Confiné avec Socrate

Extrait du numéro sur la Renaissance de Philosophie Magazine
Extrait du numéro sur la Renaissance de Philosophie Magazine

Contexte : Socrate ayant reçu par papyrus une attestation l’autorisant à venir au banquet organisé par deux amis, Néodactyle et Chrestobiblon, il s’y rend avec joie et, avec les cinq autres adultes (se trouvent également là Alcibiade et Platon) réglementairement autorisés à dîner ensemble, ils discutent des effets du confinement sur l’âme, et l’importance des outils numériques.

ΣΩΚΡΑΤΗΣ – Ainsi donc, selon tes dires, Néodactyle, nos téléphones, ou plutôt devrais-je dire phronimophones, sont une extension de notre être. Mais penses-tu qu’il s’agisse d’une extension de notre âme, ou de notre corps ?

ΝΕΟΔΑΚΤΥΛΟΣ – À ce qu’il me semble, ô Socrate, ils sont une extension du corps. En effet, il est évident que ces derniers sont constitués de matière, et c’est avec nos doigts et nos yeux que nous agissons sur eux.

ΧΡΗΣΤΟΒΙΒΛΩΝ – Tu parles d’or, mon ami, mais il en est de même des livres qui dorment désormais dans nos bibliothèques. Pourquoi les avoir ainsi remisés, je me le demande…

ΝΕΟ – Je pense que tu fais erreur, Chrestobiblon, en ce que nos téléphones nous permettent en réalité un accès bien plus direct à l’intelligible dont nous parlait Socrate.

ΑΛΚΙΒΙΑΔΗΣ – Il est clair pour moi que les images que je poste sur Aiphnessgram participent du Beau.

ΣΩ – Certes, merci Alcibiade. Mais comment cela, Néodactyle ? Peux-tu l’expliquer ?

ΝΕΟ – Eh bien, il est évident qu’un téléphone d’aujourd’hui permet d’avoir accès à tous les livres qui te sont si chers, Chrestobiblon, quand au contraire un seul livre ne contient que son texte, qui dit et redit toujours la même chose à chaque lecture. Ils permettent en outre de voir des images, comme notre bel Alcibiade l’évoquait, ou d’écouter de la musique.

ΣΩ – Je vois que tu as écouté ma discussion passée avec ce cher Phèdre.

ΝΕΟ – Mais oui, par Zeus ! Il me semble donc que nos téléphones sont, en cette période de confinement, comme la fenêtre qui nous permet d’observer le monde extérieur.

ΣΩ – Voudrais-tu dire que nous sommes confinés chez nous comme dans une caverne ?

ΝΕΟ – C’est cela, Socrate.

ΣΩ – Et que donc les téléphones nous montrent des images et des sons venus du monde extérieur ?

ΝΕΟ – Exactement.

ΣΩ – Et donc, confinés que nous sommes, sans autre accès à l’extérieur, les téléphones sont tout ce qu’il nous reste et sont donc la réalité ?

ΝΕΟ – Comment le nier, en effet, Socrate ?

ΣΩ – Mais alors, que sont-ils de plus que les ombres dans cette caverne, ombres dont nous devons nous détacher ?

ΝΕΟ – En effet, tu parles justement et ton analogie est frappante.

ΣΩ – Il faudrait donc arriver à dépasser ces téléphones pour accéder à une meilleure réalité. Alors que les livres de Chrestobiblon, te semblent-ils être des ombres, ou bien le discours réel de ceux qui les ont écrits ? Je veux dire : s’ils sont des ombres, cela voudrait dire qu’il y aurait une réalité supérieure qu’ils ne feraient qu’imiter.

ΝΕΟ – Oui, certes.

ΣΩ – Es-tu donc d’accord avec moi pour dire qu’un livre n’est pas une imitation du discours, mais bien le discours lui-même, sa forme matérielle ?

ΝΕΟ – C’est évident.

ΧΡΗ – Enfin une parole sur les livres qui me semble être la vérité ! Je me félicite que nous t’ayons invité, Socrate !

