Sacreikon

Et Flambiosus se relevant, épanoui par cette question :

« Mes amis, dit-il, les français aussi sont des hommes et nous buvons tous le même vin, quoiqu’ils subissent un mauvais fatus. Cependant, moi président [NDT : le mot, effacé du manuscrit d’origine, est confirmé par les nombreux commentaires laissés par la tradition indirecte], ils gouteront rapidement l’eau de la normalitas.  En somme, je les exonère tous dans mon programme. Ma Regalita j’en fais mon héritière et je la recommande à tous mes amis. Et si je dis tout ça publiquement c’est pour que mon peuple m’aime maintenant comme si j’étais déjà mort [NDT : les diverses études concernant la popularité de Flambiosus hésitent à se prononcer sur le fait qu’il soit vraiment jamais mort]. »

Tous commencèrent à rendre grâce pour la bonté du maître, quand celui-ci, oubliant les choses légères, ordonna qu’on lui apporte un exemplaire de son programme et le lut en entier de la première à la dernière ligne à ses gens en pleurs. Nous n’avions pas sécher nos larmes que, soudain, au milieu d’une meute de chiens, surgit une litière à deux roues [NDT : c’est la seule mention chez les auteurs latins de ce moyen de transport, on le rapproche généralement du grec σχουτερ]. Je me dressais, épouvanté, et me tournais vers mon voisin pour l’interroger, quand je remarquais  le X de diamant serti dans une plaque d’or et d’argent [NDT : il semble que ce symbole occulte ait pu renvoyer à des pratiques de cultes à mystères, peut-être priapiques]. Tandis que les convives applaudissent et proclament « Vive Gaia ! », je grimace et lui voyant mon air perplexe :

« La maîtresse de Flambiosus, dit-il. Et hier, hier c’était quoi ? Que ton génie me pardonne, mehencule ! Aujourd’hui, à savoir pourquoi comment, elle est grimpée au septième ciel ! Tu croirais que c’est une étoile ! ».

La litière quittait bruyamment la pièce et déjà un nouveau défilé de porcs s’avançait au son des cors de chasse. Et regardant vers nous, les traits détendus, Flambiosus :

« Le porc est un loup pour l’homme, dit-il. C’est Alphonse Daudet S. K. qui a dit ça dans Les Latrines de mon moulin. C’est l’histoire de trois petites gosses qui sont harcelés par un porc. En somme, elles finissent vampires et lui se transforme en loup-garou [NDT : il semble que Flambiosus fasse ici l’amalgame entre plusieurs histoires, une citation de Plaute, « La chèvre de Mr Seguin » de Daudet, l’affaire DSK, le conte des trois petits cochons et peut-être Twilight].  J’ai lu tout ça dans Ὺικιπεδια, un livre dans ma bibliothèque grecque.  C’est dans ce livre aussi que j’ai lu qu’un étranger a dit comme quoi c’est mieux de boire rouge et frais : I have a drink ! »

*************************************************************************************************

J’ai choisi de réaliser un pastiche du Satyricon de Pétrone (nous ne discuterons pas ici de l’attribution à Pétrone de ce texte) car c’est un texte qui m’est familier pour l’avoir beaucoup étudié. En conséquence, l’outil Voyant Tools m’a aidé à observer et inclure des phénomènes que je connaissais déjà, sous une forme de distant reading comme défini par Franco Moretti. L’intérêt est de relever sur un très large extrait du texte (disons tout le “banquet de Trimalchion”), normalement puis en appliquant une liste de stop-words latine.

Version basique : http://voyant-tools.org/tool/Cirrus/?corpus=1448968839894.9111&docIndex=0&docId=d1448946052661.49fd5e7e-f79f-3b15-c437-f9ebf579abf7

Version raffinée : http://voyant-tools.org/tool/Cirrus/?corpus=1448968839894.9111&query=&stopList=1448969357560fa&docIndex=0&docId=d1448946052661.49fd5e7e-f79f-3b15-c437-f9ebf579abf7

On peut par la suite encore affiner la recherche, mais déjà on osberve :

  • la proéminence de Trimalchion et le retour sous différentes déclinaisons de ego dans la bouche de Trimalchion ;
  • la répartition de la narration entre plusieurs témoins oculaires – insistant sur l’importance de la vue et du spectacle, de la première personne du pluriel comme un public, du narrateur à la première personne ;
  • la juxtaposition par et des phrases et les constructions en quod;
  • la fréquence des adverbes rythmant les changements soudains ;
  • la fréquence des jurons et des expressions populaires (mehercule ou putas, credes)
  • l’introduction du discours par un ablatif absolu, ouvrez-les-guillemets … inquit qui dans une traduction littérale donne une formulation typiquement latine ;
  • la récurrence des thèmes comme la boisson, la nourriture… ;

J’ai tenté de rendre, en m’inspirant des traductions d’Olivier Sers pour l’édition bilingue des Belles Lettres, l’utilisation du subjonctif dans le latin vulgaire.

Les interférences entre culture populaire et culture classique ainsi que la présence de l’actualité sont transposées à notre époque. Les noms reprennent le principe de l’onomastique de Pétrone.

Fellini's Satyricon
Adaptation à l’écran du Satyricon par Federico Fellini – elle comporte déjà une actualisation des thèmes et une dimension politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.