Lettre à Clementius

Paul et Julien saluent leur cher Clementius

 

Nous nous réjouissons de voir et d’apprendre tes progrès et nous t’engageons vivement à poursuivre ton cheminement. Ne cesse jamais de t’instruire car l’âme est plus valeureux mais aussi inconstant que tous les membres du corps humain et la paresse de l’âme est plus nocive à l’homme de bien que ne l’est le refus de l’entraînement pour tout athlète. Aussi, nous t’en prions, ne te laisse pas aller à l’oisiveté et, ainsi que le fait la nature qui chaque instant remet chacune de ses parties en mouvement par son souffle qui la parcourt de part en part, fait que le monde autour de toi sois toujours source d’instruction et nourrisse sans cesse ton esprit.

Tu nous a entretenu récemment des propos d’un orateur dont le discours précédait cette été la Marche des Fiertés et qui se trouver indisposé d’être qualifié d’homme. Ce rhéteur qui avait pour nom Arnaud Gauthier-Fawas et représentait l’école philosophique inter-LGBT s’était présenté comme étant « non binaire », « ni masculin ni féminin » et sitôt ces mots parvinrent aux oreilles de la foule, elle couvrit le couvrit de ridicule. Aussi tu nous demandais si l’hilarité générale était justifiée et si cette formule méritait ou non le mépris du peuple. Nous t’enjoindrons nous même à ne pas te soucier de trop de ce que la foule aime à porter en dérision. Qu’il est grand le bonheur de celui qui vit libéré du regard d’autrui et quelle malheur à l’inverse que de vivre sous le joug de l’opinion. Aussi ne cherche pas le ridicule mais jamais ne te parjure ou deviens vaniteux par peur de la renommée. Il convient au sage de vivre selon la nature et non selon l’opinion. « Mais alors, Nous dis-tu, n’est-il pas dans l’erreur celui qui, s’opposant à la nature, refuse le titre d’homme ou de femme ? » C’est là une crainte qui semble légitime et que beaucoup partage. Penses, cependant à ce que fait la nature. Fait-elle seulement le corps humain ou n’est-elle pas aussi autrice de son esprit ? Et cet esprit notre cher Clementius, lui qui est doué de raison, n’est-il pas plus analogue à la raison de la nature que le corps changeant et fragile de l’être humain ? Aussi, si l’esprit ne se sent pas homme, quelle folie ce serait que de vouloir en convaincre le corps ! C’est le propre des animaux que de pouvoir vivre en suivant la nature mais c’est le privilège de l’homme que de pouvoir s’y accorder. Il n’y a donc rien de ridicule à accorder la manière dont on perçoit et présente le corps à ce que la nature dicte à l’âme. Les titres affublés à l’être humain par la foule n’ont aucune valeur face à la volonté de l’âme. « Mais peut-être, penses-tu alors, aurait-il dû choisir un moment plus opportun pour exprimer son embarras. » Mais nous te le demandons, mon ami, quel moment plus opportun pour s’affirmer soi même qu’en ouverture à un évènement célébrant cette affirmation. Je citerais ici un homme au combien plus sage que moi-même, l’ancien esclave Épictète qui refusait, au risque voir brisées ses deux jambes, de se parjurer en confessant une faute qu’il n’avait pas commise. De même, comment cette personne qui le lendemain devait porter les revendications de miliers d’autres confrontés au même traitement aurait-elle pu souffrir un tel parjure ? Comment accepter de face à la honte aux yeux de tous pour ensuite prétendre aller la combattre ?

Aussi, très cher Clementius, ne blâme pas ceux qui, pour avoir défendu leur intégrité, s’attirèrent les rires de la foule mais écoute plutôt la diatribe de Daniel Schleiderman envers ce qui veulent les tourner en ridicule « “Qu’est-ce qu’ils vous ont donc fait, tous ceux qui doutent de leur sexe de naissance? ». Enfin, nous te prions d’éviter à tout prix ceux qui, alors qu’on leur reproche leur ignorance et leurs préjugés décide d’ignorer ce reproche et qui non content d’avoir fauté vont, comme des enfants capricieux, répéter la faute à outrance.

