Le personnage de Mégare chez Euripide et chez Sénèque

Introduction

Ce travail thématique met en lien l’Hercule furieux de Sénèque et l’Hercule furieux d’Euripide. Il a été mené en collaboration entre Nadine Rakofsky (pour la partie grecque) et Constance Détroyat (pour la partie latine), dans le cadre du cours de Master 1 “Projet collaboratif numérique”. C’est suite à une première analyse du texte de Sénèque via Perseus qu’il est apparu qu’il semblait y avoir une grande concentration de négations dans la scène qui opposait Lycus et Mégare, scène qui n’existe pas chez Euripide (étude corpus-driven, donc). Cet élément nous a poussées à faire une étude de l’usage des négations pour le personnage de Mégare, à la fois chez Sénèque et chez Euripide. Nous avons ensuite tenté de voir par le recensent des lemmes les plus courants s’il était possible de dégager des thématiques propres à Mégare chez Euripide et chez Sénèque. Notre travail nécessitant de fréquentes comparaisons du corpus des différents personnages, des fichiers ont donc été créés « par personnage ».

Remarque

Les répliques ne sont pas distribuées de la même manière d’une édition à l’autre. Pour le travail sur Euripide, nous nous référons principalement au texte établi par Léon Parmentier et Henri Grégoire ; cette version diffère légèrement de celle du TLG, qui fait partie des outils que nous avons utlisés. Pour le texte de Sénèque, nous avons utilisé le texte établi par François-Régis Chaumartin. Les résultats de nos observations peuvent différer de ceux que nous aurions obtenus avec d’autres versions. Néanmoins, à l’aide de nos outils d’analyse, nous avons pu dégager des tendances propres à Mégare et même découvrir chez d’autres personnages des particularités que nous ne nous attendions pas à trouver parce qu’elles passaient inaperçues à la lecture.

I. Plan des interventions de Mégare

Petit rappel sur les interventions de Mégare chez Euripide puis chez Sénèque. Pour avoir les plans complets des deux pièces, vous pouvez vous référer aux deux billets de Nadine, l’un sur la pièce d’Euripide, et l’autre sur la pièce de Sénèque.

1. Euripide

v. 60-87: monologue.

Mégare rappelle la gloire d’Amphitryon, sa propre naissance, son mariage avec Héraclès, son bonheur passé, le sort qui les attend, les enfants qui attendent leur père… puis elle demande à Amphitryon s’il faut encore espérer ou accepter la mort.

v. 88-106: dialogue Mégare-Amphitryon.

Mégare pense que si la mort est inévitable, il ne faut plus la retarder. Amphitryon garde espoir.

v. 275-311 : monologue.

Lycos a commandé aux hommes de sa suite de préparer un bûcher. Le chœur de vieillards a défendu les enfants d’Héraclès et accusé Lycos d’avoir ruiné le pays qu’il gouverne.

Mégare conseille aux vieillards de ne pas se mettre en danger en défendant sa famille et demande à Amphitryon d’accepter de se résigner pour mourir dans l’honneur plutôt que dans les flammes. Elle rappelle qu’aucun mort n’est jamais revenu de l’Hadès ; il ne sera pas possible de faire fléchir Lycos ; l’exil plongerait les enfants dans la pauvreté ; lutter contre les décisions des dieux est courageux mais insensé.

v. 327-338 : Mégare-Lycos.

Le chœur a rappelé sa vieillesse et son impuissance et Amphitryon s’est résigné à accepter de mourir, mais il demande grâce pour Mégare et pour lui-même de manière à mourir avant les enfants pour ne pas entendre leurs appels. Mégare demande à Lycos la grâce d’ouvrir le palais pour qu’elle puisse mettre à ses enfants les parures des morts, ce qu’il accepte. Elle entre dans le palais avec ses enfants.

v. 451-496: monologue.

Le chœur a chanté les exploits d’Héraclès et pleuré le sort qui attend sa famille. Mégare pleure sur le sort de ses enfants, sur le destin que leur père leur réservait, sur les femmes qu’elle-même leur aurait choisies. Elle s’adresse à Héraclès, l’appelle encore.

v. 514-522 : Mégare-Amphitryon.

Mégare voit arriver Héraclès.

v. 523-561 : Mégare-Amphitryon-Héraclès.

