Le miroir de Narcisse

Parler n’est pas un acte anodin. Écrire ne l’est pas non plus. Dans le monde d’aujourd’hui, celui de la communication instantanée, où chacun cherche incessamment à inscrire sa parole dans le domaine public, on a peut-être tendance à l’oublier. Chacun parle de soi, mais parler de soi n’est pas chose évidente. C’est pourtant l’exercice auquel je vais me plier.

billet_2_moine_image
“Les mots dans ma bouche fondent, les paroles s’entrechoquent”

 

Ayant été élevé dans un environnement bilingue, je n’ai jamais cessé de me poser des questions sur le langage. Le va-et-vient incessant entre deux langues, deux cultures, deux mondes, m’a toujours intrigué. J’ai toujours voulu comprendre ce que c’était que ce merveilleux outil, qui nous permet de nommer le monde, mais qui ne me semble jamais définitif. C’est sans doute ce qui m’a conduit aux études de philologie classique, et qui a façonné mon intérêt pour les langues vivantes et la littérature.

Après deux années en classe préparatoire littéraire, j’ai terminé ma licence de lettres classiques à la Sorbonne, avec une spécialité en grammaire comparée des langues indo-européennes, tout en suivant des cours de mythologie et de langues vivantes à l’ENS. L’importance que j’accorde à la pluridisciplinarité m’a conduit à travailler en Master 1, à l’université de Paris X, sur la figure de Thamyris le citharède dans l’Antiquité et ses résonances dans l’œuvre du poète russe Innokentij Annenskij. Mes pas m’ont ensuite mené à l’université de Vienne, où j’ai pu, l’an dernier, me former en archéologie et histoire de la religion grecque, en études scandinaves et fenniques.

Actuellement en Master 2 d’Humanités classiques et numériques, je m’intéresse tout particulièrement à la valeur performative de la langue. Parole magique, parole rituelle. Que fait-on lorsque l’on parle ? L’acte d’énonciation même ne contient-il pas une force intrinsèque, qui nous échappe ? Et quand ces paroles magiques sont mises à l’écrit, sur des plaques d’or qui accompagnent les défunts dans l’au-delà, quel est le pouvoir des mots ?

Ce sont les mêmes questions qui motivent mon travail de recherche sur la poésie orale finnoise et le monde des incantations. Je m’intéresse aux rapports et aux tensions qui existent entre l’oralité et l’écriture, entre le monde d’ici et l’au-delà, que parviennent à relier les mots du connaisseur, celui qui connaît la langue et l’utilise pour se rendre maître des forces naturelles et surnaturelles.

Les mots, la parole, les langues en disent beaucoup sur nous, et sans doute gouvernent-ils l’ensemble de mes activités, tant universitaires qu’artistiques. Mais tout cela n’est qu’une modeste tentative pour donner du sens au monde et espérer le comprendre un peu mieux.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.