Présentation de PHI Classical Latin Texts

Sommaire
1. Présentation générale
2. Accès et droits
3. Origine et financement
4. Langues
5. Design et ergonomie
6. Formats des textes
7. Description du site : le corpus
8. Description du site : les recherches
9. Conclusion : public et usages

1. Présentation générale

PHI Classical Latin Texts est une banque en ligne gratuite de textes latins, libres de droits parce qu’issus d’éditions tombées dans le domaine public.

2. Accès et droits

La page d’accueil, http://latin.packhum.org/index, uniquement en anglais, demande d’accepter une licence “Fair Use” pour un usage privé uniquement.

3. Origine et financement

On aura déjà compris que le site est américain.

La page d’accueil indique que la ressource est proposée par “The Packard Humanities Institute” auquel il est possible d’écrire. Mais, aucune explication sur cette organisation n’est fournie, ni dans cette page, ni dans le reste du site.
A l’intérieur du site, “About” explique que les textes étaient auparavant disponibles sur un CD-ROM.

Le site de The Packard Humanities Institute explique qu’il s’agit d’une association à but non lucratif américaine, qui mène des actions dans les domaines de l’archéologie, de la musique, de la conservation des films et des archives historiques. La page d’accueil indique également que la majorité de ses fonds vient de la société HP, tout en revendiquant son indépendance1.

4. Langues

Outre le latin pour les textes, la seule langue est l’anglais (américain). Je n’ai trouvé aucune possibilité d’avoir les explications dans une quelconque autre langue.

5. Design et ergonomie

Le site est caractérisé graphiquement par une très grande sobriété.
Il ne comporte aucune illustration.
Les textes sont en gris foncé avec les noms des auteurs et les titres en bleu, sur un fond bleu pâle, entouré d’un fond jaune paille2.
Aucune surcharge ne peut perturber la lecture. Outre son contenu particulier, la page ne comprend qu’un bandeau de liens en haut.

Concernant le texte, on peut noter que la page web ne correspond pas à celle du livre imprimé. Par exemple, pour De rerum natura de Lucrèce, l’ensemble du texte est découpé par livre, c’est-à-dire que s’affiche sur une même page web (avec l’ascenseur, évidemment) tout un livre, soit plus de mille vers (jusqu’à 1457 pour le livre V).
Par contre, les repères de vers de l’édition imprimée sont reportés avec le texte.
Il n’existe aucun outil de recherche à l’intérieur de la page web. Mais, il est bien sûr possible d’utiliser ctrl+F.
Il existe tout de même un glossaire (latin-anglais), accessible par le lien “PHI Latin Texts” en haut à droite, mais uniquement sur les pages de textes. Sur les autres pages, le même lien renvoie à l’accueil. Cet outil n’est pas indiqué dans “About” et je ne l’ai trouvé présenté nulle part dans le site. Son fond est gris clair et le texte écrit dans le même gris foncé ou noir que les textes des auteurs.

6. Formats des textes

Chaque texte peut être affiché en Unicode ou Betacode.
Pour passer de l’un à l’autre, il suffit de cliquer sur un lien explicite en haut à droite de la page de texte.

7. Description du site : le corpus

Il est écrit sur “About” :
“This website contains essentially all Latin literary texts written before A.D. 200, as well as some texts selected from later antiquity.”


La première page, lorsque l’on a cliqué pour accepter la licence, est intitulée “Authors” et affiche, comme son nom l’indique, la liste des auteurs.

L’ordre est alphabétique, mais selon le nom dans lequel l’auteur est connu de nos jours, le nomen ou le cognomen. Par exemple, Cicéron est classé à Cicero (Marcus Tullius Cicero) mais Lucrèce à Lucretius (Titus Lucretius Carus).
La liste comporte également des œuvres anonymes.

En cliquant sur un nom, on obtient la liste de ses écrits disponibles dans le site, avec l’abréviation du nom de l’auteur et de chacun de ses ouvrages (utile pour la recherche, voir le point 8).

Exemple de Lucrèce.

