailler ici pour ne pas noyer les lecteur-ices de ce billet, mais qui sont détaillées de façon claire par le TLG
( à noter que tous les onglets sont très bien expliqués en cliquant sur la petite ampoule à droite de leur titre)

Outre l’accès au texte, le TLG nous donne également accès à de nombreux dictionnaires (avec encore cette possibilité de faire ses recherches par lemmes), aux statistiques (de tout le corpus, d’un auteur précis, d’un lemme, du corpus délimité chronologiquement…).

Ce qui frappe l’utilisateur-ice du Thesaurus Linguae Grecae c’est la volonté de précision de la base de donnée. Prenons l’outil Browse par exemple: l’utilisateur-ice a accès en cliquant sur un mot au plus de dictionnaires possibles, là où on aurait pu choisir un dictionnaire et le citer directement dans la colonne de droite.

Bien sûr, le site peut paraître un peu surchargé et il faut le connaitre pour en faire la meilleure utilisation. Ceci dit, tout est expliqué, il faut juste y prendre un peu de temps au début. Il est plus adapté à l’étude qu’à la lecture qui pourrait être perturbée par toutes les informations qui entourent le texte.

Cette technologie permet d’effectuer en quelques secondes ce qui aurait été il y a peu de décennies des démarches incroyablement complexes et de pouvoir consacrer plus de temps à la réflexion sur le texte qu’à la recherche d’un terme, d’une citation…

Le Thesaurus Linguae Grecae n’est malheureusement pas en libre accès, mais un abrégé est mis à disposition des utilisateur-rices non rattaché-es à une université, qui peuvent tout de même en s’inscrivant accéder aux textes les plus connus.

C’est donc une bibliothèque numérique de qualité regroupant de très nombreux textes mais permettant de les classer en différentes catégories, le rêve!
Ce qui m’a plu, ce sont surtout les différents moyens d’accéder au texte, par l’outil canon par exemple, cela permet de découvrir des auteurs et des textes et pas seulement de retrouver un texte qu’on avait déjà en tête.


Une réflexion sur « Thesaurus Linguae Grecae »

  1. Bonjour Sarah et merci pour l’article. Je trouve personnellement très drôle le ® du TLG® qui rappelle qu’on a affaire à une marque et non a un projet libre et gratuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.