Pour François Fillon

Suite à sa mise en examen le 14 mars 2017 pour « détournement de fonds publics », « complicité et recel de détournement de fonds publics », « complicité et recel d’abus de bien sociaux », et « manquements aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », personne n’a déploré l’échec de l’avocat de l’ancien candidat aux élections présidentielles de 2017. Mais s’il y a un bien un homme qui l’eût sauvé, c’est Cicéron. Voici sa plaidoirie en exclusivité.

Par Julien DJIBA et Kévin FRAIR.

Je remarque, juges, que sont réunis pour la cause qui nous retient aujourd’hui des hommes et des femmes qui ont su user de leur raison par le passé. Mais, cette cause est ardue, non par le crime lui-même, qui à vrai dire n’ébranle pas la justice mais par son retentissement, qui a suscité des craintes démesurées pour l’État. Je ne vous ferai pas, juges, l’affront d’un rappel de l’importance de la République ni sur les hommes et femmes qui l’ont fondée et affermie, et parmi lesquels l’on peut certainement vous compter. Mais je vous dirai que son unique salut ne se trouve que dans la vérité, et en ce lieu, qu’elle ne peut que surgir, loin du peuple séduit par les chants mensongers et funestes quand vient le temps de se rendre aux urnes. Il convient donc de se mesurer dans le jugement, ce qui, je n’en doute pas, sera votre priorité dans l’affaire qui met en cause M. François Fillon aujourd’hui. Il est vrai que je sens que le jugement a déjà été fait par la caste médiatique, mais je suis certain que le bon sens se trouve ici plutôt qu’ailleurs.

Il convient d’abord de revenir sur l’infortune d’un homme que tout destinait à présider la France. François Fillon, dit-on, a permis que sa femme et compagne de toujours, Pénélope reçoive entre 1998 et 2007, près de 4 talents (900 000 euros) en tant qu’assistante parlementaire de la part de l’État. Cependant, on lui reproche un gain indu de cette somme parce qu’elle n’aurait pas effectué ce travail. Or, citoyens, je montrerai que les passions politiques ont troublé ce qui n’était qu’une collaboration conjugale et familiale, et somme tout légale, qu’il faudrait au contraire saluer pour sa modernité !
Imaginez, juges, vos enfants ! Oui, les vôtres ! Se rencontrant et s’aimant alors qu’ils apprennent comme vous le droit. C’est donc ainsi qu’un fils de notable manceau et une barbare de Bretagne se rencontrèrent et ne se quittèrent plus. Elle fut donc présente à chaque étape de son cursus honorum, s’occupant de la famille qui se construisait comme toute matrone qui se respecte. Mais vous savez mieux que tous les bouleversements qui ont permis l’arrivée des femmes dans la vie publique et vous comprendrez d’autant plus l’envie de Madame Fillon de s’impliquer davantage dans la carrière de son époux.

Monsieur Fillon, lui, recevait les honneurs jusqu’à devenir le Premier Ministre du Président de la République Nicolas Sarkozy entre 2007 et 2012. Remarqué par un visage qui inspirait la sévérité et par une constance rare à son poste, il fut naturellement envisagé comme un prétendant viable à la tête de l’Etat en 2017, lors d’une période de troubles d’où ne sommes toujours pas sortis. C’est alors que la délation et la calomnie ont surgi pour contraindre le pauvre homme à abandonner purement et simplement la politique.

Citoyens, la vérité est que le crime n’a pas été commis par François Fillon mais bien commis à son encontre. Je tiens à rappeler le caractère prompt de l’enquête avec la nomination d’un juge dont la très grande sévérité n’est plus à prouver. Mais plus accablantes encore sont les déclarations formulées par un certain Robert Bourgi, « ami » de longue date de M. Fillon qui a prononcé sur le Forum : « J’ai décidé de tuer François Fillon pour diverses raisons ». Il est vrai, juges, qu’il s’agit là d’un meurtre et que cet homme prononce cette phrase avec le nom de notre homme ne fait plus aucun doute sur l’innocence de M. Fillon. Doit-on rappeler le parcours du sinistre Bourgi ou simplement évoquer son commerce dans les terres au-delà de l’Afrique ?

