Faire des Humanités numériques

Avec un master intitulé «Humanités classiques et Humanités numériques», l’université de Nanterre offre un cursus d’excellence qui permet aux étudiants et aux chercheurs la familiarisation avec les nouvelles technologies et l’informatique, et surtout avec leur application au domaine des Lettres Classiques. De cette façon, les personnes intéressées ont la possibilité de profiter des nouvelles possibilités d’accès aux connaissances, notamment grâce aux programmes de ‘‘Distance Learning’’ ou à la numérisation des textes anciens (Τheasaurus Linguae Greacae- TLG/ Theasaurus Linguae Latinae- TLL).
Par conséquent, parce qu’elles sont basées sur la pensée humaine qui évolue constamment, les humanités classiques et les humanités numériques partagent les mêmes idées fondamentales. Premièrement, toutes les deux sont toujours dans un mécanisme d’évolution et de renouvellement, mécanisme évident pour les nouvelles technologies qui ne l’était toutefois pas pour les lettres classiques jusqu’à aujourd’hui, parce que ces deux disciplines sont analysées par des points de vue différents et par des théories suivant les besoins contemporains.Le passé dans notre présent
Deuxièmement, selon ce renouvellement constant des Lettres Classiques, il y a plus que jamais le besoin de communication parmi la société scientifique. Dans ce cas-là, les humanités numériques peuvent offrir leurs propres outils pour le faire actuellement.
Finalement l’intitulé du Master révèle la relation sous-jacente entre les Humanités classiques et les Humanités numériques. Il s’agit de la même structure. La syntaxe et la terminologie des mots d’un côté et les mathématiques et les algorithmes de l’autre sont fondés sur la même manière de penser. Le chercheur d’aujourd’hui doit acquérir ces principes afin d’atteindre la société digitale de demain.


5 réflexions sur « Faire des Humanités numériques »

  1. J’approuve cette visions qui permet d’ouvrir un futur dans la recherche dans le domaine de l’Antiquité grâce au numérique et ses possibilités

  2. La dernière phrase ouvre un champ de perspectives : de vieux diplodocus, les antiquisants pourront-ils devenir les T-1000 à la pointe de la recherche linguistique et littéraire ?

  3. La vision des Lettres Classiques comme discipline se renouvelant constamment change de la vision froide et inchangeable qu’on leur donne aujourd’hui. Je trouve cela très rafraichissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.