Iliade, Chant MMXVIII.

À partir de là s’avançait la foule des Vieux
Dirigée en nombre par l’Ancien au coeur vaillant.
Ils arrivaient de la mer aux flots agités,
Montés sur de hautes proues, dans leurs vaisseaux fins
Et rapides, après avoir quitté leur patrie
Suite au clair levé de l’Aurore aux doigts de rose.
Les Vieux étaient partis, après que la colère
Noire, en tous points semblable au grand feu indomptable, 
Ait enveloppé leur tendre coeur et leurs pensées.
Ils voulaient écraser la troupe des Impétueux, 
Les plus jeunes descendants de la fertile terre noire
Qui et les anciens usages et les très veilles moeurs
Repoussaient. Mais le Très Ancien au coeur vaillant,
Fils du premier roi, s’avança et dit alors
ces paroles ailées : « Vieux, le Dieu Conservateur
Fils de la Parole Obsolète, m’est apparu
En songes. Il nous exhorte à aller au combat
Et à résister face à ces bien jeunes enfants
Dévoués à Folie et à Progrès, déesses 
Tirées des profondeurs et des sombres entrailles
Infernales. Ils nous ont confisqué nos usages,
Se sont envolés avec eux, loin de nous autres
Les Vieux, fils de la plus haute et belle Tradition
Qui trouvait jadis son siège dans notre cité,
Louée entre toutes par ceux qui peuplent cette 
Terre. Aujourd’hui, une fois de plus, ils sont venus,
Et ont bafoué sans honte nos moeurs les plus anciennes.
Ils se permettent l’outrage d’ériger un nouveau 
Temple au dieu inconnu de l’Ordinateur, fils
De Science, la plus terrible des divinités 
Qui vivent loin de la terre noire, monde impitoyable
Des hommes qui, là, souffrent leur force magnifique, 
Et de Numérique, le très puissant dieu des nombres. 
Ainsi, j’ai besoin aujourd’hui que, guidés par 
Les meilleurs des guerriers et les meilleurs des hommes,
Montés sur vos grands chevaux rapides à la course,
Vous, Vieux, armés de piques, vous vous dirigiez vers
Le combat, appuyés par la grande Tradition
Aux paroles rouillées qui toujours restent les mêmes
Malgré les trop nombreuses exactions commises 
Par nos ennemis. » Il dit. La grande foule des Vieux
Fut immédiatement prise d’un grand enthousiasme. 
Tradition, la déesse qui tient la lance rigide,
Répandit dans leur coeur et leur tendre esprit 
Le feu rouge indomptable du combat fracassant. 
Les vieux hommes au coeur courageux saisirent leur casque
De bronze éclatant, désireux de se jeter 
Dans le combat où cingle le bruit du métal 
Brillant. Agités et pourtant placés en ligne
Ils se préparaient peut-être pour la dernière fois
À l’affrontement. Leurs lances noires désiraient
Se planter avec force dans les fines gorges adverses
Mais leurs très vieilles mains tremblaient et perdaient de leur
Force et de leur vigueur. Pourtant ils étaient là,
Les plus téméraires et courageux des chefs 
Vieux au grand coeur. Le grand Robert aux mains ridées 
Menait les Grands séniles, alors que Adelbert 
Aux pieds gonflés guidait les Grincheux marmonneurs,
Et que Lucien au dentier se faisait le chef 
Des Touffes blanches, parmi les plus valeureux des hommes.
Contre l’Armée des Vieux, impitoyable et fière,
Les Jeunes préparaient leurs âmes vigoureuses
Au noir combat. Et par le nombre et par la force
Ils étaient les meilleurs des jeunes, réunis.
Les Réseaux Sociaux, divins enfants du Web
Qui connectent les foules, les avaient rassemblés. 
Parcourant les pays, dans tous les coins du monde
Ils avaient connecté les plus rebelles des Jeunes
Loin des bras des parents afin qu’ils se révoltent.
Hors des campagnes, hors des banlieues,
Hors des grandes mégapoles, ils avaient fuit
Dans leurs vaisseaux ailés qui fendent les nuages
Pour établir la troupe des Impétueux, 
Terrible à voir, mue par la rage, émeutière
Ils étaient des milliers rassemblés dans la plaine
Armés comme ils pouvaient, révoltés et fiers.
Mais devant les Vieillards leurs corps tremblent soudain.
Comme la feuille d’un arbre au printemps, tremblant
Agacée par le vent, prête à tomber peut-être
Pourtant si verte encore, ainsi tremblent les Jeunes.
Et les voyant trembler le divin Numérique,
Puissant maitre des nombres envoie parmi les Jeunes
Folie qui soulève les âmes des adolescents.
Elle excite le coeur d’Enzo le Youtuber
Et dit : « Comment ? Toi qui lançais l’appel terrible
À la sombre révolte en te filmant chez toi, 
Vas-tu fuir à présent ? Que diront tes amis ?
Tu leur avais promis un monde différent,
Tes followers sont là pour la révolution.
Loin des bras des parents ils risqueront leur vie
Mais toi tu veux partir ? Quelle honte. » Dit-elle,
Et sa parole ailée gonfle le coeur d’Enzo.
Il se place au milieu des jeunes Youtuber
Et il leur dit : « Certes, vos followers riraient
En vous voyant ainsi perdre tous vos moyens
Face aux Vieillards séniles ! Êtes-vous des bébés ?
Vos followers sont là pour la révolution.
Loin des bras des parents ils risqueront leur vie.
Pensiez-vous les Vieillards prêts à abandonner
Leur vieux monde chéri? Allons, combattons-les,
Progrès est devant nous, qui guide la jeunesse.
Et nous éclaterons ce modèle pourri
Qu’ils nous imposent, injuste et inégal modèle
qui ruine notre monde. » Ainsi parla Enzo.
Ses paroles ailées ne furent pas pour rien. 
Mais parmi la foule apeurée des jeunes, Folie
Encourageait les plus vaillants à s’avancer.
Sofia qui brûle le vieux Monde était présente
Les yeux brillant de feu, conduisant ses amis
Et son cri guerrier écarte ses camarades,
Qui dans un frisson d’armes d’acier se divisent,
La laissent traverser l’armée, si menaçante.
Numérique en effet a insufflé la force
Dans sa jeune âme. Et en courant ils l’accompagnent,
Les jeunes révoltés, qui veulent se jeter
Dans le combat où cingle le bruit du métal
Brillant. Ils prolongent son cri, horrible son.
Sofia devant eux guide les chars terribles
Qui tueront tant de vieux, dans la mêlée cruelle.
Et Progrès et Folie dressent l’armée des Jeunes
Face aux vieux valeureux. Vraiment terrible image !
Les Youtubers, les Millenials, les Sales Gosses,
Tous sont présents et ont soif de combat, 
Eux qui tremblaient pourtant quelques secondes avant, 
Inspirés par leurs chefs, enragés et brûlants
De colère, et leur jeunesse a l’éclat du feu.