ΣΩ – Et moi d’être en si bonne compagnie ! Mais revenons sur ce que disait Néodactyle au début. Que les téléphones sont des extensions du corps.

ΝΕΟ – Je le disais, c’est vrai.

ΣΩ – Alors celui qui n’en a pas se trouverait handicapé et ne pourrait être considéré comme complet ?

ΑΛ – C’est clair !

ΝΕΟ – Il serait bien ennuyé par les temps qui courent, oui.

ΣΩ – Mais les circonstances actuelles ne sont que temporaires. On ne peut fonder un raisonnement sur la nature des êtres à partir de circonstances. Il faut se placer dans un régime normal et habituel de vie. Dirais-tu en temps normal qu’un homme sans son téléphone subit une privation, et qu’il serait moins homme que toi ou moi ?

ΝΕΟ – Je devrais reconnaître que non.

ΣΩ – Donc, peut-être que s’ils ne sont pas une extension de notre corps, c’est qu’ils sont une extension de notre âme ? Penses-tu qu’elle contienne en fait une quatrième partie, τὸ νυμέρικον ?

ΝΕΟ – Je ne sais, Socrate. Que veux-tu dire ?

ΣΩ – Eh bien, qu’il faut peut-être ajouter une quatrième partie à notre âme si l’on suit ce que tu as dit. A quoi servirait-elle, selon toi ?

ΝΕΟ – À nous connecter aux autres, évidemment !

ΣΩ – Mais nous avons dit que les téléphones ne donnent que des ombres du monde extérieur.

ΝΕΟ – Nous en avions convenu.

ΣΩ – Or pourquoi dans ce cas donneraient-il mieux que des « ombres » des autres hommes également ?

ΝΕΟ – Tu dis vrai. Je n’y avais pas pensé.

ΣΩ – Donc ils ne servent pas à nous connecter réellement aux autres. Ne feraient-ils pas plutôt appel à la partie concupiscible de notre âme, en flattant nos instincts et appétits, et en répondant à notre besoin d’attention et d’immédiateté ?

ΝΕΟ – C’est ce qui semble être le cas, en effet.

ΣΩ – Alors à quoi servent-ils ?

ΠΛΑΤΩΝ – À avoir enregistré tout ce dialogue, dont l’écriture, pour une fois, ne reposera pas sur ma seule mémoire ! Merci mes amis !

Analyses

Comme vous l’aurez compris, je me suis inspiré des dialogues platoniciens (bien que mélangeant parfaitement les idées de Socrate et de Platon pour l’exercice !).

Grâce à VoyantTools, j’ai pu récupérer l’intégralité ou presque du corpus de Platon ; 36 textes sont disponibles en grec ancien sur Perseus (et GitHub). J’ai supprimé de ma liste les textes apocryphes (Hippias majeur, Clitophon, …), pour n’en retenir finalement que 27, ce qui est déjà beaucoup (plus de 520 000 mots).

Une première analyse « brute » grâce à Voyant, même en utilisant la liste de stopwords existante pour le grec ancien, se révèle peu concluante, pour deux causes principales.

Tout d’abord, l’encodage de Perseus fait que les interlocuteurs apparaissent en abrégé à chaque début de réplique (comme j’ai choisi de le présenter dans mon pastiche), avec deux ou trois lettres, aisément distinguables de véritables mots par leur absence d’accent ou d’esprit : σω (pour Socrate), μεν (pour Ménon), αλ (pour Alcibiade), etc. Je complète alors ces premiers termes à ajouter à la liste par le vocatif de Socrate, Σώκρατες, qui revient évidemment un grand nombre de fois (plus que le vocatif d’aucun autre interlocuteur). J’ajoute aussi « φίλε » qui revient beaucoup, car cela n’apportera pas grand-chose à l’analyse (mais nous pouvons le noter pour le pastiche !).

