Scaife Viewer : une nouvelle interface pour Perseus

En guise de petite introduction, je vais répondre à la question que vous vous posez peut-être : “Scaife”, mais qu’est-ce que cela veut dire ? C’est en fait le nom d’un pionnier des digital classics, Ross Scaife, décédé en 2008 et qui enseignait à l’Université du Kentucky (États-Unis). Il a notamment contribué à la digitalisation en haute définition du manuscrit Venetus A de l’Iliade (celui sur lequel nous avons peiné à déchiffrer les premiers vers du chant 2 pour le cours d’édition de textes grecs !).

Scaife Viewer, comme l’indique l’URL si vous la regardez bien, est en réalité la nouvelle version (plus précisément : une étape) de la Perseus Digital Library, qui existe actuellement en version 4.0, et dont il prépare la version 5.0. Si vous voulez lire une description de Perseus sur ce blog, c’est ici ou , par des étudiants des années précédentes.

Si vous allez voir Perseus, le chemin parcouru vous sautera tout de suite aux yeux (Zacharie, surtout, n’y va pas, tu ne t’en remettrais pas !).
Mais entrons donc dans Scaife Viewer !

Lasciate ogni speranza, voi ch’entrate

page d’accueil

Si le vers de Dante peut s’appliquer à certains sites quelque peu datés, ici on reprend justement confiance ! Interface claire et épurée, c’est le premier point, qui ne sera jamais démenti par la suite, je trouve.

Précision utile : tout est en accès libre sur Scaife Viewer. Vous aurez vu en haut à droite de l’image une option de connexion, mais elle n’apporte rien pour le moment (ou alors je n’ai pas trouvé) : c’est encore un projet, j’imagine qu’à terme on pourra avoir un tableau de bord, des textes en favoris, ou autre. Mais pour l’instant, c’est inutile.

Que contient Scaife Viewer ?

Comme vous l’aurez vu sur la page d’accueil : principalement du latin, du grec (deux fois plus environ) et des traductions (je n’en ai vu qu’en anglais, mais il y a peut-être d’autres langues).
Il y a en réalité également quelques textes dans d’autres langues (hébreu biblique et farsi, principalement), mais je n’ai pas l’impression que cela soit la vocation première du site.

Donc, deux options s’offrent à nous (et resteront toujours clairement accessibles en haut de la page) : “Browse library” (par auteur) et “Text search” (par mot).

Commençons par les auteurs :

arrivée sur “Browse library”

Quelques remarques à ce stade.
Déjà, malgré ce que l’invite de connexion en haut peut faire croire, tout le site est en anglais, donc il faut connaître les noms (des textes et des auteurs) en anglais pour les chercher.
Ensuite, vous aurez noté une sorte de code barbare sur le côté, détaillons un peu sur Eschyle, par exemple :

corpus d’Eschyle

On lit, pour les Sept contre Thèbes par exemple, le code suivant :

urn:cts:greekLit:tlg0085.tlg004

Un peu d’internet ici pour comprendre.
URN veut dire Uniform Resource Name. C’est en fait la même chose qu’une URL (Uniform Resource Location) qui, elle, renvoie littéralement à un site (location), et est donc une adresse, qui a l’inconvénient d’être parfois obsolète. L’URN est en revanche une sorte d’identifiant unique (j’ai envie d’ajouter : “et éternel”) pour désigner rapidement un texte, une image, bref, un contenu (resource).
CTS veut dire Canonical Text Services qui un protocole, une méthode, pour citer les textes “canoniques” (le C voulait même initialement dire Classical).
Ce sont donc deux informations utiles pour savoir un peu mieux sur quoi reposent le site et ses sources.

Si l’on continue, on déchiffre trois séquences additionnelles :

  • greekLit, pour indiquer qu’on parle de littérature grecque ancienne (on a aussi latinLit, du coup) ;
  • puis tlg0085, qui désigne en réalité le corpus dont Eschyle est l’auteur ;
  • et enfin tlg004 qui, au sein du corpus d’Eschyle, désigne le texte des Sept contre Thèbes.

On peut donc imaginer que le texte (numérique) en question est à l’origine celui du TLG présenté par Maria ici.

Vous voyez aussi sur le côté de petites étiquettes, qui indiquent que pour cet URN là, trois versions existent : deux en grec et une en anglais (pratique pour savoir immédiatement si le site dispose ou non d’une traduction).

Autre exemple avec Cicéron :

début du corpus de Cicéron

On voit ici que l’URN renvoie probablement au PHI qui a déjà été présenté ici.

