Découverte des Humanités classiques et numériques

Après avoir fait le choix en Première de me diriger vers la filière littéraire, choix déjà risqué à l’époque, j’ai fait le choix en prépa littéraire de me spécialiser en lettres classiques, et plus particulièrement en grec. Après trois ans de prépa à Fustel de Coulanges (Strasbourg), je suis venue ici car on m’avait dit que le département de philologie de Nanterre est le plus dynamique, selon mes anciens professeurs. Le terme d’humanités “numérique” m’est donc d’abord resté indifférent. Lorsque j’ai compris qu’il recouvrait l’apprentissage d’outils aussi obscurs au premier abord que le code, j’ai perdu mon assurance pour me demander si j’avais fait le bon choix. Après tout, mes seules connaissances dans le domaine provenaient d’articles sordides sur le hack, ou de la série excellente mais néanmoins angoissante Mr Robot. A présent, je suis non seulement heureuse à l’idée d’apprendre à utiliser des outils inconnus de beaucoup de chercheurs dans le domaine des lettres classiques, mais je suis aussi soulagée de pouvoir continuer à apprendre quelque chose de fondamentalement nouveau, même au niveau du master qui suppose une spécialisation approfondie dans un domaine déjà un peu connu.

 

 


2 réflexions sur « Découverte des Humanités classiques et numériques »

  1. Bonjour Florence, je partage tes impressions sur le “numérique” ! Moi non plus je ne savais pas à quoi m’attendre et maintenant je suis très content de mon choix !

  2. Bonjouir Florence, je partage tes impressions sur le “numérique” ! Moi non plus je ne savais pas à quoi m’attendre et maintenant je suis très content de mon choix !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search