De la nature de l’e-commerce de livres

Pastiche du De rerum natura de Lucrèce

Sandrine et Nadine

Hymne au Père Noël

Ami de tous les hommes, des enfants, des parents,
bonheur dans leur hiver depuis la nuit des temps,
généreux Père Noël qui au clair de la lune
toi qui une fois l’an en traversant la brume
toi qui pour le bonheur de ceux qui pensent à toi
en une seule nuit par dessus tous les toits
des modestes cabanes aux bâtiments géants
des cadeaux tous de formes et tailles différents,
tu apportes une fois l’an, risquant de te brûler
lorsque l’on a laissé la cheminée chauffer.
Ô, toi Père Noël, durant toute une année,
qu’elle soit pleine de joies ou de contrariétés,
les enfants rêvent à toi, et au jour de Noël
où arriveront chez eux des cadeaux, nés du ciel,
car tu es leur ami, leur confident aimé,
je me répète encore et encore je sais.
Les cadeaux qui arrivent tout seuls dans les maisons
sont un événement seulement d’une saison
que dis-je d’un seul jour, mais un autre moyen
existe cependant, et Pierre de Lancien,
je veux l’entretenir des possibilités
qui existent aujourd’hui lorsqu’on veut acheter
à n’importe quel moment des essais, des romans,
des encyclopédies sans perdre trop de temps.

Montage d’images en CCO issues du site Pixabay,sur les thèmes principaux du pastiche (e-commerce, livres et PèreNoël)

Adresse à Pierre de Lancien

Tu ne sais mon cher Pierre, à quel point il est bon
de vivre à notre époque, même si certains diront
que nous foulons aux pieds les valeurs des aïeux,
que la technologie nous rend tous paresseux.
Mais vois-tu, de tous temps, des hommes ont toujours cru
que les temps les meilleurs étaient bien révolus,
car leurs enfants hélas, n’avaient rien conservé
de ces belles valeurs datant de leur passé,
et leurs petits-enfants croient tout pareillement
lorsqu’à leur tour ils parlent de leurs descendants.
Et c’est ainsi, vois-tu, que sont nées toutes choses:
nulle n’est née de rien, chacune a une cause,
chaque fois une chose à la suite d’une autre
toutes se succédant dans ce monde qui est nôtre.
Mais il faut revenir à notre discussion
si l’on veut aujourd’hui tirer des conclusions,
car quand je parle causes et aboutissements
je peux passer la nuit et tout le jour suivant
à répéter cela, et encore et encore,
c’est tout au fond de moi, au dedans de mon corps.
J’en voudrais disserter mais hélas maintenant
il me faut m’arrêter car il est important
que tu sois informé et puisses ainsi choisir
de te tourner enfin vers un progrès d’avenir.

éloge de Charles Stack[1]

Des ténèbres un jour tu sortis lumineux,
c’était on s’en souvient l’année nonante-deux,
comme disent les Belges, traduisons en français :
l’année quatre-vingt-douze ta grande idée naissait.
Charles Stack, on te nomme aussi le Magellan
de l’e-commerce car tu l’exploras, mêlant
ce qui est en-dedans de ton corps, ta passion
à savoir la lecture. Car c’est ta frustration
à toi, toi le génie, qui t’amena un jour
à trouver solution pour venir au secours
de ceux qui comme toi souhaitaient lire tout
sur un sujet précis mais ne savaient pas où
trouver au même endroit, un libraire assez grand
proposant sur le thème un nombre suffisant
de titres car souvent sur un même sujet
dans un seul magasin de livres l’on pouvait
trouver au maximum deux livres en rayons.
Charles Stack, donc, ainsi te vint la réflexion
que pour pouvoir nourrir un tel besoin de livres,
le train de ton époque, il te fallait le suivre.
c’est ainsi que d’idées en cogitations,
l’autre remplaçant l’une, vint l’illumination :
Book Stack Unlimited allait être créée,
première librairie en ligne, mais l’on sait
qu’un géant imposant quelque deux ans après
éclipserait hélas la mémoire du premier
c’est-à-dire toi, oui toi, le réel inventeur
de vente en ligne de livres proposée avant l’heure
du World Wide Web c’est dire que tu es pionnier
et qu’il bien dommage que l’on t’ait oublié !
Mais il reste l’idée qui a fait des petits
et qui nous offre un monde tout autre aujourd’hui.