Mégare et Amphitryon expliquent à Héraclès la situation (mort de Créon et des frères de Mégare, usurpation du trône par Lycos, sort qu’il réservait à Mégare, Amphitryon et aux enfants).

2. Sénèque

Acte II, scène 1 :

Mégare occupe la scène à elle toute seule en un monologue. Elle rappelle ses malheurs et ceux de son époux qui jamais ne trouvera le repos (il enchaîne les tâches confiées par Junon) en énumérant les travaux d’Hercule. Puis, elle se montre triste de l’absence permanente de son mari, qui se voit également obligé de délaisser sa ville, Thèbes. Elle rappelle qu’en son absence Lycus a pris le contrôle de Thèbes, mais elle croit au retour de son mari et l’encourage. 

Acte II, scène 2 :

Mégare a un échange avec Amphitryon, qui essaie de la réconforter et de la rendre plus positive quant au retour de son époux, mais elle reste dans un premier temps fataliste. 

Acte II, scène 3 :

Échange entre Mégare et Lycus. Ce dernier veut la forcer à se marier avec lui, elle refuse avec horreur, en exprimant son dégoût. Cette scène ou équivalent n’apparaît pas chez Euripide. 

Acte IV, scène 2 :

Scène du massacre. Une intervention très courte pour tenter de détourner son mari du meurtre de ses enfants.

3. Remarques

Ce relevé des interventions de Mégare permet déjà de voir que chez Euripide, elle ne parle à Lycos que pour lui demander une faveur et qu’elle ne l’affronte à aucun endroit de la pièce. D’aillleurs, lorsque Lycos met en doute l’origine divine et les exploits d ‘Héraclès, ce sont Amphitryon et le chœur qui le défendent.

Au contraire, chez Sénèque, Mégare apparaît comme une figure de résistance : elle s’oppose à Lycus au cours d’une scène qui n’apparaît pas chez Euripide et elle déplore la situation présente.

II. Les négations.

1. Euripide

a. Première étape : Voyant Tools

Dans un premier temps, une recherche a été effectuée avec Voyant Tools. Cet outil offre l’avantage d’analyser des fichiers que l’on introduit soi-même, ce qui a permis un travail à partir des fichiers que nous avions créés “par personnage”. Voyant Tools a par contre le désavantage de ne permettre un travail que sur les formes, pas sur les lemmes. Notre recherche a d’abord porté sur les formes οὐ, οὐκ, οὐχ, μή, μὴ ainsi que sur οὐδ* et μηδ* chez les personnages “humains” de la pièce : Mégare, Amphitryon, Lycos, Thésée et Héraclès. Nous avons obtenu les tableaux « Termes» et «Tendance» suivants :

termes
tendances
Remarques
  • la colonne “Tendances” de l’outils “Termes” est difficile à interpréter; elle semble plus appropriée pour des fichiers organisés de manière chronologique.
  • Le tableau “Tendances” est difficile à interpréter lui aussi : rappelons qu’il n’est pas possible de travailler sur les lemmes (οὔτ et οὔτε par exemple sont des mots différents) ; d’autre part, il n’est pas possible de grouper les mots en fonction de ce qu’on cherche (par exemple ici, les négations) ; enfin, chaque point indique une fréquence « relative ».
  • Une tendance semble toutefois émerger : on a l’impression que Mégare utilise beaucoup de μή et que Lycos utilise beaucoup de οὐκ. Rappelons que οὐ sert à exprimer la négation de la réalité, alors que μή exprime la subjectivité (le souhait, l’ordre, la défense, la crainte).

La recherche des négations citées plus haut pour le seul corpus “Mégare”, génère le tableau “Tendances” suivant :

tendances négations Mégare

L’impossibilité de grouper les termes ne serait-ce que par lemme ne rend pas l’interprétation plus aisée. En outre, Voyant Tools partage le document en dix segments de longueurs égales sans proposer de repères précis dans le texte indiquant le ddébut et la fiin dde chaque segment.

Voici le tableau obtenu après avoir remplacé -solution peu orthodoxe sans doute- toutes les négations par [neg] :

tendances Mégare [neg]

Cela ne règle pas le problème de la séparation des segments : on voit seulement que Mégare n’utilise aucune négation à deux endroits de ses interventions.