Pour rédiger ce pastiche, le thème du conflit nous est apparu comme évident. En effet, non seulement le thème général de l’Iliade est une guerre entre deux peuples archaïques, mais il se trouve que, en utilisant Voyant Tools, des chevilles d’opposition telles que αὐτὸς δὲ et ἀλλὰ σύ apparaissaient très fréquemment : ce sont les deux premières syntagmes à apparaitre le plus fréquemment dans l’oeuvre. Ensuite, dans les termes les plus fréquents apparaissaient ἀχαιῶν et τρώων. Nous avons donc pensé à un conflit intergénérationnel pour transposer ce conflit à notre époque contemporaine. Nous avons également choisi, dans le cadre de cette opposition, de rédiger chacune une partie du pastiche correspondant à un des camps.

Outils “Syntagmes”

Une des plus grandes caractéristiques du texte, avant de retirer les stop words de la liste, est la fréquence des coordinations. Nous avons choisi de conserver cette information en raison du caractère poétique du texte et de nous en inspirer pour la rédaction.

Outils “Nuage de mots”

Sans les stop words, le “Nuage de mots” ressemble à ça : 

Nous avons également noté que les prises de paroles étaient fréquentes, au vue de la fréquence des verbes de paroles : προσέφη apparaît 117 fois dans l’oeuvre et est le 14e mot le plus fréquent, ce qui nous a amené a retranscrire des passages de discours.
Il se trouve également qu’il y a un grand vocabulaire lié aux liens de parentés ; on note tout particulièrement l’utilisation du mot υἱος. Cette caractéristique va de pair avec l’usage fréquent du génitif qui indique fréquemment la parenté, mais qui rappelle aussi l’appartenance aux différents groupes.

Outils “Termes”

Sans surprise, l’outil « syntagmes », nous a permis de relever que de nombreux syntagmes se répètent, tout particulièrement des épithètes homériques. Il y a aussi des expressions fréquentes telles que ἤματα πάντα. Nous avons donc choisi à la fois de reprendre des expressions mais aussi de créer de nouvelles épithètes homériques. Le choix de l’écriture en vers nous a aussi permis de valoriser cet emploi des épithètes.

Outils “Syntagmes”

La fonction « arbre de mots », qui fait suivre un terme sélectionné de ceux qui lui sont associés le plus fréquemment, nous a été également très utile car elle nous a permis de constituer des phrases type.


3 réflexions sur « Iliade, Chant MMXVIII. »

  1. Il m’a fallu une dizaine de lignes pour m’assurer que non, je ne lisais pas Homère mais votre pastiche! Tout y est: le ton, la musicalité, et même parfois les passages”confus” qui demandent une lecture plus attentive.

  2. Je vois que des aèdes contemporaines ont décidé de ressusciter Homère ! On reconnaît les épithètes homériques et la tonalité épique mais le pastiche dégage une certaine fraîcheur comique qui n’est pas pour me déplaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.