La nécessité dans l’Hercule furieux d’Euripide et de Sénèque

Parmi les hypothèses « corpus-based » formulées en début de semestre, l’une d’entre elles était que la tragédie, le destin et la nécessité marquaient significativement ces œuvres avec notamment la récurrence remarquée de l’impersonnel χρή  chez Euripide. J’ai cherché ensuite si cette première approche « corpus-based » était confirmée par une approche « corpus-driven » où les hypothèses sont formulées au vu des résultats fournis . La principale raison de ce changement d’approche est que Voyant Tools, que j’ai choisi pour étudier d’abord le texte grec, est un outil dont les données sont quantitatives et non qualitatives car il ne prévoit pas de lemmatisation.

La récurrence de χρή  mais aussi de δεῖ était observée par Voyant Tools, ce qui semblait confirmer l’hypothèse formulée.


A partir ce résultat, je décidai de formuler l’hypothèse suivante : les mots faisant partie du champ lexical de la nécessité, en particulier les verbes, marquent le caractère tragique, inéluctable de l’épisode dans les deux pièces. J’ai donc poursuivi l’analyse pour tout le corpus cette fois sur Voyant Tools mais aussi sur Hyperbase.


Hercule furieux d’Euripide

J’ai d’abord approfondi ma recherche sur le texte d’Euripide avec Voyant Tools. Les deux images correspondent à la répartition du mot δεῖ et au contexte des occurrences de ce mot dans le texte.

Méthodologie : j’ai, à partir des données du nuage, cherché dans Voyant Tools δει*. Ensuite, j’ai pris les mots qui correspondaient à l’impersonnel δεῖ et n’ai trouvé par ce biais que la forme au présent de l’indicatif; j’ai donc exclu δεῖται, une forme au présent moyen-passif de δέω ainsi que
δείξαι et δειξον (une occurrence chacun) , formes de δείκνυμι.

J’ai trouvé 9 occurrences de δεῖ, surtout au début et à la fin de la pièce :

_ δειλίαν Ηρακλεες συν μαρτυσιν θεοις δεῖ μ’απαλλαξαι σεθεν La première occurrence apparait au vers 175 dans une tirade d’Amphitryon, père humain d’Héraclès qui souhaite le défendre face à des accusations de lâcheté. Le mot renvoie donc au devoir.

_ εὖ δρῶν, οὗ φίλων μάλιστα δεῖ; : apparait au vers 266 dans une tirade du chœur composé de vieillards qui veut s’opposer à Lycos parce qu’Heraclès a besoin d’amis, ils lui sont nécessaires à cet instant.

_ Ἡμᾶς δ’, ἐπειδὴ δεῖ θανεῖν, θνῄσκειν χρεὼν apparait au vers 283 dans la tirade de Mégare qui répond à celle du chœur pour les remercier et décliner leur aide au motif qu’elle considère qu’il faut accepter la fatalité de la mort. Ici, la nécessité apparait plus clairement renforcée par la présence du participe χρεὼν .

_ Καὶ δεῖ μ’ ὑπὲρ τῶνδ’, εἴπερ οἵδ’ ὑπὲρ πατρός,/θνῄσκειν ἀμύνοντ’· apparait au vers 577 quand Heraclès revenu des Enfers dit dans une violente et délirante tirade contre Eurysthée qu’il doit mourir pour ses enfants. Le mot renvoie donc au devoir.

_ ἔμπνους μέν εἰμι καὶ δέδορχ’ ἅπερ με δεῖ apparait au vers 1089 au moment du réveil d’Héraclès qui est content d’avoir recouvré ses esprits après son délire meurtrier. Il a oublié ses meurtres. Le mot δεῖ renvoie au sens de «ce qu’il est normal » puisque le héros se réjouit de sa vue retrouvée.

_ ἦλθον, εἴ τι δεῖ, γέρον, /ἢ χειρὸς ὑμᾶς τῆς ἐμῆς ἢ συμμάχων. Au vers 1170, δεῖ apparait dans une tirade de Thésée qui arrive pour prêter main [lien article de Sandrine] forte à Héraclès contre Lycos avant d’apprendre le malheur qui vient de toucher la maison. Le mot renvoie au besoin, confirmé par la conjonction de subordination conditionnelle εἴ.

_ μόχθους οὓς ἔτλην τί δεῖ λέγειν; au vers 1270 δεῖ apparait dans une tirade d’Héraclès pour résumer en peu de mots ses exploits connus de tous. Le mot renvoie au besoin.

_ Τί δῆτά με ζῆν δεῖ; Dans cette même tirade, au vers 1301, Héraclès songe à mourir, ne voyant pas l’intérêt de vivre avec une telle infamie. Le mot renvoie au besoin.