Porte toi bien

 

Analyse
Ce pastiche est basé sur les lettres à Lucilius de Sénèque. Pour réaliser ce pastiche, la forme de la lettre est bien sûr une évidence mais reste à voir à quel type de lettre nous avons affaire.
La première chose que l’on remarque est que conformément à son titre latin epistulae morales ad lucilium, les lettres sont très portées sur les leçons de morales, ce qu’il faut et ce qu’il ne faut pas faire aussi le mot le plus commun une fois les stopwords ajoutés est « bonum » qui sous cette forme seule totalise 401 occurrences.

Visualisation du texte avec cirrus après utilisation des stopwords

Quand on recherche toutes les formes du mots (avec la recherche « bon* ») on se retrouve face à 851 occurrences sur 124 lettres. De même si on additionne les occurrences de toutes les formes de malus on se retrouve avec 411 occurrences.


Virtus est également le 8ème terme le plus utilisé si l’on enlève les différentes formes de bonum, vita, et animus. On a donc des lettres traitant de leçons de morales ou en tout cas des lettres traitant des bonnes et mauvaises façons de vivre sa vie et pour donner ces leçons Sénèque va avoir recours à l’exemple. On peut le voir grâce la forte récurrence de noms de philosophes comme Épicure (73 occurrences). C’est pourquoi nous avons nous même utilisé un exemple et une citation. Mais ce que Sénèque pratique encore plus que l’exemple, c’est le contre-exemple ou la contre-indication. En effet si l’on n’indique pas de stopwords on remarque que « non » est le second terme le plus fréquent et que le cinquième terme le plus fréquent est « sed ».

visualisation avec cirrus sans utilisation des stopwords

Les epistualae morales sont aussi une œuvre intime, témoin d’échanges entre Sénèque et son ami Lucilius. Aussi, en enlevant le terme « Lucilio » qui n’apparait que dans la formule d’appel de chaque lettre « Seneca Lucilio suo salutem », le nom de Lucilius apparaît 92 fois le plus souvent précédé de « mi » qui témoigne de l’affection que porte Sénèque à Lucilius

recherche de lucili dans l'outil contexte

et si l’on se sert de l’outil « lien » avec les stopwords on constate que les termes les plus associés à « lucili » sont « carissime » (7 occurences), « intelleges » (3 occurences) et « optime » (7 occurences).

recherche de lucili dans l'outil lien

Bien sûr les lettres à lucilius ne sont pas une correspondance banales, elles sont vouées à la postérité, Sénèque lui-même le dit mais il faut garder à l’esprit le fait que ces lettres sont une correspondance, dont on n’a qu’une moitié, entre deux amis et dont on ne devine la deuxième partie dans le texte qu’au travers de l’usage de verbes de paroles à la deuxième personne comme « inquis » (76 occurrences), « dicis » (20 occurrences) ou « putas » (53 occurrences).

Nous nous sommes ainsi proposé de faire acte de cette absence en répondant dans notre pastiche à un correspondant fantôme à qui nous nous adressons tout au long de la lettre et dont nous rapportons des paroles. Nous avons également décidé de restituer l’importance du mot « natura » chez Sénèque (8ème occurrence avec les doublons de « bonum » et « animus », 5ème sans ces doublons) et nous avons repris sa conception d’une raison inhérente à la nature et omniprésente en elle dont l’esprit humain est une partie, et de l’animal qui vit selon la nature tandis que l’homme s’accorde avec elle (par sa raison). Pour retranscrire le terme « animus » nous avons alternés entre les termes français « âme » qui sémantiquement plus proche et « esprit » qui retranscrit mieux l’idée de souffle, importante chez Sénèque.

recherche des termes du document en utilisant les stopwords


Une réflexion sur « Lettre à Clementius »

  1. Le sujet est très intéressant. Je n’ai moi-même toujours pas compris cette persécution plutôt qu’hilarité qui a touché cette personne alors qu’on devrait écouter et à l’occasion débattre de manière argumentée. Mais ce n’est pas le moment comme l’indique l’actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.