TLG : découverte et commentaires

Bonjour à tous,

Parmi les différentes bibliothèques numériques proposées, j’ai choisi le TLG à cause de la récurrence de son utilisation dans le milieu universitaire des lettres classiques. Et je n’ai pas été déçue. Voici les quelques remarques que j’ai pu faire.

Tout d’abord, j’ai été impressionnée de constater le parti que le TLG prend des outils numériques. Chaque helléniste sait qu’il peut être parfois long de consulter dictionnaires, grammaires, textes et j’en passe. Le TLG propose de multiples outils réunis sur une seule plateforme, ce qui fait non seulement gagner du temps mais permet aussi l’accès à des outils divers. Ceux proposés sur la page d’accueil lorsque n’importe qui y accède sont : le corpus des textes, un version abrégée de ce corpus, un canon qui contient toutes les références des textes contenus dans le corpus, et un lexique.

Voici la page d’accueil du TLG.

Mais un premier bémol apparaît immédiatement aux yeux d’un utilisateur novice de la plateforme, bémol qui en réalité n’en est pas un. Pour accéder à tout le corpus de textes que le TLG propose, il faut y être autorisé en étant dépendant d’une institution qui permet cet accès. Mais si l’on suit le vieil adage d’Internet selon lequel si quelque chose est gratuit, c’est que nous en sommes le produit, un accès restreint est peut-être le signe rassurant d’une plateforme plus sécurisée sur le plan de la collecte des données ? Cependant, mon vieux rêve d’un accès gratuit et illimité à des connaissances si enrichissantes pour tous n’en est pas moins quelque peu frustré.

Mais une fois cet obstacle dépassé, on découvre que le TLG offre les outils habituels de l’helléniste, mais en offre aussi certains qui sont inédits et qui ouvrent de nouveaux horizons à la recherche. En effet, on peut chercher à retrouver un texte à partir d’une citation grâce à l’outil “brower”, ou même trouver une sélection de textes à partir d’un mot. Cela permet une approche nouvelle du texte : celui-ci devient un support utilisable bien plus “rapidement” si l’on peut dire, puisqu’il ne contraint plus à une lecture purement linéaire.
 On peut aussi utiliser l’outil “N-Gram” qui calcule la récurrence de certaines associations de mots, dans un texte ou dans un corpus de texte, et peut comparer l’utilisation de ces combinaisons entre plusieurs textes.

Un exemple d’utilisation du “N-Gram” : j’ai comparé l’Iliade d’Homère et les œuvres de Plutarque.

Finalement, il devient vite évident que le TLG est très intéressant d’un point de vue des Humanités numériques. C’est d’autant plus le cas lorsqu’on utilise l’outil “Statistics” qui permet de calculer la fréquence d’utilisation de certains mots selon les siècles et les auteurs par exemple. Ainsi, le TLG permet la “distant reading”, donc une autre manière d’aborder les textes qui m’enthousiasme tout particulièrement puisqu’elle apporte un renouveau dans une série de réflexions entamée il y a plusieurs millénaires.

Exemple de statistiques accomplies par le TLG

Pour finir, j’ai une dernière remarque à faire sur les quelques failles que peut présenter le TLG d’un point de vue extérieur et abstraction faite de tout le travail déjà fourni par ses créateurs au fil du temps. Par exemple, l’ergonomie peut laisser à désirer, et le site manque parfois de clarté : on ne peut pas toujours choisir exactement les modalités de comparaison entre les textes par exemple, ou on nous dit que le TLG est “worldwide” avec une carte sans légende qui nous laisse perplexe. Mais ce ne sont que de menus défauts qui mettent en valeur, selon moi, le renouveau continuel du TLG : en attendant de pouvoir offrir de meilleures informations, le site redirige vers d’autres plateformes spécialisées dans d’autres domaines (comme l’iconographie avec le site Diotima par exemple).

Voici comment y accéder à partir de la page d’accueil

En outre, un onglet “news” annonce très régulièrement les innovations faites par les administrateurs de la plateforme, comme les agrandissements de corpus par exemple.

En somme, ce site pourtant connu fut un plaisir à explorer.


2 réflexions sur « TLG : découverte et commentaires »

  1. Bonjour Florence,

    Le TLG semble en effet un outil très utile et très complet pour travailler les textes grecs. J’ai une question par rapport à ce que tu appelles “lexique” : s’agit-il d’un dictionnaire indépendant des textes ou bien lorsqu’on lit un texte peut-on cliquer sur n’importe quel mot et en avoir la définition ?

    1. Les deux ! Tu peux accéder à différents dictionnaires de référence à la page d’accueil (comme le LSJ par exemple). Mais lorsque tu as cherché un texte grâce au browser, une fois face au texte tu peux cliquer sur un mot et en avoir l’analyse et la définition donnée par le dictionnaire de ton choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search