Un don aux Humanités classiques ?

Un Romain entre dans une taverne : “Tavernier, je veux un martinus !”

Interloqué le tavernier répond : “Un martini plutôt non ?”

Le Romain, sûr de lui, déclare : “Je te l’aurais dit si j’en avais voulu plusieurs !”

Ma bêtise

Qui suis-je ?

Bonjour bonjour,

je m’appelle Zacharie et je suis un petit nouveau aussi bien dans ce master qu’à Nanterre ! Jusque là j’étais pendant 3 longues années dans ma petite prépa à Strasbourg… Entre les interrogations de vocabulaire, les versions, les DS de 6h et les blagues latines de mon crû, je ne m’ennuyais pas ! Maintenant me voilà ici et j’espère bien qu’une classe de 35 ne me manquera pas trop ! Mais autre formation, autre classe, autre classe, autre nombre, autre nombre… autre nombre !

Initialement j’avais prévu un master plutôt à Strasbourg, dans un intitulé banal de “Philologie classique”, mais après avoir entendu parler du master “Humanités Classiques et Humanités Numériques” proposé ici, et en raison du sujet de mon mémoire qui nécessitait une spécialiste de la comédie antique et de l’image du corps chez Aristophane, me voilà ! 

Alors, ces débuts en M1 ?

Après une semaine de cours force est de constater que je m’y sens fort à l’aise et que l’aspect numérique est vraiment une force, un master rare (unique?) en France est un master précieux. Je n’avais qu’une seule appréhension : celle de l’anglais pour les Humanités Numériques mais après une première expérience, ce n’est pas si terrible, et mine de rien ça permet de conserver un peu d’anglais de façon détournée ce qui n’est pas plus mal pour quelqu’un d’un peu fâché avec comme moi…

Au-delà de cet aspect, les Humanités Numériques sont au-dessus de toutes mes attentes, durant l’été j’avais pris un peu d’avance mais je ne réalisais pas tout ce qu’on pouvait faire pour les humanités classiques avec les ressources numériques, je savais que c’était sans doute utile, et qu’on pouvait faire plein de choses, mais c’était vraiment très abstrait (bien qu’aujourd’hui ce ne soit pas si concret que ça, disons que je devine simplement un peu mieux vers quoi on va tendre…). Les compétences que l’on va obtenir, je les juge indispensables aujourd’hui, aussi bien pour la recherche que pour le plan personnel : là est mon avis mais utiliser un langage de code pour faire quelque chose qui fonctionne est grisant ! En bref, je considère que les outils numériques sont un don pour les classiques qu’il est temps de maîtriser.

Vais-je respecter les consignes ?

Ah oui, j’ai mis cette image d’Hermès Trismégiste parce que je m’intéresse beaucoup à l’alchimie, par conséquent mettre l’Hermès Trois Fois Grand, détenant le Secretum Secretorum de notre monde, me semblait vaguement en lien avec mon titre : s’il a fait don aux alchimistes de son savoir dans ses Hermetica et qu’on lui attribue les origines de l’alchimie, peut-être son ingéniosité et son savoir font-ils de lui le patron des humanités numériques ? Nos ordinateurs seraient alors un peu les Athanor d’antan !

Je laisse ce passage de la Table d’Emeraude d’Hermès Trismégiste pour marquer le début de mes études ici (quelle prétention) mais surtout pour donner un horizon de clarté aux découvertes numériques, afin qu’elles puissent être aussi absolues que les découvertes alchimiques :

Sic mundus creatus est.

Mercurius Trismegistus de Pierre Mussard, 1675
Mercurius Trismegistus de Pierre Mussard, 1675

 


4 réflexions sur « Un don aux Humanités classiques ? »

  1. Bienvenue à Paris. J’espère que tu trouveras ici la pierre philosophale. Pour l’anglais j’étais également sur mes gardes, n’étant pas très à l’aise avec cette langue, mais comme le monde n’échappera pas au numérique, il n’échappera pas à l’anglais ou au mandarin.

  2. Je partage ton enthousiasme devant la possibilité d’un Master qui combine Lettres Classiques et Humanités Numériques, et je suis contente que nous tous nous retrouvons ensemble dans ce petit groupe aux profils variés.
    Cela me fait plaisir que nous allons travailler tous deux sur Aristophane, on aura beaucoup à échanger !

    Ah oui, également en attente des blagues à venir !

  3. J’ai hâte de découvrir toutes les blagues gréco-latines de ton cru. Je te souhaite la bienvenue à Nanterre et tu verras on s’habitue vite à être en petit effectif.

  4. “Sic mundus creatus est” : alors que je suis en plein visionnage de la série allemande Dark et ses voyages dans le temps, la phrase n’a pu que m’interpeler, et je me dis que dans ce Master Humanités classiques et humanités numériques, nous sommes peut-être nous aussi, à notre manière, des voyageurs du temps, qui tentent de faire le lien entre passé, présent… et espérons-le, futur ! Excellent début d’année à toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search