arguments pour l’achat de livres en ligne

Il faut être conscient que l’on n’a qu’une vie,
et que le temps qu’on passe auprès de ses amis
est bien plus important à vivre que celui
que nous perdons en vain à courir sous la pluie,
sous la neige, dans le froid, ou par forte chaleur,
gelant ou transpirant, souffrant pendant des heures
au-dedans de son corps, risquant à tout moment
soit une insolation, soit un refroidissement,
quand il est nécessaire de chérir sa santé
lorsque l’on peut en ligne ses livres commander.
Il arrive parfois, au milieu de la nuit
que l’on soit éveillé et qu’un besoin subit
encombre notre esprit quand tout le monde dort,
ce besoin, c’est un livre, une idée fixe, alors
on pense et on repense, et encore et encore,
et tout à coup, voilà, la solution prend corps :
une commande en ligne à toute heure de la nuit
peut libérer un homme de ses insomnies,
car il a l’assurance, il peut être certain
qu’il recevra le livre déjà en chemin.

Et même s’il habite dans un coin isolé,
dans un petit village ou près d’une forêt,
ou bien dans la montagne, même s’il vit très haut,
pour commander un livre, il suffit du réseau.
Et puis, c’est plus facile et beaucoup moins stressant
de le choisir à l’aise en prenant tout son temps,
si précieux, il est vrai, car du matin au soir,
nous courons constamment après notre retard,
or pour le rattraper, un autre nous créons
qui lui-même en crée un qu’alors nous poursuivons,
et encore et encore jamais nous n’arrêtons.
Pourtant pour commander en ligne nous pouvons
installés bien au chaud avec un thé fumant
ou au frais en été, tout dépend du moment,
l’œil tourné vers l’écran, et le sourire tranquille,
et sans aucune crainte de perdre le fil
des idées que l’on a pour un travail écrit
qu’avec un camarade on doit rendre fini
On a le temps aussi de comparer les prix,
de lire les critiques et de voir les avis.
Mais avant de parler librairie de l’avenir,
sur un autre sujet, je voudrais revenir:
celui de la paresse que l’on blâme si fort ;
qui donc oserait dire qu’elle n’est dedans son corps ?
Qui donc aime bien plus devoir se lever tôt
pour travailler plutôt qu’écouter les oiseaux
qui chantent le matin ? Qui donc tard dans la nuit
apprécie d’encoder un fichier TEI ?
Et encore et encore, des exemples à foison,
je pourrais te donner si j’avais l’occasion
Je ne pense vraiment pas, après cet exposé,
qu’il soit bien justifiable d’encore hésiter !

L’horreur des magasins en période des fêtes

Tu te demandes sans doute quelle est la raison,
pour que j’insiste tant et tant avec passion,
alors qu’il est des choses beaucoup moins futiles
comme le sort des migrants les suites de Tchernobyl,
les gaz à effet de serre, les religions, l’argent,
les superstitions, le réveil des volcans,
le CETA, le cancer, les inégalités,
les prisons, le viol, la liberté de parler,
les jeunes et la culture, et encore et encore,
mais pour quelle raison, te demandes-tu alors,
ai-je donc décidé de prendre ce sujet ?
C’est qu’il est de saison et que nous sommes près
de l’enfer que l’on vit un peu avant Noël :
je veux parler ici des achats annuels
qu’il peut être important parfois d’effectuer
lorsqu’on veut témoigner de son lien d’amitié,
c’est ainsi que souvent on se trouve entouré
d’une foule de gens tous venus acheter
des cadeaux pour les fêtes, déjà dans le métro,
enfants, père et mère te poussent dans le dos,
puis dans le magasin, les enfants pleins d’ardeur
jouent à cache-cache et bousculent les acheteurs,
la haine monte en toi, au dedans de ton corps
tu voudrais les frapper ou les jeter dehors,
heureusement pour toi, la mère a la main leste
et elle stoppe l’ardeur de sa fille d’un seul geste,
la bousculade cesse mais les cris la remplacent,
les enfants braillent, gémissent, et les parents se fâchent ;
il arrive parfois que les cris des parents
dépassent en décibels ceux que poussent les enfants,
mais tu n’es pas encore parvenu à la fin
des ennuis qui te guettent dans ce magasin,
car comme chacun le sait, d’un ennui un ennui
car une chose vient d’une autre, et elle se reproduit,
c’est comme ça que lorsque tu trouves ton rayon
les hauts parleurs te hurlent les dernières promotions,
sur un fond de musique hivernale habituelle,
comme l’épouvantable chanson Jingle Bells,
donc, il te faut acheter vite pour t’échapper
or, malheureusement, ton livre est épuisé,
tu veux alors sortir pour le chercher ailleurs,
mais la foule te presse et tu sens la sueur
froide dégouliner tout le long de ton dos
tu étouffes, ta tête est comme dans un étau

