Billet Numéro 3 – pastiche savant – Harry Potter et l’Odyssée d’un mythe moderne 

Harry Potter et l’Odyssée d’un mythe moderne 

L’homme, je chante, sauveur d’Hogwarts l’anglaise demeure
lui et les grands guerriers, amis d’enfance scolaire
l’accompagnant dans ses aventures contre le Maître,
ténébreux seigneur que les ombres du mal attisent
sept longs années de lutte et exploits de magies merveilleuses
ont formé nos héros à combattre les forces du mal
Voldemort tua ses parents, le seigneur obscur
onz’longues années s’écoulèrent après le décès des parents
chez ses oncles méchantes créatures il vécut
ignorant la force qui coulait dans ses veines.
D’un inconnu il reçut mille et mille parchemins
Lettres écrites d’un encre émeraude, mystérieuses,
envoyées peut êtr’par un dieu, apparues du néant.
Et ses oncles, méchantes créatures, la rage
prit. D’une nef armés sur une île ils le prirent captif
lui, qui ce jour fêtait son tristë anniversaire
onz’longues années écoulées après le décès des parents
un grand géant sur l’îl’arrivé ainsi lui parla:
Ingénieux Harry, fils de James et Lily la belle
t’es un sorcier, et ta terre patrie s’appelle Hogwarts
Grand château de magie, Hogwarts l’anglaise demeure
Dans son coeur Harry déjà le savait, il réalisa.
Le grand géant Hagrid lui donna une lettre d’Athéna,
Minerva McGonagall, headmistress d’Hogwarts l’anglaise
Accepté il était à Hogwarts l’anglaise demeure
des magiciens, des sorciers, Hagrid ainsi lui parla
Et à Hogwarts l’anglaise demeure Harry arriva
Ron et Hermione devinrent amis de notre Harry
Trolls, Quidditch, Draco Malfoy, et l’enn’mi Voldemort
Rencontrèrent nos amis à Hogwarts l’anglaise demeure
L’Ingénieux Harry, fils de James et Lily la belle
lui et les grands guerriers, amis d’enfance scolaire,
là, l’année passèrent et contre le mal gagnèrent
En brisant la pierre du chimiste Flamel Nicolas
Mais, le mal toujours se cache, et revient à la surface
Et Ginny Wesley trouva un cal’pin maudit,
Tom Marvolo à Hogwart l’anglaise demeure retourna
L’Ingénieux Harry, fils de James et Lily la belle
lui et les grands guerriers, amis d’enfance scolaire,
tuèrent le maître des ombres seigneur obscur Voldemort
À nouveau, au moyen d’une dent de basilic
Mais le prisonnier d’Azkaban s’enfuit, chien du Maître
Ou ainsi disaient les langues mauvaises des gens
Sir Sirius convainquit Harry en parlant ainsi
Pettigrew Peter est le chien du Maître obscur
Sir Sirius ils sauvent ainsi, et Buckbeak l’hippogriff!
Feu, rien que du feu dans la coupe de feu, triwizard le tournoi
Est présent cet année à Hogwarts l’anglaise demeure
mais attention, ce n’est qu’un appât du Maître obscur
Pour Harry, et voilà que comme un phénix il renaît.
Du phénix est l’ordre censé le protéger
Loin du prince au sang tâché, Severus le traître
qui, dans sa tour, tua Dumbledore le grand magicien
En offrant la voie à Hogwarts l’anglaise demeure
pour le maître des ombres seigneur obscur Voldemort
Une immense bataille à Hogwarts l’anglaise demeure
éclata, d’un rouge couleur du sang des morts.
L’Ingénieux Harry, fils de James et Lily la belle
lui et les grands guerriers, amis d’enfance scolaire,
tuèrent le maître des ombres seigneur obscur Voldemort
dans une grande bataille à Hogwarts l’anglaise demeure.
Et nous tous connaissons son nom : The boy who lived!

J’avais huit ans.
Collé à la vitrine d’une librairie de village je fixais, les yeux grands ouverts, une couverture aux couleurs brillantes. Les vagues de la mer tombaient sur un trirème. Lié au mat, un homme hurlait à une figure de sirène assise au bord d’une falaise des phrases rendues silencieuses par le papier.