En passant la souris sur un titre, on peut connaître l’édition d’où est tiré le texte.

Pour accéder à l’un des textes, il suffit de cliquer sur son titre.

En cliquant sur le nom de l’auteur, s’ouvre le canon, liste complète avec les références précises.

Lucrèce et les auteurs qui le suivent immédiatement dans le “Canon of Classical Latin Authors and Works” (URL : http://latin.packhum.org/canon#a550).

8. Description du site : les recherches

Les abréviations et références sous forme de nombres indiquées dans ce canon sont utiles pour la recherche.
Par exemple, pour chercher dans le De rerum natura de Lucrèce, il suffit d’écrire “[Lucr:DRN]”.

La particularité de l’outil est de chercher sur des ensembles de lettres et non des mots complets, ce qui permet de connaître les occurrences de plusieurs mots comportant une racine commune.

Le premier onglet de recherche est intitulé “Word Search” et sa présentation détaillée est accessible à partir de About. Un rappel des opérateurs et de l’utilisation des abréviations est disponible directement à partir de la page de recherche.

La recherche (http://latin.packhum.org/search).
Exemple de recherche : “Venus” dans De rerum natura de Lucrèce.

En cliquant sur les petites barres bleues à droite du nombre de résultats, entourées en vert dans l’image ci-dessus, on peut visualiser des statistiques sur la fréquence du mot recherché chez les différents auteurs.
Il est possible de classer les résultats par auteur ou bien par nombre d’occurrences ou par pourcentage.

Exemple de statistique : “Venus”.

Le second onglet de recherche est appelé “Concordance” et est également expliqué à partir de About. La différence tient dans la présentation des résultats, qui permet de situer le(s) mot(s) dans son(leur) contexte.

Exemple de liste de concordance : “Venus” dans De rerum natura de Lucrèce.

9. Conclusion : public et usages

Un site qui, d’une part, ne propose que le texte antique, sans aucune traduction ni aide de lecture (à l’exemption du glossaire latin-anglais, même pas signalé dans la présentation et dont je n’ai pas trouvé l’auteur), et, d’autre part, permet des recherches lexicales pointues, s’adresse évidemment aux chercheurs et étudiants et non au grand public, même à des personnes qui étudieraient le latin.
Rien n’étant prévu pour exporter ni imprimer le texte (qu’il est évidemment possible de copier-coller), l’intérêt3 du site ne me semble pas résider dans l’accès aux textes, disponibles dans d’autres banques, mais dans les outils de recherche lexicale.
Ceux-ci semblent performants et utiles pour ceux qui, comme nous en master, ont un mémoire à préparer sur des textes antiques. Existe-t-il l’équivalent pour le grec ancien et le latin médiéval (dont le site Classical Latin Texts ne contient que quelques auteurs) ?

Notes

1. Une étudiante du master des années précédentes a développé ce point dans un billet au style très différent du mien : A la découverte du PHI – Latin Texts publié le 4 novembre 2015.

2. Je m’étendrai pas plus sur le visuel car il semble que les couleurs puissent différer d’un écran à l’autre : l’un de mes prédécesseurs a vu le fond rose (Commentaires sur la bibliothèque “PHI latin classical texts” publié le 13 novembre 2017) tandis que pour un autre “l’aspect des textes […] évoque le papyrus”, ce qui me laisse supposer qu’il a vu comme moi le fond jaune clair (Commentaires sur le site PHI Classical Latin Texts publié le 23 novembre 2015).

3. L’intérêt du site a même été mis en doute par une étudiante d’une année antérieure (De l’utilité du PHI publié le 9 décembre 2014). Je partage ses analyses mais pas sa conclusion : il me semble que les sites sont complémentaires et non “concurrents”.


Une réflexion sur « Présentation de PHI Classical Latin Texts »

  1. Bonjour Sandrine et merci de cet article détaillé. L’accessibilité est un point positif, certes mais je trouve quand même dommage qu’il n’y ait pas d’équivalent du TLG pour le latin alors que j’aurai pensé le contraire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.