_ θεοὶ δ’ ὅταν τιμῶσιν, οὐδὲν δεῖ φίλων· Le mot apparait dans la tirade de Thésée qui répond à celle d’Héraclès et où il lui propose de le suivre à Athènes pour être purifié. Ici, δεῖ renvoie au besoin d’amis. Cette sentence signifie qu’un homme favorisé des dieux n’a pas besoin d’amis, ce qui n’est plus le cas d’Héraclès.


J’ai ensuite fait de même avec la répartition des mots χρή , χρῆν, χρέος et χρεών et leurs contextes d’apparition dans le texte.

Méthodologie : comme précédemment, j’ai cherché χρ* dans Voyant Tools d’après les résultats du nuage. En vérifiant dans le fichier XML de base avec le raccourci Ctrl + F qui permet de rechercher des mots-clés, je me suis rendu compte qu’il y avait deux formes d’imparfait de l’indicatif de
χρή : l’une sans augment χρῆν trouvée par la méthode détaillée ci-dessus et une autre avec augment ἐχρῆν, présente deux fois dans le texte. D’autres formes peuvent par conséquent avoir « échappé » à l’analyse de Voyant Tools.

J’ai trouvé 8 occurrences de χρὴ, 3 de χρῆν, 2 de ἐχρῆν 1 de χρέος et 10 de χρεών :

_ εἰ τι δὴ χρὴ κἄμ’ ἐν ἀνδράσιν λέγειν / γέροντ’ ἀχρει̂ον . Le mot χρή  apparaît au vers 41 dans le monologue d’Amphitryon qui ouvre la pièce et en situe l’action. Le père humain d’Héraclès se dévalorise en tant qu’homme, parce qu’âgé dans une remarque en incise. Le mot a le sens de « si je dois » et renvoie donc au devoir mais au conditionnel.

_ δοκει̂ν δὲ τἀδόκητ’ οὐ χρή, γέρον. Le mot χρή  apparait au vers 92 dans une réplique de Mégare à Amphitryon qui espère que son fils, présumé mort, revienne des Enfers. χρὴ a une valeur de défense puisque l’épouse d’Héraclès dit qu’il ne faut pas croire à l’impossible.

_ Τὸν Ἡράκλειον πατέρα καὶ ξυνάορον, / εἰ χρή μ’, ἐρωτῶ  : le mot χρή  apparait au vers 141 où Lycos qui arrive sur la scène souhaite interroger Mégare et Amphitryon. χρὴ a le sens de « s’il le faut ».

_  χρὴ δ apparait au même vers dans la phrase suivante où Lycos se répond à lui-même pour s’octroyer ce droit qu’il demandait. Le sens est donc : « il le faut » qu’il justifie par son statut de maître.


_ ὅ χρῆν σ᾽ ὑφ᾽ ἡμῶν τῶν ἀμεινόνων παθεῖν le mot χρῆν (imparfait de χρή) apparait au vers 210 où Amphitryon dit à Lycos que c’est ceux qu’il veut lâchement mettre à mort qui devraient le tuer. Il y a une valeur d’éventualité normative (« ce qui devrait être ») et le sens du devoir.

_ ἥν χρῆν νεοσσοῖς τοῖσδε πῦρ λόγχας ὅπλα/ φέρουσαν ἐλθεῖν dans la même tirade au vers 224, Amphitryon juge la Grèce ingrate de ne pas avoir aidé la cité de son fils qui l’ a pourtant sauvée plusieurs fois. Le mot χρῆν a les mêmes sens et valeur que précédemment.

_ ὃ χρὴ γὰρ οὐδεὶς μὴ χρεὼν θήσει ποτέ : au vers 311, le mot χρή apparait dans la tirade de Mégare pour remercier les vieillards de leur aide. Comme nous l’avons vu avec δεῖ, elle explique qu’il faut accepter son destin. Ici, χρή veut dire « ce qui est nécessaire » au sens de la nécessité, contrairede la contingence. Il renvoie donc au destin

_ ἃ σὲ λέγειν πρὸς τόνδ’ ἐχρῆν : au vers 535 le mot ἐχρῆν (imparfait de χρή) apparait dans une réplique de Mégare à Héraclès qui vient d’arriver où elle s’excuse de prendre la parole à la place d’Amphitryon. Il y a une valeur d’éventualité normative. Le mot renvoie au devoir.

_ Τῷ γάρ μ’ ἀμύνειν μᾶλλον ἢ δάμαρτι χρὴ / καὶ παισὶ καὶ γέροντι; : au vers 574, le mot χρὴ apparait dans la tirade violente d’Héraclès, où l’on trouvait déjà le mot δεῖ.  Pour le héros, c’est sa famille qu’il a le devoir de protéger. C’est donc cette signification qu’il faut voir dans cette occurrence.

