Le Projet collaboratif Gutenberg

Le projet Gutenberg, créé en 1971, part d’une belle idée: de même que Gutenberg qui, au XVIe siècle avait permis, grâce à l’impression, un accès aux livres plus facile et moins onéreux, Michel Hart de l’université d’Illinois, fondateur du projet, voulait offrir à tous un accès à la littérature et ainsi combattre l’illettrisme et élargir le public des lecteurs [1].

Il s’agit d’un projet collaboratif: ce sont des bénévoles qui numérisent, convertissent, relisent et vérifient les livres [2]; certains enregistrent des livres audio.

L’utilisation du site ne requiert aucune inscription, aucun frais, aucune application personnalisée: il est possible par exemple de lire directement sur le site et d’ensuite redistribuer. C’est très proche de la philosophie de la Licence Libre GNU (GPLv1 de février 1989), que le projet précède de 18 ans.

Le format de départ, par souci de pérennité, était à l’origine l’ASCII-7 (sans lettres accentuées), suffisant pour l’anglais[3]. Les encodages du site et des textes HTML sont à présent en UTF-8 Unicode, format universel dans l’ambition et dans les faits.

Les livres proposés sur le site sont en accès libre aux États-Unis. Les lecteurs d’autres pays sont censés s’informer des droits de propriété intellectuelle de leur pays avant de télécharger.En France, le droit d’auteur court 70 années après la mort de l’auteur, sauf exception [4].

Il faut préciser qu’aux États-Unis, une loi de 1998, étendant le droit d’auteur (sous forme de copyright) de 75 à 95 années, a empêché le versement de «nouveaux ouvrages» pendant 20 ans (ils sont restés «bloqués» à l’année 1923)[5]. À partir de 2019, de nouveaux livres pourront donc rejoindre le projet Gutenberg.

Comment se présente le site?

La page d’accueil -par défaut en anglais- est aussi disponible en français, allemand ou portugais. On y remarque d’abord l’affichage des derniers livres mis en ligne et l’image QCode permettant d’accéder à une utilisation avec mobile. Ces deux éléments ne semblent pas s’adresser à des chercheurs.

Le menu en haut de la page propose plusieurs types de recherches. Il est à remarquer qu’il permet aussi d’accéder aux conditions d’utilisation ainsi qu’à une page permettant de signaler des erreurs, signe encore de l’esprit participatif du projet.

La Recherche de livres mène à une page proposant à première vue trois types de «recherches»- je dirais plutôt «trois méthodes d’affichages de livres disponibles»: l’affichage des livres les plus populaires, des dernières publications ou aléatoire; trois possibilités peu adaptées à une recherche un peu précise.

Cependant, moins visible, une ligne éditable située en haut à droite permet une recherche par mots. Il est même possible de préciser le champ du terme indiqué en ajoutant des petits codes dont l’utilisation est affichée lorsqu’on clique sur le bouton «aide».

La recherche par sujet mène à des rubriques très générales qui diffèrent selon la langue utilisée. Par exemple, il y a 22 sujets dans la version anglaise, 38 dans la version française. Il n’existe pas de sous-sujets; ce mode de recherche ne convient donc pas pour une recherche scientifique.

Le parcours du catalogue propose diverses options. Il permet de télécharger le catalogue afin de pouvoir le consulter hors ligne. Il permet aussi de parcourir la liste d’ouvrages par ordre alphabétique d’auteurs, de titres ou de langues.

Les langues sont d’ailleurs classées en deux rubriques: celles qui comportent plus de 50 livres et celles de moins de 50 livres comme l’afrikaans, l’occitan, le maori… La page du parcours catalogue renvoie par ailleurs aux pages déjà citées de recherche par livre, Top 100… Il est ausssi possible de mener sur cette page via Yahoo ou Google une recherche qui nous conduit directement aux ebooks du site Gutenberg.

