De l’inflexibilité du stoïcien face à la réforme du bac

Des étudiants romains, leur précepteur et… un retardataire ! Ier siècle av. J.C.


Contexte : Sénèque est en vacances en Gaule romaine et profite du désarroi du jeune Licinius face à la nouvelle réforme du baccalauréat afin de lui rappeler, dans ce traité, la nécessité de s’adonner au stoïcisme. Par cette invitation à la sagesse, l’auteur souhaite éviter que ce dernier ne soit déprimé à la moindre nouvelle décision politique
.

 

Mon cher Licinius, je crois te savoir grandement affecté par les récents événements qui eurent lieu ici même en Gaule romaine. L’âme des hommes les plus courageux a toujours su manifester sa résistance dans l’adversité. Quant aux âmes les plus lâches, elles se distinguent dans des actes aussi frêles que leurs auteurs. Plus fous encore sont ceux qui sont persuadés qu’une mauvaise fortune s’acharne sur eux. De ceux-là, Licinius, tu ne dois pas en faire partie.

Tu prétends que, étant grandement porté à l’étude, cette réforme du baccalauréat te contraint et constitue un obstacle pour tes ambitions futures. Ainsi, tu qualifies d’absurde et d’insensée la décision sénatoriale, car elle te semble aller à l’encontre du but qu’elle s’est elle-même donnée. Vous tenant sur la place publique, hurlant à en perdre l’usage de la parole et jetant quelques fruits pourrissants à ceux qui avaient eu le malheur de porter une tenue semblable à celle des sénateurs, tes camarades et toi vous êtes épuisés à faire entendre votre désaccord, mais n’avez obtenu que l’adoption plus rapide encore de cette nouvelle loi. Comparant cette réforme à un cadeau empoisonné, tu dis qu’à ton jeune âge la vie est déjà si injuste et tu te complais dans ce nouveau malheur.

Voici ce que moi-même je te répondrai : en effet, la vertu appartient non seulement aux hommes dont l’âme est grande, mais aussi à ceux qui savent en faire bon usage. Ton esprit que je sais vif, ne tardera pas à me rétorquer ceci : « A la bonne heure ! Faudrait-il encore vivre dans un monde d’insensés pour que celui dont la nature est d’être sage ne fasse pas preuve de sagesse ! ». Mais il n’en est rien. En effet, diras-tu d’un homme qui a commis trois injustices et dont les injustices sont les seuls actes que nous soyons tenus de connaitre à son sujet, qu’il n’est bon qu’à générer le vice ?

Certes, l’âme humaine s’illustre dans les actes, mais aussi dans la persévérance. N’est sage que celui qui met sa sagesse à l’épreuve. Aussi, celui qui aspire à ce titre ne saurait l’espérer avant qu’il ne soit étendu ici même sous nos pieds. Comment ? me diras-tu. En effet, si quelqu’un a accompli vingt bonnes actions durant sa vie, et que, gagnant en âge et en orgueil, il la termine avec deux actes injustes, alors celui-ci ne pourra acquérir le titre de sage. Bien au contraire, croyant l’avoir acquis de son vivant, cet homme-là a relâché sa garde en dirigeant son âme vers la même convoitise que les hommes vulgaires. C’est pourquoi la sagesse se lit dans la persévérance.

Toi, Licinius, qui malgré ton jeune âge, a déjà fait montre de tant de courage, tu accuses la fortune d’être la cause de tes nouveaux maux. Tu t’indigneras : « Eh quoi ! La fortune, dis-tu ? Est-ce ainsi que tu surnommes J. M. Blanquerus et l’ensemble des sénateurs ayant approuvé un projet si déplaisant ? Ce même homme qui prétend répartir plus équitablement les arts libéraux, supprimant ainsi leur tripartition initiale, mais qui ne s’inquiète pas de l’incompatibilité d’une telle structure avec la poursuite des études universitaires. Cet homme-là lui-même qui, à la manière d’un tyran, désarme nos précepteurs en leur assignant de force ce nouveau modèle. Que faire des plus jeunes qui, dès leur treizième année, devront se prononcer quant à leur future profession ? Me diras-tu ensuite que ce modèle accorde davantage de place au mérite car les nouvelles difficultés qu’il impose ne laissent aucune place pour l’oisiveté et la nonchalance, à des jeunes qui sont encore accrochés au jupon de leur mère ? Estimes-tu aussi que nous autres aurions dû accepter passivement notre sort, sans même riposter ? Alors soit, si c’est cela même que tu nommes fortune, je veux bien t’accorder ce fait : en effet, c’est elle qui est l’auteure de mon malheur, c’est elle qui m’afflige aujourd’hui et me fait avancer à reculons. »

Mais avant que tu n’assèches ta langue et ta gorge par de si longs discours à la manière des orateurs de notre époque, permets-moi de dire ceci : tu accuses le sénateur J. M. Blanquerus d’être à l’origine de cette réforme, tu prétends alors que celle-ci, sans celui-là, n’aurait su voir le jour. Or, n’est-ce pas l’empereur lui-même qui a permis qu’une telle décision soit adoptée, de sorte que si elle avait été proposée par un autre sénateur, la même histoire se serait déroulée sous nos yeux ? Mais toutes ces choses sont fortuites. La vie est un bienfait quand on sait comment la consacrer paisiblement mais elle est un malheur quand on l’épuise par la convoitise de ce qui est hors de sa portée. L’obstination irraisonnée est le fait des âmes pauvres, car n’ayant guère de substance sur laquelle se reposer, elles s’accrochent vainement à ce qui est en dehors d’elles, voyant là un moyen de combler le vide dont elles sont immanquablement victimes. Si de la lutte contre l’adoption de cette réforme, Licinius, tu en ressors vaincu, il te faut dès à présent sortir de l’affliction dans laquelle elle t’a plongé et préparer dignement ton âme pour les conséquences qui en découleront nécessairement. Car l’abattement ne servira qu’à t’éloigner davantage du but que tu t’étais fixé. Enrichie ton âme, renforce sa nature par les épreuves auxquelles désormais tu es confronté et ne permets pas à la consternation d’emporter le courage dont tu as déjà tant fait preuve.