Cette première étape nous a amenées à examiner davantage les négations de Mégare et de Lycos relevées par Voyant Tools.

b. TLG

La première étape ayant fait apparaître que Lycos utilisait peut-être davantage la négation οὐ alors que Mégare utilisait plutôt μή, les négations ont été vérifiées et examinées dans le TLG pour ces deux personnages. Lors de cet examen, il a semblé que les négations étaient fréquentes chez les déesses qui avaient été exclues lors de la recherche avec Voyant Tools. Elles ont donc été examinées aussi.

LES Négations chez Mégare

v. 60-87: monologue.
  • v. 62 : οὐδὲν
  • v. 63: οὔτ’
  • v. 82: οὔτε
  • v. 84: οὔτ’
  • v. 86: μὴ (v. de crainte sous-entendu)
v. 88-106 : dialogue Mégare-Amphitryon.
  • v. 92: οὐ (avec verbe impersonnel exprimant le devoir)
v. 275-311 : monologue
  • v. 278: μηδέν
  • v. 280: οὐ (avec subjonctif)
  • v 285: μὴ (avec part. aor. passif)
  • v. 289: οὐκ (avec verbe impersonnel de convenance)
  • v. 291: οὐκ (avec optatif)
  • v. 294: οὐκ (avec adj. verbal d’obligation)
  • v. 311: οὐδεὶς
  • v. 311: μὴ (se rapporte à un participe exprimant l’obligation : μὴ χρεὼν )
v. 327-338 : Mégare-Lycos

On ne relève aucune négation dans cette section (cela correspond au premier segment sans négation chez Mégare, relevé dans le T_4).

v. 451-496: monologue.
  • v. 454: οὐ
v. 514-522 : Mégare-Amphitryon.
  • v. 517: μὴ (conditionnelle)
  • v. 519: οὐκ
  • v. 521: μὴ (avec subj. aoriste: défense)
  • v. 522: οὐδέν
v. 523-561 : Mégare-Amphitryon-Héraclès.
  • v. 547: μή (μη explétif, même si ce μή n’a pas le même statut que les autres négations nous le comptons parmi celles-ci)

Il apparaît que Mégare utilise 5 μή -dont un explétif-, 2 μηδεις/μηδέν, 7 οὐκ, 3 οὐδείς/οὐδὲν et 3 οὔτε. Cela ne confirme pas la tendance qui semblait apparaître dans Voyant Tools. Néanmoins, plusieurs négations sont liées à la notion d’obligation, de convenance, ce qui est mentionné ci-dessus.

LES Négations chez Lycos

Vers 140-169.
  • v. 144: μὴ
  • v. 156: οὐ (avec participe χρεών exprimant la convenance, dans une interrogative)
  • v. 157: οὐδὲν
  • v. 158: οὐδὲν
  • v. 159: οὔποτ’
  • v. 160: οὐδ’
  • v. 162: οὐχὶ
  • v. 165: οὐκ
Vers 238-251.
  • v. 245: οὐχ
  • v. 248: οὐ (dans l’expression οὐ μόνον)
Vers 332-335.
  • v. 333: οὐ
Vers 701-754.
  • v. 718: οὐ
  • v. 718: οὐδὲ μὴ … ποτέ (v. 718, construction οὐ μή + subjonctif: il n’y a pas de risque que…).

Tout ceci confirme ce qui avait été pressenti dans Voyant Tools : Lycos n’utilise la négation μή que deux fois: dans une question qui sous-entend la mort inéluctable pour Amphitryon, Mégare et les enfants (v. 144) et sous forme de l’adverbe μὴποτέ dans la construction οὐ μή + subjonctif (v. 718)

LES Négations chez les déesses Iris et Lyssa

Vers 822-873
Lyssa
  • v. 845: οὐκ
  • v. 846: οὐδ’
  • v. 849: οὐκ
  • v. 849: οὔτ’
  • v. 850: οὔτ’
  • v. 854: οὐ
  • v. 858: οὐ
  • v. 861: οὔτε
  • v. 862: οὔτε
  • v. 865: οὐκ
  • v. 869: οὐ
Iris
  • v. 824: οὐδὲν
  • v. 828: οὐδ’
  • v. 829: οὔτ’
  • v. 829: οὔθ’
  • v. 842: μὴ
  • v. 855: μὴ
  • v. 857: οὐχὶ

On relève donc 11 négations chez Lyssa : uniquement des οὐκ.
Chez Iris, on relève 5 οὐκ et deux μή (dont un de défense).
Ce chiffre paraît a priori élevé, compte tenu de la très petite intervention parlée des déesses.

c. Constats et analyses

Cette recherche permet de générer le tableau suivant:

tableau des négations

Pour rappel, la pièce entière contient 7 935 mots, le corpus « Mégare » contient 917 mots, celui de Lycos est de 391 mots et celui de Lyssa (207) et Iris (146) confondus est de 353 mots.