Analyse du De rerum natura de Lucrèce

Stopwords

Il a été expliqué en cours que pour pouvoir réellement mettre à profit les outils de Voyant Tools, il fallait commencer par supprimer les « mots vides ». Cela semble d’autant plus utile qu’ils sont les mots les plus fréquents : « in (912); ut (448); quae (431); quod (428); cum (409); est (402); nec (396); atque (390); non (288) ».
Fixer la liste des stopwords s’avère n’être pas aussi simple que l’on aurait pu le croire. Celle disponible par défaut était beaucoup trop importante, supprimant des mots porteurs de sens comme notamment des adverbes ou, par exemple, toutes les formes de verbes certes courants mais signifiants tels que « dare » (ainsi que le nom « datum »), « ferre » ou « videre », ce qui aurait pu fausser le sens global du texte. Une liste plus réduite disponible dans la dropbox du master s’est révélée plus raisonnable. Il a fallu y ajouter « cumque » présent 123 fois dans le corpus.

La question de leur suppression se pose pour d’autres mots dont certains très fréquents dans le corpus, à commencer par le plus présent : « omnia ». On le trouve décliné 470 fois au total chez Lucrèce.

Nuage de mots

Mots les plus fréquents

Analysons à présent les mots qui ne peuvent incontestablement pas faire partie de la liste des « mots vides ». Les deux formes les plus fréquentes sont « corpore » (198) et « corpora » (155), c’est-à-dire le même mot, « corpus », qui apparaît toutes formes confondues 546 fois. Que le « corps » soit le principal terme utilisé dans l’exposition d’une doctrine matérialiste n’est guère étonnant. Un graphique de l’évolution de l’emploi de « corp* », c’est-à-dire des formes commençant par « corp », dans l’ensemble du De rerum natura indique que c’est plus utilisé au chant III sur l’âme et la mort : l’âme est mortelle et corporelle.

On trouve aussi, sous leurs différentes flexions, les mots « res » (695 fois), « natura » (228 fois), « vis » (156 fois), « tempus » (144 fois)…

Agencement des phrases

Les phrases sont très longues : 86,5 mots en moyenne. On sait que les latins n’utilisaient pas la ponctuation dans l’Antiquité ; elle a donc été ajoutée ultérieurement. Toutefois, on peut supposer que les signes de ponctuation ont été décidés en fonction de segments de textes plus ou moins indivisibles. Comparer dans Voyant Toools la longueur des phrases de Lucrèce avec celle d’autres auteurs peut donner une indication : elle est de 24,4 dans la Guerre des Gaules de César et de 25,2 dans le De Republica de Cicéron.

Pour savoir comment Lucrèce articule ses segments de phrases, il peut être utile de se pencher sur les mots d’habitude présents dans la liste des stopwords.

  • Plusieurs adverbes et une conjonction indiquent la conséquence : « nam » (191 occurrences), « enim » (182), « igitur » et « quia » (114). Ils ne sont peut-être en fait pas anodins, indiquant une forte structuration du poème, ce qui n’est guère étonnant pour une œuvre qui expose une pensée philosophique. Dans le pastiche, il a fallu penser à mettre des liens logiques.
  • Des verbes impersonnels sont utilisés, comme « neccessest » (82) et « videtur » (81).
  • « qui, quae, quod » est fréquemment employé, soit comme relatif de liaison, soit comme pronom relatif (1623 fois). « quod » peut aussi être utilisé dans le sens de « parce que ».
  • L’utilisation probablement fréquente de subordonnées peut se déduire des points suivants :
    • on rencontre « ut » 448 fois, il introduit souvent un subjonctif
    • « ne » apparaît 80 fois.