 

 

Dans les coulisses du pastiche…

Afin de m’aider à rédiger mon pastiche, je me suis aidée de quelques fonctionnalités de Voyant Tools et d’un corpus regroupant l’ensemble des traités philosophiques de Sénèque. 

Le premier outil que j’ai utilisé est l’outil “Termes”, qui, une fois les stopwords activés, s’est révélé très utile pour voir quels étaient les mots qui revenaient le plus souvent dans le corpus. Sans surprise (pour ma part), il s’agit bien souvent de termes relevant du champ lexical de la morale. Ainsi, trouve-t-on les dérivés de beneficium (environ 700), animus (un peu moins de 700), ira (environ 500), vita (environ 300) et natura (environ 250). 

L’outil “Tendances” m’a permis de voir la répartition de ces termes au sein du corpus et de nuancer ainsi l’importance des termes “beneficium” et “ira” qui ne sont très largement employés respectivement que dans les traités éponymes : De Beneficiis et De Ira. Ainsi, il nous reste vita, animus et natura qui, bien qu’étant des sujets assez généraux, sont très régulièrement employés dans l’ensemble du corpus. J’en ai donc déduis que la vie, la nature et l’âme sont les principaux thèmes abordés dans les traités philosophiques de Sénèque, auxquels viendront se greffer des problèmes moraux plus spécifiques. En effet, en observant les 30 premiers termes de l’outil “Termes”, j’ai pu voir des termes comme iniuria, virtus, ingratus, malum, bonum, relevant du champ lexical de la morale 

L’outil “Liens” m’as permis de voir que l’un des thèmes les plus fréquemment employés, en l’occurrence ici, “animus” (et ses dérivés), était souvent employé à proximité de “hominem”; “malum”; “magnum”; “bonum”; “natura”.

L’outil “Arbre de mots” semblait assez pertinent dans une démarche d’imitation. Malheureusement, les branches étant souvent trop précises, je n’ai pas réussi à l’exploiter comme je le souhaitais. Néanmoins, j’ai pu y voir que le verbe être à la troisième personne du singulier est fréquemment employé avec bonum, malum, animus, et autres substantifs relatifs à la morale. J’en ai donc conclu que c’est une forme qui permet à Sénèque de formuler des assertions philosophiques. 

En enlevant l’option stopwords, l’outil “Cirrus” permet d’observer l’emploi massif de non, nec, sed, est et des pronoms relatifs. On observe également l’utilisation de nombreux connecteurs logiques.

 

En ce qui concerne le choix d’un destinataire, en l’occurrence ici Licinius, cela vient de mes lectures des différents traités philosophiques de Sénèque, qui s’adressent tous à un destinataire auquel il écrit pour enseigner une nouvelle leçon de vie philosophique, fortement empreinte de morale stoïcienne. Au cours de mes lectures, j’ai pu constater que Sénèque aime faire intervenir des objections fictives, que pourrait lui adresser son interlocuteur. De plus, j’ai supposé que Sénèque aimait beaucoup utiliser l’exemple comme forme argumentative, si l’on puit dire, permettant l’illustration concrète d’une assertion philosophique. Ici, la réaction de Licinius face à la nouvelle réforme du baccalauréat est l’occasion pour Sénèque de rappeler à ce jeune aspirant à la sagesse l’importance vitale de la pratique du stoïcisme. 

De plus, si l’on cherche la fréquence des dérivés de exemplum, on trouve 100 occurrences. Voilà qui légitimait ma démarche ! Enfin, je crois…

J’ai aussi effectué une recherche pour savoir si les exemples choisis par Sénèque touchaient plus à la sphère privée ou à la sphère publique. Effectuant une recherche par termes, j’ai trouvé 208 termes pour les dérivés de publicus et seulement 39 termes pour les dérivés de privatus. Néanmoins, même si ce constat montre que le propos de Sénèque concerne plus les affaires politiques que privées, il ne semble pas très pertinent pour confirmer l’hypothèse que j’avais conjecturée, à savoir que les exemples relèveraient plus de la sphère publique.  

L’outil “Syntagmes”, ne proposant pas d’associations de plus de 2 termes pour l’ensemble du corpus, a quand même montré que les groupes de mots “vita est“; “est quod“, “etiam si“, “quid ergo” étaient souvent employés. 

En ce qui concerne le lieu de déroulement de l’intrigue, j’ai imaginé que la réforme du bac avait été adoptée en Gaule Romaine -pour des raisons de concordance- tout en prenant grand soin de ne pas donner d’indications temporelles, afin de ne pas troubler davantage le lecteur ! 

Enfin, pourquoi la réforme du bac ? Parce qu’elle terroriste plus d’un lycéen en ce qui concerne la poursuite des études ainsi que la plus grande charge de travail. J’ai donc jugé qu’une intervention de Sénèque serait cruciale pour remettre de l’ordre dans les âmes. 

Par C. Gamiette


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.