Si on compare le nombre de mots de sens négatif par rapport aux corpus de chaque personnage voici ce qu’on obtient lorsqu’on calcule l’écart réduit:

L’écart-réduit pour les déesses est de 2,3, ce qui confirme un nombre de négations particulièrement élevé en comparaison du reste du corpus de l’Hercule Furieux.

Par contre, comme on peut le voir, le nombre de négations n’est pas spécialement élevé ou bas chez Mégare ou Lycos.

Si nous comparons pour chaque personnage étudié la proportion de οὐ à celle de μη, nous obtenons 3.726 au test du χ2, ce qui, avec un degré de liberté de 3 représente 30% de chances que cette répartition soit due au hasard. Le test ne confirme donc pour aucun des personnages de la pièce que l’une ou l’autre forme serait sur ou sous-employée par rapport à l’autre.

Le suremploi des négations chez les déesses est-il propre à l’Hercule Furieux, à Euripide ou apparaît-il aussi dans d’autres tragédies ? S’applique-t-il à tous les dieux ou plus particulièrement aux divinités féminines ? Il serait intéressant de poursuivre la recherche dans d’autres œuvres.

2. Sénèque

a. Étude générale

On remarque dans un premier temps que les négations sont en grand déficit dans l’Hercules furenspar rapport aux autres tragédies de Sénèque.

Tableau généré avec Hyperbase dans la base “Tragédies de Sénèque”.

Si on calcule l’écart réduit, on trouve le résultat suivant pour l’Hercule furieux par rapport aux autres tragédies de Sénèque : -2,13. L’Hercule furieux est donc significativement en-dessous de la norme concernant les occurrences des négations dans la pièce.

Pourtant, Sandrine avait relevé dans sa liste des mots les plus fréquents sans stopwords, que non était à la cinquième place avec 46 occurrences. Ayant obtenu via Perseus le tableau suivant pour les vers 397 à 456, qui comprennent en partie la scène où Mégare refuse de se marier à Lycus, on est en droit de se demander si, bien que les négations soient peu fréquentes dans l’Hercule furieux, cela ne serait pas dans cette scène en particulier qu’elles seraient tout particulièrement présentes. Avec Voyant Tools, on trouve dans la scène en question, qui couvre les vers 358 à 429, 7 négations (4 non et 3 nec). 

Nuage de mots de la scène opposant Mégare à Lycus.

Il a ensuite fallu comparer l’emploi des négations par rapport aux différents personnages, pour voir de qui vient ce sur-emploi des négations, et on trouve le graphique suivant : 

Négations par personnages, via Voyant Tools.

Ce graphique a été réalisé sur Voyant Tools, avec un corpus fait à partir des fichiers séparés qui comportent chacun toutes les interventions des différents personnages.

Ce ne semble donc pas être Mégare qui utilise le plus les négations, mais Lycus. Le nombre de négations assez important dans la scène entre les deux personnages s’explique alors par la présence du roi usurpateur.

b. Lycus et les négations.

Il s’agissait de relever toutes les occurrences des négations chez Lycus pour tenter de discerner une constante thématique, ce qui donne les résultats suivants.

1. NON

  • v. 337 : non + possideo.
  • v. 338 : non sunt mihi.
  • v. 348 : non + reor.
  • v. 403 : arma non servant modum. 
  • v. 408 : non causa, sed nunc pereat omnis memoria. 
  • v. 410 : non ut inflexo genu. 
  • v. 452 : non + erravit.
  • v. 470 : non virilem tymphani movit sonum. 
  • v. 491 : non novum hoc discet nurus.

Les verbes liés au jugement (reor, erravit, discet) sont donc niés (il refuse de s’être trompé et modère son opinion), ainsi que ceux liés au gouvernement et à la violence (pereat, arma, possideo, inflexo, dans le sens ici de plier le genou, c’est-à-dire se soumettre).

