L’emploi de « Manus » dans l’Hercule furieux de Sénèque

Introduction : la démarche d’analyse, les outils et les corpus employés

L’étude a commencé « corpus-driven », par Voyant Tools. Le texte choisi a été celui proposé par PHI Latin texts (« L. Annaei Senecae Tragoediae, Incertorum Auctorum Hercules [Oetaeus], Octavia, ed. O.Zweirlein, 1987 », beaucoup plus récent que celui de Perseus datant de 1921).

C’est cette première enquête qui a permis de déterminer le sujet : en dehors des mots considérés comme « vides » (dont la liste n’est pas sans prêter matière à discussion), « manus » est le mot le plus fréquent de la pièce. Elle a aussi permis d’émettre deux premières hypothèses de lecture.

Pour examiner de façon plus pointue les emplois de « manus », on a eu recours à un outil permettant de travailler sur un corpus lemmatisé : Hyperbase.

Le texte intégré est celui du LASLA (Laboratoire d’Analyse Statistique des Langues Anciennes de l’Université de Liège) qui présente quelques différences avec celui de PHI. C’est la raison pour laquelle on trouve 56 fois « manus » dans un cas et 55 dans l’autre.

1. Premier constat par Voyant Tools : fréquence du mot

La liste des mots les plus fréquents sans « mots vides » permet d’observer une prédominance des noms, parmi lesquels « manus » est le plus employé.

Il figure sous plusieurs formes : « manus (20) » (nominatif, vocatif ou génitif singulier ou bien nominatif, vocatif ou accusatif pluriel), « manu (19) » auquel il faut ajouter une occurrence de « manuque » (ablatif singulier), « manibus (9) » (datif ou ablatif pluriel), « manum (7) » (accusatif singulier) figurent dans la liste des 59 mots les plus présents avec la liste de mots vides la plus large. Ni le datif singulier « manui », ni le génitif pluriel « manuum » ne se trouvent dans le texte. Au total, le mot apparaît donc 56 fois.

Dans ses différentes formes, « manus » est réparti sur l’ensemble de la pièce.


Le texte a été divisé en 12 segments car il compte 12 scènes, du moins selon la traduction française http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/seneque/herculefurieux.htm, même si, ces scènes étant de longueurs différentes, un segment ne peut correspondre à l’une d’elles.

2. Premières hypothèses, par Voyant Tools : corrélation entre la main et la violence et emploi fréquent par Lycus

Dans l’outil de « Corrélation » entre les termes, il est expliqué que, pour la colonne « Corrélation (r) », des « scores voisins de 1 signifient que les fréquences des termes varient d’une façon synchronisée » et que, pour « Signification (p) », « il est courant qu’une signification de 0,05 ou moins soit le signe d’une corrélation forte ». La corrélation répondant le mieux à ces deux critères est : arma – manum, avec l’accusatif de « manus », les corrélations aux autres cas étant moindres.

Les courbes de tendances des deux mots confirment cette corrélation entre l’arme et la main, même si elle n’est pas parfaite.

Le segment 4 est celui où Lycus intervient le plus de fois, comme l’indique le nombre de « Ly », abréviation introduisant ses répliques (après la première intervention où son nom est en entier), par segment.

Or ce personnage incarne le tyran et la violence. Il ne serait pas étonnant qu’il emploie un langage guerrier. On peut émettre l’hypothèse d’une utilisation plus importante de « manus » par ce locuteur.

3. Premières analyses par Hyperbase: dans le corpus des tragédies à sujet grec de Sénèque

L’analyse par « Lemme » de l’ensemble de la tragédie, par rapport au corpus des pièces de Sénèque proposé dans Hyperbase1, fait apparaître ainsi « MANUS 1 » :

2,31 est un écart-réduit (qui mesure la probabilité que la distribution constatée soit le fruit du hasard). Cet écart étant supérieur à 2, il est significatif.

Des 9 pièces du corpus, seule Hercule sur l’Œta a un indice de spécificité supérieur et ce sont les 2 seules à avoir un indice supérieur à 2, donc avec un écart positif significatif : remarquons que ces 2 tragédies portent sur Hercule.
5 pièces, soit une petite majorité, ont un indice négatif.