Remarque

Sous la rubrique «Pages spéciales» du Plan du site de la page d’accueil, il est possible d’accéder à la rubrique self.gutenberg.org. Cette partie du site est consacrée à des ouvrages mis en ligne par des auteurs ou éditeurs qui mettent leur(s) oeuvre(s) à la disposition des lecteurs. Les eBooks sont téléchargeables en PDF. Les sujets sont très divers -biographies, littérature pour enfants, folklore, poésie, politique…- leur qualité aussi. Il est possible, sur la fiche de certains ouvrages d’obtenir des informations sur l’auteur ou éditeur; certaines universités ont déposé des ouvrages –Cambridge University, Oxford University, Air University[7]

On regrettera que cette partie du site soit financée par des bandeaux publicitaires.

Caractéristiques des documents

Les ouvrages proposés tiennent compte des nombreux systèmes de lecture qui existent: comme l’explique très bien Marianne dans son billet Project Gutenberg, il est possible de télécharger -ou lire en ligne- les fichiers désirés en texte simple UTF-8, HTML, EPUB (formats libres) et Kindle (format propriétaire) avec ou sans images; les fichiers des livres «audio» sont eux aussi disponibles sous divers formats.

Le téléchargement est explicitement disponible sous ces différents formats, et même encouragé par la possibilité de téléverser les versions EPUB et Kindle dans Google Drive, Dropbox ou OneDrive.

Commme le fait aussi remarquer Marianne, cliquer sur l’onglet «Bibrec» permet d’accéder aux données bibliographiques. Elles sont d’ailleurs enregistrables sous Zotero.

Public à qui s’adresse le Projet Gutenberg

Il a été noté à plusieurs reprises dans des billets précédents que le Projet Gutenberg n’était pas adapté à la recherche académique[6]; plusieurs détails relevés dans ce billet vont aussi dans ce sens. Est-il alors adapté aux amateurs? En matière de culture classique par exemple, un collégien pourrait-il y trouver facilement les informations qu’il cherche?

J’ai imaginé un jeune élève qui cherchait pour un travail scolaire des informations sur Jules César. Il se rend donc sur gutenberg.org et tape «Jules César». Voici ce qu’il obtient:

Jules César, William Shakespeare; My Private Menagerie, Théophile Gautier; Portraits et études; Lettres inédites de Georges Bizet, Bizet et Imbert; The Romance of a Mummy and Egypt,Théophile Gautier.

S’il a l’idée (ou si on lui souffle) de taper «Julius Caesar», il obtient 38 résultats dont trois sont des éditions exclusivement en langue latine de la Guerre des Gaules; une est une édition de la Guerre des Gaules avec commentaires et exercices en anglais; dans un ouvrage en anglais sur les grands hommes une page est consacrée à Jules César. Les autres résultats concernent des éditions du Julius Caesar de Shakespeare dans plusieurs langues, César et Cléopâtre de Bernard Shaw, et d’autres encore qui ne correspondront probablement pas à ce que cherche le jeune collégien. J’ai testé d’autres termes de recherches et tombe toujours sur des résultats similaires: beaucoup de réponses difficiles à trier pour celui qui a peu d’informations sur ce qu’il cherche. Une recherche si compliquée à mener pour un amateur peu informé ne risque-t-elle pas de l’éloigner des livres?

Peut-être que Gutenberg s’adresse à des personnes qui cherchent à acquérir une culture générale, à lire sans idée préconçue plutôt qu’à des personnes qui cherchent des informations précises sur un sujet qu’elles veulent approfondir

À mon avis, le projet Gutenberg ne convient ni pour une reccherche scientifique, ni pour une recherche d’informations de base -du genre de Wikipedia- , mais se rendre sur ce site, c’est un peu comme aller chez un bouquiniste. L’homme est passionné; dans son magasin, les livres ne sont pas toujours bien classés. Et quand on sort de chez lui -souvent à contrecoeur-, on a rarement trouvé ce qu’on cherchait, mais on est chargé de ce qu’on ne s’attendait pas trouver et si on ne s’était pas obligé à se limiter, on serait encore occupé à fouiller… Un peu comme moi qui dois me résigner à fermer mes fenêtres Gutenberg malgré tout ce qu’il reste à y découvrir et à terminer -provisoirement- ce billet.