2. NEC

  • v. 339 : nec altis inclitum titulis genus. 
  • v. 363 : nec coeptus umquam cedat ex animisfuror.
  • v. 404 : nec temperari facile nec reprimi potest.
  • v. 504 : nec orbe si remolito queat.

On trouve un grand rapport soit avec le pouvoir et la résistance au pouvoir (cedat, potest, inclitum, queat) soit avec l’emportement (céder à la folie de l’âme, ne pas pouvoir tempérer ou réprimer). 

3. HAUT

  • v. 345 : haut stabile regnum est.

Cherche-t-il à justifier son action ? Certainement que le royaume a perdu sa stabilité aussi par sa faute.  

4. NULLUS

  • v. 479 : nullus Eurystheus jubet. 
  • v. 503 : nullus eripiet deus. 

C’est ici en rapport, encore une fois, avec le pouvoir (jubet) et avec la violence (eripiet). 

c. Et Mégare ?

Finalement, après avoir cherché dans la pièce entière les moments d’intervention de Mégare, on constate que ses prises de paroles explosent au moment de cette scène avec Lycus (de nombreux échanges), avant de plonger drastiquement, alors qu’elle semblait prendre de plus en plus d’importance dans la prise de parole jusqu’à cette scène, comme en atteste le graphique suivant :

Les interventions de Mégare.

Le graphique a été établi via Voyant Tools avec le texte téléchargé de Perseus : l’outil a relevé toutes les occurrences de l’abréviation “Még.” 

Il semblerait que le personnage de Mégare prenne tout son sens au moment de la scène avec Lycus, comme un personnage d’opposition au mauvais pouvoir, au pouvoir qui use de la violence.

D’ailleurs, le relevé de certaines de ses interventions semblent confirmer cette impression, comme aux v. 418-421 :

“thalamos tremesco; capta nunc uideor mihi.
Grauent catenae corpus et longa fame
mors protrahatur lenta: non uincet fidem
uis ulla nostram; moriar, Alcide, tua.”

Sénèque, Hercule Furieux.

“Je tremble à l’idée de ce mariage ; je me vois maintenant captive. Que les chaînes pèsent sur mon corps et qu’une mort lente survienne par une longue famine : aucune force ne vaincra ma fidélité ; je mourrai, Alcide, tienne.”

Il y a bien sûr une insistance sur la fidélité, mais Mégare n’hésite pas à exprimer son dégoût personnel, en dehors de son rôle de parfaite épouse, ce qui semble assez original, ainsi que sa détermination.

On trouve aussi, au v. 435, la phrase suivante :

“Virtutis est domare quae cuncti pauent.”

Sénèque, Hercule Furieux.

“C’est le propre du courage que de dominer ce que tous craignent.”

Mégare utilise ici le mot “virtus”, ce qui est assez intéressant, car il peut prendre le sens de “qualité virile”, propre aux hommes. Ainsi, Mégare apparaît, au final, tout de même comme une figure de courage.

L’étude des négations n’ayant pas porté leur fruit avec Mégare, peut-être devons-nous passer à une étude thématique.

III. Étude thématique

Nous avons isolé les répliques des deux Mégare pour tenter de discerner des tendances.  

1. Mégare chez Euripide

Voici le tableau généré par Voyant Tools à partir du fichier “Megare” :

Les mots relevés par Voyant Tools ont été introduits dans le TLG sous forme de lemmes ; les mots prononcés par Mégare ont été retenus. Cela donne, pour les mots relevés au moins trois fois, les résultats suivants :

Les résultats du TLG concernant Mégare confirment ceux de Voyant Tools. D’ailleurs, les mots comme τέκνον (5), τέκνα (4), τέκνων (3) figuraient déjà dans la liste Termes de VT sous leurs différentes formes.

Parmi les mots de la liste de Voyant Tools relevés seulement 2 fois, il peut être intéressant de se pencher sur certains, dont les sens se rejoignent. Nous avons rapproché :

  • θνᾴσκω (mourir), θάνατος, ου (la mort, le mort) et θνητός, ‑ή, ‑όν (mortel)
  • γῆ (la terre) et γαῖα, ‑ας (la terre)
  • τέκνον (l’enfant) et παῖς, παιδός (l’enfant)
  • γέρων (vieillard) et πρέσβυς (vieux)

On obtient les relevés suivants:

Si nous calculons l’écart-réduit pour chacune de ces thématiques, voici ce que nous obtenons:

Comme on peut voir, le thème τέκνον + παῖς obtient 0,54 et γῆ + γαῖα 1,36, ce qui n’est pas significatif.

