Le PHI Latin

Sans titre

Ce site, en anglais uniquement, met à disposition de l’internaute un corpus se voulant exhaustif de textes latins jusqu’au IIe s. et quelques uns de l’Antiquité tardive. Distribués au format html, l’agencement ne semble pas avoir été retravaillé depuis leur exportation du CD Rom du PHI. Le design du site est simple et épuré, l’arrière plan évoque le papyrus. Il n’y a que quatre rubriques. L’ergonomie du site permet un usage assez intuitif.

« This website contains essentially all Latin literary texts written before A.D. 200, as well as some texts selected from later antiquity. These texts were previously available on The Packard Humanities Institute’s CD ROM 5.3. »

Ils sont proposés comme matériaux bruts et non enrichis, c’est-à-dire sans traduction, sans introduction et/ou biographie des auteurs, bibliographie, sans apparat critique, c’est-à-dire exposé de la tradition ou notes de commentaire, outils grammaticaux ou lexicaux.
Les commandes pour la copie, puisque les textes ne sont pas mis à disposition sous format pdf, sont actives sur la pleine page : on peut copier/coller, mais la mise en page sera chaotique en raison des numéros. C’est ce qui explique la précision des droits en préliminaire :

« I agree to use this web site only for personal study and not to make copies except for my personal use under “Fair Use” principles of Copyright law. »

Les outils proposés par le site sont présentés par de longues explications des modalités de recherches dans la rubrique « About ». Un petit abrégé, que l’on affiche en cliquant sur l’icône du petit engrenage à droite de la barre de recherche, renseigne l’utilisateur habitué.

La recherche la plus simple est celle par auteurs, « Authors », sur laquelle l’internaute est redirigé à l’entrée sur le site.

Liste des auteurs
Liste des auteurs

La rubrique « World Search » propose de chercher un mot ou une séquence dans le corpus entier de la littérature latine classique ou de restreindre la recherche à un auteur, à une ou des œuvres d’un auteur, grâce à des opérateurs booléens. Les résultats apparaissent par dix, sous formes de paragraphes de citations de deux phrases hiérarchisés, par ordre alphabétique des noms d’auteurs. Il est possible d’afficher un tableau de fréquence (le nombre d’occurrence et l’importance en pourcentage du mot dans l’œuvre) des mots recherchés en cliquant sur l’icône du petit diagramme à côté de la barre de recherche.

La rubrique « Concordance » propose les mêmes résultats sous la forme de tableaux de cinq cent résultats par page, organisés selon la pertinence de la recherche, en ajoutant les lettres par ordre alphabétique lorsqu’elle s’éloigne du résultat.

amorc

En conclusion, quoique les organisateurs du projet le destinent aux « scholars and institutions », la relative simplicité de l’affichage et de la fonction recherche n’en font pas un outil de travail indispensable pour le chercheur, à la mesure de Perseus ou du TLG.

Le PHI souhaite essentiellement proposer un corpus complet de “resource”, de media (puisqu’ils ont également entamé des projets de répertorisation d’iconographie, de films…) d’accès au passé pour l’étude, mais ne fait pas le travail d’un éditeur scientifique ou critique.

D’autre part, le PHI soutient divers projets archéologiques. Vous pourrez trouver plus d’informations sur leur site officiel : http://www.packhum.org/.

Vous trouverez également un excellent article détaillé de Charlotte Labedan (publié le 9 décembre 2014) : http://classnum.hypotheses.org/148


3 réflexions sur « Le PHI Latin »

  1. Je ne connais absolument pas le PHI mais au vue de ce que je pense comprendre cette base de données m’a l’air d’être un peu fouillis au vue des nombreux champs qu’elle explore.
    Après je ne vois pas réellement ce que l’on peut faire avec le site..

  2. Cet article est si dépouillé de présentation qu’à le lire je me sens tel Actéon découvrant Diane à son bain. (Je devine que la consigne “faites un brouillon de billet” a été comprise de façon un peu trop optimiste).
    Le tout est néanmoins assez compréhensible, puisque schématique; je partage l’avis sur l’infériorité du PHI par rapport aux autres projets parallèles, même s’il reste appréciable par certains aspects.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search