Notes

1. LEBERT Marie, Le Projet Gutenberg (1971-2008), oct. 2008, disponible sur le site Gutenberg, n° d’ebook 27046.
2. LEBERT Marie, Ibid., chap 3
3. fr.wikipedia.org/wiki/UTF-8.
4. En France, le Petit Prince par exemple, n’est toujours pas dans le domaine public.
5. law.duke.edu/cspd/publicdomainday/ et wikipedia.org/wiki/Copyright_Term_Extension_Act
6. Lire par exemple la conclusion de Tsilla Meyer dans son billet Étude du fonctionnement du projet Gutenberg
7. Aucun filtre ne permet de vérifier le caractère universitaire d’un établissement qui se déclare comme tel. Si l’établissement n’est pas connu, il faut donc être vigilant.


5 réflexions au sujet de « Le Projet collaboratif Gutenberg »

  1. Bonsoir Nadine et bonsoir à tous,

    Comme j’aimerais que, dans la réalité, les élèves du secondaire utilisent ce « Projet Gutenberg » ou n’importe quel site autre que Google en recherche simple !

    Que pourrait-on leur conseiller d’adapté à leurs besoins pour trouver facilement des textes fiables en ligne ? Wikisource (https://fr.wikisource.org/wiki/Wikisource:Accueil) est très complet mais la recherche n’y est pas si simple qu’on pourrait le croire. Pour les textes français du domaine public, ABU (http://abu.cnam.fr/index.html) est plus accessible que Gallica (BNF) mais le texte est mis en ligne par un « copiste » bénévole sans mise en page (http://abu.cnam.fr/INFO/). Connaissez-vous mieux ?

    • Bonsoir Sandrine,
      Moi aussi, j’aimerais que dans la réalité tous les élèves du secondaire utilisent ce Projet Gutenberg. Comme je l’explique, c’est un très beau projet, mais je crains que par son manque de structure notamment, il ne décourage certains jeunes qui ne parviendraient pas à y trouver ce qu’ils cherchent sans aide extérieure.
      Peut-être faudrait-il dispenser un cours d’aide à la recherche de documents numériques pour les élèves du secondaire. Cela existe-t-il en France? En Belgique, à ma connaissance, seuls quelques enseignants isolés introduisent cette matière dans leurs cours.
      Cependant, le projet Gutenberg est ce que ses contributeurs en font. De plus, il veut s’adresser à tous; nous avons là un très bel outil que nous pouvons contribuer à améliorer pour qu’un jour il réponde aux besoins du public auquel il veut s’adresser.

      • Bonsoir Nadine,
        Aider les élèves du secondaire sur la recherche (et le traitement) de documents, pas uniquement numériques, c’est mon métier ! Je crois que la France est en pointe, mais, professeurs documentalistes, nous sommes dans une situation inconfortable parce que nous avons beaucoup à enseigner aux élèves mais ils n’ont pas nos cours à leurs emplois du temps, ils viennent sur les horaires de collègues de disciplines, pour préparer leurs exposés par exemple, ou dans des dispositions d’aide méthodologique. Il va y avoir une réforme l’an prochain et je suis assez inquiète sur la formation des jeunes qui risquent d’arriver dans le supérieur sans même distinguer un livre d’un périodique !

  2. Le site semble effet ne pas être très facile à explorer si l’on est dans une quête précise, et ne pas être d’un grand secours pour un non-initié. On pourrait regretter que le site vise finalement un public assez réduit de grands curieux, même si le projet se révèle d’une grande richesse en permettant un accès facile et rapide à de nombreux ouvrages.

    • Je pense que le projet Gutenberg vise justement un public très large; cependant, il peut difficilement, me semble-t-il, répondre aux besoins de personnes peu initiées qui cherchent des informations précises. J’ai testé plusieurs recherches que je n’ai pas rapportées dans mon billet, toutes dans le domaine des auteurs et de l’histoire classiques; il n’en est peut-être pas de même dans d’autres domaines.
      D’autre part, comme le disait melinatzamizi (https://classnum.hypotheses.org/1346) Gutenberg permet d’agrandir sa collection de livres: le site me semble très utile pour les personnes « non-initiées » qui désirent lire mais ne savent pas par où commencer, grâce aux suggestions des livres les plus populaires, les plus récents ou grâce à la recherche aléatoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.