Syntagmes

On peut relever les syntagmes suivants :

  • « corpore in ipso » : dans l’intérieur même du corps
  • « etiam atque etiam » : littéralement « encore et encore », c’est-à-dire « je le répète »
  • « alid ex alio » (« alid » = « aliud ») : littéralement « autre chose d’autre chose », donc « une chose à la suite d’une autre », « une chose engendrée par une autre », selon le contexte, c’est souvent traduit par « se succcèdent… »

Garder pour notre pastiche la traduction littérale des expressions de Lucrèce n’était pas toujours possible; quand c’était nécessaire nous les avons donc transformées, mais en tentant d’en conserver l’esprit. Il est à remarquer que Lucrèce utilise souvent les expressions « fit uti » (il arrive que) et «necessest».

Le choix de l’alexandrin pour le pastiche

Le De Rerum Natura de Lucrèce est rédigé en hexamètre dactylique[2], mètre par excellence de l’épopée et de la physique (Lucrèce rejoint d’ailleurs un peu les deux, puisque Quintilien le range parmi les poètes épiques). C’est l’alternance des voyelles longues et brèves composant le vers latin qui lui donnent sa forme poétique et musicale. Comme le français ne fait pas de distinction entre voyelles courtes et voyelles longues il nous a semblé que l’alexandrin était la forme la mieux adaptée pour notre pastiche puisqu’il est rythmé, musical et qu’il répond lui aussi à des règles métriques. Comme Lucrèce, nous avons veillé à «casser» de temps à autre les segments de phrases de notre pastiche par des enjambements (ex : dans l’éloge de Charles Stack, L 5-6 : (…)on te nomme aussi le Magellan//de l’e-commerce car tu l’exploras (…); L6-7: (…)mêlant //ce qui est en-dedans de ton corps(…)

Différentes parties et différents styles

Le De rerum natura est un poème philosophique qui a la particularité de comporter des passages que l’on pourrait qualifier de lyriques, en tout cas plus poétiques, et d’autres qui exposent le système philosophique épicurien, à la fois scientifique et philosophique car les Anciens ne distinguaient pas les disciplines comme nous. Pour réaliser un pastiche sur l’ensemble de l’œuvre, il était donc utile de savoir si le style était identique partout ou bien s’il fallait distinguer des passages et faire plusieurs parties avec des différences dans l’écriture. Après l’analyse globale, nous avons donc travaillé sur différents ensembles, en modifiant le fichier par Atom. Nous avons analysé séparément les sous-corpus suivants que, par commodité dans l’exposé, nous nommerons par des lettres :

  • A = l’hymne à Vénus qui ouvre l’œuvre : I, 1-43 ;
  • B = les éloges d’Épicure : I, 62-79 ; III, 1-30 ; V, 1-54 et VI, 1-42 ;
  • C = le passage sur la sagesse au début du livre II (commençant par le célèbre « Suave, mari magno ») : II, 1-61 ;
  • D = l’apologie du poème au début du livre IV, 1-25 ;
  • E = tout le reste du texte (c’est-à-dire que nous avons pris le fichier du texte complet auquel nous avons retiré tous les vers indiqués ci-dessus).