_ ἃ χρῆν σε μετρίως, κεἰ κρατεῖς, σπουδὴν ἔχειν. : au vers 709, le mot χρῆν (imparfait de χρὴ) apparait dans une réplique d’Amphitryon à Lycos qui est sur le chemin pour tuer la famille d’Héraclès, ignorant son retour providentiel et le piège qui l’attend. Amphitryon lui dit qu’il aurait être plus mesuré. Il y a une valeur d’éventualité normative (« comment il aurait dû agir ») et le sens du devoir.


_ τὸ χρή νιν ἐξέσῳζεν : au vers 828, le mot χρή apparait substantivé dans la tirade d’Iris, la servante et messagère des dieux accompagnée de Lyssa sur le point de rendre Héraclès dément, après sa victoire sur Lycos. Cette expression signifie le destin qui selon la déesse, protégeait le héros le temps de ses travaux. Le destin est donc personnifié au moment même où son action semble se terminer.

_ Τότε θανεῖν σ’ ἐχρῆν : au vers 1078 le mot ἐχρῆν (imparfait de χρὴ) apparait dans une réplique du chœur à Amphitryon après le massacre d’où il réchappé de justesse. Le chœur lui dit qu’il aurait dû mourir avant s’il voulait éviter un sacrilège supplémentaire à son fils dont il craint le réveil. Il y une valeur d’éventualité normative dans cette occurrence. Ce n’est pas au sens de destin, de nécessité absolue ou encore de devoir qu’il faut le comprendre.

_ Ὦ πρέσβυ, τοιόνδ’ ἄνδρα χρὴ κτᾶσθαι φίλον. : au vers 1404, le mot χρή apparait dans une réplique d’Héraclès qui apprécie le soutien de son ami Thésée. Le mot renvoie à la nécessité personnelle d’avoir un tel ami.


_ Le mot χρέος (substantif au nominatif singulier) apparait une fois au vers 530 au sens de malheur.


_ εἴτε τοῦ χρεών μέτα. : au vers 20, le mot χρεών (participe de χρή substantivé en neutre indéclinable, au génitif singulier) apparait dans la tirade introductrice d’Amphitryon qui suppose que le destin pourrait s’être retourné contre Héraclès, le supposant mort. Il renvoie au destin.

_ εἰ θανεῖν ὑμᾶς χρεών : au vers 147, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) apparait dans une tirade de Lycos qui méprise les lamentations d’Amphitryon et de Mégare. Il renvoie à la nécessité, au destin.

_ τῶνδ᾽ ἄρ᾽ οὕνεκα / τούς Ἡρακλείους παῖδας οὐ θνῄσκειν χρεών. : dans cette même tirade, au vers 156, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) renvoie au sens de devoir. Lycos méprise les exploits d’Héraclès comme raison pour épargner ses enfants.

_ ῶν φίλων γὰρ οὕνεκα /ὀργὰς δικαίας τοὺς φίλους ἔχειν χρεών· au vers 276 le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) apparait dans une tirade de Mégare où elle remercie les vieillards. Elle dit que les amis se doivent de s’insurger des injustices faites. Le mot renvoie au devoir.

_ Ἡμᾶς δ’, ἐπειδὴ δεῖ θανεῖν, θνῄσκειν χρεὼν dans cette même tirade apparait au vers 283 le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) au sens de nécessité, de devoir comme nous l’avons vu avec δεῖ.

_ φεύγειν σκαιὸν ἄνδρ’ ἐχθρὸν χρεών au vers 299, Mégare, dans la même tirade, dit qu’il est impossible de changer l‘avis d’un homme mauvais, en l’occurrence Lycos. Le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) renvoie au devoir.

_ ὃ χρὴ γὰρ οὐδεὶς μὴ χρεὼν θήσει ποτέ : au vers 311, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) a le sens de « étant nécessaire » avec la particule de négation subjective μή, pour souligner le caractère irréversible de la situation. Il renvoie donc au destin.

_ Τί δ’ ἐστὶ τῶνδε θᾶσσον ἢ χρεών, πάτερ; : au vers 587, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) apparait dans une réplique d’Héraclès à Amphitryon au sens de devoir. Il interroge son père qui lui enjoint de ne pas agir trop vite.

_ Σὺ δ’ οὖν ἴθ’, ἔρχῃ δ’ οἷ χρεών : au vers 726, le mot χρεών (participe de χρή substantivé en neutre indéclinable) apparait au début d’une tirade d’Amphitryon à Lycos qui entre dans le palais et est sur le point d’être tué par Héraclès. Il a le sens de destin.