Je récuse donc, juges, cette accusation de « détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits ». On raconte que Mme Fillon et ses enfants, Marie et Charles Fillon, eux aussi jetés à la foule, auraient volé le bien public guidés par un homme avare. La vérité est que François Fillon est avant tout un paterfamilias. Et son destin lui donne raison. En effet, tous l’ont abandonné, tous oui ! Sauf sa famille. La partie adverse présente Madame Fillon comme une profiteuse là où je ne vois qu’une épouse qui n’oublie pas sa place selon la coutume des Anciens tout en accordant son rôle à la vie moderne. Rappelez-vous, juges, d’une épouse loyale qui attendit des années le retour de son mari à Ithaque! Il convient plutôt de reconnaître le courage d’une femme aux multiples qualités. Il serait donc injuste de lui retirer son salaire et d’ainsi la traiter pire qu’une esclave et ce, malgré ses origines. Je récuse aussi les prétendus multiples témoignages d’élus contestant son rôle effectif auprès de son mari, car il ne s’agit là que d’ennemis ou d’incompétents.

Il serait facile pour tout homme ou toute femme de se laisser guider par la passion et les fausses preuves surtout quand l’avenir de l’État est en jeu. Mais, juges, la cause qui nous retient aujourd’hui mérite que le bon sens l’emporte. Le crime n’est pas celui que vous jugerez mais celui qui vous y a poussé. L’argent est invoqué quand bien pire menace la République. En vérité, d’honnêtes citoyens sont traînés devant les juges car ils ont essayé de concilier la tradition et la modernité. Des ennemis déclarent publiquement qu’ils sont la cause du méfait et ne sont pas inquiétés quand la justice se fait prompte et sévère contre la gens Fillon. Une matrone, une épouse courageuse est calomniée pour le plaisir de la multitude ignorante. Mais je sens qu’au milieu du trouble qui envahit notre époque, vous, juges, saurez faire preuve de bon sens.

Utilisation de Voyant Tools

Nous avions d’abord décidé de faire le pastiche du Pro Cluentio, plaidoyer le plus long et le plus fameux dans l’Antiquité, connu surtout pour la difficulté du cas jugé.

Cependant, un seul texte ne suffisait pas à établir un “style”, c’est-à-dire dans notre cas, faire apparaître assez de syntagmes intéressants chez Cicéron. Nous avons donc décidé sur les conseils de M. Berra de choisir d’analyser tous les plaidoyers de Cicéron disponibles sur Mnémosyne, au nombre de 13 :

Malheureusement, la déception fut grande de ne découvrir parmi les 30 syntagmes par terme proposés par Voyant Tools qu’une majorité de syntagmes composés de deux mots seulement. Il a donc fallu passer par d’autres outils.

D’abord, le cirrus (ici, un nuage des termes les plus utilisés) a été très utile mais seulement après qu’on a étoffé la liste des stopwords ou mots-vides avec des éléments d’apparat critique ou des lettres grecques. Mais nous n’avons pas pu tout retirer tant ils étaient présents. On s’est donc contentés des 100 premiers  termes de la liste.

Le vocabulaire est très simple et général. Il est donc intéressant pour tout aborder.

On a remarqué les nombreuses apostrophes aux juges ou aux citoyens, l’usage régulier du nom des protagonistes, l’adjectif au féminin singulier à plusieurs cas publica qualifiant le substantif res,rei,f faisant partie des mots-vides, ce qui souligne l’importance de l’État dans les plaidoiries de Cicéron.

Ensuite, l’outil arbre de mots nous a permis de former quelques syntagmes et précise merveilleusement l’analyse présentée avec l’outil grappe de termes.

Nous n’avons utilisé que les termes qui semblaient adaptés au contexte.

 

 

La grappe est interactive et permet de voir les mots qui sont liés.

 

Les phrases chez Cicéron sont longues avec des moyennes de mots par phrase selon les textes du corpus entre une vingtaine et une quarantaine. Cependant, nous avons préféré avoir une moyenne plus basse car le texte devenait incompréhensible (n’est pas Proust qui veut !).

Concernant la structure, si le Pro Cluentio est trop court pour déceler assez d’éléments intéressants dans Voyant Tools, il est trop long pour être pastiché dans sa totalité sur le blog. Nous avons décidé de suivre la structure rhétorique classique composée de cinq parties :l’exorde, la narration, la division, la confirmation et la réfutation.

Enfin concernant l’affaire Fillon, que nous n’avons fait qu’esquisser, nous avons utilisé des articles de presse (comme celui-ci , celui-là ou encore cet article) et des articles de Wikipédia (la page de l’affaire, celle de M. Fillon et celle de son épouse Penelope (d’origine britannique) au cœur de l’affaire).

 


2 réflexions sur « Pour François Fillon »

  1. A lire une telle plaidoirie, on se dit que l’étude de Cicéron et de la rhétorique ancienne devrait être obligatoire dans toutes les facultés de droit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.