Une visite sur le site

Pourquoi ces larmes ?

Χαίρετε !

Pardon… J’espère ne pas vous avoir fait peur. Qui l’aurait dit, que je finirais avec un aspect tel ! Cela va certainement vous surprendre quand je vous dis mon nom… Je suis Aphrodite.

Oui, c’est moi, Aphrodite, déesse grecque de la beauté et de l’amour… Vous voulez peut-être savoir mon âge, mais vous hésitez à poser la question… alors je vous le dirai : J’ai 1800 ans. Une carrière de statue vénérable, puis un long séjour souterrain, enfin un nouveau logement plutôt sympathique au Musée de l’Acropole d’Athènes, où j’habite actuellement. Les millions de regards qui se sont croisés avec le mien depuis que je suis ici ! Des yeux venus des quatre coins du monde. Des yeux de tout âge, des visages de toute forme… Mais toujours, toujours la même question. Pourquoi ces larmes ?

« Maman, pourquoi elle pleure ? » Et là, je ne vous dis pas combien je m’amuse avec tout ce que j’entends comme explication. « Parce qu’on lui a coupé son nez, mon chou! » « Parce qu’elle a perdu son corps ! » « Parce qu’elle a peur la nuit dans le musée ! ». Il y en a qui soupçonnent, douteux, un modernisme précoce chez mon créateur. Non, je vous assure, je ne suis pas une œuvre avant-gardiste du IIè siècle ! Les déçus et les pessimistes sont convaincus de leur interprétation : « Mais oui, il ne faut pas s’étonner qu’elle pleure, regarde un peu comment était la Grèce à son époque et comment va le pays maintenant ! » Les plus romantiques se tiennent longtemps immobiles devant moi et ont toujours beaucoup à dire : que je déplore un monde perdu, une gloire passée, que je suis émue de retrouver enfin la lumière du jour après des siècles d’enterrement, que le monde d’aujourd’hui est un spectacle bien triste…

Enfin, j’avoue que cela fait plaisir d’entendre tellement de poésie autour de ma personne ! Gardez donc l’interprétation qui vous plaise, ou créez la votre… ou bien lisez la suite pour savoir ce qu’il en est !

Mais qui l’a ramenée ici, cette Aphrodite ?

Bonjour, je m’appelle Maria Constantinou, je viens de Chypre (comme Aphrodite oui, mais moi je suis de notre siècle!) et je commence cette année le Master Humanités Classiques et Numériques à l’université Paris-Nanterre.

C’est moi qui la ramène sur ce site, sur une carte postale achetée au musée d’Acropole. Je suis l’une de ces millions de visiteurs qui sont passés devant cette Aphrodite et qui se sont arrêtés, interpellés par ses larmes. Je retourne la carte-postale et je trouve enfin l’explication que voici :

The colour that has leaked below her eyes is a product of the oxidation of the statue’s bronze eyelashes.

Je ne l’avais pas imaginé, et vous ? Quoi qu’il en soit, ce qui compte le plus pour moi, c’est la beauté de l’accident, qui fait que tellement de personnes s’arrêtent et s’interrogent… Et je pense que je viens de vous dire les mots-clés de cette petite présentation…

Ce n’est pas toujours facile de répondre quand on me demande pourquoi je fais lettres classiques, ce que je compte faire par la suite avec ça… C’est beau, voilà ma première réponse, ou au moins la plus honnête. Me voilà donc en études de Lettres Classiques, cherchant à connaître et à comprendre ces textes, ces mythes, ce monde avec ses mystères, souvent intriguée par la distance qui nous en sépare.

« On est un peu coupés du monde, nous les classicistes ». On peut ne pas être d’accord, on ne peut pas ignorer l’observation… Quel rapport donc entre les mondes antiques et notre époque immergé dans la technologie ? Quelle interaction entre les lettres et le numérique ? Quand je me pose la question, je ne peux pas imaginer de formation plus pertinente que le Master Humanités Classiques et Numériques pour répondre à ce questionnement ! Les premières séances m’ont immédiatement intéressée : de nombreux outils à découvrir, le choix de faire le cours en anglais que je trouve très utile, de nouvelles perspectives de travail sur le corpus antique déjà visibles,

Je commence cette année déjà très satisfaite de me trouver ici, et très curieuse pour la suite…


4 réflexions sur « Une visite sur le site »

  1. L’accident, mot qui me fait tout de suite penser à Aristote, non seulement accentue l’expression sombre de la divagation que reflète le regard d’aphrodite, mais gomme aussi la cassure du nez, “les larmes” agissent comme des lignes de fuite qui happent le regard , c’est très beau.

  2. Bienvenue à toi, et ravi d’avoir au sein du master une étudiante de culture hellénique ! Bravo en tous cas de faire des études de langues anciennes dans une langue qui n’est pas ta langue maternelle, je pense que traduire du latin ou du grec dans une autre langue que le français me demanderait beaucoup d’efforts !
    La question du “pourquoi ces études” est visiblement partagée, et j’aime à me dire que si je n’en connais pas (encore) le *but*, elles, au moins, ont du *sens*, et qu’il se construit précisément au fur et à mesure de notre travail. A nous de jouer 😉

  3. AH ! tu peux t’excuser oui ! tu m’as terrifié : je t’aurais pris pour Méduse…
    Bienvenue en tout cas, je t’avoue que répondre aux questions du genre “à quoi ça sert” me met aussi parfois dans de délicates postures…
    Cherchons donc des réponses pertinentes à travers notre parcours !

  4. Maria, je partage cet engouement pour les lettres classiques et leur influence sur notre monde. Je me reconnais bien aussi dans ta perplexité à répondre aux gens qui te demandent ce que tu peux bien faire après avec ce genre d’études… Nous n’avons peut-être pas de réponse claire à cette question mais nous faisons ce qui nous plaît et n’est-ce pas là l’important ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search