_ λάζυσθαι χρεών / μοχλούς δικέλλας au vers 943, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) dans la longue tirade du message qui décrit l’accès de folie d’Héraclès et le massacre qu’il commet dans le palais. Ici, le messager le cite au style direct au moment où il demande ses armes dans l’intention de tuer Eurysthée. Le mot renvoie au besoin.


On voit donc que les mots δεῖ, χρή, χρῆν χρέος et χρεών, certes bien présents dans le texte, ne renvoient pas systématiquement à une nécessité tragique, c’est-à-dire le destin, mais évoquent aussi le besoin, le devoir, l’éventualité normative (χρή à l’imparfait), ce qui sort du cadre de la nécessité. On ne peut donc affirmer qu’Euripide utilise ce vocabulaire pour souligner seulement la tragédie. On remarque cependant une concentration des occurrences notamment dans une tirade de Mégare (v. 275-311).

En violet se trouvent les passages contenant un ou plusieurs mots du vocabulaire de la nécessité/ Capture d’écran de la table des matières de la page Perseus de la pièce d’Euripide

Après cela, j’ai utilisé l’outil AFC (analyse factorielle) d’Hyperbase pour savoir si ces occurrences étaient significatives par rapport au corpus des tragédies d’Euripide déjà présentes sur cette plateforme.

Les mots δεῖ, χρή, χρῆνet χρέος sont sous-représentés et le mot χρεών n’est pas représenté de façon significative dans le corpus. Ces mots ne sont donc pas utilisés pour souligner la nécessité ou la tragédie dans l’Héraclès en particulier. D’ailleurs, seuls les mots χρεών dans la tragédie Iphigénie en Aulis et χρή dans le Rhésos (peut-être apocryphe) peuvent prétendre être significatifs, puisqu’ils dépassent le seuil de 2,5.


 J’ai cherché enfin les occurrences du mot ἀνάγκη qui signifie « nécessité, contrainte, destin » qui a 4 occurrences.

_ ἐπεί δ᾽ ἀνάγκην προστίθης ἡμῖν θανεῖν / στέργειν ἀνάγκη :  aux vers 710 et 711, les mots ἀνάγκην et ἀνάγκη apparaissent dans une réplique d’Amphitryon qui feint de se soumettre à Lycos pour qu’il tombe dans l’embuscade d’Héraclès. Ils ont le sens de contrainte ou de destin.

_ ὅταν δέ κρηπίς μή καταβληθῇ γένους / ὀρθῶς ἀνάγκη δυστυχεῖν τούς ἐκγόνους : au vers 1262, le mot apparait dans la tirade d’Héraclès qui explique que sa lignée est maudite. Le sens est donc destin.

_ Ἥκω δ’ ἀνάγκης ἐς τόδ’ : dans la même tirade, au vers 1281, le mot ἀνάγκης a le sens de contrainte puisqu’Héraclès estime qu’il est obligé de s’exiler de Thèbes, après son triple forfait.


Hercule furieux de Sénèque

J’ai ensuite cherché à savoir si cette récurrence du vocabulaire de la nécessité, certes à relativiser, se trouvait aussi dans l’Hercule furieux de Sénèque.

D’abord, en cherchant les verbes impersonnels oportet, necesse est, decet sur Hyperbase. Mais les résultats furent peu probants avec une seule occurrence de necesse est, et 2 de decet.


Puis, grâce au conseil de M. Bortolussi, j’ai cherché les occurrences du mot fatum,i qui veut dire « destin ». J’ai trouvé 3 occurrences de fatum et 4 de fata le pluriel. Elles se trouvent en général dans des sentences.

Malgré un faible nombre d’occurrences, j’ai utilisé l’outil AFC d’Hyperbase pour fatum et fata.


Il apparait que le mot fatum n’est pas significatif quand fata est même sous-représenté. Donc, on ne peut pas dire, bien que le lemme fatum signifiant « destin » soit relativement présent, qu’il est placé de sorte à souligner particulièrement la nécessité tragique dans cette pièce.


En conclusion, si le vocabulaire de l’Héraclès d’Euripide m’a fait supposer que la tragédie, le destin et la nécessité marquaient significativement ces pièces tragiques, l’analyse textuelle à l’aide d’outils numériques et statistiques (Voyant Tools, Hyperbase) a permis de comprendre que la nécessité n’était pas forcément tragique dans le contexte des occurrences et que la présence de ces termes n’était pas significative à l’échelle du corpus. Il serait intéressant de se demander si ce vocabulaire ne renvoie pas plutôt à l’idéal de conduite athénienne selon Euripide.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.