À la découverte du PHI – Latin Texts

PHI – Classical Latin Texts

Le PHI Classical Latin Texts, est comme le fait deviner son titre anglophone, un site dédié aux textes latins qui se présentent sous la forme d’une large sélection d’auteurs.

1 - Billet 2

Faisons connaissances, voulez-vous?
Au tout début, naquit la Lumière, ou plus précisément parut PHI ou Packard Humanities Institute.
Le Packard Humanities Institue est une fondation à but non lucratif qui se voue au développement d’outils pour la recherche. Cette mise à disposition de documentation liée aux sciences humaines, comme ici la littérature antique, nous amène également à observer des ressources en ligne liées à l’histoire, l’archéologie, la cinématographie et la musicologie. Un beau projet! Ce point m’a paru assez important à éclaircir car… étrangement, sur le site, on n’a point jugé bon de nous en faire la présentation. Mais comme l’internaute (individu comblé que s’il est curieux) peut balayer son ignorance en un seul « click ».

« PHI is independent of the David and Lucile Packard Foundation and is not associated in any way with any Hewlett-Packard Company foundations. »

Tout cela parait bien formel et sans vouloir en faire un commentaire type institutionnel, mes recherches m’ont permis d’apprendre que ces bienfaiteurs qui dédient leur travail à la mise à disposition d’outils de recherches viennent…de Californie. À quelques pas de la Sillicon Valley, cette fondation se trouvant non loin du siège de la multinationale tient à se distinguer de Hewlett-Packard Company (plus connu sous l’abrégé HP). Pas d’amalgame possible donc, il prend son indépendance vis-à-vis des grands noms présents sur le marché de l’informatique et de la technologie liée aux multimédias.

Parce que la transparence est un gage de fiabilité…
Fondé en 1987, ces ressources se présentaient sous la formes de CD-ROMs avant d’arriver sur internet. Celles-ci avaient été financé par une fondation privée crée par qui? La fondation de mécénat du cofondateur de la compagnie HP! Mais PHI ne semble pas déborder de gratitude au point d’en dispenser l’information et de presque se disculper de toute filiation. Pourtant, il en existe une belle de filiation! Le président actuel (depuis 2010) n’est en outre que le fils de David Packard qui se nomme David Woodley Packard… Bon sang ne saurait mentir dirait l’adage.

À l’aube du 2e jour… naquit PHI: Latin Corpus en 1991.
Alors que PHI œuvrait dans le développement de plusieurs bases de données concernant la littérature antique, ils apportèrent également la marque de tout bon patriote américain: la reconnaissance aux premiers pères (The Founding Fathers) de la nation au travers des textes. L’anachronisme pourrait être presque embarrassant… mais l’origine d’une civilisation doit pouvoir se reporter à ses textes fondateurs. Et, à cette même période, apparut ces merveilleuses bases de données en littérature latine. La fondation se tournera même vers l’archéologie et la cinématographie, la restauration de théâtres ou encore la musicologie. On leur donnerait presque le bon dieu sans confession!

PHI Latin Corpus :: PHI #5 :: correspond au cinquième CD-ROM réalisé par le PHI… sa première version a été transformée en Beta code, tout comme Thesaurus Linguae graecae.

L’accès au contenu du site, je le présenterai sous forme de métaphore si je puis me le permettre. Lorsque vous passez les portes d’une bibliothèques, vous avez comme qui dirait accepter les termes d’un pacte : garder le silence, ne pas manger dans les salles de lecture, être aimable avec la gentille bibliothécaire.. Et bien là, c’est un peu pareil: un pacte de confiance ou plus nommément connu dans le domaine du Copyright comme « Fair Use ». Le principe est assez simple: vous aurez tout le loisir de vous plonger dans votre lecture des textes à la condition de ne pas trahir cette confiance – les droits sont ouverts, pas de limites strictes – les textes sont avant tout des outils mis à votre disposition pour vos recherches… du moment que ces sources demeurent dans le stricte cadre de votre étude.
Si vous êtes honnête homme soyez la bienvenue, sinon sachez ce qu’il vous attend ou restez devant la porte, whatever.

Venez plus près, et soyez la bienvenue !
Si vous vous trouvez face à une liste d’auteurs en police bleutée, c’est que vous avez acceptée cette licence qui vous engage dans votre utilisation de ces précieuses ressources.
Sobre, lisible, l’interface se présente à nous tout aussi simplement qu’élégamment. Ordre Alphabétique, caractères gras pour justifier de nomen en cognomen le classement des éminents poètes, politiciens, philosophes etc…

billet 2 12

Authors: quand vous cherchez un auteur ou que vous êtes en panne de lectures intéressantes

2 billet 2
Word Search: c’est pour observer, avec une application intelligente le référence d’un mot dans chaque corpus

3 billet 2

Concordance: pour voir dans tous les textes l’emploi particulier d’un mot qui vous semble essentiel à la compréhension du sens, du contexte, ou tout simplement pour apprécier le style riche et inédit de votre auteur préféré.

4 billet 2

About: PhI – Latin Text définissent la période dans laquelle s’inscrivent ces corpus,  les textes proviennent essentiellement d’une période qui précède le 2e siècle de notre ère, avec également la sélection de quelques textes plus récent datant de l’antiquité tardive. Aussi, on vous informe que tous ces textes proviennent du CD-ROM 5.