Ensuite, l’encodage Perseus, pour une raison inconnue, n’a pas retenu le même signe d’apostrophe que la liste existante pour le grec ancien, et toutes les particules, prépositions et conjonctions élidées ne sont pas identifiées : les textes choisis indiquent par exemple « ἀλλʼ » alors que la liste prévoit « ἀλλ´ ». Ce problème est relativement simple à corriger également en identifiant, via l’outil « Termes », toutes ces élisions.

Voici donc le « cirrus » que j’obtiens sur mes 27 dialogues platoniciens :

Rien de très étonnant pour ces dialogues philosophiques : des verbes d’opinion/perception active ou passive (δοκεῖ, οἶμαι, φαίνεται, ἔοικεν) ou de modalité (χρή, δεῖ), et adverbes et adjectifs qui ponctuent les échanges (ὀρθῶς, καλῶς, δῆλον, ἀγαθός, δίκαιος), et surtout ce qui occupe le cœur des dialogues, la « matière première » : λόγος, ἀληθῆ, ψυχή, σῶμα, νοῦς.

Il m’a cependant semblé compliqué, au-delà des verbes conjugués à la première ou la deuxième personne, de capturer ainsi ce qui rend vivants les dialogues et en fait en partie le sel, je pense : les particules et adverbes qui ponctuent les réponses de chacun, car ils sont fatalement inclus dans la liste de stopwords du grec ancien. L’outil Syntagmes permet dans une moindre mesure de pallier ce « défaut », comme on le verra plus bas.

On notera au passage que ἕν (sans en compter la variante à accent grave) arrive en cinquième position avec 605 occurrences, mais cela est le fait écrasant d’une partie du corpus…

… comme on pouvait s’y attendre, il s’agit du Parménide, où l’Un occupe donc la première place dans les débats.

De même, πόλις (décliné) revient de nombreuses fois, mais principalement à cause des deux dialogues qui constituent à eux seuls plus du tiers du corpus : la République et les Lois.

J’ai regretté que Voyant ne permette pas de lemmatiser plus précisément (ou alors je n’ai pas trouvé) : les différentes variantes d’un même mot (décliné, ou accentué différemment en fonction de sa place dans la phrase) sont considérées comme des formes distinctes ; d’où l’abondance de λόγος, λόγον, λόγῳ, λόγων pour ne citer que lui, au lieu de ne faire apparaître que λόγος.

Ces analyses étant faites, le thème du pastiche m’a alors paru évident, dans les circonstances actuelles : un dialogue philosophique, âme, corps, confinement et numérique !

Me restait cependant à identifier des syntagmes pertinents. C’est chose relativement aisée avec la prose de Platon, car on pourrait presque parler de formules. Trois ont retenu mon attention : « selon tes dires / ton discours / ton raisonnement » (κατὰ τὸν σὸν λόγον), « à ce qu’il me semble » (ὡς ἐμοὶ δοκεῖ), « il est évident que » (δῆλον γὰρ ὅτι).

Il m’a semblé que Voyant serait le plus utile dans l’analyse des discours (en particulier politiques), où, en affinant les analyses, il permettrait de faire ressortir les thèmes majeurs (mais ces derniers sont généralement bien perçus consciemment par l’auditoire) et surtout les liens et corrélations entre les termes utilisés (vocables positifs pour telle idée, peur associée à tel phénomène, etc.), qui sont moins évidentes à percevoir sans revenir à froid sur le texte.

Il m’a par ailleurs rappelé, en creux car je pense qu’une telle analyse serait impossible à mener avec Voyant, un article que j’avais lu : un grand nombre de discours de tous les Présidents de la Ve République avaient été analysés, pas tant sur les thèmes que sur la richesse du vocabulaire, avec notamment un indicateur, le nombre de nouveaux mots apparaissant au fil du discours, traduisant ainsi l’expression d’idées nouvelles (ou la précision d’idées déjà développées). Loin de me faire décliniste, l’analyse avait cependant montré que ce nombre décroissait avec le temps, signe que les discours plus récents préféraient se répéter (d’aucuns diront : tourner en rond) plutôt que de s’essayer à la nuance…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search