Δαυίδ ὁ Ἑλβήτιος

Χαίρετε ὦ φίλοι !

Chaque fois que je rencontre quelqu’un de nouveau, je passe par la même scène, un rituel que j’ai appris par coeur malgré moi.
J’ouvre ma bouche, je prononce mon nom, mon prénom, et je vois une drôle d’expression se dessiner sur le visage de mon interlocuteur. Je peux presque entrevoir dans son crâne les rouages qui bloquent en essayant de comprendre le pourquoi d’un -e bizarre dans mon prénom. Ses lèvres se crispent pour essayer de prononcer mon nom de famille aux assonances germaniques. Et puis il prononce la fatidique question : « Tu viens d’où? ». Je fais mon petit sourire de circonstance et je réponds gentiment :
« De Suisse. »


Je sais, mon accent n’est pas celui de la pub Ovomaltine des années 2000 ni de celle des Ricola, et encore moins celui de Marie Thérèse Porchet. Je comprends bien le regard perdu de mon interlocuteur. Je ressens une espèce de gêne sous ses oeillades curieuses, et je me lance dans les explications.

Née au Tessin, le canton le plus méridional de la Confoederatio Helvetica, ma langue natale est le lombard occidental qui empreigne mon accent dans toutes les langues que je parle. Pour le malheur de ceux qui m’écoutent, oserais-je dire. 
J’ai obtenu ma maturità au Liceo Cantonale di Locarno avec une option spécifique grec ancien et une option secondaire psychologie.
Avec mon diplôme dans la poche, j’ai décidé de quitter les lacs du sud pour m’inscrire à l’université de Genève en grec ancien et études arabes. Si au début mon parcours se dirigeait plutôt vers le grec, et surtout l’époque byzantine avec l’étude de Saint Jean de Damas, ma voie a changé le jour où j’ai obtenu la possibilité de me rendre au Liban pour approfondir mes connaissances en arabe.

Arrivé à Berytos, pour les modernes Beyrouth, je suis tombé sous le charme du pays du cèdre et de son dialecte. Revenu en Europe après cette expérience presque mystique, j’étais tellement épris par ce pays que j’étais prêt à tout quitter pour m’inscrire à un master de littérature arabe là-bas. Malheureusement, la guerre en Syrie, et une voiture piégée à côté d’une pâtisserie où j’avais l’habitude d’aller, m’ont contraint à laisser de côté mon projet et à choisir une autre destination : Paris. Je me suis inscrit en linguistique arabe à l’Institut des Langues orientales de la capitale française et j’ai continué à travailler sur la diglossie au Liban, notamment dans les médias. Pendant ma deuxième année, j’ai eu la possibilité de m’inscrire dans un parcours de commerce international axé Moyen-Orient que j’ai effectué en même temps que mon M2 de linguistique. Ce deuxième diplôme m’a ouvert de nombreuses portes pour travailler dans le domaine de la formation continue. Avec mes différentes missions, j’ai donc pu me spécialiser en neurolinguistique et continuer à étudier la linguistique cognitive.
En même temps j’ai lancé mon activité de traducteur indépendant, comme bénévole pour les migrants dans différentes associations au début, et comme freelance ensuite.

Mais dans un coin au fond de mon esprit le grec me suppliait de le sortir du coffre où je l’avais abandonné. J’ai pris mes gants blancs et j’ai rouvert mes anciens textes de cours et petit à petit une idée a germé en moi. Je devais absolument continuer à arroser cette fleur que je ne pouvais pas faire périr. Malheureusement je n’étais pas en mesure de lui offrir le luxe de mon temps plein à cause de mes deux activités professionnelles, qui hélas ! sont très chronophages. J’ai donc décidé de construire un projet qui allait tout mélanger : grec, formation continue, traduction, linguistique… Et qui me serait utile professionnellement. L’étude des formations e-learning de grec ancien. Et quel meilleur Master que celui d’Humanités classiques et Humanités numériques à distance, axé justement sur le futur de notre passé?


7 réflexions sur « Δαυίδ ὁ Ἑλβήτιος »

  1. Bonjour Davide,
    Ta présentation est pittoresque et onirique. Elle m’a permis de voyager, le temps de sa lecture, et d’entendre un peu de Lombard.
    Merci,
    Patrick.

  2. Bonjour Davide, vous m’impressionnez par la diversité des domaines touchés par votre curiosité !! Est-ce que par hasard, si vous avez le temps, vous pourriez développer un peu ce en quoi consistent la neurolinguistique et la linguistique cognitive ?

    1. Bonjour !
      Loin d’en être un expert, je peux vous en donner une explication partielle. En sachant en effet que selon les chercheurs et les écoles, les limites et les définitions peuvent différer.
      La neuro-linguistique et la linguistique cognitive ont toutes les deux les mêmes objets : la langue et son fonctionnement. Ce qui diffère est l’angle que l’on prend pour l’étudier.
      En neurolinguistique on se concentre surtout sur la partie « physique » et « biologique » de la langue, les zones du cerveau où les informations linguistiques sont stockées (grammaire primaire, sens des mots, etc.), les liens entre elles, et comment on « mémorise »/ »apprend »/ »sort une information linguistique ».
      Elle se concentre surtout sur des études liées à des troubles du langage suite à des blessures du cerveau.
      La linguistique cognitive se concentre plus sur les liens cognitifs entre la langue et la pensée, et elle peut aller de l’étude du bilinguisme, jusqu’à l’étude de la pensée liée à la langue. Il s’agit plus d’une linguistique qui dérive des théories « classiques » de la linguistique générale, et on peut presque la définir comme une synthèse des filons de pensée précédents.

  3. Bonjour Davide, quel parcours intéressant ! Moi aussi je suis étudiant à distance, j’espère qu’on aura l’occasion de se croiser un jour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.