Si en nombre d’occurrences, notre Hercule furieux est deuxième derrière Hercule sur l’Œta, avec 55 contre 81, il est premier en fréquence relative, avec une très petite différence de 66,6 % contre 66,49.

L’analyse par « Forme » donne le détail ci-contre.

Le datif-ablatif pluriel est particulièrement surreprésenté.
L’écart pour le nominatif singulier n’est même pas significatif.

4. Nombre d’occurrences par scène

La répartition par scène, bien commode mais pas dans le texte latin, a été effectuée à partir de la traduction française http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/seneque/herculefurieux.htm.

Il faudrait pondérer ces chiffres en fonction de la longueur des scènes, très variable.

Ne comportant pourtant qu’une seule scène, l’acte V concentre la majorité d’occurrences du lemme, comme une forme de paroxysme.

Les 2 seules scènes où le lemme n’apparaît pas sont la première intervention du chœur (passage assez lyrique au sens courant, sur la vie et la mort, la sagesse du peuple) et II, 2 avec Amphitryon et Mégare. On est au début de la pièce (environ dans le premier tiers), avant l’arrivée d’Hercule (personnage qui prononce le plus de mots correspond à « manus », comme l’indiquera le tableau suivant).

Ce tableau est à corréler avec le suivant.

5. Nombre d’occurrences par personnage

Le nombre de mots est calculé à partir du travail d’une autre étudiante, Nadine Rakofsky, qui n’a pas utilisé le même texte, ce qui pourrait légèrement fausser les résultats.

* Des pourcentages d’emploi du lemme chez chaque personnage, c’est Amphitryon qui obtient le plus gros chiffre, le seul à dépasser 1 %. Quant à Hercule, il est à la 4ème position sur 7, soit au centre. Lycus est à la dernière place.

** Ces rangs sont identiques pour les écarts-réduits, même si aucun ne dépasse 2 et n’est donc vraiment significatif.

6. Infirmation de l’hypothèse sur Lycus

Ces résultats indiquent que, contrairement à l’hypothèse émise, le personnage qui emploie le moins le lemme « manus » est Lycus.

L’ensemble de ces résultats, plus précis, notamment quant à la répartition par scène, permet d’affiner ce qui avait été trouvé avec Voyant Tools, où il n’était pas possible de découper le texte par scène mais seulement par segments de longueur égale (on avait choisi 12 segments car le texte est constitué de 12 scènes, mais sans pouvoir faire coïncider un segment avec une scène). Il semble que le segment 4 où l’on avait remarqué la corrélation entre « manus » et « arma » corresponde à la scène II, 3 (7 occurrences du lemme). C’est bien une scène où Lycus est présent et parle (comme constaté dans le segment 4 de Voyant Tools) mais, attention, ce n’est pas lui qui emploie majoritairement des mots correspondant au lemme. Aux vers 341-342, il dit « rapta sed trepida manu / sceptra optinentur », traduit par « un sceptre usurpé tremble toujours dans la main qui le porte » sur http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/seneque/herculefurieux.htm. Il parle donc ici de sa situation à lui. Par contre, aux vers 469-470, il parle d’Hercule, dont il met en question la virilité, défendue par Amphitryon : «  laude qui notas manus / ad non uirilem tympani mouit sonum », traduit de manière peu fidèle par « qui tira de ses mains guerrières les sons efféminés des tambours de Phrygie ». La main sert donc à tenir un sceptre ou à jouer d’un instrument de musique. Dans aucun des deux cas elle n’est liée aux armes et à la guerre.

7. Place de manus dans le vers

Par ailleurs, on peut chercher si le lemme « manus » a tendance à occuper une place particulière dans le vers. La visualisation est la plus nette par l’option « CONCORDANCE », avec « Paragraphe » en « Choix du contexte ». En effet, il semble que l’outil informatique interprète chaque vers comme un paragraphe à cause du retour systématique à la ligne. Il faut toutefois se méfier car le nombre de mots proposés ne correspond pas toujours au vers complet.

Sur l’ensemble des résultats dont le début est présenté ci-dessus, on peut compter que, sur 55 occurrences, le lemme se trouve seulement 3 fois comme premier mot du vers et 40 fois comme dernier mot du vers.