5 billet 2

De même, des liens hypertextes vous redirigent avec « the canon latin authors » vers toutes les références et bibliographies liées aux textes latins. Nous savons maintenant que les textes proviennent d’une source concrète. C’est beaucoup plus rassurant.

Aussi, PHI Latin corpus vous offre des notices liées à vos méthodes de recherches:

6 billet 2

Tout comme avec la concordance des mots pour lesquels on vous renseignent quelques méthodes pour vous y retrouver:

7 billet 2

Petite exploration !

8 billet 2

ô joie, je défile la page et voilà qu’apparait le nom d’un illustre empereur! Sans perdre un instant, j’accède à sa page en cliquant avec respect sur Gaius Iulius Caesar. Les oeuvres majeurs apparaissent et sont référencées par une marge (à gauche) numérotée. Une fois le curseur effleurent les premières lettres du titre de l’empereur, l’encadré apparait en vous citant directement la source.

10 billet 2

Une fois l’accès au texte entrepris, nous pouvons balayer l’ensemble de l’œuvre grâce à la barre horizontale qui sert – en rapport avec le référencement inscrit juste au dessus d’elle – de pouvoir retrouver le passage qui vous convient. Pas d’apparat critique, pas de scolie, le texte rien que le texte.

Et d’unicode en betacode… le troisième jour!

11 billet 2

Ce procédé a été développé par David W. Packard en 1970, il nous permet de conserver la ponctuation en la représentant sous forme de divers caractères type ASCII… on perçoit ainsi que cette écriture vise à conserver la mise en page, les caractères rares en permettant de se rester au plus près du texte d’origine.

12 billet 2
Page wikipédia – Betacode

Le projet semble être porté par le besoin de démocratiser des ressources documentaires. C’est un projet que je découvre tout comme n’importe quel autre internaute. À l’exception près que l’internaute doit pouvoir être concerné par ces corpus antiques en version unilingue sans traduction. Pour cela, PHI Latin Texts s’avère être un très bon outils pour les étudiants en formation dite « classique ». Anglais ou latin, le site trouve son efficacité auprès de l’étudiant, du chercheur, du linguiste, de l’humaniste en quête d’inspiration…
Cela reste épuré, clair, simple. C’est une plateforme qui donne accès au texte et à son contenu. Le travail se fait à partir de ces documents en ligne. Le concept de bibliothèque numérique me parait très présent, elle reste toujours accessible, le texte rangé avec une côte et une fiche correspondant à l’objet auquel il renvoie. Parce que le monde ne s’est pas crée en 3 jours, ce projet pourrait encore évoluer et nous faire espérer des innovations à venir.


7 réflexions sur « À la découverte du PHI – Latin Texts »

  1. Le PHI est effectivement très facile d’accès et très clair (pas de fioritures qui excitent nos yeux sur des éléments secondaires à notre recherche originelle).
    Cependant, le fait que cette base de données manque cruellement de traductions, d’apparat critique et de commentaires me ferait dire le contraire de ce que tu affirmes: comme le TLG, ce manque de conscience historique dans l’histoire du texte transmis n’aide en rien l’étudiant et le chercheur qui se retrouvent démunis devant un texte brut.
    En ce qui concerne la filiation avec des grandes entreprises, ça ne m’étonne guère que le PHI cherche à s’émanciper puisqu’il n’a pas de but lucratif; le mécénat est nécessaire à la culture, comme cela est le cas pour de grands musées.

    1. Ce site qui n’a pas de but lucratif, manque clairement de contextualisations et d’apparats… ce qui, pour un site bénéficiant d’un mécénat apparenté à une multi-nationale, m’apparait presque paradoxal. Avec autant de ressources, on pourrait espérer un travail plus abouti. Pour autant, ce site possède son charme.
      N’y voyant aucun complot, j’estime que la transparence est un bon gage de fiabilité, ce pourquoi je me suis livrée à cette petite enquête.

      1. Oui, le cas est un peu similaire au TLG qui doit sa naissance à une liasse de billets sous le coude de sa fondatrice. Dans cette optique se pense aussi la question des droits d’auteurs des éditions critiques modernes qu’une entreprise, comme tu le dis, qui n’a pas de but lucratif ne peut rétribuer.

  2. Présentation sympathique ! je regrette d’avoir entrepris le même commentaire de mon côté, entre deux articles plutôt bien construits, l’un présentant de grandes qualités analytiques (qu’Anna aurait mieux fait de citer que le mien qui fait pâle figure) et celui-ci qui allie poétique à l’aspect didactique…

  3. Comme les autres sites analysés, l’utilisation de ce site nécessite un minimum de pratique en anglais. Spécialisé en latin, il est facile d’utilisation et développe des aspects techniques comme la ponctuation (unicode).
    L’inspiration poétique d’Anna donne envie de manipuler ce site.

  4. Alors la création du PHI, plus forte que Dieu, se fit en trois jours?
    Je suppose que l’absence de traduction est un parti pris, mais cela réduit de beaucoup à mon sens la population visée par le projet …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.