Thesaurus Linguae Graecae

Si cela s’appelle thesaurus, c’est qu’en effet, une fois arrivés sur le site du TLG, c’est de l’enthousiasme mêlé à la panique que l’on éprouve !

Voici la page d’accueil du TLG, base de données créée à l’Université de Californie à Irvine, rassemblant les textes grecs de l’antiquité à nos jours : 

Qu’est-ce qu’on y retrouve ?

  • Un corpus très complet de textes grecs, de l’antiquité jusqu’en 1453, organisés en trois collections : Full Corpus, TLG Canon et Abridged TLG
  • Une collection de cinq dictionnaires grecs numérisés dans la rubrique Lexica
  • Un excellent outil d’association entre les deux : en cliquant sur n’importe quel mot dans un texte du corpus, nous pouvons consulter directement les lemmes relatifs dans ces dictionnaires. 
En cliquant sur le mot κυανέας dans le texte à gauche, une analyse morphologique ainsi que les liens vers les dictionnaires apparaissent à gauche.

Comment peut-on y accéder ?

Même si tout utilisateur peut accéder librement à une partie importante des données du TLG, l’intégralité du corpus n’est pas ouverte à tous : il faut avoir un compte lié à une institution, par exemple la bibliothèque universitaire de Nanterre, afin de pouvoir consulter toutes les ressources du TLG. 

Quelles possibilités ?

Le TLG est impressionnant en tant qu’outil de recherche. Outre le fait que presque tous les textes grecs dont nous avons connaissance s’y trouvent, nous pouvons effectuer notre recherche de plusieurs manières : par auteur, par époque, par citation… à part les dictionnaires disponibles sur le site, nous pouvons également y trouver des liens vers des traductions des textes sur Perseus

Ce qui est très intéressant, c’est la place des outils numériques dans le TLG. Il suffit d’aller dans la rubrique Statistics pour découvrir les moyens pour une analyse amusante et très utile de la fréquence, entre autres, des termes chez un auteur, ou bien dans une œuvre ou dans une époque. Voici les résultats de ma recherche sur Lysistrata d’Aristophane :

Qu’est-ce qui nous manque ?

À première vue, le site peut paraître difficile à manier, étant donné le grand nombre d’informations toujours présentes sur l’écran. On n’est pas toujours sûrs sur lequel des nombreux liens cliquer, ou quelle barre de recherche est la plus appropriée pour ce qu’on veut faire. À cet égard, les articles des étudiants des années précédentes sur le carnet Classiques et Numériques m’ont été d’une grande utilité ! J’ai été surprise, toutefois, de ne pas trouver un manuel d’utilisation du TLG sur le site même. 

En conclusion…

Le TLG est un site extrêmement intéressant pour les hellénistes, non seulement en raison de son corpus très riche, mais aussi parce qu’il rassemble de nombreux outils et données au même endroit. Assurez-vous de lui accorder quelque temps et il saura vite vous livrer ses secrets !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search