Πατήρ obtient 2,23, ce qui montre une légère sur-représentation. Mégare l’emploie à plusieurs reprises pour parler d’Héraclès en tant que père de ses enfants (v. 74, v. 331), mais aussi pour évoquer son propre père (v. 63) ou encore les pères d’Héraclès : Amphitryon (v. 492) et Zeus, père du père de ses enfants (πατὴρ δὲ πατρὸς, v. 483).

Γέρων + πρέσβυς obtient 2,46. Notons cependant que 9 des 11 occurrences concernent des vocatifs.

θνᾴσκω+ θάνατος+ θνητός obtient 4,05, ce qui indique une importante surreprésentation du thème en lien avec la mort.

Lorsqu’on examine le tableau Relative Distribution by Lemma du TLG, on constate que les lemmes τέκνον et παῖς sont surreprésentés dans l’Hercule Furieux d’Euripide, ce que semble confirmer le tableau Most Over-represent lemmata qui indique ce qui aurait été attendu pour un texte de l’époque d’Euripide.

Hyperbase indique un coefficient de 6,7 pour τέκνον et un coefficient de 3,4 pour παῖς dans le tableau de comparaison de ces lemmes dans les œuvres d’Euripide. Cela veut dire qu’il s’agit de lemmes surreprésentés dans l’Hercule Furieux. Néanmoins, comme on l’a vu, chez Mégare, on ne trouve que 18 occurrences, -dont 3 vocatifs- sur 137 pour τέκνον et παῖς . Le test de l’écart-réduit (0,54) n’atteste pourtant pas d’un sous-emploi significatif de ces lemmes chez Mégare par rapport au reste de l’œuvre.

Le lemme πατήρ a le coefficient de 3,6 dans Hyperbase pour l’Hercule Furieux. Cela signifie qu’il y est surreprésenté en comparaison des autres œuvres d’Euripide. Or, comme on l’a vu plus haut, le calcul de l’écart-réduit indiquait, avec 2,23, une surreprésentation de ce lemme chez Mégare par rapport au reste de la pièce.

Le lemme θνῄσκω a dans Hyperbase le coefficient 2 (ce qui semble confirmer qu’il ne s’agit pas d’un hasard). Le lemme θάνατος a le coefficient 1,1.

Rappelons que les lemmes θνῄσκω, θάνατος et θνητος réunis affichent pour Mégare (par rapport à l’Hercule Furieux) 4,05 dans le calcul de l’écart-réduit.

Si on compare l’utilisation du seul lemme θνῄσκω chez Mégare au reste du corpus, on obtient 4,00 pour l’écart réduit. Il serait intéressant de comparer au moyen de l’écart-réduit et/ou du χ2 l’emploi de ces termes chez Mégare et dans les œuvres où ils sont surreprésentés chez Euripide (d’après Hyperbase, θνῄσκω est notamment surreprésenté dans Alceste, et Oreste). 

La représentation des cooccurrences indique des liens avec des termes exprimant le devoir ou la convenance (χρεών, δέω, ἀνεκτός), la force et le courage – son contraire – (δειλία, ἀλκη), la douleur (πενθός) ; on trouve aussi la négation μή et ἡμεῖς.

Il serait utile de poursuivre la recherche en examinant chez Mégare les occurrences des lemmes cités.

2. Mégare chez Sénèque

Pour ce qui est du vocabulaire, on obtient le nuage de mots suivant, après avoir retiré les stopwords : 

Nuage de mots sans stopwords généré avec Voyant Tools pour les répliques isolées de Mégare.

On remarque deux points communs essentiels avec le relevé de Nadine pour la pièce d’Euripide : patrem et orbe. Pour le reste, le vocabulaire principal de Mégare est surtout centré sur le destin, sa solitude (lié à son premier monologue) et à son statut d’épouse (coniux, ce qui peut d’ailleurs être rapproché du travail de Nadine) mais aussi au crime de son mari (manussanguinenefas), on remarque également avec intérêt que le verbe dominare occupe une place assez importante. 