Est-ce spécifique à l’Hercule furieux ou commun à tout le corpus des tragédies à sujet grec de Sénèque ?

Dans HF (Hercule furieux), 72,73 % (arrondi à 2 décimales) et dans le corpus complet, 29,84 % (arrondi) des occurrences du lemme « manus » se trouvent en fin de vers, soit, arrondi, 2,43 fois plus, c’est-à-dire plus du double, près de deux et demi fois plus.
L’écart-réduit est de 5,82 (arrondi à 2 décimales) : la différence ne peut être le fruit du hasard.

8. Corrélats

Hyperbase comporte également un outil appelé « Corrélats ». Voici la position du lemme « manus » parmi les 50 mots les plus fréquents de l’Hercule furieux.

On peut regarder par cadran. Le lemme « manus » se trouve avec les lemmes « possum » (verbe pouvoir), « natus » (né), « vinco » (vaincre), « noster » (notre) et, plus loin, « ipse » (en personne), « ille » (celui-ci) et « rex » (roi) ; ces trois derniers mots peuvent peut-être être rapprochés quant à leur signification si l’on tient compte de la possible valeur laudative de « ille » (propre à désigner un roi). En tout cas, « manus » est assez proche de « possum » et « vinco », qui marquent la puissance. Mais, le lemme n’est pas dans le même cadran que « scelus » (crime), « arma » (arme) ni « telum » (arme de jet), même si ce dernier est sur le trait entre les deux cadrans, donc à la limite. Il semblerait que « manus » soit lié à une forme peut-être de pouvoir mais pas (forcément) guerrier, même si c’est à nuancer à cause de « vinco » qui suppose un combat préalable. Il convient d’être prudent avec cette conclusion car « telum » est sur la ligne entre les deux cadrans et « scelus » et « arma » vraiment proches de celle-ci, donc pas si loin que ça de « manus ».
Les lemmes à gauche ont plutôt à voir avec ce qui est naturel (on peut relever « terra » (terre), « dies » (jour), « tellus » (terre) et « caelum » (ciel) en particulier) et à droite avec le pouvoir, tandis qu’en haut se trouve plutôt ce qui correspond au sentiment, à l’intériorité par différence avec ce qui est en bas.
« manus » n’est pas lié à « labor » (qui se trouve dans le cadran en bas à gauche) correspondant aux travaux d’Hercule, ni à la sauvagerie (on peut noter « saevus » (cruel), à gauche, tout en haut).

Conclusion

Le lemme « manus », contrairement à ce que l’on aurait pu croire, n’est pas lié à la violence.

En particulier, il est peu employé par Lycus, le personnage qui semble le plus violent, le moins respectueux de l’ordre établi et de la moralité (le seul qui est prêt, de sang froid, à tuer des innocents) ; dans les deux seuls occurrences où il prononce un mot correspondant au lemme, la main sert à tenir un sceptre ou à jouer d’un instrument de musique, non à frapper ou à utiliser une arme.

Ce lemme ne semble pas non plus particulièrement lié aux travaux d’Hercule.

Il se trouve plus à la fin de la pièce (même s’il apparaît dès le prologue).

Il est très majoritairement situé en fin de vers (pour plus de 70 % des occurrences et c’est d’autant plus remarquable que ce n’est pas le cas dans l’ensemble des tragédies de Sénèque). Pourquoi ? Comment interpréter ce constat ? Seule une analyse pointue directe du texte, au-delà des outils numériques, pourrait permettre de répondre à ces questions.


1« La base TRAGOEDIAE comprend l’ensemble des tragédies de Sénèque traitées par le LASLA – Laboratoire d’analyse statistique des langues anciennes de l’Université de Liège, disponibles au 1er mars 2017. » Ce corpus comprend les 9 tragédies à sujet grec attribuées traditionnellement à Sénèque  : Hercule furieux (Hercules furens), Thyeste (Thyestes), Les Troyennes (Troades), Agamemnon, Les Phéniciennes (Phoenissae), Hercule sur l’Œta (Hercules Oetaeus), Œdipe (Oedipus), Médée (Medea) et Phèdre(Phaedra). Octavia, tragédie prétexte, à l’authenticité d’ailleurs discutée, n’en fait pas partie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.