La densité du vocabulaire est différente. Elle est nettement moindre pour E, qui contient l’exposé de la doctrine : 0,224 contre au moins 0,690, soit presque le triple, pour les autres passages (A : 0,816, B : 0,690, C : 0,792, D : 0,910). Quant à la moyenne de mots par phrase (en sachant, comme cela a déjà été indiqué au début de l’« agencement des phrases » que la ponctuation est moderne), elle est supérieure dans l’hymne à Vénus (A : 277), où les phrases sont très longues, ce qui correspond à un mouvement lyrique très ample. Dans l’édition Perseus analysée (http://www.perseus.tufts.edu/hopper/text?doc=Perseus:text:1999.02.0130), les 43 vers ne comptent que 8 phrases dont la première et la septième font 9 vers. Ce nombre de mots par phrase est plus de 5,5 fois inférieur dans les éloges d’Épicure (B : 48,9), marquant un style que l’on pourrait qualifier de plus nerveux. La louange comporte des phrases sur le modèle : « Il fit ceci » (ou bien au livre III : « Toi qui… »). Au livre V, on trouve aussi des interrogatives, à commencer par la première qui compte deux vers (« Qui peut d’un souffle assez puissant chanter ces découvertes, / accorder son poème à la majesté du sujet ? » dans la traduction de José Kany-Turpin). Dans un contexte de lutte entre les écoles philosophiques à Rome, en particulier stoïcisme et épicurisme, il s’agit aussi pour Lucrèce de vanter son maître en étant incisif. Pour pouvoir faire ces remarques, il faut évidemment sortir de Voyant Tools. Cet outil confirme ce que l’on pouvait ressentir lors d’une simple lecture : le pastiche devait comprendre au moins un passage plus ample avec des phrases longues et un autre plus offensif.

Les adverbes de conséquence que l’on a repérés pour l’ensemble du De rerum natura se retrouvent dans tous les sous-corpus sauf en C. Les passages comparés étant d’étendues diverses, on a transformé les indications fournies par Voyant Tools en pourcentages, de façon à pouvoir vraiment comparer. Comme l’on pouvait s’y attendre, c’est en E, c’est-à-dire là où est exposée une doctrine qui s’affirme comme logique et cohérente, que l’on retrouve le plus ces liens logiques : « nam » est en dix-huitième position (sans stopwords) représentant 1,69 % du vocabulaire (180 occurrences sur 47390 mots, ce sous-corpus étant de loin le plus conséquent) et « enim » juste après, à 1,67 % (178 occurrences). Mais, contrairement à ce que l’on aurait pu croire, l’hymne à Vénus contient aussi des liens logiques, sans doute à mettre en rapport avec la longueur de la majorité des phrases : 1,08 % de « nam » et de « quoniam ». La brièveté du passage analysé, seulement 277 mots, fait que c’est la troisième position ex aequo avec 3 occurrences pour chacun d’eux, le mot le plus employé ne l’étant que 9 fois (contre 887 en E : la différence de longueur des sous-corpus rend leur comparaison délicate). L’analyse de détail conforte donc l’analyse générale : des mots comme « en effet », « car » ou « donc » devaient figurer dans le pastiche.

Remarque sur la fin du livre VI de Lucrèce

Le dernier livre du De Natura Rerum de Lucrèce est très noir; il parle de catastrophes et se termine de manière très abrupte sur une description de la peste à Athènes. Les spécialistes ne sont pas d’accord sur le fait que Lucrèce ait pu ou non finir son oeuvre. Comme nous avions décidé de coller le plus possible à son style et à son plan, il nous a semblé plus cohérent de garder notre méthode jusqu’à la fin et de terminer note pastiche comme lui, abruptement

Conclusion

Voyant Tools effectue une analyse pointue du vocabulaire, y compris des rapports entre les mots, ce qui permet d’aborder l’analyse du style, mais ne peut permettre de dégager le plan d’un texte et, surtout, ne saurait remplacer la réflexion et le recul critique humains. L’analyse automatisée peut s’avérer très utile, notamment en exécutant des opérations de comptage très longues et fastidieuses manuellement, mais elle reste un outil à employer avec discernement.

Notes

1. créateur de la première librairie en ligne, la Book Stack Unlimited
2. L’hexamètre dactylique se compose de 6 pieds dont les 4 premiers sont des dactyles ou des spondées, le 5e est un dactyle et le 6e est un spondée ou un trochée.


Une réflexion sur « De la nature de l’e-commerce de livres »

  1. C’est un pastiche rigoureusement soutenu par une analyse aidée de Voyant Tools que voilà ! J’ai bien aimé la diversité des sujets abordés qui dresse un portrait paradoxal du monde contemporain entre Noël et les diverses catastrophes du temps présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.