Projet Gutenberg

gutenberg

Le projet Gutenberg date du début des Années 1970 lorsqu’un informaticien américain, Michael Hart, reçut des opérateurs du système informatique d’un laboratoire de l’université d’Illinois, la possibilité de dépenser l’équivalent de 100 millions de dollars en heures-machine.

Il eut l’idée d’utiliser cette manne en faisant de l’ordinateur un lieu de stockage et de possibilité de recherche de ce qui figure dans nos bibliothèques, ouvrant ainsi la voie aux grandes bases de données littéraires que nous connaissons.

L’un des points essentiels de ce projet est de s’appuyer sur un langage que peuvent lire 99% des hardwares et softwares existant ; c’est le langage « Plain Vanilla ASCII » de l’American Standard Code for Information Interchange.

Il ne s’agit pas avec ce projet de créer des éditions savantes mais de donner un large (très large) accès à des éditions susceptibles de satisfaire le lecteur ordinaire.

Selon Wikipédia, le nombre de livres contenus dans le projet était de 53000 en 2017

L’accès aux livres étant gratuit est de fait restreint aux ouvrages qui ne sont plus soumis à droits d’auteur, ce qui veut dire des ouvrages publiés il y a un nombre respectable d’années en France.

Outre cette limite, il faut souligner que l’on n’y trouve pas forcément tous les textes que vous recherchez (rien de Ménandre par exemple) et que s’agissant d’un projet US, il faut être « fluent in english ».

Enfin, je soulignerai que cette Base est très facile d’accès-plus facile en tout cas que le TLG dont la dimension pédagogique laisse à désirer.


Une réflexion sur « Projet Gutenberg »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search