« Je veux ce livre. » ce n’était pas un ordre, ni une demande. Seulement un fait. Un désir que même maintenant, adulte, je ne saurais décrire.
« L’Odyssée? » me demanda ma mère, interloquée. Mais finalement elle acquiesça.
Je me souviens encore que, sur le trajet vers la maison, j’essayais de comprendre les mots qui se présentaient à mes yeux. Paroles qui provenaient non seulement d’une lointaine contrée, mais aussi d’une époque dont j’avais seulement entendu parler indirectement.
Ma version était en vers, dans une langue presque archaïque, très poétique même à aux yeux d’un enfant.
Je ne sais pas si j’ai pu terminer le livre à ce moment-là ou si j’ai appris l’histoire d’Odysseus petit à petit, en grandissant. Je ne sais pas si à cet âge d’innocence la portée du récit homérique est chose facile à saisir. Tout ce que je sais c’est que j’ouvrais, de temps à autre, ces pages qui sentaient l’encre sec, pour lire et relire la rencontre avec Calypso, la descente dans les enfers, le tout dans une langue majestueuse, puissante. 
Et quand à 15 ans je pus me lancer dans la lecture du texte original, avec l’aide de mon professeur de grec, je m’aperçus que la traduction pourtant fidèle de Romagnoli n’était qu’une pâle imitation de la grandeur du texte grec.
C’était aussi un moment très important pour la littérature mondiale. De plus en plus d’enfants se lançaient dans la lecture pour suivre les aventures d’un autre héros. The boy who lived entra peu à peu dans nos maisons, changeant non seulement le marché du livre mais aussi la place de la littérature pop vis-à-vis de la littérature blanche. Des familles entières réunies devant le dernier volume de la saga du petit wizard, tout comme à l’époque les familles se réunissaient devant un aède. Hogwarts devint la nouvelle Ithaque. La mythologie réinventait ses codes. La littérature fantastique reprenait son souffle, et encore plus qu’avec le Seigneur des Anneaux, elle s’imposait comme digne héritière de l’épique antique.
C’était donc un choix évident, en prenant Homère comme exemple pour cet exercice, de raconter l’histoire de l’Odysseus moderne par excellence.
Mais je voulais lui donner toute la beauté de la poésie homérique. Comment, je ne le savais pas.
J’ai donné à la machine le texte lemmatisé d’abord, non lemmatisé ensuite pour en comprendre les différences. J’ai remarqué que dans les deux cas le mot le plus utilisé était le nom du héros de l’épopée, suivi des références aux dieux et… au θυμός. Dans le texte lemmatisé le premier verbe utilisé est ερχομαι, tandis que dans le texte non lemmatisé j’ai remarqué beaucoup de verbes liés à l’acte de la parole. J’ai essayé de reprendre ces thèmes dans mon texte.
Passionné comme je suis pas les techniques liées au rythme dans le langage, je me suis rendu compte – sans étonnement – que le logiciel ne prenait pas en compte la métrique. Je me suis fait la reflexion que cela pourrait être intéressant, non seulement pour des textes en poésie, où cet aspect est évident et explicité par le genre du texte lui même, mais également et surtout pour la prose. Un logiciel comme Voyant Tool pourrait nous aider à trouver des rythmes internes (avec la position des accents, la longueur des voyelles, etc.) pour repérer des structures *musicales* et faire une analyse prosodique sur des corpus très importants, où l’analyse d’un oeil humain demanderait du temps et un effort impossible. On pourrait ainsi montrer peut-être une évolution du « style poétique en prose» qui change avec l’évolution phonétique du grec (ou des autres langues). Pour ce qui est du français, dans un monde encore très marqué par l’alexandrin et l’octosyllabe, nous trouvons souvent des textes en prose qui ont une structure en mètre. Maupassant, Flaubert et Hugo en sont les exemples les plus éclatants.
Le choix d’écrire mon texte en poésie n’est donc pas juste un hommage à Homère – qui écrit en vers – mais relève d’une démarche de questionnement sur le rythme.
Là la question s’est posée : quel rythme utiliser ? Allais-je suivre l’alexandrin français, mètre maître (excusez-moi ce jeu de mots) de la littérature française? Ou bien l’octosyllabe du roman de la rose et de l’Ariosto ?
