Au début de l’odyssée…

Quand tu prendras le chemin d’Ithaque,
souhaite que la route soit longue,
pleine d’aventures, pleine d’enseignements.

— C. Cavafis, extrait de Ithaque (traduction D. Grandmont)


Χαῖρε

Le poème cité est le premier qui m’a touché parmi ceux de l’Alexandrin Cavafis, probablement parce que le message somme toute classique (le chemin importe plus que la destination) se pare ici des atours de l’Antiquité et de ses mythes, et qu’il intime en plus à son lecteur, devenu Ulysse intemporel, de ne pas avoir peur.

Alors tâchons d’être comme Ulysse, ce héros imparfait, mais tellement humain !

Les moins jeunes d’entre vous auront reconnu ici une image tirée de la série d’animation des années 80 Ulysse 31, censée se dérouler au XXXIème siècle ; cet Ulysse spatial n’est peut-être pas un si mauvais guide pour des humanités classiques et numériques !

Mais trêve de plaisanteries. J’arrive dans ce master en ayant déjà (bien) entamé mon long voyage vers Ithaque : après des études d’ingénieur et quelques expériences professionnelles, j’ai décidé en 2016 de reprendre des études de philosophie à distance à Nanterre, puis lors de l’inscription, voyant des options latin et grec ancien, je me suis dit : “Oh ! Mais j’ai toujours voulu reprendre le latin et découvrir le grec, c’est l’occasion !”.

Ni une, ni deux, je prends les options, lâche à regret l’allemand que je voulais reprendre également (Ulysse n’est qu’humain, il aurait fallu être Achille demi-dieu pour tout mener de front !), et m’embarque donc vers des pages de philosophie, d’ablatifs absolus et de verbes en -μι.

Quatre ans plus tard…

… j’ai avancé dans mon odyssée, mais compris qu’elle serait bien plus longue que prévu, alors autant prendre le temps et savourer le voyage.

Ce master est je l’espère une étape, d’une part pour approfondir mes connaissances en latin et en grec ancien (et poursuivre l’étude de la philosophie), mais également découvrir les secrets de la technologie des Phéaciens pour naviguer nos océans numériques !

Premier cours

J’ai pu aujourd’hui assister à mon premier cours d’Humanités numériques à distance, et si je reconnais que le format des captations vidéo m’effraie un peu (au-delà des éventuels problèmes techniques, il n’est pas forcément évident de rester devant son écran), le contenu promet de répondre à mes attentes : apprendre à se servir des outils numériques (veille informationnelle, édition, etc.) est fondamental aujourd’hui.

J’espère donc, à l’issue de mon voyage, pouvoir acquiescer aux mots de Cavafis à la fin de son poème :

Sage comme tu l’es, avec une expérience pareille,
tu as sûrement déjà compris ce que les Ithaques signifient.

Alors pour clore en latin un billet commencé en grec :

Valete !

9 réflexions sur « Au début de l’odyssée… »

  1. Si vous voulez tout savoir de Scylla , je vous conseille de lire (en anglais) un merveilleux roman de Madeline Miller intitulé “Circé”. C’est l'”autobiographie ” de cette petite déesse devenue puissante magicienne. J’ai vérifié dans mon dictionnaire de mythologie: ce qu’elle raconte correspond effectivement aux légendes grecques…

    1. Oh mais oui, je n’ai entendu que du bien de ses romans “antiques” sur Circé et Achille. Je les ajoute à ma “pile à lire” virtuelle !

  2. De tous les héros grecs c’st Ulysse que je préfère car c’est le plus subtil et le plus curieux. Dans la Divine Comédie il meurt aux pieds de la montagne du Purgatoire après être allé jusqu’au bout du Monde rechercher du nouveau comme aurait dit Baudelaire. Soyons des Ulysse dans cette mer numérique!

  3. Au départ j’ai pensé que son nom venait du fait qu’il était toujours très bien habillé… Bref….
    Un voyage de dix ans alors…., ce master sera peut-être ton île de Calypso.

  4. Effectivement on ne peut pas être Achille, mais être Ulysse c’est déjà pas mal, voire plus intéressant… Je suis contente de retrouver ici ce poème que j’aime beaucoup, et qui exprime joliment ce que peut être un long voyage !
    Moi-même étudiante à distance, je partage ton inquiétude quant au temps et au rattrapage des cours par internet. Cependant, comme le dit Cavafis…:
    >Les Lestrygons et les Cyclopes,
    >et la colère de Poséidon ne crains,
    >ils ne se trouveront point sur ton chemin
    >si ta pensée reste élevée, si une émotion de qualité
    >envahit ton esprit et ton corps !

  5. Toi qui parlais sur mon billet de l’excellente série Dark, tu parles également d’Ulysse 31 la cultissime série d’animation… eh bien jongler entre de telles références et la culture antique est une bonne attitude d’après moi : n’est-ce pas là aussi une attitude appropriée pour les Humanités Numériques de ne pas négliger les références contemporaines (traditionnellement vilipendées et qualifiées de “non-classiques”) ?
    En tout cas moi c’est ce que je crois ! Que l’on veuille mieux connaître les mondes anciens, mettre en scène leur littérature, l’enseigner, ou faire de la fiction dessus, il me semble indispensable de connaître tout ce qui se fait autour !

    En tout cas, j’espère que ton voyage se passera bien, ne va pas te perdre du côté de chez Charybde et Scylla…

  6. Je t’ai reconnu à travers cette présentation Jérôme. J’aime beaucoup la métaphore du voyage pour décrire ta formation, celui-ci te mènera-t-il vers une thèse ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search