En laissant les stopwords, on obtient le tableau suivant : 

Nuage de mots avec stopwords généré avec Voyant Tools pour les répliques isolées de Mégare.

Avec les stopwords, le nuage de mots fait essentiellement ressortir un élément : quid. La présence du pronom interrogatif peut conforter notre intuition concernant le rôle actif de Mégare dans la pièce : elle semble se révolter contre les événements présents. Quant aux négations, elles sont présentes, mais probablement pas de manière significative chez Mégare seule. 

Suite au relevé donné par le nuage du mot, il nous a semblé intéressant d’approfondir la recherche sur les lemmes qui nous paraissaient les plus signifiants. 

Mégare utilise le verbe dominare deux fois. Seul Thésée utilise également le lemme, sous la forme dominantem au vers 658 : Fas omne mundi teque dominantem precor (il s’adresse à Amphytrion). Mégare semble tout de même avoir une utilisation plus significative du lemme par rapport aux autres personnages (même si effectivement ce n’est pas très représentatif étant donné qu’il n’y a que trois formes sur tout le corpus) :

Représentation du verbe “dominare” par personnages, via Hyperbase.

On trouve donc chez Mégare le verbe dominare aux deux vers suivants, dans le cadre de son échange avec Lycus : 

  • v. 384 : dominare tumidus, spiritus altos gere (règne avec insolence ; élève bien haut l’orgueil de tes pensées).
  • v. 395 : haec te manent exempla: dominare ut libet, / dum solita regni fata te nostri vocent (voilà le sort qui t’attend : règne au gré de ton caprice, pourvu que t’appellent les destins habituels de notre royaume).

Il s’agit de provoquer et d’accuser Lycus. Mégare semble être vraiment le personnage qui se place en opposition contre Lycus.

Par ailleurs, Marc Vandermissen, dans son ouvrage Discours des personnages féminins chez Sénèque. Approches logométriques et contrastives d’un corpus théâtral, p. 230 et 232, montre avec une analyse logométrique à partir d’un corpus où les personnages sont séparés, que Mégare et Lycus appartiennent au même groupe thématique : celui du règne, de la violence. La présence des mot regna et sanguine dans le nuage de mot que nous avons généré avec Voyant Tools va également dans ce sens. Tout ceci confirme notre idée selon laquelle Lycus et Mégare sont deux personnages qui fonctionnent en duo.

Conclusion

Notre travail sur les négations nous a finalement portées loin de nos considérations de départ : il nous est apparu d’abord chez Sénèque que ce n’était pas tant Mégare que Lycus qui utilisait le plus de négations. Chez Euripide, Mégare utilise les négations, plus que Lycos, mais pas de manière significative. La sur-utilisation des négations se trouve plutôt chez les deux déesses Iris et Lyssa. Cependant, une étude thématique nous a tout de même permis de trouver le noeud d’opposition entre les deux Mégare. Ainsi, il nous semble que la Mégare d’Euripide et la Mégare de Sénèque ont bel et bien une attitude très différente. Tandis que l’une ne s’oppose jamais frontalement à l’ennemi et semble épouser son destin tragique (sur-représentation dans les paroles de Mégare des lemmes liés à la mort), tout en se concentrant sur son rôle de mère et d’épouse (comme en témoignent les nombreuses occurrences du lemme τέκνον), l’autre semble un peu plus active. En effet, la plainte de la Mégare de Sénèque résonne davantage comme une révolte, comme en témoignent les nombreux quid de son discours. Néanmoins, ses préoccupations de mère et d’épouse ne sont pas absentes non plus. Malgré tout, bien qu’elle reste dans une forme assez passive de résistance dans la majeure partie de la pièce, sa révolte se révèle au moment de sa confrontation avec Lycus, ce qui laisse penser que c’est elle le personnage qui s’oppose véritablement au tyran. Nos pressentiments concernant le rôle de Mégare chez Sénèque ont par ailleurs été non seulement confirmés par les outils numériques, mais aussi par le travail de Marc Vandersmissem qui écrit: “Mégare est l’Autre par rapport à la violence virile de Lycus.” Ce sont donc deux Mégare très différentes dont se dessine le portrait ici : l’une est la parfaite épouse grecque, parfaite figure de la tragédie, tandis que l’autre, tout en conservant des éléments traditionnels de la représentation féminine, sort un peu de son rôle d’épouse pour prendre celui d’un personnage fort. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.