A peine la question posée, la réponse me parut claire dans ma tête. Le choix devait tomber sur l’hexamètre homérique. Je parlais d’un héros moderne avec le style de l’aède des héros anciens par antonomasie.
Le français est une bête sauvage, quand on parle de rythme et de métrique. Tout le monde a lu son Boileau à l’école, mais pour cet exercice j’ai dû mettre de côté tout ce que je savais de la poésie traditionnelle française pour écouter la langue. Et j’ai cherché. Baïf avait déjà essayé d’écrire en hexamètre, et anciennement une traduction de l’Iliade, hélas perdue, avait repris ce style. Mais ce fut le travail de Philippe Brunet, qui a récemment traduit l’Iliade en hexamètres, qui a su attirer mon attention. J’ai essayé de suivre ses consignes (que vous trouverez ici : https://journals.openedition.org/anabases/4953 ), bien que l’exercice ne soit pas simple, et j’ai sûrement commis beaucoup d’erreurs.
Cette structure m’a obligé aussi à rendre le texte moins orthodoxe vis-à-vis de la structure des phrases en français, notamment avec l’ordre des mots. J’ouvre en effet mon poème, tout comme Homère, avec un complément d’objet direct avant son verbe.
Je me suis donc retrouvé avec les grands thèmes à citer dans le poème – la vie de notre petit wizard préféré -, la structure qu’il fallait donner au texte – des vers en hexamètres-, et les champs sémantiques les plus cités dans le texte original (la parole, les dieux, le coeur, l’homme).
J’ai donc décidé de comparer l’original en grec avec les traduction existantes dans différentes langues. J’ai offert à notre Pythie textuelle le texte de Romagnoli que j’avais tant chéri pendant mon enfance, ainsi que la fameuse traduction de Leconte de Lisle. J’ai rajouté aussi une version en allemand et une en anglais pour comparer. Et là, le choc.
Le rendu était un peu différent qu’avec l’originel grec, mais les textes montraient des resultant étonnement cohérents entre eux.
J’ai donc cherché la traduction des syntagmes grecs dans les différentes traductions (κατά θυμόν, par exemple) et j’ai trouvé une chose très intéressante. Le mot « ainsi » ( ou « così » en italien) était omniprésent dans les textes traduits, et était souvent lié à l’acte de la parole.
J’ai en outre trouvé dans toutes les traduction un nombre étonnant d’occurrences pour la « demeure » (Casa dans le texte italien, Hause en allemand et House en anglais), mais les résultats de « termes » ne le citent pas parmi les termes les plus utilisés dans l’originel grec.
Un des traits le plus connu chez Homère est son usage des épithètes. En choisissant « Οδυσσεύς », j’ai trouvé plusieurs descriptions.
De divin à weise, notre héros est vraiment πολύμητις !
J’ai donc cherché à répliquer dans le texte ce trait.
Une autre caractéristique d’Homère est son usage des vers formulaires. J’ai cherché des syntagmes et – sans trop de surprises – j’ai trouvé plusieurs occurrences d’un même syntagme. J’ai repris ce même procédé dans mon texte et j’ai compris son intérêt d’un point de vue narratologique et métrique (une chose est de l’étudier passivement, une autre de l’utiliser !)
J’ai aussi utilisé d’autres fonctions qui ne m’ont pas servi pour cet exercice et que je devrais étudier plus en profondeur pour en comprendre l’intérêt.
Armé donc de toutes ces informations (les occurrences dans les traductions, les thèmes, les connaissances préalables que j’avais sur le texte, l’analyse métrique, l’analyse des épithètes en diagonal dans différentes langues, l’analyse des vers formulaires, et des expressions les plus courantes avec leur traductions dans les autres langues), je me suis lancé dans l’écriture jusqu’à l’aube au doigt de rose d’un texte qui, j’espère, vous inspirera un peu d’homéritude pour une histoire moderne. Parce qu’Eco le disait bien : toutes les époques ont besoin de leurs héros.

(p.s. désolé, j’ai laissé en anglais les référence et les termes liés à Harry Potter parce que c’est la seule version que j’ai lue). 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.