Avant d’entrer dans les textes eux-mêmes, explorons rapidement l’autre option d’entrée sur le site, la “Text search”.

arrivée sur la “Text search”

Vous voyez qu’elle offre un petit guide, bien utile quand on ne sait pas trop s’y prendre. A titre d’exemple, j’ai voulu chercher un vers d’Horace, qui dans mon souvenir commençait par : “ne quaesiris” (quem mihi, quem tibi, …).
Rien, vide, aucun résultat.
Je cherche alors en ajoutant un tilde : “ne quaesiris~” (pour indiquer que l’expression est approximative), et là, miracle :

résultat de recherche

Ma mémoire m’avait donc joué des tours (tant sur Horace que la conjugaison latine) : le verbe est quaesieris, et non *quaesiris

J’ai voulu également faire la même recherche que Chloé sur le terme humanitas, pour voir quels résultats sortaient.
Ce ne sont pas 85, mais 167 occurrences du terme qui apparaissent alors sur une grande quantité d’auteurs. On s’y perdrait presque.

Enfin, le moteur de recherche offre une option “Lemma (Greek only)”, mais j’avoue ne pas avoir compris comment s’en servir.

En bref, le module de recherche m’a l’air performant mais assez basique : il renvoie des occurrences, mais pas d’analyses de texte ou autre.

Les textes et l’analyse

Entrons donc dans les textes, par exemple en cliquant justement sur le résultat de cette recherche d’Horace :

lecture de l’extrait d’Horace

Mon premier sentiment est alors : c’est clair, c’est beau, c’est propre. Et c’est dynamique !
En effet, on voit en jaune les mots qui nous ont menés ici, et deux panneaux latéraux, à gauche sur “l’origine” du texte, à droite avec des options de présentation et d’analyse.
Mais à côté du vers lui-même, on voit les chiffres 1 (livre) / 11 (poème) / 1 (vers). On peut cliquer dessus pour afficher tout ce qui correspond à un niveau donné ! Exemple :

Ode complète : carpe diem

C’est fluide et c’est beau, je suis déjà conquis.
Je ne développe pas ici, mais vous voyez que vous pouvez ajouter une version parallèle, pour afficher par exemple le texte original et sa traduction (si elle existe) sur deux colonnes ; pratique.

Regardons un peu le panneau latéral droit.
Au-delà des options de présentation (taille, etc.), on voit que l’on peut passer en mode “Highlight”, qui permet de sélectionner directement les mots pour afficher des informations (grammaticales, …) dessus ; mais surtout, le panneau donne :

  • l’URN précis, selon le protocole CTS, si l’on veut citer le texte (qu’il s’agise d’un vers ou d’un recueil entier) ;
  • la possibilité d’exporter le texte, aux formats .txt ou .xml.

C’est intrigant, essayons !

Exporter du texte de Scaife Viewer

L’export en .txt est très simple et permet d’ouvrir un page où le texte figure en format brut.
Quid du .xml ?

export XML d’Horace

Voilà qui permet donc d’insérer directement du code XML bien balisé, avec ses métadonnées utiles, dans les documents / éditeurs / logiciels que l’on veut.

Retour aux sources

Revenons néanmoins sur les sources utilisées, car l’URN du texte d’Horace a beau contenir “phi”, elle termine par “perseus”.
En réalité, Scaife Viewer indique clairement ses sources sur cette page :

extrait détaillant les sources

Un clic sur le premier lien vous mènera ici, où l’on comprend qu’on entre alors dans l’arrière-boutique de la bibliothèque qu’est Scaife Viewer (ou les autres sites analysés) : on voit alors tous les repertoires contenant tous les textes (numériques, dans un format XML très détaillé) que les sites permettent d’afficher et analyser “plus proprement”. On aperçoit notamment la liste des contributeurs professionnels à ce grand répertoire, où figure M. Berra.

J’imagine donc que ces sources font autorité, même s’il n’est pas encore clair pour moi comment tout cela s’articule : avec les textes édités sur papier, on connaît, pour les antiquisants, où chercher (la C.U.F., Loeb, etc.) et voir de quand date l’édition, etc. ; avec ces versions numériques, je pense que c’est précisément l’objectif du cours d’apprendre à nous orienter dans cette grande bibliothèque qu’est l’internet.

Conclusion

J’ai trouvé le site particulièrement clair, épuré, aéré, dynamique, simple d’utilisation après quelques minutes de prise en main.
Je n’ai pas trouvé d’information précise sur ce que l’on avait le droit (ou non) de citer ou partager mais le site étant ouvert à tous, et les textes étant clairement référencés par leur URN selon CTS, je pense que l’on dispose donc de toutes les informations pour les citer ou partager “proprement” sans commettre plagiat ou autre délit intellectuel / informationnel.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search